Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2010

OU IL Y A DES GENES ….

 

 

Thilo Sarrazin vient de se faire taper sur les doigts pour les propos qui suivent. Racistes et antisémites, paraît-il. Voyez plutôt :

 

« Propos racistes et antisémites d'un responsable de la Bundesbank 

 

Des membres du gouvernement et des communautés musulmane et juive d'Allemagne ont dénoncé, dimanche 29 août 2010, les propos racistes et antisémites d'un des membres du directoire de la Banque fédérale, qui n'en est pas à son coup d'essai. Thilo Sarrazin, membre du Parti social-démocrate (SPD, opposition), a déclaré dans un entretien au journal dominical "Welt am Sonntag" que "tous les juifs partagent le même gène". 

 

Il a en outre affirmé que "les immigrés musulmans ne s'intègrent pas aussi bien que les autres groupes d'immigrés en Europe". "Les raisons à cela ne viennent apparemment pas de leur origine ethnique mais sont enracinées dans la culture de l'islam", a-t-il ajouté. Plusieurs députés ont en vain exigé sa démission de la Bundesbank et son départ du SPD. »

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

Horrifiants, non, ces propos ? Mais voyez comme c’est étrange. Je lis sur un site parfaitement juif et donc autorisé, Lamed, ce qui suit :

 

 

« Il y a, aujourd'hui, une évidence précise d'un matériel génétique commun à tous les juifs et pas seulement pour les Cohanim.

Dans une étude récente de génétique, après une étude approfondie des séquences de l'ADN, on s'est aperçu que les différentes populations juives de la Diaspora avaient conservé leur patrimoine génétique propre, malgré l'exil. Malgré la dissémination aux quatre coins du monde et malgré plus de 1000 ans d'exil, les juifs ont un patrimoine génétique commun. Ces recherches confirment d'une part un ancêtre commun, et d'autre part une origine géographique commune.

Les juifs de différentes communautés orientales tels que celles d'Iran, d'Irak, du Kurdistan et du Yemen et de nombreux juifs européens ont un profil génétique très similaire.

Une communication à l'Académie des Sciences aux USA par M.F. Hammer du 9 mai 2000 a stipulé :

" En dépit de leur long exil dans de nombreux pays, les communautés juives sont très proches au point de vue génétique. Les résultats de ces travaux posent l'hypothèse d'un gène paternel unique des différentes communautés en Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient et suggèrent la possibilité que les communautés juives descendent d'une ancienne population du Moyen-Orient. Ces travaux ont aussi montré, vue la pérennité du profil génétique que de nombreuses communautés sont restées isolées et qu'il n'y a pas eu de mélange avec le patrimoine génétique des non-juifs."

 

Etc, etc, etc, il y en a toute une tartine.

 

Vous y comprenez quelque chose, vous ? Lamed aurait le droit de dire ce qui est tout à fait verboten à Sarrazin ? Ce serait le BIEN dans un cas et le MAL incarné dans l’autre ?

 

Source : http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=372

 

 

Jewish_Genes275X207.gif

30/08/2010

PENDANT QU’ON PALABRE SUR LES ROMS ….

… on ne fait pas de sentiment du côté de la « démocratie phare » du Proche-Orient. Mais silence radio à la LICRA, au CRIF et chez leurs petits copains. Pas d’idiot de service à l’horizon pour rendre sa légion d’honneur ou sa médaille du mérite ?

 

« Peres s'oppose aux expulsions d'enfants

Shimon Peres défend les enfants de clandestins. Le président est venu ajouter sa voix à celle de tous les opposants de la récente décision gouvernementale d'expulser 400 enfants d'immigrés illégaux.

 

Il a pris la parole lors d'une session d'ouverture de LEAD - programme de "développement de leadership" qui agit en Israël depuis 1999. Peres estime qu'il est inconcevable d'expulser 400 enfants nés en Israël, qui parlent couramment l'hébreu et vivent comme des Israéliens. Plus encore, leur départ forcé causerait beaucoup de tort à Israël ainsi qu'aux familles concernées, selon Peres.

 

Tout en se disant favorable à la formulation d'une politique complète et sérieuse en matière d'immigration, le président reste opposé aux "mesures draconiennes", telles que celle prise par le gouvernement le mois dernier. Pour lui, les enfants doivent rester en Israël.

 

De nombreuses organisations œuvrant au nom des enfants sur le point d'être expulsés ont salué les commentaires de Shimon Peres. L'enthousiasme n'est cependant pas de mise, étant donné que, selon la législation israélienne, le président n'a pas l'autorité de renverser une décision du gouvernement. »

 

 

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1282804775885&a...

