Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2010

LE PILOTE HASSIDIQUE D’AIR FRANCE

Il se passe quand même des choses étonnantes dans ce pays : qu’on m’explique pourquoi ce pilote éprouve le besoin d’étaler ainsi ce que nul ne lui a demandé, et qui ne regarde absolument que lui. Qu’il soit juif et strictement pratiquant, tant mieux pour lui, mais franchement, on s’en fiche. Tout ce qu’on lui demande, c’est de piloter correctement son avion et d’amener tout le monde à bon port. Le reste, c’est son domaine privé, pour ne pas dire intime.

 

Quelle est l’utilité de cet exhibitionnisme ? Quelqu’un peut-il me l’expliquer ? Les mêmes viendront se plaindre ensuite d’ « antisémitisme », alors qu’ils font tout, mais vraiment tout, pour justement bien insister sur la chose.

 

Ce pauvre pilote hassidique a un peu de mal à faire respecter ses « droits religieux » à Air France. Peut-être serait-il plus à son aise sur El Al ?

 

 

 

images.jpg« Air France : un pilote juif religieux »

 

« Dans le cockpit d’un Airbus 330 d’Air France, environ une heure après le décollage, lors d’un vol entre Paris et le Sénégal, avec l’avion volant sur pilote automatique, le pilote, lui, termine d’étudier ses deux portions quotidiennes du Houmach et du Tanya. Il prend ensuite son micro : « bonjour ! C’est votre capitaine qui vous parle. J’espère que vous appréciez le vol… »

 

David Price, 47 ans, a la particularité d’être le seul pilote Chabad au monde.

 

Natif de Paris, l’initiation de Price au monde de l’aviation a commencé alors qu’il était enfant. Tard, un soir, le père de David, alors âgé de six ans, l’a réveillé pour qu’il regarde le premier atterrissage habité sur la lune. Pendant des années, le garçon a rêvé d’être astronaute.

 

L’initiation de Price au monde du judaïsme traditionnel est venue plus tard. Il avait onze ans lorsqu’il rentra pour la première fois dans une synagogue. C’était lors de la guerre du Kippour. Les informations effrayantes ont inspiré des juifs du monde entier, comme la mère de Price, à montrer leur solidarité avec les juifs d’Israël. Assez rapidement, la mère du garçon (ses parents avaient divorcé quelques années plus tôt) commença à devenir pratiquante et décida de donner à son fils une éducation juive, ce qu’elle fit avec l’aide de Chabad à Paris.

 

Price a visité le Rabbi de Loubavitch à deux reprises alors qu’il était adolescent, la première fois avec sa mère, la seconde avec un groupe d’adolescents en visite chez le Rabbi. Les visites ont été des expériences mémorables et ont fait une profonde impression sur le jeune Price.

 

Apres avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, David s’inscrit dans l’école de pilote de Toulouse. Cinq ans plus tard il devient copilote, et dix ans plus tard, avec deux milles heures de vol à son actif, il obtient ses ailes de pilote.

 

Ces dix dernières années, Price a été un pilote transatlantique, volant de longues routes, qui lui laissent, selon ses propres mots, « tout le temps de s’émerveiller de la création d’Hashem ».

 

Père de trois enfants, Price prend souvent sa femme et ses filles en voyage aux Etats-Unis, et sa famille aime le voir assis aux commandes.

 

Il n’est pas toujours facile d’être un pilote observant dit Price, qui admet devoir constamment lutter pour ses droits religieux. La loi française donne aux pilotes plusieurs jours de repos et Price les utilise tous pour les Shabat et les fêtes juives. Malgré cela, il fait toujours attention de vérifier et d’être certain qu’il ne s’est pas vu assigner par erreur un vol pendant Shabat. Il prend également soin d’éviter des vols qui doivent décoller avant 10h du matin, lui laissant le temps de faire sa prière du matin au sol.

 

Ce n’est pas un choix de carrière pratique ou idéal pour un juif observant, reconnaît-il. Mais passer la majorité de son temps dans le ciel lui laisse tout le loisir de réfléchir aux questions spirituelles ou existentielles.

