Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2010

DANS SON MALHEUR, IL A EU BEAUCOUP DE CHANCE

 

artwork_images_707_365870_avigdor-arikha.jpg

 

Le peintre israélien Avigdor Arikha vient de mourir à l’âge de 82 ans.  Comme vous le lirez ci-dessous, il avait été déporté avec sa famille, à l’âge de 11 ans, dans un camp de concentration ukrainien. Son talent précoce le sauva, dans des circonstances assez étonnantes : il avait réalisé des dessins de scènes de déportation, qui furent montrés à des délégués de la Croix-Rouge internationale. A la suite de quoi, lui et sa sœur furent libérés et conduits en Palestine en 1944.

 

Ce qui tendrait à prouver, c’est curieux mais les faits sont là, qu’on avait dans un camp de concentration ukrainien, ou au moins dans celui-là, de quoi faire des dessins et l’énergie nécessaire à leur réalisation. Ce même camp recevait la visite de la Croix-Rouge internationale. Au lieu de planquer ou de détruire lesdits dessins, ils ont été montrés aux délégués. Par qui ? Il serait intéressant de le savoir. Enfin, last but not least, ce gamin de 11 ans et sa sœur seront libérés. Grâce à qui ? Qui a financé le transfert en Palestine ? Toutes questions demeurées sans réponse, mais qui ne manquent pourtant pas d’intérêt.

 

Si Wikipédia ne le racontait pas (en anglais, car en français il est nettement moins prolixe), j’aurais du mal à le croire :

 

"Avigdor Arikha was born to German-speaking Jewish parents in Rădăuţi,but grew up in Czernowitz (now in Ukraine), in Bukovina, Romania. His family faced forced deportation in 1941 to the Romanian-run concentration camps of Transnistria (now in Western Ukraine), where his father died. He managed to survive thanks to the drawings he made of deportation scenes, which were shown to delegates of the International Red Cross. As a result of that, both he and his sister were freed and brought to Palestine in 1944. Until 1948, he lived in Kibbutz Ma'ale HaHamisha. In 1948 he was severely wounded in Israel's War of Independence. From 1946 to 1949, he attended the Bezalel School of Art in Jerusalem; its teaching was based on the Bauhaus methods. In 1949 he was awarded a scholarship which enabled him to study at the Ecole des Beaux Arts in Paris, where he learned the fresco technique. From 1954 on Arikha resided in Paris. Arikha was married from 1961 until his death to the American poet and writer Anne Atik. Arikha died in Paris from complications of cancer on April 29, 2010."

Commentaires

Ils ont été libérés par les communistes qui prenaient alors le contrôle de la Roumanie. C'était la raison du conflit depuis le début. La ville de ses parents, Czernowitz, était à majorité juive, le criminel bolchévique hongrois Bela Kun (juif) de Moscou financait le Parti Communiste de Roumanie (dirigé par des juifs) qui avec les partis communistes polonais et allemands (juifs aussi) complotaient la dénationalisation et soviétisation de ces pays. La majorité des juifs de Roumanie supportaient les communistes et n'ont pas hésité à sélectionner les Roumains au UGOPU puis NKVD pour les exéceutions et déportations au goulag en Sibérie. De là la revanche par les Roumains lors de l'invasion allemande. Ce sont biensûr les sionistes qui en 1944 proposèrent d'envoyer les jeunes juifs survivants en Palestine comme soldats d'invasion et colonisation. Le Parti Communiste de Roumanie en 1945, avec à sa tête la terrible Ana Pauker (née: Hannah Rabinsohn) débutera ensuite le plus terrible régime de Roumanie jusqu'en 1989.

Écrit par : Gébé Tremblay | 09/05/2010

Personnellement, je ne vois là rien que de très normal...

Il est né sous la bonne étoile, voilà tout !!!

Écrit par : ELSASSLAND | 10/05/2010

Les commentaires sont fermés.