 

FRANCE, LE PAYS DES BISOUNOURS

Trouvé sur le site de L'Organe, que vous fréquentez, j'espère:

"Une ravissante petite vidéo qui n'est pas de nous mais qu'on apprécie: qualité du montage et de l'illustration, en 2'24 tout est dit. Chapeau l'artiste !"

http://www.dailymotion.com/LesResistantsLeRetour

 

 

Source: http://www.lorgane.com/FRANCE-LE-PAYS-DES-BISOUNOURS_a979.html

 

 

26/08/2010

ET LA FRANCE DANS TOUT CA ?

Les couteaux commencent à s’aiguiser pour la prochaine présidentielle et la désinformation bat déjà son plein. Se retrouver avec DSK à la place de Sarkozy, vous parlez d’un changement ! Le seul qui oserait se démarquer du philosionisme militant apparemment obligatoire pour qui veut grimper au sommet de l’Etat (pour y faire quoi, une fois arrivé là ? question totalement secondaire) ce serait Villepin. C’est pourquoi la presse-Pravda du système lui tombe sur le paletot avec un bel ensemble. Et ce n’est qu’un début.

Vous lirez ci-après un article paru dans Le Point, présenté par le site JSSNews, que nous connaissons bien pour son approche particulièrement sérieuse et mesurée dès qu’il s’agit d’Israël.

Notez bien que je me contrefiche de Villepin. Il est dans le système et moi pas. Seulement, il présente une certaine originalité, rafraîchissante pourrait-on dire. Et je suis curieuse de voir comment il exécutera le grand écart obligatoire entre les musulmans à satisfaire et les électeurs « de droite » qu’il faudra séduire dans le même temps.

Vous apprécierez la qualité des cautions qui ont été appelées à la rescousse dans l’article du Point : Frank Melloul, Francis Szpiner, Elie Barnavi, Richard Prasquier, Alain Finkielkraut. Tous ces gens-là seraient horrifiés de voir Villepin accéder au sommet de l’Etat et ils feront tout pour le déboulonner. De quoi le rendre tout de suite un peu plus sympathique.

En tout cas une chose m’a frappée : juifs ou musulmans, tous n'ont l’air de ne juger des choses et des gens qu’en fonction de leur conflit perso. L’intérêt général du pays? Totalement évacué. Hors sujet.

Autre chose : on ne se gêne pas ci-après pour parler de « racaille ». En oubliant totalement que cette « racaille » n’est pas vraiment venue toute seule. Certains (mais qui donc ?) lui ont ouvert toutes grandes les portes. Qui font mine de l’oublier aujourd’hui.

« Dominique de Villepin, nommé ambassadeur de la racaille »

« Anna Cabana, journaliste au Point, vient de publier un article criant de vérité sur celui que JSSNews à déjà dénoncé pour des faits similaires. Dans l’article mis en ligne ce jour, la journaliste explique comment Dominique de Villepin se fait ambassadeur de la Palestine en France pour devenir Calife à la place du Président. Dans son enquête, Anna Cabana ne manque pas de rappeler que ceux qui applaudissent Guignol, sont aussi ceux qui baissent la tête quand ce dernier, dans un exercice d’équilibriste, tente de rappeler la mémoire de Dreyfus. Elle souligne également que ce sont ces même personnes qui qualifient “Sarkozy aux juifs et à l’argent”. Clichés ? Pas pour Dominique de Villepin visiblement qui à décidé que son cheval de bataille en politique extérieur serait le soutien inconditionnel à la cause de l’anti-sionisme.

L’article du Point : Comment Villepin enflamme les cités

“Que ne faut-il dire ou laisser dire pour se faire applaudir au Val-Fourré ? “ Quand le villepiniste Hervé Mariton a posé cette question importune, lors de la petite réunion conduite par Dominique de Villepin en présence des quelques parlementaires proches de lui, ça a jeté un froid. Nul n’a répondu au député de la Drôme. Blanc. Malaise.” La posture de Dominique est une des raisons de ma prise de distance avec lui “, expose Mariton, qui a boudé le lancement de République solidaire, le 19 juin. L’élu a toutefois relevé que Villepin avait pris soin, dans son discours, d’évoquer Dreyfus.” Le problème, pour ce type de référence comme pour sa tribune dans Le Monde [NDLR : daté du 5 juin],c’est que, désormais, on se demande s’il ne fait pas ça uniquement afin de rééquilibrer les choses… ”

Les choses ? Les mots, plutôt. Ceux qu’il a prononcés, à la suite de l’arraisonnement de la flottille en route vers Gaza, le 31 mai, sur le plateau de ” Mots croisés ” (France 2), quand, après avoir vertement condamné” la politique de force menée par Israël sans rapport avec la défense de sa sécurité “, il a fini par invoquer la mémoire de ” notre ami Mahmoud Darwich “, cet antisioniste de renom, et par déclamer un vers du poète : ” “Sur la corde à linge, il y a les mouchoirs du sang trop versé. ” Ce sang-là, a grondé Villepin,il continue de goutter dans les coeurs de tous les Palestiniens. Ecoutons Mahmoud Darwich ! “ Une exhortation grandiloquente qui a de facto promu l’ancien Premier ministre ambassadeur émotionnel de la Palestine.

