Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2010

"LA MEGERE DE BRUXELLES"

Sur le site www.juif.org, on peut lire:

« Il y a une mégère à la Commission de Bruxelles qui a le culot de comparer les expulsions de Roms par le gouvernement français avec les déportations des Juifs durant la seconde guerre mondiale. Vous allez pouvoir entendre le délire de cette marâtre. Délire extrêmement dangereux au-delà de la stupidité des propos. Dans une Europe où l’on peut observer une montée inquiétante de l’antisémitisme du fait de l’alliance objective entre l’extrême gauche et les islamistes, dans une Europe où sous l’influence de ces groupes on banalise la shoah quand on ne la nie pas tout simplement, il est stupide et dangereux de faire croire que l’expulsion des Roms par avion vers leur pays avec 300 euros en poche (+ 100 euros/enfant) est l’équivalent des trains de la mort vers les chambres à gaz d’Auschwitz. C’est une comparaison indécente, immorale, immonde. Cette femme stupide et méchante est indigne de la fonction qu’elle occupe. Le gouvernement français a le devoir d’exiger sa destitution. Et se pose une question ? En faisant une telle comparaison pour qui roule cette mégère ? Le Hamas ? Mahmoud Ahmadinejad ? Le Hezbollah ? Les islamistes qui sont sur le sol européen ? »

Eh oui, bonne question : pour qui roule cette « mégère » ? Du moment que ce n’est pas pour Israël, elle mérite la poubelle. Vous noterez que ce délicat article, plein de mesure, ne nomme pas la dame en question. Je vais le faire. Il s’agit de Viviane Reding, Luxembourgeoise, commissaire en charge de la justice. Elle a annoncé hier à Bruxelles son intention de lancer une double procédure d'infraction contre la politique de la France à l'égard des Roms. Et elle n’a pas l’air de plaisanter.

Dieu sait que les commissaires politiques de Bruxelles m’inspirent un amour et un respect des plus modérés. Donc, j’observe avec une certaine gourmandise ce qui va se passer et comment les dirigeants nationaux qui avaient fait le forcing pour imposer par-dessus les peuples le fameux traité de Lisbonne, vont se trouver piégés par lui. Et comment tous ces suppôts du système vont se débrouiller entre eux.

Pour appuyer ses propos, la « mégère » a commis le péché mortel du moment, celui de comparer l’INCOMPARABLE. Une comparaison, franchement, qui ne s’imposait pas en la circonstance. Très dangereuse, d’ailleurs, car à force de faire systématiquement tout tourner autour de ce seul fait, comme si rien d’autre au monde n’existait, il y en a qui finiront par se poser des questions. A croire qu’effectivement, toute la seconde guerre mondiale n’a été qu’un détail dans la déportation des juifs.

Ce qui est amusant, c’est que dans l’ire suscitée par cette comparaison iconoclaste surgissent des vérités premières généralement occultées. A preuve l’article suivant d’Ivan Rioufol qui semblerait réhabiliter le peuple. Enfin, dans certaines circonstances et à l’intérieur de certaines limites, il ne faut rien exagérer. Rioufol est proche des néoconservateurs américains, très israélophile. Par ailleurs senior fellow à l’Atlantis Institute, que nous aurons l’occasion d’examiner. Son analyse est pertinente, du moins jusqu’à un certain point car il ne pipe évidemment pas un mot des causes premières de cette immigration qui déplaît tant aux peuples. Et pour cause. Enfin, lisons toujours, et apprécions la conclusion :

"Les peuples face à la dérive autoritaire de l'Europe

L'Elysée juge "inacceptable", ce mercredi, les critiques de la commissaire européenne  Viviane Reding, qui a suggéré une comparaison entre la condition des Roms en France et celle des Juifs durant l'Occupation. "Je pensais que l'Europe ne serait plus le témoin de ce genre de situation après la Deuxième Guerre Mondiale", a-t-elle déclaré hier. Ce matin,sur RTL, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, a dénoncé un "dérapage" de la commissaire, qui veut saisir la Cour de justice européenne. Lellouche: "L'aéroport de Roissy, ce n'est pas Drancy. Un pécule, un billet d'avion pour le pays d'origine de l'UE, ce n'est pas les camps de la mort, ce n'est pas les chambres à gaz". La France a  raison de s'indigner. Mais l'outrance de Mme Reding, outre qu'elle banalise le calvaire des juifs sous Vichy, dévoile surtout une Union européenne soviétoïde, qui met des mots sous surveillance, traque des positions non-conformes, protège les revendications des minorités tout en condamnant les critiques qui pourraient être émises contre elles.

C'est au nom de la Charte des droits fondamentaux de l'Union, qui a institué le politiquement correct en norme communautaire s'imposant aux Etats, que la France est accusée de "discrimination ethnique" pour avoir nommé les Roms en situation d'illégalité. Or ce texte, incorporé dans le projet de Constitution européenne, avait été rejeté par 55% des Français lors du référendum de 2005, avant que le parlement ne l'avalise en 2007 en signant du même coup son divorce avec l'opinion. Ce qui apparaît aujourd'hui, avec ce rappel à l'ordre d'une si bien nommée commissaire n'ayant cure des attentes des Français, est très exactement ce que les citoyens avaient pressenti, en redoutant l'affaiblissement de leur souveraineté et donc de leur nation. C'est le peuple, scandaleusement désavoué par ses représentants, qui avait vu juste une fois de plus. Il est en droit d'exiger de cette Europe autoritaire et insultante mais sans légitimité populaire qu'elle rabatte son caquet.

