Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2010

DAMNED ! PAS MOYEN D’ETRE TRANQUILLES !!

Voilà qu’à présent la Suède s’y met elle aussi! Le journal Le Temps, de Genève, est fort courroucé et nous le fait savoir sous le titre :

 

« L’extrême droite trouble la scène politique

 

(…) Le premier ministre Fredrik Reinfeldt n’aura pas longtemps savouré son exploit en terre traditionnellement social-démocrate. La seconde victoire d’affilée de sa coalition de centre droit, lors des élections législatives de dimanche, a été gâchée par l’irruption d’un parti d’extrême droite au parlement. Les Démocrates de Suède (SD, issus de la mouvance néonazie) ont recueilli 5,7% des suffrages. Ils auront donc 20 députés au Riksdag, sur un total de 349.

 

Prévue par les sondages, cette nouvelle donne aurait pu être plus aisément gérable, si la coalition sortante emmenée par le dirigeant conservateur avait obtenu la majorité absolue. Mais, pour ce faire, il lui aurait fallu 175 sièges. Elle n’en a gagné que 172, selon les résultats encore non définitifs. Il n’est pas exclu qu’elle grappille un siège supplémentaire, une fois le dépouillement achevé. Les résultats officiels seront annoncés mercredi. Mais tout le monde s’attend que Fredrik Reinfeldt et son équipe dépendent du soutien d’un autre parti pour les quatre ans à venir. Lequel et à quel prix? Ce sont les questions qui dominent en cette période postélectorale.

 

L’incertitude demeure entière. Car si le jeune chef des SD, Jimmy Akesson, a répété qu’il était «prêt à discuter avec tout le monde», les autres partis, sans exception, ont exclu ce scénario. «Nous ne nous rendrons pas dépendants des Démocrates de Suède», a assuré Fredrik Reinfeldt dimanche soir. «Nous avons la responsabilité de chercher un soutien ailleurs et […] j’espère obtenir une réponse positive des Verts.» Avec 7,2% des suffrages, ces derniers ont réalisé leur meilleur score depuis leur entrée au parlement, en 1988, et sont désormais le troisième parti du royaume.

 

(…) Quelle que soit l’issue des pourparlers à venir, «nous allons influer sur la politique suédoise, en particulier en matière d’immigration», a prévenu Jimmy Akesson, d’autant plus satisfait du score que le taux de participation dimanche était de 82,1%. »

 

Bon, moi ce que je retiens surtout, c’est qu’en Suède, avec 5,7% des suffrages, on a 20 députés (sur 349). Rappelez-moi combien en France on a de députés avec 15% des voix ? Enfin, quand on se présente sous une certaine étiquette. 0, mon bon monsieur (sur 577). Ah, c’est beau quand même, la démocratie à la française !

 

C’est curieux d’ailleurs que Bruxelles, qui fourre toujours son nez partout, n’ait jamais cherché à harmoniser tout ça. Dans le bon sens, naturellement. Ce serait pourtant une belle occasion de prouver son grand amour de la démocratie et son respect des volontés des peuples européens.

 

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b637bce0-c4f6-11df-9cfb-7...

Commentaires

Vous avez raison, Anne : la démocratie suédoise présente encore un maquillage à peu près acceptable auprès de la démocrasse franchouille, qui a perdu complètement le sien. Il n'empêche que l'Europe tout entière - y compris celle des "fiers Vikings" - est en proie à des "réflexes citoyens" téléguidés, à des "sursauts républicains" téléphonés en vertu desquels sont plus ou moins automatiquement bannis du pouvoir tous les partis essayant de faire entendre la vraie voix des peuples. J'ai entendu le lamento d'un journaleux hexagonal qui, au soir, des élections suédoises, chougnait sur l'air "Pourtant, en Suède, régnait jusqu'alors une démocratie apaisée"... Une "DÉMOCRATIE APAISÉE" !... Autant dire une démocratie avachie où l'on n'a plus qu'un droit, la boucler, et surtout pas celui de dire que l'on veut rester chez soi et ne pas voir tout le pays devenir comme Malmö, grande ville de Suède où la proportion de mahométans a franchi allègrement la barre des 30%, avec revendications, arrogance, émeutes incessantes à la clé. Et le tout grâce à quoi ? à la DÉMOCRATIE APAISÉE, justement : tu parles d'un apaisement !!... Comment s'étonner, dans ces conditions, que les Suédois aient voté ainsi ? J'ajoute que le journaleux franchouille et chougnard s'est évidemment abstenu de parler de ces circonstances... "atténuantes" ! La vérité, c'est que les hauts initiés qui mènent le monde ont décidé de broyer les nations de l'intérieur, avec une immigration absolument folle d'éléments inassimilables, comme de l'extérieur - au moyen d'un morcellement en "euro-régions", pour commencer. Le but final étant, bien sûr, une "gouvernance" mondiale. Quiconque a lu l'Apocalypse de saint Jean sait sur quelle abomination tout cela va déboucher.

Écrit par : Martial | 21/09/2010

mon cher Martial, je suis obligée de vous dire que je ne crois pas un seul instant à ces "hauts initiés qui mènent le monde". je pense que les gens sont assez stupides et assez conformistes pour faire leur malheur eux-mêmes sans l'aide de ces personnages.
par contre je crois aux mobiles politiques et aux rapports de force qui régissent l'histoire et qui ne sont pas actuellement en faveur de l'Europe, c'est un fait. les peuples européens, trop gâtés depuis une cinquantaine d'années, et à qui certains n'ont cessé de chanter le grand air de la culpabilité éternelle, se sont amollis et ont laissé faire. mais peut-être la génération suivante se réveillera-t-elle?

Écrit par : anne kling | 21/09/2010

Pour la comparaison avec la France,
je trouve les chiffres suivants sur wiki :

Score du Front national aux législatives
+ nombre de sièges obtenus

2007 -- 04.29 % -- 0 siège
2002 -- 11.34 % -- 0 siège
1997 -- 14.94 % -- 1 siège

Écrit par : Nominoé | 21/09/2010

Les commentaires sont fermés.