Les mots, ce sont aussi ceux qu’il n’a pas prononcés, le lendemain, à Mantes-la-Jolie, quand le recteur de la grande mosquée, Ali Berka, non content de l’avoir congratulé -” Hier, mes amis et moi étions heureux de vous entendre. Vous avez si bien cité Darwich ! “-, a déclaré que ” jamais un gouvernement n’a été aussi pro- israélien que celui de Nicolas Sarkozy “. Silence radieux de Villepin. Quelques heures plus tard, au micro de Lahbib Eddaouidi, sur la radio LFM, il ne s’évertuera pas davantage à apaiser les esprits.” C’est Israël qui agresse, qui assassine des populations civiles”, accuse l’intervieweur. L’ancien Premier ministre ne dit pas non. Il ne dit pas stop. Le grand diplomate qu’il n’a jamais cessé d’être aurait pu glisser quelques mots pacificateurs : ” Je comprends votre émoi, mais vous y allez un peu fort. ” Non, il martèle : ” Israël bafoue les droits de la population palestinienne et le droit international. C’est inqualifiable, totalement injustifiable. “ Lahbib Eddaouidi n’en attendait pas tant. La première fois qu’il a eu l’heur de parler à Villepin, c’était le 31 mars, à l’occasion d’une rencontre avec des élus et des acteurs associatifs des quartiers, au Café de la place, dans le 18e arrondissement de Paris. Ce jour-là, le jeune homme était méfiant : ” Quand Sarkozy s’en est pris à la banlieue, vous, monsieur le Premier ministre, vous avez demandé à Azouz Begag de fermer sa gueule ! “ Aujourd’hui, le ton a changé.” Le type est intéressant “, reconnaît-il.” Pour moi, c’est le meilleur, le plus proche de chez nous “, loue en écho Abdellah Boudiaf, vice-président de l’association Alif à Elancourt (Yvelines).

Il est grisé, Villepin, par les youyous qui scandent ses virées dans les quartiers, par la ferveur de cette jeunesse en mal de leadership politique. C’est Ahmed qui, après avoir enlevé sa casquette pour lui serrer la main, proclame : ” Sarkozy aime les juifs, on a besoin de quelqu’un qui aime les musulmans, heureusement que Villepin est là ! “ ; c’est Malika, brunette aux yeux de Bambi, qui l’apostrophe : ” A l’Onu, vous avez dit niet ! Et maintenant à Israël ! Enfin un politicien qui condamne clairement l’Etat sioniste ! Bravo ! “ C’est le recteur Ali Berka, encore lui, qui s’enflamme : ” Quand un homme portera les valeurs qui nous paraissent manquer aujourd’hui, les musulmans sortiront de leur tanière. Pas seulement ceux qui sont ici, mais partout, tout autour, les organisations… “ Air entendu.” On se retrouvera ! “ promet-il à celui qui entend briguer la magistrature suprême. En plus du thé à la menthe offert par son hôte, Villepin boit du petit-lait : ” Merci de votre sagesse. “” Sagesse “. Etait-ce le mot idoine ?

” Politique du pire “.” Entre 2005 et 2007, Sarkozy était communautariste et Villepin non, affirme Mariton. Aujourd’hui, il devrait faire un peu attention. “ Ils sont quelques-uns, parmi ses proches, à l’avoir mis en garde.” Il faut contrôler ses effets “, lui a recommandé un ex-collaborateur dans une note circonstanciée. Frank Melloul, son ancien conseiller en communication, fidèle entre les fidèles, s’est démarqué, le 23 juin, sur les ondes de RCJ, la Radio de la communauté juive : ” Je ne peux que regretter la tonalité des propos tenus par Dominique de Villepin sur Gaza. J’aurais souhaité de sa part un peu plus de retenue, et je le lui ai dit. Je les regrette d’autant plus qu’il a été l’un de ceux, ces dernières années, qui ont le plus contribué au rapprochement franco-israélien. Quand on défend la cohésion nationale, on doit faire attention à ce genre de choses. “ Il n’est pas anodin que Melloul, l’un des meilleurs agents d’influence de Villepin auprès des journalistes, ait accepté l’offre du camp ennemi : une mission sur le développement de la France dans le monde que lui a confiée Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP.” Villepin joue la politique du pire sur le conflit au Moyen-Orient “, déplore de son côté l’avocat chiraquien Francis Szpiner. Même Elie Barnavi, l’ancien ambassadeur d’Israël en France, qui a noué avec Villepin des relations ” amicales “, s’étonne : ” Il fait un très mauvais calcul politique : ce n’est pas dans les banlieues que l’on bâtit une carrière d’homme d’Etat. “ Ce qu’un éminent conseiller de Sarkozy formule autrement : ” Villepin a des zones aveugles : vous ne pouvez pas être un candidat de la droite en couchant trop avec la racaille. “ Et Aziz Senni, entrepreneur au Val Fourré engagé au Nouveau Centre, de renchérir : ” Ça se saurait, s’ils votaient ! Pourquoi l’effet Dieudonné n’a rien donné dans les urnes ? Pourquoi Besancenot n’a pas réussi à capter ces voix-là alors qu’il avait un discours beaucoup plus juste encore que Villepin sur Israël ? “ Encore faudrait-il en convaincre Brigitte Girardin, la secrétaire générale de République solidaire.” Tu peux être élu par les banlieues ! “ répète-t-elle désormais à son grand homme.

