Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2010

INFÂMES ET INFAMIES (suite)

 

 

Voici un rectificatif à l’article ci-dessous, révélant les « turpitudes » de Jörg Haider. Vous pourrez ainsi compléter vos informations et juger par vous-mêmes:

 

http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2010/08/16/nouvelle-manipulation-mediatique-a-l-encontre-de-jorg-haider.html

Commentaires

Que voulez-vous ajouter à une telle révélation ? Qu'elle en dit encore plus long sur la nature carrément excrémentielle du prétendu "antifascisme", voilà tout. C'est avec de telles ordures que nous sommes aux prises, nous autres nationaux de tous les pays. Comme disait cette vieille ganache de Voltaire - sorte d'"antifasciste" de son temps, évidemment adulé par ses descendants spirituels : "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose".

Il n'y a pas de doute, c'est bien dans une lutte à mort que nous sommes entraînés.

Écrit par : Martial | 19/08/2010

Merci Anne pour le site, encore un que je rajoute. les gays vont pouvoir s'exclamer : ""elle" est réac ! "elle" est réac..;"elle n'est pas des nôtres, c'est pas possible" !

Écrit par : Christian | 19/08/2010

Cher Martial,
Désolé d'être en désaccord avec vous. Voltaire a exécré le politiquement correct de son époque. Il est évidemment tout à fait absurde de vouloir faire parler Voltaire aujourd'hui: s'il était des nôtres, que dirait-il?. Mais pourtant...
Voltaire concluait ses lettres par ces mots: ecr. l'infâme. Oui, écrasons l'infâme, c'est à dire la dictature que nous subissons.
Quant à "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose", ce n'est pas du Voltaire, mais du Goebbels.
Bref, vive Voltaire et vive la liberté!
Quant à la lutte à mort que vous évoquez, soit, nous vous attendons...
Bien amicalement,

Robert Spieler

Écrit par : Robert Spieler | 20/08/2010

à Christian:

parfaitement, je suis réac! et même, drôlement réac!! ça ne me gêne pas, au contraire je revendique.
oui, je réagis à ce que je vois autour de moi. plutôt deux fois qu'une.
vive la réaction!

Écrit par : anne kling | 20/08/2010

Navré d'avoir à donner le démenti à Robert Spieler, pour qui je n'ai que de l'amitié et de la considération, mais Voltaire a bel et bien écrit : "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose". Et ce n'était pas du second degré, contrairement à ce que voudraient faire croire ses thuriféraires !... Il a du reste été le premier à mettre en pratique cette maxime. En outre, son fameux "Écrasez, écrasons l'Infâme" ne visait nullement une dictature donnée ou LA dictature en général. En témoignent les excellente relations qu'il a entretenues pendant longtemps avec Frédéric II de Prusse et Catherine de Russie qui - pour être des monarques "éclairés", c'est-à-dire, en fait, illuminés par la franc-maçonnerie diffuse de l'époque - n'en étaient pas moins de fieffés autocrates. On voudra bien m'expliquer la différence avec des dictateurs ! Non, cette formule... infâme visait l'Église catholique et elle seule, comme le prouvent surabondamment les écrits de l'intéressé. Poussé par les excès de sa haine anticatholique, le sieur Arouet (à rouer !) pouvait d'ailleurs aller jusqu'à désigner ainsi le Christ qui - n'en déplaise à certains - est inséparable de Son Église. À propos du verbe rouer, Voltaire a été bastonné au moins deux fois : une fois à la frontière prussienne, par les sbires de son hôte Frédéric II, dont il avait plus ou moins barboté l'argenterie après s'être brouillé avec lui ; une autre fois par ceux du duc de Rohan. Que ces coups de bâton ont dû résonner agréablement aux oreilles de ceux qu'il traînait dans la boue avec l'ignominie dont il était capable ! Du coup, ces deux grands seigneurs me deviendraient presque sympathiques !...

Écrit par : Martial | 20/08/2010

'm'en fous.

Rien que pour le mot "Juif" du Dictionnaire Philosophique, je lui pardonne tout...non, disons 99%

Écrit par : Fred | 27/08/2010

Je souscris à 100 % aux propos de Martial.
Je retiens des "lumières" du XVIIIe une écriture bien française, quant à leurs idées philosophiques, politiques, théologiques... aux chiottes.

Écrit par : Vincent | 28/08/2010

D'accord avec Martial.
Faudrait sans doute les sources pour le "mentez..." mais l'Infâme est évidemment pour lui l'Eglise catho.
Pour le "mentez", je l'attribuais perso à Lénine ou Staline, mais tous ces révolutionnaires "éclairés" sont bien les fils spirituels de Lucifer, le maitre du mensonge.
Je ne peux vraiment pas blérer ce genre d'hypocrite et de donneur de leçons qu'était ce Voltaire le très mal nommé, "éclairé".

Sans la Vérité, point de liberté.
Vive le Dieu des cathos.

Écrit par : cosaque | 30/08/2010

Ce que Lénine (je crois) a écrit en substance, c'est :

"Il suffit de répéter un mensonge un nombre suffisant de fois pour en faire une vérité"... ce qui va évidemment dans le même sens, celui du "père du mensonge" !

Écrit par : Martial | 30/08/2010

Les commentaires sont fermés.