Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2010

LOBBYS PRO-ISRAELIENS EN EUROPE – 4

4 - FRIENDS OF ISRAEL INITIATIVE 

 

friends-of-israel.gif

On ne réfléchit pas assez à la triste condition des politiciens chassés du pouvoir par de stupides électeurs. Comment subsister loin des ors (et des fromages) des républiques, loin des caméras et des hordes de journaleux pendus à vos basques ? Dans l’anonymat. Tenez, rien que d’évoquer toute cette tristesse, je sens les larmes me monter aux paupières. Preuve que je ne suis pas totalement dépourvue d’un certain gène.

Mais nos petits amis dégommés ne manquent pas de ressource quand il s’agit de se remettre dans le circuit, même au second rang. Certains ont donc eu une idée : l’idée de génie qui marche à tous les coups, celle qui vous amène plein de fric de généreux donateurs, la gratitude du système reconnaissant, etc, etc. Et cette idée, c’était tout simplement de créer un nouveau machin à la gloire d’Israël. Parce que ça manquait, justement. Ce qui fut fait avec célérité sous le nom de FRIENDS OF ISRAEL INITIATIVE.

 

Oui, le mot « initiative » a été rajouté pour qu’on ne confonde pas avec les European Friends of Israel (lobby que nous avons examiné le 19 septembre). On le pourrait car les buts sont strictement les mêmes : s’opposer à la campagne de « délégitimation » d’Israël, due à des opinions publiques - principalement européennes - désinformées par des médias indignes et même, comble de l’horreur, campagne issue de certaines organisations internationales. Du boulot en perspective. Cette nouvelle structure a vu le jour en juin 2010 et n’a pas chômé depuis. Vous verrez tout à l’heure comme ils se sont démenés.

Mais tout d’abord, je vous parlais de politiciens au chômage, et je vais vous le prouver. Vous constaterez que ce machin fonctionne comme une vraie usine de recyclage :

 

Le président et « inventeur » du concept, c’est José Maria Aznar, ex premier ministre espagnol. Il y a ensuite dans ce « groupe de haut niveau » :  Alejandro Toledo, ancien président péruvien, John Bolton, ancien ambassadeur des USA à l’ONU, David Trimble, ancien premier ministre d’Irlande du nord, Carlos Bustelo, ancien ministre espagnol, Marcello Pera, ancien président du sénat italien,  Vaclav Havel, ancien président tchèque. En attendant les autres. Sarkozy peut-être en 2012 ? Enfin, lui, comme on le connaît, il voudra faire un groupe à lui tout seul.

 

L’originalité de ce nouveau lobby, l’astuce si l’on peut dire, c’est que les dirigeants n’en sont pas juifs et que l’idée maîtresse, celle qu’ils mettent à toutes les sauces, est la suivante : Israël fait totalement partie du monde occidental et toucher à Israël, c’est toucher à l’occident et à ses valeurs. Ce qui s’est passé, c’est que, de façon inexplicable, des siècles d’antisémitisme européen, d’obscurantisme donc, se sont mués en attaques contre un Etat parfaitement innocent et pacifique. Il faut donc le défendre. Leur slogan est d’ailleurs le suivant : We stand or fall together (Nous résisterons ou tomberons ensemble).

 

Donc, l’importance d’Israël est fondamentale pour l’avenir de l’occident. D’ailleurs, c’est une démocratie modèle : ouverte, avancée, comme il n’y en a pas deux au monde : “The Friends of Israel Initiative is committed to act consistently and diligently in its effort to disseminate its members’ vision of Israel as a democratic, open, and advanced nation like any other”.

A partir de là, il y a un ennemi à abattre et un seul : le fondamentalisme islamique. Et l’Iran, naturellement, qui va dans le même package. Sous-entendu, ne perdons pas notre temps à chercher midi à quatorze heure, à ergoter en fouillant au fond des temps – il y a quelques décennies – le pourquoi et le comment de cette soudaine présence musulmane massive. Occupons-nous seulement d’aujourd’hui. Et justement, aujourd’hui, vive la civilisation “judéo-chrétienne”, à nouveau largement sollicitée, vous comprenez pourquoi.

Voyons à présent comme ils ont travaillé dur depuis quelques mois. Que de voyages aux frais de la princesse et de petits fours avalés. Ah c’est dur, la vie d’ex !

 

Le 21 juin 2010, Aznar lance officiellement l’Initiative, qui aura son siège à Madrid.

 

Le 19 juillet, lancement de la chose au parlement britannique. Aznar y parlera d’Israël pilier de l’ouest, pays en première ligne de la menace civilisationnelle qui pèse sur chacun de nous. Parfaitement. Accessoirement, le nouveau gouvernement britannique a été prié d’autoriser enfin the queen à se rendre en visite officielle à Israël. Oui, car en 62 ans, c’est un scandale, aucun royal n’y a mis les pieds.

 

Le 1er septembre, lancement à Jérusalem. Mêmes thèmes, mêmes arguments : « Défendre l’Etat d’Israël revient à défendre notre système libéral…. Si Israël tombe, nous tomberons tous ». Vous serez étonnés d’apprendre qu’il a eu droit à une standing ovation. Pas de doute, c’était une bonne idée.

Le 14 septembre, ça va se passer à Washington, lors d’un dîner de 70 couverts sous la houlette de l’AIPAC. Nombre plutôt modeste, vu le contexte. Que dira Aznar cette fois? Eh bien qu’Israël “est partie intégrante de l’ouest et que plus le pays sera faible, plus l’occident entier sera perçu comme affaibli… la diabolisation d’Israël conduira à la délégitimation de nos propres valeurs qui nous sont si chères. Si Israël devait disparaître à cause de ses ennemis, je doute sincèrement que l’occident puisse demeurer tel que nous le connaissons ».

Le lendemain, 15 septembre, tout ce petit monde sera reçu pour un petit-déjeuner au Congrès des USA.

 

Depuis, ils sont tous rentrés chez eux pour reprendre leur souffle et digérer. Avant la prochaine salve.

 

http://www.friendsofisraelinitiative.org/index.php

 

Ci-dessous, Aznar en pleine opération

44.jpg

Commentaires

ces braves gens sont-ils partisans de l'entrée de la Turquie dans l'Union, parce que pour le coup leur devise pourrait se résumer à Fall together.

Écrit par : Paul-Emic | 30/09/2010

Ce qui me surprend c’est que la Suisse n’est pas représentée par d’anciens ministres dans ce capharnaüm sioniste.

J’en connais au moins deux dont Ruth Dreifuss, ministre (en Suisse on dit conseiller fédéral) en charge du département fédéral de l’intérieur de 1993 à 2002 et le Pinocchio national le dénommé Pascal Couchepin dont la grand-mère était une juive d’outre Grand-Saint-Bernard, c’est-à-dire d’Italie. Ce gaillard nous pompa l’air de 1998 à 2009 et participa en 2005 au groupe Bilderberg.

Écrit par : Le passant ordinaire | 01/10/2010

Les commentaires sont fermés.