” Dans les cités, on se mobilise pour lui car c’est le seul qui ne nous a pas stigmatisés “, certifie Azzedine Ouis, conseiller municipal à Corbeil-Essonnes et désormais chargé du réseau associatif de République solidaire.” J’ai regardé l’organigramme de son mouvement sur Internet et je n’ai pas vu de gens qui me ressemblent ! “ regrette pourtant Mohamed Chanaï, président d’une association dans le 9-5. A entendre cet homme qui fut candidat aux dernières municipales à Argenteuil sous les couleurs du Parti des musulmans de France, l’état-major de Villepin ne serait composé” que de Gaulois ! “ Il n’empêche, Chanaï est convaincu que le rival de Sarkozy ” va avoir beaucoup d’électeurs en banlieue, c’est acquis. Il a une vraie popularité auprès de ces jeunes qui ont oublié qu’en 2005 il a décrété un couvre-feu chez eux ! ”

Capuche.” Ils ” ont fait le déplacement le 19 juin, en tout cas. Et en masse. Vers 15 h 30, tandis que, sur la scène, l’ancienne secrétaire générale de Ni putes ni soumises, Bouchera Azzouz, animait le prélude au discours de Villepin, des dizaines et bientôt plusieurs centaines de jeunes gens à casquette et capuche accompagnés d’une poignée de femmes voilées ont jailli des rames de métro pour entrer en sautillant dans la halle Freyssinet avec, dans les mains, des banderoles faites maison – taillées dans des draps et taguées à la bombe.” Respect pour De Villepin ! ” (sic), pouvait-on y lire. Cette traînée d’exubérance s’est vite répandue dans la grande salle du 13e arrondissement de Paris, jusqu’à encercler les ” Gaulois ” à chemise Vichy qui, depuis 14 heures, avaient pris place sur les chaises. Une coexistence rare dans une réunion politique. Nordine, 20 ans, n’a jamais voté, mais là,” c’est différent “.” De Villepin est un Monsieur avec un grand M. Il représente bien le Français qui oeuvre pour la paix, pas comme Sarko, qui a choisi son camp : Israël et l’argent ! “ Il n’a pas applaudi quand l’ancien Premier ministre a rappelé” l’injustice faite à un petit capitaine de l’armée française parce qu’il était juif “, mais il a bondi de joie quand le même a pourfendu ” ce gouvernement qui instrumentalise la peur de l’islam. Je me suis déjà élevé contre cet engrenage de la peur qui a conduit à la guerre en Irak. C’est la même logique de la peur qui règne aujourd’hui au Proche-Orient “. Et de hurler son soutien, quelques minutes plus tard, tandis que Villepin tonnait : ” N’oublions pas, parmi les enfants de notre pays, les fils et petit-fils d’immigrés. On voudrait qu’ils renoncent à une partie d’eux-mêmes, comme expulsés de leur propre vie.