Cette Europe là est d'autant plus critiquable que ses encouragements au multiculturalisme l'auraient amené à faire de dangereuses concessions aux pays de l'Organisation de la conférence islamique, qui regroupe 57 Etats musulmans. C'est du moins la thèse que soutient l'historienne Bat Ye'or dans un livre qui sortira prochainement (L'Europe et le spectre du califat, Editions Les Provinciales). Je cite un passage de son livre: "Cette Europe-là, beaucoup d'Européens n'en veulent pas. Ici et là des frondes se préparent et la nomenklatura qui a construit ce monstre se prépare à sévir contre ceux qu'elle devrait protéger. La confiance est rompue entre gouvernés et gouvernants dissimulés dans une bureaucratie mondialiste sans visage. Louvoyant dans les cercles anonymes des réseaux de réseaux, elle impose ses directives dictées par des pouvoirs étrangers, menacée de représailles économiques et d'un terrorisme extra et intra-européen". J'espère que sa démonstration sera au moins débattue.

En tout cas, le procès en abus de pouvoir de l'Union européenne ne fait que commencer. »

Sources : http://www.juif.org/blogs/27798,la-megere-de-bruxelles.php  

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/

 

Commentaires

Si nos "dirigeants" en avaient, ils saisiraient cette occasion en or de faire un vrai clash en menaçant de claquer la porte du machin totalitaire bruxellois. Mais on voit bien que ce "si" relève de la politique fiction la plus débridée... L'occasion serait trop belle, en effet, de flanquer vraiment la trouille aux crânes d'oeuf de l'UE, car que deviendrait celle-ci au cas où l'État français, qui a tellement fait le forcing - y compris contre son propre peuple - pour assurer le surdéveloppement du machin en question, déciderait d'emmener la France respirer ailleurs, par exemple au sein de l'AELE, où sont regroupés les derniers pays libres d'Europe, par exemple la Suisse, pays le plus rentable du monde ? On imagine la tronche de ces cloportes, qui risqueraient de voir ainsi s'envoler leurs sinécures et leurs inimaginables prébendes...

Faut pas rêver, comme dit l'autre...

Écrit par : Martial | 15/09/2010

Je me pose la question de savoir si cette attaque de dame Viviane Redding n’a pas été commanditée car en Europe on se rend bien compte que le bateau Sarkozy prend l’eau de toutes parts et que c’est un moyen comme un autre de lui fermer son caquet.
De plus, l’attitude de l’allié traditionnel de la France dans l’UE à savoir l’Allemagne de dame Merkel souscrit pleinement à cette mise en demeure.

Je déteste trop Sarkozy et me réjouis de cet uppercut qu’il ramasse en pleine tronche mais par amitié pour mes amis français j’espère qu’en 2012 ils n’éliront ni Sarkozy, ni DSK car comme le disait un ami nous les Français nous avons déjà trop donné aux représentants de la communauté du prétendu peuple élu.

Écrit par : Le passant ordinaire | 16/09/2010

Depuis Gaza 2008/2009, le vent tourne pour "Israel", Hussein Obama, c'est pas Bush, c'est pas un "nerveux", mais il ne colle pas au sionistes comme son prédécesseur.. un ensemble de facteurs qui rendent les sionistes moins sur d'eux.. de là le besoin d'en repasser une couche, faire une incroyable promo sur internet.

http://lhddt.wordpress.com/2010/09/11/merci-france_2-de-faire-tourner-le-vent/

Écrit par : lhddt | 16/09/2010

Enfin une position ferme et un cap maintenu !!!!merci président On reconnait enfin un chef d'état,qui ne cache pas les problèmes,et qui prend position Des solutions justes et urgentes s'imposent pour les français On s'était tellement habitué a ces pantins de cour,juste bons à dépenser,voyager et à louvoyer sans prendre de responsabilités qu'on avait perdu notre sens du respect des idées et des valeurs qui font un peuple et qui montrent le chemin Pas celui de la démagogie ,du laxisme,et des combines,notre lot jusque là Il était temps, D'autres pays européens vont suivre ,il leur manquait juste le courage et un meneur Le politiquement correct est une lâcheté,et par ces temps de crise ,on a plus que besoin de déterminisme et de rigueur

Écrit par : achat foie gras | 21/09/2010

heu.... j'ai hésité à passer ce commentaire, et finalement je l'ai laissé, tout en me demandant si ce n'était pas une blague. les lecteurs apprécieront.
ils apprécieront la "fermeté" d'un président minable qui s'attaque aux faibles (les Roms) car il n'a pas le courage de s'attaquer aux forts. certains forts par le nombre et d'autres par l'influence. et qui tous réunis font un peu plus de dégâts que les seuls Roms.
oui, à Bruxelles, ils méritent d'être virés, mais les pantins du système à la française, au moins autant.

Écrit par : anne kling | 21/09/2010

Les commentaires sont fermés.