Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2010

LOBBYS PRO-ISRAELIENS EN EUROPE – 5

5 – Association des élus français amis d’Israël (ADELMAD)

 

Nous avons déjà passé en revue l’AFI (Association France-Israël) et les European Friends of Israel (EFI), à ne surtout pas confondre avec les European Friends of Israel Initiative. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur l’ADELMAD. Sous ce nom assez ésotérique, se cache l’Association des élus français amis d’Israël. Qu’il ne faut pas confondre non plus avec le groupe d’amitié France-Israël de l’Assemblée nationale, que nous examinerons en son temps.

Nous nous retrouvons donc dans l’hexagone pour un nouveau tour de piste.

 

Bernard Gahnassia expliquait en 2007 ce qu’est l’ADELMAD, dont il était alors vice-président délégué : « … elle a été créée en novembre 1997 et elle a pour but d’œuvrer à une meilleure compréhension entre la France et Israël. Notre association favorise également les jumelages entre Israël et la France, par exemple entre la ville de Metula (dans le Nord d’Israël) et Nogent sur Marne ou la ville du Raincy et celle de Yavné qui se trouve dans le centre d’Israël. »

Bernard Gahnassia, l’un des co-fondateurs, est en outre maire-adjoint de Puteaux  et membre du comité directeur du CRIF.

 

A ce jour, l’association regrouperait environ 800 membres actifs. Mais elle ne semble pas avoir de site internet et cultive un certain flou quant à l’identité de ses membres. Qui pourtant, étant des élus, se doivent d’être transparents quant à leurs activités politiques.

 

Chaque année depuis sa création, l’ADELMAD organise un voyage en Israël auquel participent une bonne cinquantaine d’élus « de toutes tendances républicaines » : députés, sénateurs, maires et maires-adjoints, conseillers régionaux, etc. Le but étant de rencontrer la classe politique israélienne et de constater de visu à quel point Israël est une démocratie modèle en butte à de terrifiants ennemis qui le menacent en permanence. Et à quel point ce pays a besoin du soutien international.

Aux frais de qui, ces voyages ? Il serait intéressant de le savoir, mais là encore, la transparence est aux abonnés absents. Sans doute qu’une fois de plus, le contribuable français, qui a les idées larges et les moyens, finance. Alors, pourquoi se priver ?

 

La proximité du CRIF avec l’ADELMAD est étroite, comme on l’a vu. Il arrive que le président de l’officine soit aussi du voyage.

En 2007 justement, le communiqué du CRIF relatant la « mission » indiquait : « Nous avons également vu Shimon Peres, le Président de l’Etat d’Israël. Enfin, nous nous sommes mobilisés pour la libération du Guilad Shahit, ce soldat franco-israélien enlevé le 25 juin 2006 par le Hamas en territoire israélien. Nous avons rencontré son père et sa famille. »

A constater la situation de Gilad Shalit à ce jour, on n’a guère l’impression que la « mobilisation » des élus ait beaucoup porté ses fruits. Aussi efficaces en Israël qu’en France, nos très chers élus.

 

En novembre 2008, l’association en était carrément à son 12e voyage en Israël. Il est intéressant d’en lire un compte-rendu journalistique pour mieux mesurer l’ « effet Sarkozy » sur les relations entre les deux pays : « À l’occasion de cette courte visite de 5 jours, la délégation des 53 élus français a été accueillie vendredi dernier dans la somptueuse Résidence de France par l’ambassadeur Jean-Michel Casa et son épouse, Isabella. Pour Georges Israël, qui se souvient d’une époque où la délégation n’était pas en odeur de sainteté auprès de la diplomatie en place, la politique de rapprochement entre les deux pays est une réalité palpable : « Fut un temps où nous devions nous battre pour organiser ces voyages. Nous étions alors clairement désignés personae non grata. Ce temps-là est révolu. »

Anne Brandy, secrétaire générale et co-fondatrice de l’association, évoque les débuts chaotiques de leur mouvement, du temps où l’ambassade israélienne avait fait appel à eux pour convaincre les députés de voter un accord économique entre les deux pays… L’importante délégation économique qui a accompagné le président Sarkozy lors de sa dernière visite d’Etat ainsi que la multiplication des visites ministérielles dans tous les secteurs confirment une relance globale et durable des relations bilatérales ». 

 

En novembre 2009, dernier voyage en date, le programme était le même que d’habitude:
« Des conférences de haut niveau concernant les réalités économique, politique, journalistique, militaire et touristique ont alterné avec des rencontres politiques. Notamment, la réception à l’ambassade de France en Israël par Christophe Bigot, le nouvel ambassadeur entouré de plusieurs de ses conseillers et de Jean Christophe Coppin, consul de Haïfa ; la visite de la Knesset, avec Nissim Zeev, accompagné de plusieurs autres députés ; la réception au ministère des affaires étrangères par son vice-ministre, Dany Ayalon ; enfin, la rencontre avec le président de l’association des élus israéliens, Mr Busaila. (…)

 
Lors de la dernière soirée à Jérusalem, le ministre Christian Estrosi, Richard Prasquier, président du CRIF et J. C. Nidam, directeur au ministère de la justice au département assistance judiciaire international, se sont exprimés sur les relations actuelles franco-israéliennes. Plusieurs députés et sénateurs, élus de Nice et membres de la délégation ministérielle ont pris part à ce dîner. (…)

Les élus ont eu le loisir d’apprécier de visu la réalité israélienne. Ils ont exprimé unanimement, à l’issue de cette expérience, leur constatation de la désinformation massive présente dans les images et les commentaires rapportés par les medias français. »

 

A ce stade, vous mourez d’envie de savoir qui préside aux destinées de cette dynamique association qui a les moyens de faire voyager une bonne cinquantaine de personnes chaque année, dans des conditions que nous supposons fort confortables. Eh bien, vous ne serez pas déçus: c’est Eric Raoult, le député-maire du Raincy, l’inaltérable ami d’Israël. Celui-là même qui avait quitté en juin dernier une bête réunion de son parti – l’UMP – sur les retraites pour venir accourir au Trocadéro soutenir Israël et clamer à la tribune: « Israël, c’est plus important que les retraites ! »

Ses électeurs sont-ils du même avis ?

 

Commentaires

"le groupe d’amitié France-Israël de l’Assemblée nationale, que nous examinerons en son temps."

Examinerez-vous egalement celui du parlement europeen ? (celui que les anti marinistes aime a citer comme ayant compris cette derniere parmi ses membres - Visiblement elle n'en fait plus partie)

Écrit par : Expat | 05/10/2010

Les commentaires sont fermés.