Les enfants de banlieues sont la cible de Villepin, son public.” S’il n’avait pas fait ce choix tactique, il n’aurait pas rempli la halle Freyssinet, estime l’un de ses amis. Mais ces gamins, il ne faut pas qu’il les excite ! “ Difficile pour Villepin de résister à la tentation de camper, sur ce terrain-là aussi, l’anti-Sarkozy… A fortiori depuis que le président de la République ne peut plus, sans heurts, mettre un pied en banlieue.” Villepin aiguise toutes ses différences avec Sarkozy, relève joliment Barnavi. S’inscrivant dans la filiation gaullienne, il est moins spontanément favorable à Israël que le chef de l’Etat, qui est à la fois philosémite et philosioniste. “ Quoique n’ayant pas oublié” le rôle de Villepin, quand il était à Matignon, dans l’amélioration des relations franco-israéliennes “, le président du CRIF, Richard Prasquier, est ulcéré, désormais : ” Villepin appartient à cette tradition française où le romantisme du discours s’accompagne d’une très classique fascination pour l’Orient et ses grandes étendues désertiques, mais aussi d’une bonne dose de cynisme : il y a plus à gagner avec les musulmans qu’avec les juifs. “ Une ” conduite politique en état d’ivresse “- l’expression est d’Alain Madelin — qui alarme un autre Alain, philosophe, celui-là : Finkielkraut (voir interview).

Contacté par Le Point, le principal intéressé n’a, lui, pas souhaité commenter. A l’Elysée, les vigies du sarkozysme guettent l’” immanquable dérapage de ce Lawrence d’Arabie sans turban. Il n’est pas assez rompu à la politique pour savoir éviter d’être instrumentalisé “. Au printemps, peu avant le grand meeting inaugural, ses proches avaient pris des contacts en vue d’organiser à Argenteuil une réunion avec Tariq Ramadan autour de ce thème : ” Etre musulman en République “. Le théologien décrié avait donné son accord, ne restait plus qu’à fixer la date. Villepin a renoncé. Le début d’une prise de conscience ? »

Source : http://jssnews.com/2010/08/23/dominique-de-villepin-nomme...

25/08/2010

UN BIDULE TRES UTILE

Connaissez-vous le BIDDH ? Vous auriez tort de l’ignorer car il s’occupe activement de choses très importantes et qui nous concernent tous. D’ailleurs, vous allez vite comprendre à quel point il est efficace. Mais tout d’abord, que signifie ce sigle légèrement orwellien ? Voilà : Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme.

 

Vous y voyez déjà plus clair, non ? C’est grâce au BIDDH que nos sociétés sont aussi parfaitement démocratiques et que la liberté de pensée et d’expression règne à tous les étages de la maison :

 

« Le BIDDH a été mandaté pour aider les Etats partici­pants de l’OSCE* “à assurer le plein respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, à observer les règles de l’Etat de droit, à promouvoir les principes de la démocratie et… à édifier, renforcer et protéger les institutions démocratiques ainsi qu’à favoriser la tolérance à tous les niveaux de la société.”

 

Le BIDDH a été établi en 1990. Il emploie près de 150 personnes de plus de trente pays. … Depuis juillet 2008, l’Ambassadeur Janez Lenarčič (Slovénie) est l’actuel directeur du BIDDH.

 

Tous les 56 Etats participants de l’OSCE ont pris des engagements visant à respecter certains principes. Le catalogue des engagements pris par les Etats participants dans le domaine de la dimension humaine constitue la base du travail du BIDDH.

Principes majeurs de l’OSCE en relation avec la dimension humaine :

-  Les Etats participants respectent les droits de l’homme et les libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de conviction pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion. Ils favorisent et encouragent l’exercice effectif des libertés et droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels et autres.

-  Les droits de l’homme et les libertés fondamentales sont inhérents à tous les êtres

humains, inaliénables et garantis par la loi. La responsabilité première des gouvernements est de les protéger et de les promouvoir.

- Le gouvernement démocratique repose sur la volonté du peuple, exprimée à intervalles réguliers par des élections libres et équitables. La démocratie est fondée sur le respect de la personne humaine et de l’Etat de droit.»

 

La volonté du peuple … Il est interdit de rigoler. Bon, si vous êtes amateur, il y a encore des pages et des pages de ce baratin que vous trouverez facilement sur leur site.

 

Mais pourquoi vous parle-je de ce bidule aujourd’hui ?

 

Eh bien, parce que j’avais gardé sous le coude une info de première importance dont je n’avais pas alors le temps de m’occuper. Je l’ai davantage aujourd’hui et donc je vous livre ce scoop (paru quand même le 22 juillet) :

 

« 57 nations pour la lutte contre l'antisémitisme

 

Le vice-ministre israélien des Affaires étrangères, ancien président de la Knesset, Dan Tichon a inauguré un nouvel accord de coopération, mercredi 21 juillet 2010, avec Janez Lenarcic, directeur du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH), dans l’objectif de «redoubler les efforts dans la lutte contre la délégitimation d'Israël et l'antisémitisme envers les Juifs du monde entier» L'événement a eu lieu en présence du vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon.