 

Interviewé durant la pire interruption de vols qui a récemment paralysé le ciel européen à cause des cendres volcaniques, le pilote hassidique a déclaré que cette situation lui a servi de rappel utile : « une éruption de cette ampleur n’est plus apparue depuis de longues décennies. Je ne doute pas qu’il s’agisse d’un signe d’Hashem, pour nous rappeler de ne pas prendre comme un fait acquis que le ciel nous est ouvert. »

 

« En outre, une chose étonnante qui est arrivée suite à l’éruption, » dit le pilote, incapable de résister à cette pensée, « des milliers de juifs n’ont pas volé Shabat… »

 

 

Source : http://www.juif.org/go-news-127662.php

Commentaires

Excellent exemple, que donne là ce pilote ! Ne serait-il pas passionnant d'apprendre - en outre - que votre boucher est hindouiste, votre cordonnier baha'i ou votre esthéticienne adventiste du Septième Jour ? Quelle belle affiche United Colors cela ferait pour Benetton i

Écrit par : Martial | 06/05/2010

Bonjour
"L'imbécile regarde l'intelligence et se met à la haïr" Disait Camus. Dieu, qu'il avait raison !
Alain

Écrit par : alain marand | 06/05/2010

Là je trouve que vous exagérez parce que c'est un texte de témoignage paru sur un site juif.

Donc, il est tout-à-fait normal qu'il explique à ses coreligionnaires comment il arrive à concilier une vie professionnelle dans une compagnie d'aviation non israélienne, et la stricte observance du sabbat et des fêtes juives.

Ce texte ne s'adresse pas aux passagers de l'avion, et il ne demande pas ) son employeur de changer ses horaires et son organisation.

Écrit par : le défenseur de C L-S | 07/05/2010

Hors propos, mais mérite d'y jeter un coup d'oeil :

Polanski et ses amis nous mentent
A preuve un reportage du boulevardier suisse alémanique "Blick" qui nous montre un homme détendu, gesticulant et se gavant de nourriture :

http://www.blick.ch/news/schweiz/bern/hier-geniesst-polanski-das-leben-146255

Le texte est en allemand, vous pouvez le traduire en usant du service de Google.

Superbes les 5 photos

Écrit par : Le passant ordinaire | 07/05/2010

Au défenseur de C L-S:

Certes, ce témoignage est paru sur un site juif. Il n'en demeure pas moins que rien ne reste confiné sur Internet et que tout ce qu'on y lâche est destiné à devenir public au sens le plus large.

Je comprends votre point de vue, mais je demeure mal à l'aise devant cet étalage que je persiste à trouver déplacé.

Non, ce pilote hassidique ne demande pas à son employeur de changer ses horaires ou son organisation, mais le seul fait de parler de "lutte constante pour ses droits religieux" nous indique que nous n'en sommes pas vraiment très loin.

Écrit par : anne kling | 07/05/2010

J'ai parcouru le site. Non ce brave pilote n'impose sa religion et ses rites à personne. Il tire implement son épingle du jeu en imposant son emploi du temps.Aux autres pilotes de "boucher les trous".

Écrit par : candide | 07/05/2010

Le voilà tout prêt pour sauver le monde le jour d'Independance Day.

Écrit par : Fred | 07/05/2010

Là, Chère Anne, je vais me mettre dans le camp de Michel Garroté et vous donner tort. Tort tort tort.

La religion israélite fait partie des 4 religions officielles en France (catholique, protestante, libre penseur et israélite) ce qui lui donne aussi le droit d'en parler en public.

Le respect du sabbat, lorsqu'il consiste à ne pas travailler ce jour là, n'a rien d'une pratique extrême : c'est quand même la minimum puisque c'est un des dix commandements. Il a toutefois l'inconvénient de mettre les Juifs à part des autres français dont le jour hebdomadaire sacré est le Dimanche. Est-ce cela que vous lui reprochez ?

Napoléon n'a pas libéré les Juifs des lois abusives de l'Ancien Régime, mais d'une pratique du Talmud qu interdisait aux Juifs de vivre dans une autre société, dans la société française. La question était ancienne: le directeur de la Librairie de Louis XVI avait été chargé de trouver un modus vivendi, mais il n'avait pu mettre d'accord le syndic des Juifs de Bordeaux, très ouvert à un aggiornamento, et le syndic des Juifs de l'Est, dont les rabins voulaient continuer à faire respecter les milliers de prescriptions tatillonnes du Talmud et de ses douze couches de gloses. Les tergiversations n'ont débouché sur rien. La Révolution a d'abord tout accordé et tout autorisé, puis aussitôt tout interdit et tout confisqué.

