Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2010

PETITE DESINFORMATION ORDINAIRE …

Vous lirez le douloureux appel qui suit et qui concerne un personnage nommé Hossein Derakshan. On a l’impression que son seul « crime » est de s’être rendu à deux reprises en Israël et que pour cette unique raison, l’infâme régime iranien l’a mis à l’ombre.

 

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que la réalité est quelque peu plus complexe. Et d’ailleurs, cet exemple est très intéressant pour observer les différences qu’il y a entre wikipédia français et son homologue anglophone. Je vous conseille vivement d’aller sur les deux. La version française est des plus soft et fait totalement l’impasse sur les visites que Derakshan a faites en Israël en tant que journaliste canadien. Car il a la double nationalité. Ainsi que sur diverses activités « pacifistes » qui sont certainement plus compliquées qu’indiqué. Ce qui apparaît en version anglaise, c’est qu’il s’est bien baladé et a bien agité le chiffon rouge sous le nez des Iraniens avant de se faire finalement coffrer.

 

Knobel, « chercheur » au CRIF, a sans doute omis de consulter wikipedia anglais où l’une des premières phrases qu’on peut lire est la suivante : « Derakhshan was arrested on November 1, 2008 and sentenced to 19½ years in prison on September 28, 2010. » Contrairement à la version française qui en est encore à l'attente.

 

Donc il a été condamné à près de 20 ans de prison le 28 septembre dernier, et non pas à mort comme suggéré dans l’article ci-dessous (et peut-être … espéré ? Ca ferait tellement mieux dans le décor).

 

Attention, je ne défends pas les Iraniens. Je note simplement certaines inexactitudes et énormément de faits non connus. Ceci dit, 20 ans de prison, c’est très lourd. Mais à ceux qui chialent comme des veaux en pensant à cet Iranien-Canadien - occasion surtout de taper sur le régime des mollahs - je rappellerai que Michel Lajoye a été condamné – en France - à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 18 ans pour un attentat dans un café arabe qui n'a pas fait de victimes. Et à l'issue de ses 18 années à l'ombre, il a encore été poursuivi par l'éternelle vindicte de la LICRA (dont fait également partie Knobel).

 

marc_knobel.jpgQuant aux blogs censurés parce que leur contenu ne plaît pas aux pouvoirs en place, pas la peine de faire le voyage à Téhéran pour en trouver. Au pays des droits de l’homme, on voit ça à tous les coins de rue. Si quelqu’un est bien placé pour le savoir, c’est justement Knobel, lui qui préside (en sus de ses activités au CRIF et à la LICRA) une association qui traque les malpensants sur internet, répondant au doux nom de J'accuse - Action internationale pour la justice AIPJ.

 

 

« Celui que l’on oublie, par Marc Knobel

 

Il s’appelle Hossein Derakhshan. Et il est connu en Iran sous le nom de « Blogfather ». Figurez-vous que « Blogfather » a eu l’audace -je dis bien l’audace- de braver le régime des Mollahs et de se rendre à deux reprises en Israël en 2006 et en 2007. Aïe !

 

Evidemment pour les autorités iraniennes, la chose est d’une extrême gravité. Elles affirmèrent aussitôt qu’Hossein violait la loi iranienne. Il fut donc arrêté en novembre 2008 et depuis ce temps-là, Hossein croupit dans les geôles d’Evin, à Téhéran.

 

Et, comme si cela ne suffisait pas, il a été accusé par la suite de collaborer avec des Etats ennemis, de faire de la propagande anti-iranienne (entendez par là de critiquer le régime corrompu et assassin d’Ahmadinejad) et d’insulter l’Islam (rien de moins) !

 

Finalement, le Procureur de Téhéran vient de requérir la peine de mort pour ce crime de lèse Majesté… des Mollahs. Et bien évidemment dans ce genre de cas, personne ne sait quand le juge rendra sa décision, s’émeut sa compagne française, Sandrine Murcia, interrogé par le Nouvel observateur. Et, alors que le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères rappelle que l’Iran ne reconnaissait pas la double nationalité de ses citoyens (Hossein Derakhshan est irano-canadien) on attend toujours qu’en Occident -en France, notamment- des voix s’élèvent pour parler de sa détresse et exiger sa libération. Est-ce trop demander ? »

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

Les commentaires sont fermés.