 

« Cet accord est une étape qui augmentera l’impact de la coopération de 87 États dans la lutte contre la délégitimation d'Israël, a déclaré Danny Ayalon. «Il ya ceux qui nient la Shoah et se préparent pour la prochaine Shoah. Nous devons nous souvenir des horreurs du passé afin que ces horreurs ne se reproduisent pas, et pour faire du monde un endroit plus sûr. » « C'est le début d'une coopération à long terme », a déclaré Janez Lenarcic. « Nous devons tous envoyer un message que l'antisémitisme est un problème grave et travailler ensemble pour lutter contre ce problème. » 

 

Source : ynetnews.com

 

Alors, vous la comprenez à présent, l’utilité de ce bidule ? Signalons au passage qu’Israël n’est pas membre de l’OSCE, mais « partenaire méditerranéen ».

 

 

* Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe

24/08/2010

« Une monnaie à l’effigie d’un ancien patriarche antisémite scandalise en Roumanie »

« L’ambassadeur des Etats-Unis en Roumanie, Mark Gitenstein, a vivement critiqué, lundi 23 août 2010, une décision de la Banque centrale roumaine de poursuivre la vente d'une monnaie commémorative à l'effigie d'un ancien patriarche orthodoxe aux vues antisémites, à l'origine de vives critiques de la part du Musée de l'Holocauste de Washington.

 

"Je suis très déçu par la décision de la Banque nationale de Roumanie de mettre à la vente une monnaie commémorative du patriarche Miron Cristea", a déclaré Mark Gitenstein. "Les actions de Cristea en tant que Premier ministre, tout particulièrement son rôle dans la révocation de la citoyenneté roumaine de plus de 225.000 juifs – ne peuvent être oubliées", a-t-il ajouté. »

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

 

11.jpgA la lecture de ce qui précède, on comprend qu’il convient de nettement relativiser le titre choisi pour annoncer cette nouvelle : cette monnaie scandalise-t-elle tant que ça en Roumanie ? Ou ne scandalise-t-elle surtout (et peut-être seulement) que l’ambassadeur américain en Roumanie, Mark Gitenstein, lui-même d’origine roumaine, ses grands-parents ayant émigré à la fin du XIXe siècle ? Petit amalgame discret, en passant.

 

Bref, ce qui est certain en tout cas, c’est que la Banque nationale de Roumanie ne s’est pas couchée devant les pressions et a maintenu sa position. Vous lirez toute l’histoire dans le lien ci-après. Miron Cristea fut le patriarche de Roumanie de 1925 à 1939 et le premier ministre du pays, alors une monarchie, de 1938 à sa mort, survenue en 1939. C’est vrai qu’il n’aimait pas beaucoup certains juifs et le site juif.org rappelle avec indignation cette phrase : "Le devoir du Chrétien est d'abord de s'aimer lui-même et de veiller à la satisfaction de ses besoins. Ce n'est qu'ensuite qu'il peut aider son voisin [...].  Pour quelle raison ne nous débarrasserions-nous pas de ces parasites [les Juifs] qui sucent le sang du Roumain chrétien'  C'est logique et saint de prendre des mesures contre eux."

 

Replaçons-nous quand même dans le contexte de l’époque avant de pousser des cris effarouchés: une révolution bolchevique récente en Russie, qui rêvait d’étendre ses bienfaits humanitaires à toute l’Europe de l’est. En attendant de le faire au reste de l’Europe. Et à la planète entière. Et même au cosmos, tant qu’on y était.  Force est de reconnaître qu’un nombre certain de juifs y furent particulièrement actifs, même s’ils ont tendance à zapper aujourd’hui lorsqu’on leur parle de la chose. Qui ose leur en parler d’ailleurs ? Donc, pour en revenir à notre patriarche, on peut imaginer ses craintes. D’ailleurs, il est mort à temps. Avant de voir les communistes s’emparer du pouvoir en 1945 et faire régner en Roumanie une terreur rouge dont on se rappelle aujourd’hui encore. Où s’illustra une certaine Ana Pauker, fille de rabbin, stalinienne pure et dure qui participa activement à la politique de collectivisation forcée imposée au pays. Et bien d’autres encore.

 

 

http://www.juif.org/blogs/26991,miron-cristea-raciste-et-antisemite-honore-par-la-banque-centrale.php

23/08/2010

FINIES LES VACANCES !

Le CRIF est de retour en pleine forme :

« Les Juifs qui dominent la France » : retour sur une affaire judiciaire, par Marc Knobel »* 

« Comment une publication de ce type a-t-elle pu obtenir un numéro de Commission paritaire et trouver sa place sur les linéaires des Relais H ? » se demande le journaliste, qui précise toutefois que le Tribunal de Paris a demandé le retrait de ce titre de presse en juillet.  