Alors Napoléon vint. Et il procéda à la nationalisation du judaïsme qui ouvrit aux Juifs la société française. Pour cela, il a rédigé 30 questions préalables auxquelles devaient répondre les autorités religieuses, et il a fait savoir que si les réponses n'étaient pas toutes positives, le culte juif continuerait à bénéficier comme avant, et comme partout, d'un statut de simple tolérance.

Comme les partisans d'une stricte observance du Talmud n'ont pas pu assister à la première séance dont le jour avait été fixé par Napoléon un Samedi, les 30 réponses ont été positives, et les décrets de créations de l'Église israëlite de France ont été pris. Les iraélites ont respecté leurs engagements avec loyauté, et ça leur a réussi. Le problème est venu de ceux qui sont devenus athées, universalistes, puis révolutionnaires. Ils sont à l'origine du prosélitisme international de l'Alliance universelle qui a donné le Mouvement Jeunes Turc et le Bolchevisme. La faute était peut-être, comme pour le catholicisme avec avec la Réforme, que la simplification du rituel provoque la désincarnation sentimental des religions, et conduit à l'agnostisme, puis au rationalisme athée. En refolklorisant le judaïsme, le hassidisme vise à remédier à cet inconvénient.

Si la pratique religieuse de ce pilote reste fidèle à l'engagement pris par les Juifs de France sur les 30 questions, il n'y a rien à y redire.

Il vaut mieux s'en prendre aux juifs renégats et impis comme le chanoine Sarkozy, qui veulent supprimer le Dimanche, et dont le prosélitisme antireligieux est dangereux.

Combien, parmi tous ces révolutionnaires juifs fanatiques et sanguinaires, respectaient le jour du Sabbat? Vous savez bien qu'ils étaient tous athées.

Leur faute commune n'était pas d'être juifs, mais d'avoir renié la foi de leurs ancêtres et le décalogue, d'avoir été assez orgueilleux pour lui avoir substitué un messianisme révolutionnaire de leur invention, et d'avoir prétendu devenir eux-mêmes la sources du droit et de la morale. Leur faute commune n'était pas d'être juifs, puisque les nazis ou les khmer rouges ont été aussi impie qu'eux et sont arrivés aux mêmes résultats.

Lorsqu'il a créé le Conseil français du culte musulman, Sarkozy a oublié de poser les 30 questions sans lesquelles une religion ne peut pas devenir française.

Et c'était quoi les 30 questions que tout français qui se dit Juif doit connaître ?

Écrit par : le défenseur de C L-S | 08/05/2010

Au défenseur de C L-S:


Bon, bon, bon. A chacun ses positions. Nous n'allons pas nous disputer ou nous injurier pour si peu. Pour le fun, et puisque c'était la pénitence que vous m'imposiez, je suis allée à la recherche des 30 questions. Je n'en ai trouvé que 12, que voici:

"Prévue à l'origine pour le 15 juillet, l'Assemblée ne se réunit que le 26, assistée de 3 Commissaires. Elle avait à répondre à 12 questions posées par l'Empereur :
1° Est-il licite aux Juifs d'épouser plusieurs femmes ?

2° Le divorce est-il permis par la religion juive ? Le divorce est-il valable sans qu'il soit prononcé par les tribunaux et en vertu de lois contradictoires à celles du code français ?

3° Une Juive peut-elle se marier avec un Chrétien, et une Chrétienne avec un Juif ? ou la loi veut-elle que les Juifs ne se marient qu'entre eux ?

4° Aux yeux des Juifs, les Français sont-ils leurs frères, ou sont- ils des étrangers ?

5° Dans l'un et l'autre cas, quels sont les rapports que leur loi leur prescrit avec les Français qui ne sont pas de leur religion ?

6° Les Juifs nés en France et traités par la loi comme citoyens français regardent-ils la France comme leur patrie ? Ont-ils l'obligation de la défendre ? Sont-ils obligés d'obéir aux lois et de suivre toutes les dispositions du Code civil ?

7° Qui nomme les rabbins ?

8° Quelle juridiction de police exercent les rabbins parmi les Juifs ? Quelle police judiciaire exercent-ils parmi eux ?

