Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2010

DISCORDE CHEZ L’ENNEMI (3)

Le suspense est insoutenable. On se bat à coups de pétitions entre ceux qui « appellent à la raison » et ceux qui veulent « raison garder » : 2781 signataires pour les premiers et 3032 pour les seconds, au moment où j’écris. (Total qui ne fait jamais qu’environ un centième de la communauté juive française, et encore, il y a beaucoup de non juifs signataires. Relativisons, relativisons).

 

J’insiste assez lourdement sur cette question, qui ne va certes pas bouleverser les Français, mais qui est cependant fort intéressante pour ceux qui aiment aller au-delà des apparences et du brouet médiatique habituel.

 

C’est qu’une vraie fracture est en train de se dessiner dans la communauté juive militante (j’insiste sur ce terme), et ses alliés, face à la politique quasi suicidaire menée par le gouvernement Netanyahou et sa conséquence : une nette dégradation de la perception d’Israël dans le reste du monde. La brouille avec les Etats-Unis a servi de détonateur et la faille s’est ensuite élargie à d’autres pays. Même Sarkozy s’y est mis, c’est tout dire !

 

Face à cette fâcheuse évolution, les « raisonnables » s’inquiètent et demandent en substance à Israël de mettre de l’eau dans son vin en envisageant éventuellement d'accepter l’une ou l’autre concession.

 

De quoi faire hurler les « extrémistes » de l’autre bord pour qui Israël a forcément raison en tout, son gouvernement aussi, et qui considèrent que tous ceux qui ne sont pas sur cette ligne sont des antisémites. Le hic, c’est qu’il y a des signataires connus et importants de la communauté militante des deux côtés. Si vous vous amusez à lire la liste des pétitionnaires, vous les trouverez.

 

Sans surprise, le CRIF est résolument contre l’ « Appel à la raison ». Le contraire nous eût fortement étonnés.

 

Ci-après, vous trouverez un article de Guysen.com qui résume bien les deux positions. Car nous n’avons pas fini d’en entendre parler. Et cette fracture laissera des traces douloureuses :

 

 

« Des Juifs européens appellent Israël à la raison
Par Michaël Bloch pour Guysen International News »

 

« C’est l’appel polémique du moment.   Des personnalités juives ont signé un ‘’appel à la raison’’ jugeant notamment" dangereux" un "alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien".

 

Ils sont Juifs, de gauche ou de droite et ont décidé de s’intéresser de près à la politique étrangère de l’Etat d’Israël .Ils s’appellent Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, Ivan Levaï ou Daniel Cohn-Bendit .Vous les connaissez tous, la plupart ont l’habitude de s’exprimer sur Israël, parfois avec des mots très forts pour défendre la politique israélienne.
 

’’L’alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien est dangereux car il va à l’encontre des intérêts véritables de l’État d’Israël’’

Rappelez-vous, par exemple, de ces propos prononcés par l’essayiste français Bernard-Henri Lévy en octobre 2009 à la Conférence des Présidents ‘’Vous savez, l’armée israélienne n’est pas peuplée d’anges. Il n’y a pas de nation angélique. Il n’y a pas d’Etat parfait. Mais, il y a quelque chose d’assez inquiétant à voir qu’Israël est très souvent cloué au pilori, mis au ban des nations. Il faut s’interroger sur la manière dont les guerres auxquelles Israël est forcé de participer sont analysées. Il y a quelque chose qui commence là à devenir insupportable. Je comprends qu’à certains moments, les Israéliens aient envie de renverser la table.’’
 

Aujourd’hui, c’est BHL et ses amis qui ont envie de renverser la table. Finie la défense inconditionnelle d’Israël ’’L’alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien est dangereux car il va à l’encontre des intérêts véritables de l’État d’Israël‘’ peut-on lire dans l’appel, place à la critique de ’’ l’occupation et la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est, qui sont une erreur politique et une faute morale’’, toujours selon Jcall.
 

