Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2010

« Une monnaie à l’effigie d’un ancien patriarche antisémite scandalise en Roumanie »

« L’ambassadeur des Etats-Unis en Roumanie, Mark Gitenstein, a vivement critiqué, lundi 23 août 2010, une décision de la Banque centrale roumaine de poursuivre la vente d'une monnaie commémorative à l'effigie d'un ancien patriarche orthodoxe aux vues antisémites, à l'origine de vives critiques de la part du Musée de l'Holocauste de Washington.

 

"Je suis très déçu par la décision de la Banque nationale de Roumanie de mettre à la vente une monnaie commémorative du patriarche Miron Cristea", a déclaré Mark Gitenstein. "Les actions de Cristea en tant que Premier ministre, tout particulièrement son rôle dans la révocation de la citoyenneté roumaine de plus de 225.000 juifs – ne peuvent être oubliées", a-t-il ajouté. »

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

 

11.jpgA la lecture de ce qui précède, on comprend qu’il convient de nettement relativiser le titre choisi pour annoncer cette nouvelle : cette monnaie scandalise-t-elle tant que ça en Roumanie ? Ou ne scandalise-t-elle surtout (et peut-être seulement) que l’ambassadeur américain en Roumanie, Mark Gitenstein, lui-même d’origine roumaine, ses grands-parents ayant émigré à la fin du XIXe siècle ? Petit amalgame discret, en passant.

 

Bref, ce qui est certain en tout cas, c’est que la Banque nationale de Roumanie ne s’est pas couchée devant les pressions et a maintenu sa position. Vous lirez toute l’histoire dans le lien ci-après. Miron Cristea fut le patriarche de Roumanie de 1925 à 1939 et le premier ministre du pays, alors une monarchie, de 1938 à sa mort, survenue en 1939. C’est vrai qu’il n’aimait pas beaucoup certains juifs et le site juif.org rappelle avec indignation cette phrase : "Le devoir du Chrétien est d'abord de s'aimer lui-même et de veiller à la satisfaction de ses besoins. Ce n'est qu'ensuite qu'il peut aider son voisin [...].  Pour quelle raison ne nous débarrasserions-nous pas de ces parasites [les Juifs] qui sucent le sang du Roumain chrétien'  C'est logique et saint de prendre des mesures contre eux."

 

Replaçons-nous quand même dans le contexte de l’époque avant de pousser des cris effarouchés: une révolution bolchevique récente en Russie, qui rêvait d’étendre ses bienfaits humanitaires à toute l’Europe de l’est. En attendant de le faire au reste de l’Europe. Et à la planète entière. Et même au cosmos, tant qu’on y était.  Force est de reconnaître qu’un nombre certain de juifs y furent particulièrement actifs, même s’ils ont tendance à zapper aujourd’hui lorsqu’on leur parle de la chose. Qui ose leur en parler d’ailleurs ? Donc, pour en revenir à notre patriarche, on peut imaginer ses craintes. D’ailleurs, il est mort à temps. Avant de voir les communistes s’emparer du pouvoir en 1945 et faire régner en Roumanie une terreur rouge dont on se rappelle aujourd’hui encore. Où s’illustra une certaine Ana Pauker, fille de rabbin, stalinienne pure et dure qui participa activement à la politique de collectivisation forcée imposée au pays. Et bien d’autres encore.

 

 

http://www.juif.org/blogs/26991,miron-cristea-raciste-et-antisemite-honore-par-la-banque-centrale.php

Les commentaires sont fermés.