9° Ces formes d'élection, cette juridiction de police et judiciaire sont-elles voulues par leurs lois , ou seulement consacrées par l'usage ?

10° Est-il des professions que la loi des Juifs leur défende ?

11° La loi des Juifs leur défend-elle de faire l'usure à leurs frères ?

12° Leur défend-elle ou leur permet-elle de faire l'usure aux étrangers ?"

Écrit par : anne kling | 08/05/2010

On peut ergoter sans fin sur la religion judaïque, ses mérites éventuels, ses pompes et ses oeuvres. Il demeurera toujours un fait prégnant, têtu, incontournable : le judaïsme actuel est une déformation antichrétienne du mosaïsme qui avait cours jusqu'à ce que les prêtres et les scribes, tous pharisiens ou sadducéens, le dénaturent à leur profit. Depuis que le voile du Temple s'est déchiré du haut en bas, un certain Vendredi, la religion mosaïque est devenue - par étapes, mais inexorablement - le talmudisme (c'est-à-dire le judaïsme actuel), dont la caractéristique ontologique est d'être né en haine de Jésus-Christ et en réaction contre le christianisme honni, qu'il continue à combattre de toutes ses forces. Ces réflexions sont-elles sans relation avec le propos initial ? Voire.......

Écrit par : Martial | 08/05/2010

"Comme les partisans d'une stricte observance du Talmud n'ont pas pu assister à la première séance dont le jour avait été fixé par Napoléon un Samedi, les 30 réponses ont été positives, et les décrets de créations de l'Église israëlite de France ont été pris. "

Toujours cette fatale habitude de privilégier les mots par rapport aux faits.

On observera que les décrets ont été pris suite à l'abstention des talmudistes, ce qui ôte toute valeur quant à la sincérité des réponses.

Écrit par : Fred | 10/05/2010

À contrario, j'aimerais savoir quelle aurait été la réaction de la compagnie anglaise (British Airways, je crois) qui avait licencié une hôtesse de l'air parce qu'elle portait une minuscule croix à sa chaîne (signe religieux "ostensible") si elle avait vu s'amener notre sympathique chabad avec ses phylactères, sa kippa, ses peotim, ses tephilim et tout le tremblement.

Ah! Rien de tel que voyager sur AirFrance.

Écrit par : Fred | 10/05/2010

@ Fred

Je ne disais ou je ne pensais rien de tel. C'est juste ce que rapporte l'histoire, et je pense que si Napoléon n'avait pas aidé à l'accouchement de cette institution qui a littéralement nationalisé le judaïsme, le culte israëlite serait resté une pratique simplement tolérée en France, et les Juifs seraient restés étrangers, et ils vivraient toujours dans leur ghetto en faisant du prêt sur gage.

L'existence du judaïsme français, c'est-à-dire d'un judaïsme qui est devenu uniquement une religion, est la raison de l'absence d'antisémitisme radical des Français jusque dans les années 1930, de leurs protestations presque unanimes contre les mesures de persécutions allemandes à leur encontre, et de l'aide massive des populations pour les aider et les protéger. Personnellement, j'interprète le statut des Juifs pris par Pétain, comme un moyen opportun de débarrasser un certain nombre de secteurs politiquement stratégiques (la presse, la haute fonction publique, l'université,..) des militants révolutionnaires du Front populaire qui étaient tous juifs, qui les avaient noyautés à presque 80 % et qui, si il avaient continué à garder le contrôle, auraient tout fait pour faire échouer une politique de redressement démographique, social, etc.. Le fait est que ces mesures ne sont pas allées au-delà de cette éviction, individuellement souvent injuste, souvent rapportée pour les juifs de souche manifestement patriotes, et qu'elle n'ont rien de comparable avec ce que faisaient les Allemands en Allemagne. Le dommage était réel, mais par ailleurs Vichy s'est opposé de façon inflexible à toutes les demandes allemandes concernant les Français de confession israélite, ce qui leur a tout de même sauvé la vie. D'autre part, à cette époque, c'était la guerre, et presque tous les hommes étaient ou mobilisés, ou prisonniers, ou requis au STO, ou blessés, ou exilés, ou bombardés, ou sans travail.

Pour en revenir au sujet, contrairement à ce que dit l'agiographie juive républicaine, ce n'est pas la Révolution et l'Abbé Grégoire, mais Napoléon qui a accordé, ou plutôt obligé les Juifs à se libérer de traditions qui les obligeaient à vivre séparés des autres peuples.