Cette phrase lancée comme un rappel à l’ordre (souvenez vous de l’affaire Ramat Shlomo) est avant tout adressée au gouvernement actuel et montre la tonalité d’un appel largement anti-Netanyahou :"Nous voulons ratisser large, pas dans l'idée de créer un second mouvement comme ‘la Paix maintenant’, mais dans la volonté de dépasser les clivages politiques car nous pensons que nombreux sont les Juifs européens modérés qui n'approuvent pas la politique du gouvernement israélien qui n'est ni légitime ni raisonnable mais plutôt suicidaire !"a par exemple déclaré l’ancien ambassadeur d’Israël en France Elie Barnavi au quotidien belge Le Soir, il y a une semaine.
 

Un appel d’alerte

Appel anti-Netanyahou mais aussi appel d’alerte : ‘’Nous le savons tous, il y a urgence. Bientôt Israël sera confronté à une alternative désastreuse : soit devenir un État où les Juifs seraient minoritaires dans leur propre pays ; soit mettre en place un régime qui déshonorerait Israël et le transformerait en une arène de guerre civile.’’ Une alternative désastreuse pour les signataires de l’appel.
 

Pour autant, certains critiquent cet appel rappelant que les Juifs de diaspora n’ont pas leur mot à dire sur la politique israélienne. Jcall balaye cette critique, retournant l’argument ’’Si la décision ultime appartient au peuple souverain d’Israël, la solidarité des Juifs de la Diaspora leur impose d’œuvrer pour que cette décision soit la bonne. ‘’
 

Julien Bahloul, étudiant à l’IEP d’Aix et signataire de l’appel, lui en convient ‘’Pendant très longtemps, j’ai considéré qu’en tant que Juif en diaspora, la seule chose qu’on pouvait se permettre, c’était de soutenir Israël sans faille. Si on veut faire des critiques, on fait son alyah, on fait son service militaire et on vote aux élections israéliennes.’’
 

Mais, Julien a changé. Il est mû, désormais, par une seule préoccupation : ‘’préserver le caractère sioniste de l’Etat’’. ‘’A l’avenir, l’existence de l’Etat est menacée par l’absence d’initiative politique et de paix, à cause de cette menace démographique qui pèse sur l’Etat d’Israël.’’
 

Contre pétition

Cette initiative de paix n’a pas fait que des heureux. Une contre pétition a été lancée par le siteJSSnews, et relayée par l’Union des Patrons Juifs de France. Les signataires de cette pétition estiment que ‘’l’appel (de Jcall) va à l’encontre de ses buts affichés : la démocratie, la moralité, la solidarité de la Diaspora, le souci du destin d’Israël. L’offensive politicienne qui le sous-tend est claire pour tout le monde.’’
 

Pour ces signataires de ce nouvel ‘’appel à la raison’ tels que Raphaël Draï, professeur de sciences politiques et de droit, Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS, philosophe, politologue et historien des idées ou Shmuel Trigano, professeur de sociologie politique, directeur de la revue "Controverses", la responsabilité de l’échec du processus de paix provient des seuls Palestiniens.
 

"Toutes les enquêtes objectives (sic) montrent et démontrent que ni l’Autorité ni la société palestiniennes ne sont véritablement intéressées par une paix juste: 66,7% de cette population rejettent la création d’un État palestinien sur la base des frontières de 1967, 77,4 % rejettent l’idée que Jérusalem soit la capitale de deux États (sondage d’avril 2010 par l’Université Al Najah de Naplouse). La création d’un État palestinien sans la confirmation de la volonté de paix du monde arabe sans exception exposerait le territoire exigu d’Israël à une faiblesse stratégique fatale.’’
 

Ce contre appel à la raison a pour l’instant (à l’heure où nous écrivons ces lignes) récolté 2642 signatures contre 2521 pour Jcall. Pas très encourageant pour ces partisans d’une paix ‘’juste’’ entre Israéliens et Palestiniens. Rien n’est, néanmoins encore joué puisque le véritablement lancement de Jcall aura lieu au Parlement Européen lundi 3 mai au soir. »

 

 

Source : http://www.guysen.com/article_Des-Juifs-europeens-appellent-Israel-a-la-raison_12598.html

 

Voici les liens pour accéder aux deux pétitions :

 

http://www.dialexis.org

http://www.jcall.eu/

14:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.