« Les clients de la gare lyonnaise de la Part-Dieu n’en ont pas cru leurs yeux, raconte Renaud Revel** sur son blog : L’enquête en une d’un bulletin Le National Radical, édité par le parti d’extrême droite du même nom : « Les juifs qui dominent la France ». Ce numéro donne « une longue liste de personnalités d’origine juive, par secteurs d’activité et par ordre alphabétique. Journalistes, politiques, intellectuels, éditeurs et gens des médias y sont ainsi répertoriés, méthodiquement. Démarche infamante, ce sont au total, plusieurs centaines de noms qui sont ainsi dans cette feuille indigne. » (…) « Comme aux plus belles heures des années 30 ou de l’Occupation. »

Un responsable des relations extérieures du groupe Presstalis (anciennement NMPP et qui diffuse la presse) explique qu’il « peut malencontreusement arriver qu’un des points de vente rate une consigne, très souvent du fait de l’encombrement des magasins et des titres déplacés de leur endroit normal par les clients. » Une erreur, donc, « qui ne se reproduira pas » a affirmé Maurice Portes, directeur des opérations du réseau Relay, contacté par Arrêt sur images.

« Nous avons pris des mesures, notamment un système d’alerte sur notre intranet ». Dont acte.

Retour sur une affaire judiciaire :

Dans le cadre de la vigilance qu’elles exercent, les associations requérantes (l’Union des Etudiants Juifs de France et l’association J’Accuse et de Marc Knobel, chercheur au CRIF, en tant qu’intervenant volontaire lors du référé), ont eu connaissance de l’existence de la diffusion en kiosque du numéro 16 de la revue trimestrielle Le National Radical (Juin, Juillet, Août 2010). Parallèlement, le CRIF, qui n’este pas en justice, intervenait auprès des pouvoirs publics pour dénoncer cette revue.

La revue trimestrielle « Le National Radical » éditée par une fantomatique association dénommée ASPIS est l’organe officiel du PNR, disponible en kiosque au prix de 2,50 €. Son Directeur de la publication est Maurice Martinet. Selon les mentions propres du site internet du Parti National Radical, sur son site Internet,  le National Radical est distribué en kiosque par le réseau de NMPP, aujourd’hui animé par la société PRESSTALIS : Le ''National Radical'' est l'organe de presse du Parti National Radical. Sa périodicité est actuellement trimestrielle. Distribué par le réseau de NMPP, Le National Radical est en vente chez les principaux marchands de journaux…

Sur trois doubles pages (p. 3 à 8) et sous le titre « Les juifs qui dominent la France » s’étendait un texte démonstratif  profondément antisémitisme proposant en introduction au lecteur de faire un « petit tour d’horizon sur la colonisation culturelle » en passant en revue selon le PNR l’omniprésence des juifs à la télévision, la radio, dans la presse, l’édition, le cinéma, le monde associatif, la politique… Suit une liste alphabétique de 308 patronymes, assortis de commentaires soulignant leur ascendance juive réelle ou supposée… Enfin, en page 14 du même numéro figurait une offre de vente au public, au prix de 14 €,  d’un fascicule des « Protocoles des sages de SION », célèbre faux antisémite, assorti d’un commentaire édifiant.

La violation grave et renouvelée de l’ordre public que caractérise la publication de ce numéro digne de la presse collaborationniste des années 40, a conduit les requérantes à saisir le Parquet d’une plainte motivée. Compte tenu du caractère criminogène de ces faits et de l’urgence d’en obtenir la cessation, elles ont saisi Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de Paris des demandes suivantes :

En application de l’article 809 alinéa 1er du CPC, il fut demandé par Maître Stéphane Lilti d’ordonner la cessation du trouble manifestement illicite constitué en l’espèce, qui puise sa source :

-En ce qui concerne les passages reproduits au dispositif de la présente assignation, dans la violation des articles 23, 24 alinéa 8 de la loi du 29 juillet 1881 réprimant le délit de provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence nationale raciale ou religieuse, par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique. Il est manifeste que ces passages, qui ne renferment l’imputation d’aucun fait précis, tendent dans leur globalité à susciter un sentiment de haine et de rejet à l’encontre des  juifs, présentés comme, un lobby,  une puissance « colonisatrice » dans tous les domaines de la vie culturelle, de la vie politique et des médias, et comme une menace contre « la France et les Français en tant que peuple de race blanche qui risque de disparaître ».

L’exhortation faite aux « membres des nations » à « leur demander des comptes » ne peut être interprétée autrement que comme une incitation à la haine et à la discrimination voire à la violence.