@ Anne Kling

Se fâcher ? Mais pourquoi donc ?

Merci d'avoir retrouvé ces 12 points. C'est un texte extrêmement important pour comprendre ce qui empêchait les Juifs de vivre normalement et de s'assimiler parmi les autres peuples. On y trouve formulé tout ce qui faisait qu'ils restaient des étrangers, et provoquaient des réactions d'hostilités qui n'était pas, à la base, dû à l'antisémitisme naturel et récurrent des gentils. C'était eux-mêmes qui se refusaient certains droits nécessaires à une citoyenneté complète.

Il y en a quand même peut-être plus que 12. Je croyais me souvenir du nombre de 30, mais sans être bien sûr parce que c'est une question que j'avais étudiée il y a cinq ou six ans.

Il en manque au moins une qui me revient en mémoire : de ne plus avoir leurs propres notaires qui rédigent leurs actes en hébreux, et d'accepter de recourir aux notaires et aux publications ordinaires des actes. (C'était un vice qui faisait que leurs actes notariés n'étaient pas publiés, donc pas opposables aux tiers, donc sans effet pour les autres Français). On peut admirer au passage la puissance d'analyse des jurisconsultes de ce temps, l'esprit de synthèse de Napoléon, et par comparaison la nullité de celui qui a créé le Conseil supérieur de l'Islamisme en France.

Je pense qu'il y a eu au XIXe ou au XXe siècle un apport important de Juifs d'Europe centrale qui n'ont pas du tout intégré ces 12 ou 30 engagements, absoluements nécessaires pour être des citoyens français à part entière et pour ne pas provoquer le rejet qu'on appelle antisémitisme ou maintenant "antiislamisme". En particulier la question de l'endogamie stricte et de la fraternité. Je pense aussi que ça a été la cause d'une réémergence d'un certain sectarisme de leur part, ressenti comme du mépris, comme un esprit de complot, de la part des autres Français, y compris chez les Français de confession israélite.

Écrit par : le défenseur de C L-S et des pilotes d'Air France | 10/05/2010

@ Martial

"le judaïsme actuel est une déformation antichrétienne du mosaïsme qui avait cours jusqu'à ce que les prêtres et les scribes, tous pharisiens ou sadducéens, le dénaturent à leur profit."

Je pense que c'est le contraire. Le christianisme est une forme de judaïsme débarrassé de ses formes ethniques primitives (langue, calendrier, droit, arts, genos,..), ce qui lui a permis de s'incarner dans d'autres civilisations (par exemple la Gaule romanisée) sans remettre complètement en question leur culture. L'apport de Jésus étant d'avoir fait la part entre l'application pharisienne de la loi à la lettre (le jour de repos doit absolument être un Samedi, mais pas pour les serviteurs et les esclaves non juifs) et l'esprit de la loi (ce qui est important est qu'il y ait 1 jour / 7, et le même pour tout le monde, y compris les non croyants, y compris les animaux).

C'est une question importante pour comprendre le rejet du judaïsme et de l'islamisme, et l'erreur d'appréciation que constitue l'explications purement psychologique et individuel par le racisme et l'antisémitisme (ou l'antiislamisme).

Écrit par : le défenseur de C L-S et des pilotes d'Air France | 10/05/2010

Au défenseur de C l-S :

Non, le christianisme n'est absolument pas ce que vous dites. Les chrétiens ont déjà reçu LE Messie, qui ne reviendra qu'à la fin des temps pour présider au Jugement général. Les Juifs religieux, eux, attendent toujours "leur" messie qui, selon eux, sera un homme puissant capable de leur donner la maîtrise du monde. Observons en passant que tout ce passe actuellement comme si cette vision devait s'incarner un jour dans l'Antéchrist prédit par saint Jean.

Il faut beaucoup de bonne volonté pour ne pas voir tout ce que le message du Christ avait de radicalement nouveau, de radicalement différent par rapport à ce qui le précédait. Ce n'était d'ailleurs pas "ce" Messie que les Juifs attendaient, et ils le Lui ont fait surabondamment savoir... avant d'en payer les conséquences depuis deux mille ans.

Écrit par : Martial | 11/05/2010

Les commentaires sont fermés.