Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2010

POUR PARFAIRE VOTRE CULTURE CINEMATOGRAPHIQUE

Le site HaPoel HaAntifashisti (extrême-gauche juive) nous offre une analyse intéressante, et originale, d’un personnage du film Star Trek, Spock:

 

 

"Spock de Star Trek, ou la figure du juif schizophrène, formaliste, étranger"

« Ce qui suit est un remaniement d’une présentation parue en février 2009 juste après le lancement d’Hapoel, et qui permet de voir Spock sous une lumière différente d’à l’époque.

Ce remaniement est justifié par le travail d’Hapoel sur le « formalisme » et le « baroque » dans la culture juive (populaire ou pas), travail qui avait commencé dans un article sur le nouvel an Loubavitch.

Sans saisir cette contradiction entre formalisme et baroque, on passe à côté de la « psychologie de masse » de la minorité nationale juive, et on passe à côté de l’antifascisme populaire concret.

 

 

spock.gif

Le saviez-vous ? Spock est juif !

Enfin, pas exactement… mais en tout cas son « salut vulcain » est calqué sur la Birkat HaKohanim, la bénédiction bien connue des Kohanim !

De fait, la série originelle de Star Trek est truffée de références culturelles à la mystique juive, et est globalement assez progressiste pour les États-Unis de l’époque.

Ainsi, ce fameux salut vulcain a été « importé » par Leonard Nimoy, l’acteur de Spock en personne.

Ce dernier racontait dans son autobiographie (bien après la série, donc) qu’étant enfant il avait été emmené par son grand-père dans une synagogue ultra-orthodoxe, qu’il avait bravé l’interdiction religieuse de regarder les Kohanim pendant leur bénédiction (sous peine de cécité, d’après la superstition…), et qu’il avait été fortement impressionné par ce rituel.

En fait ce signe, effectué des deux mains tendues en avant, mime la lettre Shin (ש), pour le mot « Shaddai » (שדי). Shaddai veut dire « le Tout-Puissant », mais c’est aussi l’abréviation de « Shomer Dlatot Israel » (= gardien des portes d’Israel), d’où le Shin des Mezuzot…

On peut par exemple retrouver ce signe sur les tombes de Kohanim (ce qui atteste alors qu’on vient d’une famille de Cohen). Ainsi sur cette photo prise dans un cimetière juif de Lodz en Pologne, on peut retrouver les deux mains faisant le « salut vulcain »:

mains%20lodz.jpg

Plus globalement, la mystique juive a imprégné d’autres références de Spock.

Par exemple, dans un épisode de la première série où il doit rester alité à l’hôpital, Spock s’ennuie et lit un livre – évidemment en tournant les pages à toute vitesse. À la fin, on voit son air satisfait, puis la couverture du livre : il s’agit de Spinoza ! Il faut savoir que le philosophe libéral hollandais Spinoza était d’origine juive, et selon certaines thèses il aurait été adepte de la Kabbalah…

Rappelons aussi que l’acteur qui jouait Captain Kirk était aussi juif, et que c’est dans cette série de Star Trek qu’a eu lieu le premier baiser « inter-racial » à la télé américaine – ce qui était très progressiste à la fin des années 60.

Enfin, une petite touche psychologique : Spock est un personnage schizophrène, étant semi-humain et semi-vulcain.

Son côté vulcain le pousse à la logique la plus froide, tandis qu’il lutte contre ses propres sentiments issus de son côté humain. D’où cette citation très drôle dans le tout premier épisode, jouant sur les sentiments refoulés de Spock :

Kirk : « Je veux que sa fin soit citée en exemple. Il n’avait pas demandé ce qui lui est arrivé. »
Spock : « Je suis désolé pour lui… »
Kirk : « Je crois qu’après tout, il y a de l’espoir pour vous, Monsieur Spock. »

Spock est donc l’incarnation parfaite de la schizophrénie des personnes juives immigrées d’Europe de l’Est en Amérique du Nord.

Face à la misère extrême et aux pogroms, ces personnes ont fuit les shtetls et se sont retrouvées dans le pays des gratte-ciels : il y a de quoi devenir fou devant cette contradiction entre les communautés campagnardes et les métropoles modernes…

D’autant plus quand il s’agit de s’assimiler à la société américaine tout en gardant sa culture d’origine : là encore, il y a de quoi devenir schizophrène quand on porte un nom de famille totalement distordu pour correspondre aux noms américains courants…

Ce qu’il faut par conséquent remarquer, c’est que l’aspect semi-vulcain de Spock correspond parfaitement à l’image des talmudistes juifs, en particulier ashkénazes : intellectuels, abstraits, sans joie. En un mot : formalistes.