-En ce qui concerne la liste de 308 patronymes, dans la violation de l’article 226-19 du Code Pénal réprimant le délit caractérisé par la mise ou la conservation en mémoire informatisée, sans le consentement exprès de l’intéressé, des données à caractère personnel qui, directement ou indirectement, font notamment apparaître les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, cette infraction étant étendue à toute forme de fichier, informatique, mécanographique ou manuel sous forme de liste ;

-En ce qui concerne l’offre de vente au public des protocoles des sages de Sion, dans la violation de l’Arrêté du 25 mai 1990 interdisant la circulation, la distribution et la mise en vente de cet ouvrage d’origine étrangère.

Il fut donc demandé à Monsieur le Président d’en ordonner, en l’état,  le retrait de la vente à titre conservatoire des droits des requérantes et dans l’attente qu’il soit statué sur les poursuites pénales qui seront engagées contre le directeur de la publication. L’ordonnance à intervenir sera déclarée commune à la société PRESSTALIS en sa qualité de distributeur du journal litigieux, a précisé Maître Stéphane Lilti.

Dans son ordonnance en référé rendue le 12 juillet 2010, Joël Boyer, vice-président du Tribunal de Grande Instance de Paris, note que « la virulence à tous égards exceptionnelle de la charge, comme l’exhortation finale, sous couvert de prédiction dont le caractère légitime est par avance donné pour acquis caractérisent manifestement la provocation non seulement à la discrimination, mais aussi à la haine et –quoiqu’il s’en défende à tort, compte tenu de la conclusion du texte en cause – à la violence » (page 11). « A eux seuls, les écrits poursuivis de ce chef créent un trouble manifestement illicite à l’ordre public, pour ne rien dire du sentiment que chacun peut ressentir, en 2010, à leur lecture, et plus encore, sans doute, ceux qui ont été les victimes les Juifs d’Europe ou, au travers de leurs proches, au génocide » (page 11).

Concernant la publication dans le NR d’une liste de 308 patronymes, Joël Boyer note : «  le trouble manifestement illicite que caractérise la publication de cette liste, qu’elle soit prise dans son seul principe, et plus encore dans sa réalité éditoriale, est patent » (page 12).

Concernant la publication dans le NR d’une offre de vente au public des « Protocoles des Sages de Sion », Joël Boyer note : « En ayant publié un encart vantant les mérites de cet ouvrage (…) la publication en cause contrevient encore à la loi et crée un trouble manifestement illicite » (page 12).

De fait, « en ayant fait le choix de consacrer sa page de couverture et un dossier substantiel de ce numéro 16 à des violations délibérées de la loi, en incitant à la haine et à la violence à l’égard des personnes juives, par le recours aux préjugés antisémites les plus éculés, en stigmatisant à la fois leur volonté de puissance et le danger qu’elles représentent pour la communauté nationale … puis en livrant une liste de « Juifs » à la curiosité ou à la vindicte de ses lecteurs, avant de se recommander d’un livre interdit… la publication distribuée en kiosque à près de 10.000 exemplaires, cause une atteinte d’une extrême gravité aux valeurs républicaines ».

Par ces motifs, Joël Boyer a ordonné :

1)      « le retrait immédiat du numéro 16 de la publication « Le National Radical » daté « juin, juillet, août 2010 » de la vente en kiosques et le retour de tous les exemplaires distribués ou en voie de distribution,

2)      Interdisons au PNR et à l’association de Sauvegarde du Particularisme et des Intérêts Savoyards (ASPIS) de vendre ou distribuer ce numéro sous quelque forme que ce soit,

3)      Déclarons la présente décision opposable à la société PRESSTALIS qui prendra toute mesure pour en assurer l’exécution,

4)      Disons que ces injonctions de faire ou de s’abstenir de faire sont assorties d’une astreinte de 50 euros par exemplaire, qui courra à compter du 15 juillet 2010, à 18 heures, mise en charge in solidum du PNR et de l’association ASPIS.

5)      Déclarons recevables en leur intervention solidaire volontaire Marc KNOBEL, la LDH, le MRAP, la LICRA, et leur en donnons acte,

6)      Condamnons in solidum le PNR et l’association ASPIS à payer sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile, la somme de 500 euros à Marc KNOBEL et la somme de 1500 euros chacune aux associations l’UEJF et J’ACCUSE

7)      Disons n’y avoir lieu de faire d’autres applications de l’article 700 du code de procédure civile au profit de quiconque,

8)      Condamnons le PNR aux entiers dépens. »

* Chercheur au CRIF, président de l’association J’ACCUSE !

** Rédacteur en chef à l’Express

 Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

couv_Juifs.jpg

 

 

 

19/08/2010

INFÂMES ET INFAMIES (suite)

 

 

Voici un rectificatif à l’article ci-dessous, révélant les « turpitudes » de Jörg Haider. Vous pourrez ainsi compléter vos informations et juger par vous-mêmes:

 

http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2010/08/16/nouvelle-manipulation-mediatique-a-l-encontre-de-jorg-haider.html