Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2010

UN DRÔLE DE PARTICULIER …

Ci-après deux versions du même fait divers en date du 13 juillet 2010. A la suite : deux articles, l’un de 2002 et l’autre de 2007, afin de compléter votre information sur le personnage: 

« Consistoire israélite: 1 mise en examen 

ed877d11107c30e0.jpgLe président du Consistoire israélite de Marseille, Zvi Ammar, a été mis en examen "pour modification d'une scène de crime", a-t-on appris auprès du parquet de Marseille. Cette mise en examen intervient dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat en novembre 2007 à Marseille d'Olivier Plançon, directeur commercial à Monaco, sur un parking situé devant la société de M. Ammar.

Selon des éléments d'enquête cités en février 2009 par l'hebdomadaire Le Point, Olivier Plançon, directeur commercial pour la société Mercure International of Monaco, sortait d'un rendez-vous chez International Sport Fashion (ISF), la société de Ammar, et a été tué parce qu'il transportait des fonds de Marseille vers Monaco.

Selon la même source, des témoins avaient vu deux hommes, dont Ammar, extraire des sacs de sa voiture pour être emportés dans les bureaux d'ISF, alors qu'Olivier Plançon agonisait. Poursuivi en diffamation par M. Ammar, l'hebdomadaire avait été relaxé en octobre 2009. Selon le quotidien La Provence, Ammar a été placé sous contrôle judiciaire. »

Source : Le Figaro  http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/07/13/97001-20100713FILWWW00335-consistoire-israelite-1-mise-en-examen.php

 

« Zvi Ammar, président du consistoire israélite de Marseille, mis en examen

JUSTICE. L'homme d'affaires est poursuivi pour « modification d'une scène de crime ». Son avocat proteste. Son frère et un troisième homme sont également mis en examen. 

L'affaire remonte au 8 novembre 2007, quand Olivier Plançon, 40 ans était tué à Marseille, sur un parking devant la société de Zvi Ammar, ISF (International Sport Fashion), par deux hommes qui se sont enfui en scooter sans rien voler.

Olivier Plançon était directeur commercial à la société monégasque Mercure International of Monaco (MIM) dirigée par le milliardaire libanais Adnan Houdrouge, l'un des principaux fournisseurs de Zvi Ammar. 

Selon ses proches, il aurait été tué parce qu'il faisait du recouvrement de fonds entre Marseille et Monaco. Selon sa femme, ses livraisons d'argent liquide pouvaient « dépasser le prix d'une maison ».

Ses agresseurs auraient eu une information selon laquelle il transportait ce jour-là une grosse somme d'argent. Ils n'ont cependant rien volé. 

Olivier Plançon a reçu d'emblée un coup de fusil dans la tête, peut-être après un coup de feu accidentel, déclenché quand l'agresseur tapait à la vitre de la voiture avec son arme. Puis le tireur et son complice se sont enfuis en scooter.

Après la fusillade, des témoins ont vu deux hommes, dont M. Ammar, extraire des sacs de la voiture d'Olivier Plançon, pour les emporter dans les bureaux d'ISF, avant l'arrivée de la police et des secours, alors que la victime agonisait.

Les enquêteurs soupçonnent Zvi Ammar d'avoir récupéré un des sacs pour y prendre une forte somme en liquide qu'il aurait auparavant remise à Olivier Plançon, ce qu'il conteste (lire son interview à LibéMarseille).

Dans ce sac, les enquêteurs n'ont ensuite pas trouvé d'argent mais des échantillons de chaussures et une enveloppe avec des traites d'ISF et un décompte de 346 360 euros griffonné sur un carton.  

Selon son avocat Me Gérard Bismuth, « Zvi Ammar a toujours reconnu qu'il avait sorti de la voiture un sac à la demande de Simon Roques », collègue et passager d'Olivier Plançon, mais il conteste y avoir récupéré de l'argent.

Zvi Ammar assure que « M.Plançon était déjà mort » à ce moment-là.

Comme le révèle La Provence, Zvi Ammar a été interpellé lundi matin, de même que son frère Simon et Simon Roques.

« Ils sont allés le chercher chez lui devant ses petits-enfants, explique Me Gérard Bismuth, son conseil. Non pas pour le placer en garde-à-vue: juste pour le mettre en examen. Ils l'ont fait attendre dix heures dans les geoles du palais de justice sans boire ni manger. C'est une méthode inadmissible! Je n'ai jamais vu ça en 44 ans d'exercice. C'est une mesure vexatoire, intolérable. »

Pour Me Bismuth, le mandat d'amener était « injustifiable »: « On l'utilise pour des gens qui ne répondent pas aux convocations. Mais on l'aurait convoqué, il serait venu! Il a pignon sur rue. »

Zvi Ammar a toujours nié tout blanchiment d'argent.