L’allusion à la bénédiction des Kohanim est donc tout à fait frappante, puisqu’elle provient du côté vulcain de Spock !

De là à dire que dans l’imaginaire collectif américain, les juifs sont des « extraterrestres »… Eh bien justement !

On peut par exemple penser à Superman, qui vit parmi les humains mais vient de la planète Krypton. Lui aussi vit une véritable schizophrénie entre Clark Kent et Superman, et doit nier ses sentiments.

Il faudrait même aller plus loin, en remarquant qu’aussi bien Spock que Superman sont des humanoïdes qui ont d’ailleurs la peau blanche. Ces extraterrestres forment donc une « minorité » qui peut se fondre dans la société américaine de manière « invisible »… ou presque, ce qui est justement le fondement de leur psychologie.

Autant il est possible d’affirmer que certains extraterrestres sont le reflet culturel des formes de vie incomprises sur Terre (autrement dit les animaux), autant certains autres extraterrestres symbolisent des minorités nationales, et pas seulement juive d’ailleurs – il suffit de penser à Petit Cœur dans Dragon Ball Z.

En vérité, il est même possible d’affirmer que cette correspondance entre extraterrestres et personnes juives est l’un des fondamentaux de l’antisémitisme aux État-Unis ! À ce titre, il y a un grand travail culturel à faire concernant le film « Invasion of the Body Snatchers » (1956) et ses nombreux remakes, ou bien certains films de John Carpenter. »

 

 

Source : http://209.85.229.132/search?q=cache:XAwfkZ4O1_oJ:www.hapoel.fr/+irmela+mensah-schramm&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

14:06 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

À propos du "feuilleton culte" Star Trek, même avant d'en avoir appris les inspirations kabbalistiques, je me suis toujours interrogé sur les raisons de son phénoménal succès en France. Je n'ai jamais rien vu de plus rasoir, de plus ringard, de plus mal fichu, de plus "cheap". Il faut croire que nos compatriotes sont tellement bouchés à la vraie science fiction qu'ils sont prêts à gober n'importe quelle daube en la matière. Le seul avantage de Star Trek, c'est d'avoir inspiré aux Inconnus ce sketch parodique hilarant :

http://www.youtube.com/watch?v=l3oViqLmo2Q

Écrit par : Martial | 30/04/2010

Ils ont vite remplacé l'auteur original (Roddenberry), par un juif, lorsque celui-ci voulu faire du premier film de la série un scénario qui consistait en un retour dans le temps qui aurait abordé l'assassinat de John F. Kennedy.

William Shatner (Capitaine Kirk) est juif aussi.

Une équipe muliculturaliste représentante de la planète Terre dont le capitaine est un Américain joué par un juif-canadien et son second un extra-terrestre juif. Remarquez que malgré des centaines d'années de ce multiculturalisme confiné, tous possèdent toujours leurs accents ethniques bien prononcés ! Excepté l'extraterrestre Spock (le juif), pourtant le plus distinct de tous !

Une série on ne peut plus soixante-huitarde.

Écrit par : Gébé Tremblay | 01/05/2010

"À propos du "feuilleton culte" Star Trek, même avant d'en avoir appris les inspirations kabbalistiques, je me suis toujours interrogé sur les raisons de son phénoménal succès en France. Je n'ai jamais rien vu de plus rasoir, de plus ringard, de plus mal fichu, de plus "cheap". Il faut croire que nos compatriotes sont tellement bouchés à la vraie science fiction qu'ils sont prêts à gober n'importe quelle daube en la matière. "

100% d'accord. J'ai jamais pu visionner un seul épisode en entier.
J'ai peine à imaginer quelque chose de plus chiant, de plus insipide et dénué d'humour que cette série. Sans parler de l'indigence flagrante de ses moyens, qui n'est compensée par aucune imagination. Je subodorais évidemment quelque message idéologique subliminal, mais la série m'intéressait trop peu pour que je passe mon temps à l'étudier.

Écrit par : Fred | 03/05/2010

Les commentaires sont fermés.