Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2010

COMMENT CA MARCHE

Il est facile de retrouver sur internet la liste de tous les attentats islamistes commis ces trente dernières années dans le monde. Ils remplissent un nombre respectable de pages. Parmi les plus dévastateurs, citons les 224 victimes des ambassades américaines de Nairobi et Dar es Salam en août 1998, les 200 morts de Bali en octobre 2002, les 200 morts également à Madrid en mars 2004, les 50 victimes des attentats de Londres en juillet 2005, etc, etc. La liste pourrait continuer encore longtemps. Sans même parler de ceux de Paris dans les années 1980, notamment les 8 morts de l’aéroport d’Orly le 15 juillet 1983. Puis ceux de 1985/86.

 

Ces attentats font la « une » pendant quelques jours et passent vite ensuite par les pertes et profits de notre époque troublée. Et la vie continue …

 

Mais au CRIF, on n’oublie jamais rien. Et on se souvient toujours de tout. Et on en parle. Et on le fait savoir. Car sinon, à quoi servirait le CRIF ? Il est la caisse de résonance de tous les événements fâcheux qui sont illico versés au pot commun marqué « antisémitisme », ce qui les frappe aussitôt d’une singularité aussi incontournable que nécessaire.

 

En vertu de ce principe vital pour le maintien de cette singularité, qui est source d’influence, le CRIF annonce la tenue d’un colloque international pour les … 30 ans de l’attentat de la rue Copernic à Paris, perpétré le 3 octobre 1980. Il est intéressant de noter qu’une simple cérémonie avait marqué le 10e anniversaire, et rien du tout le 20e. Mais tout à coup, allez savoir pourquoi, il devient très important de marquer le 30e anniversaire. Rappelons aussi que l’ « extrême-droite » avait été clairement accusée à l’époque. C’était la belle époque où ça marchait à tous les coups.

 

En réalité, ce « colloque international » va se tenir sur une seule après-midi et il se terminera par une commémoration à 18h38, heure de l’attentat, qui sera marquée par une minute de silence. A laquelle participera le premier ministre, François Fillon.

 

« 3 octobre 2010 : Colloque international et commémoration de l’attentat de la rue Copernic «30 ans. L’attentat de Copernic. Se souvenir. Comprendre. Juger»

 

Le 3 octobre 2010 marquera le 30ème anniversaire de l'attentat de la synagogue de la rue Copernic à Paris, qui avait fait quatre morts et quarante-six blessés. A cette occasion, un colloque international est organisé à Paris sous l’égide du CRIF, pour rappeler la mémoire des victimes, comprendre les réseaux terroristes et la coopération internationale en matière judiciaire qui permet d’établir les responsabilités.

 

Depuis 1980, grâce à un travail long, minutieux et fructueux, l’enquête a progressé sur les faits. Les investigations ont identifié plus particulièrement  un homme d'origine libanaise, résidant au Canada, qui serait responsable de l’attentat. Son nom : Hassan Diab. En 2008, la France a remis au Canada une demande d'extradition du suspect. Le 8 novembre 2010, la demande d’extradition faite par la France devrait enfin être examinée à Ottawa.

 

De nombreux intervenants, dont le Juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, le chercheur Jean-Yves Camus et l’ancien ministre du Canada Irwin Cotler reviendront, le 3 octobre 2010, sur 30 ans d’investigation pour comprendre l’attentat de Copernic: quelle était l’organisation terroriste derrière l’attentat? Quel travail de coopération internationale entre les polices et les justices dans la lutte contre le terrorisme? Comment fonctionne une procédure d’extradition d’un suspect? »

 

« Pétition :

http://www.ipetitions.com/petition/copernicsuspect/  

Pour que justice soit rendue aux victimes de l’attentat de la rue Copernic, pour que les terroristes ne trouvent jamais un refuge paisible au sein des démocraties, signons la pétition.

 

Sur Facebook :

http://www.facebook.com/#!/group.php?gid=96086450633  »

 

La pétition citée plus haut est davantage explicite. Elle nous dit clairement le pourquoi de cette commémoration :

 

« C’est le moment, pour les jeunes générations, juives ou non juives, d’avoir connaissance des faits, de les comprendre et de prendre conscience des drames humains qu’engendrent l’antisémitisme et le terrorisme.

 

En 2010, les jeunes doivent entendre par des témoignages, la violence de l’attentat de la rue Copernic. A travers elle, c’est la figure du nouvel antisémitisme exporté du Moyen Orient qui commençait à s’abattre et bien malheureusement continuera à s’abattre sur les juifs de France.

 

En 2010, les jeunes doivent savoir que les terroristes, qui tuèrent le 3 octobre 1980, Jean-Michel Barbé, Philippe Bouissou, Hilario Lopes-Fernandes et Aliza Shagrir, ne trouveront jamais un refuge paisible au sein des démocraties.

 

Pour que justice soit rendue aux victimes de l’attentat de la rue Copernic,  pour que leçon soit apprise par les jeunes générations, ...»

 

Etc, etc.

 

Au chapitre bien fourni des attentats non encore élucidés, un autre semble moins intéresser le CRIF (qui l’évoquera cependant brièvement pendant son colloque). Sans doute parce qu’il ne fournit pas matière à ressasser l’antisémitisme sévissant en France. Et pourtant, il s’agissait clairement d’un attentat anti juif qui visait la mutuelle juive AMIA à Buenos Aires et qui a fait 85 morts et 300 blessés en 1994.

 

« Selon l'enquête, quelque 300 kg d'explosifs dissimulés dans une voiture ont été utilisés. Les auteurs de cet attentat, le plus meurtrier qu'ait connu l'Argentine, n'ont jamais été retrouvés et aucune condamnation n'a jamais été prononcée.

La communauté juive argentine, la plus importante d'Amérique latine avec quelque 300'000 personnes, réclame chaque 18 juillet, à l'occasion de l'anniversaire de l'attentat de l'AMIA, que justice soit faite. »

 

 

 Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

Commentaires

L'attentat de la rue Copernic, le témoignage de Raymond Barre

L'attentat de la rue Copernic a été perpétré le vendredi 3 octobre 1980, à un moment ou tous les fidèles sont réunis à l'intérieur de la synagogue car c'est soir du chabbat et les fidèles célébrent la fête de Sim'hat Torah. L'attentat à lieu à l'extérieur, provoquant la mort de trois passants non juifs.

Raymond Barre témoigne de cet événement, le journaliste essaie d'influencer ses déclarations en vain.
Bravo Raymond Barre ! A voir absolumment, je cite ses propos :

"Le lobby juif est capable de monter des opérations qui sont indignes".

Note : Le contenu de la vidéo de Dailymotion a été malheureusement effacé. Allez savoir pourquoi !

Écrit par : Jean AYMAR | 17/09/2010

Les commentaires sont fermés.