Egalement interpellé lundi, son frère Simon Ammar a été mis en examen pour « recel d'objet de nature à faciliter la découverte d'un crime, la recherche de preuves ou la condamnation de coupables ».

"On le soupçonne d'avoir déplacé l'argent postérieurement au crime et de l'avoir déposé sur un compte", selon une source judiciaire, qui indique ne pas disposer de preuves, "mais de présomptions".

Simon Roques a également été mis en examen pour « modification d'une scène de crime ».

Les trois hommes ont été placés sous contrôle judiciaire avec versement d'une caution.

L'enquête criminelle sur le meurtre se double d'une instruction ouverte pour « abus de biens sociaux et blanchiment en bande organisée », auprès du juge marseillais Luc Fontaine. Et d'un troisième volet pour « modification d'une scène de crime ».

 

Source : Libération http://www.libemarseille.fr/henry/2010/07/zvi-ammar-pr%C3%A9sident-du-consistoire-isra%C3%A9lite-de-marseille-mis-en-examen.html

 

 

« Déclarations hostiles à l’égard des Musulmans

Le journal israélien Haaretz relevait, dans son édition du 23 avril 2002, les propos de Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) selon lesquels « les Juifs de France et Le Pen partagent un intérêt commun ».

« Le seul fait que Le Pen est un opposant déclaré à l’immigration musulmane en France envoie un message aidant à contenir la violence issue de l’immigration » déclarait-il cinq jours avant l’élection présidentielle française, au cours d’une visite de solidarité à Israël organisée par les dirigeants du CRIF. Une fois les résultats du premier tour de scrutin connus, et alors qu’une grande partie des Français s’inquiétaient du saisissant succès du Front National, « Roger Cukierman était plus catégorique dans son analyse des conséquences bénéfiques de la montée de l’extrême droite », notait le journal Haaretz. « Le succès de Le Pen est un message au Musulmans de se tenir tranquilles, parce qu’il s’est toujours opposé à l’immigration musulmane », affirmait-il. Et d’ajouter : « La signification du succès de Le Pen c’est que le prochain gouvernement devra mettre l’accent sur le combat contre toutes les formes de violences…inclus la violence anti-sémite ». Une façon on ne peut plus claire de désigner les Musulmans comme responsables de l’insécurité et de l’antisémitisme !

Son message a été reçu cinq sur cinq. Zvi (Sylvain) Ammar, vice-président du CRIF et du Consistoire israélite national, mais aussi président du Consistoire israélite de Marseille, a adressé en avril 2002 une lettre à l’ex-ministre de l’Intérieur, Daniel Vaillant, dans laquelle il demande à ce dernier « d’interdire purement et simplement les manifestations pro- palestiniennes qui troublent l’ordre public » (cf La Provence du 13 avril 2002).

Zvi Ammar s’était déjà illustré, en octobre 2001, après l’incendie de l’école juive Gan Pardess, à Frais Vallon. « A cette occasion, le président du Consistoire s’empresse de rédiger un communiqué alors qu’il est en déplacement en Israël (il s’y est rendu à neuf reprises depuis le début de la seconde intifada), relève Le Pavé du 7 mars 2002. « Le ton est à la légitime indignation mais il devise en s’adressant directement à la communauté musulmane : « il vous appartient, tout comme nous de dénoncer publiquement les fauteurs de troubles qui tenteraient de créer une tension entre nos communautés ». Et de demander aux représentants musulmans de « tenir leurs troupes » (l’Hebdo du 6 décembre 2001). Ce communiqué et ce courrier au ministre ont été perçus comme agressifs et insultants par les Musulmans de Marseille. Et ce d’autant que Zvi Ammar, semble avoir oublié qu’il doit sa fortune - dont une grande partie est investie en Israël- à justement ces Musulmans qu’il désigne à la vindicte populaire.

Qui est en effet Zvi Ammar ?

Ce juif « tunisien » natif de Djerba est un ancien représentant du Likoud en France. C’est un fervent partisan d’Ariel Sharon et un ami d’Elie Ychaï, chef du parti séfarade du Shass en Israël, un parti intégriste et raciste qui préconise la déportation des Palestiniens. Habile manœuvrier –il a licencié le consensuel Grand rabin de Marseille Charles Bismuth jugé trop mou- Zvi Ammar est le dauphin de Jean Khan, l’actuel président du Consistoire israélite de France. Voilà pour ce qui est côté jardin.

Côté cour, Zvi Ammar est un affairiste boulimique. Il est, épaulé par son clan familial, à la tête des société SVITEX, MARATEX et de plusieurs SCI (société civiles immobilières) dont les domaines d’activité sont très variés : textile, confection, bonneterie, chaussures, pièces détachées et accessoires auto en gros, antennes paraboliques et électroménager, sans oublier l’hôtellerie, la location de meublés et de magasins. Car Zvi Ammar est le plus grand marchand de sommeil de Marseille ! Propriétaire de plusieurs hôtels et hôtels meublés sur le cours Belzunce et rue de la Fare, il a défrayé la chronique lors de la fermeture de l’hôtel Bardo et de sa condamnation pour cause d’insalubrité. Son empire s’étant du cours Belzunce –où il possède plusieurs boutiques qui écoulent la marchandise bas de gamme fournie par la sté Svitex- au Maghreb (surtout pour les paraboles, les pièces détachées et accessoires de voitures).

Soupçonné d’escroquerie à la TVA (déclaration de marchandises à l’exportation alors qu’elles sont écoulées à Marseille), Svi Ammar a miraculeusement échappé aux contrôles fiscaux et douaniers. Mais depuis juin 2001, la société SVITEX est poursuivie en justice par Nike pour contrefaçon sur des baskets et des tee-shirts livrés aux hypermarchés Auchan, et a été condamnée en première instance. Que dire dès lors de la provenance des contrefaçons Nike écoulés sur les marchés et trottoirs de Marseille !

En résumé, par leurs prises de positions intempestives, Roger Cukierman, en tant que président du CRIF, et Svi Ammar, en tant que président du Consistoire israélite de Marseille, ont clairement affichés leur hostilité à l’égard des Musulmans. En conséquence de quoi, ces derniers adopterons l’attitude qui s’impose dans cette situation…"

Source : oumma.com http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:wC7y00F8WscJ:oumma.com/Declarations-hostiles-a-l-egard+zvi+ammar&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

« Zvi Ammar, président du Consistoire israélite, donne 3000 euros à la grande mosquée de Marseille.

    

Le président du Consistoire israélite, Zvi Ammar, vient de faire un chèque de 3000 euros à la future Mosquée de Marseille. C’est La Provence qui rapporte l’information. Après l’appel aux dons lancé à l’occasion du ramadan, c’est un des premiers chèques arrivé dans les caisses de l’association. Modeste à l’égard des 8 millions d’euros nécessaires, mais hautement symbolique : un responsable  de la communauté juive finançant une mosquée pilotée en partie par la branche française des Frères musulmans, l’UOIF. Inquiétant.

  

A noter que l’Arabie Saoudite « a été approchée » pour financer le lieu, outre les 1 millions d’euros de l’Algérie et du Maroc, en voie de s’engager sur cette même somme. Ces trois pays possèdent des dispositifs législatifs interdisant le prosélytisme chrétrien (Maroc art. 220 du code pénal, Algérie, loi de mars 2006, Arabie Saoudite, interdiction de célébrer toute messe.) »

 

Source : Observatoire de l’islamisation http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.islamisation.fr/media/01/01/6ab53002f8c3a08bfd6bc5158a5c5777.jpg&imgrefurl=http://www.islamisation.fr/archive/2007/09/16/zvi-ammar-president-du-consistoire-israelite-donne-3000-euro.html&usg=__3BVHns1LIln4qGxhb9uWVidGQNQ=&h=90&w=90&sz=5&hl=fr&start=3&tbnid=36JZjsre4WmsmM:&tbnh=78&tbnw=78&prev=/images%3Fq%3Dzvi%2Bammar%26um%3D1%26hl%3Dfr%26sa%3DN%26tbs%3Disch:1&um=1&itbs=1

 

 

Finalement, on en rencontre pas mal, ces temps-ci, de juifs qui financent les mosquées hexagonales ...

Commentaires

Encore un Juif d'Afrique du Nord pris en flagrant délit de favoriser la main-mise de l'Islam en France.

Si ce M. Zvi Ammar aime les musulmans, qu'il reste Tunisien et retourne dans son pays natal.

Si il aime tant Israël, qu'il prenne la nationalité israélienne, et qu'il aille vivre là-bas.

Ces doubles nationalités sont un scandale et un facteur d'inégalité contraire aux Droits de l'Homme puisqu'il a des citoyens privilégiés qui naissent avec plusieurs nationalités et qui peuvent s'enfuir, alors que la majorité des gens n'ont qu'un pays.

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 24/07/2010

Les commentaires sont fermés.