Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2010

QUE DE VERS DANS CE BEAU FRUIT …

L’article suivant émane de Sammy Ghozlan. Il nous démontre en passant qu’on ne se contente pas de dénoncer en France puisque ce personnage se vante d’avoir dénoncé des journalistes du quotidien israélien Haaretz, coupables à ses yeux d’avoir fait preuve d’équilibre et d’esprit critique dans leurs jugements. Esprit critique qui est immédiatement traduit en quasi trahison. J’ai en tout cas l’impression qu’on est plus libre de ses propos en Israël qu’en France.  Comment cela se fait-il ?

Sammy Ghozlan, commissaire de police honoraire, est membre du comité directeur du CRIF, président de l’Union des Conseils des Communautés juives, ainsi que du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme. Ce n’est pas tout, il est également président du « Secours français pour les sinistrés d’Israël ».

 

33.jpg« Encore une trahison »

« Anat Kam, soldate au service d’un des plus importants bureaux de  l’état- major de Tsahal, a subtilisé des documents « secrets-défense » et les a remis à un journaliste d’un grand quotidien israélien, pas n’importe lequel bien sur, de HAARETS , le plus anti–israélien sinon réputé le plus antireligieux d’Israël.
J’avais à plusieurs reprises dénoncé certains journalistes engagés de ce quotidien controversé, comme Gideon Levi, Akiva Eldar et d’autres, plus soucieux du bien-être et de la sécurité des anti-israéliens que de leurs propres compatriotes.

Anat KAM dit avoir agi par idéologie. Quelle idéologie, sinon celle qu’on lui a instillée dans sa famille, dans son école, dans son mouvement d’idées politiques?

Est-elle responsable, elle est la seule. Sans parler des carences sécuritaires que révèle cette affaire. Il y a là un manque grave de responsabilité. Pourtant, lorsqu’au mois de février, j’ai rencontré, avec un petit groupe d’amis, le ministre de la défense Mr Ehoud Barak, nous sommes passés par un filtre sécuritaire extraordinaire que l’on peut comprendre.

Mais le danger ne vient pas de l’extérieur mais bien de l’intérieur, le fruit est pourri, il est pourri parce que peut-être on n’exige pas de ceux qui ont accès a des secrets d’état, de défense et sécuritaires ce qu’en France on appelle l’HABILITATION AU SECRET DÉFENSE qui est octroyée à certains hauts fonctionnaires comme les commissaires de police, certains militaires, hauts fonctionnaires, etc …

Oui le ver est à l’intérieur, rappelez vous ces officiers, ces soldats qui ont dénoncé Tsahal lors de l’opération au Liban, puis à Gaza et ces femmes soldats qui ont écrit une pétition, pour elles aussi accuser leurs camarades de crimes de guerre.

Et ces députés et ces prétendus intellectuels ou universitaires ou artistes. Ces réalisateurs de films anti-israéliens qui présentent le soldat israélien comme un nazi, un assassin, et les terroristes palestiniens comme des victimes innocentes. Et tout cela, avec l’aide de subventions publiques du ministère de la culture israélien. C’est du masochisme. Mais là c’est dangereux.

C’est un peuple qu’ils mettent en danger: Le peuple d’Israël, le peuple juif et sa légitimité pour sa défense, sa protection, face à un ennemi implacable sans foi ni loi. Non ils ont une foi, islamisme et une loi l’islamisme et un but: le djihad.

La guerre sainte à outrance contre les Juifs. Anat KAM, elle, est le produit de la société bien pensante israélienne, qui renie le judaïsme au profit d’un humanisme , humanisme juif peut être, mais dénué des valeurs du judaïsme. Ils refusent aux juifs orthodoxes ce qu’ils tolèrent des islamistes, voire aux islamo-terroristes. Certes, quelques mouvements orthodoxes, par certains excès religieux mal admis, mal compris, créent une forme de répulsion autour d’eux.

Mais il faut reconnaître que les israéliens, civils ou soldats, instruits au judaïsme, comprennent mieux les raisons pour lesquelles ils sont sur la terre d’Israël, pourquoi il faut la défendre, pourquoi il faut que Jérusalem reste à jamais la capitale juive de l’Etat d’Israël, une et indivisible. Anat KAM a-t-elle reçu une éducation juive dans son école, son lycée en Israël? Je ne le pense pas.

Et une fois dans Tsahal, a-t-elle été éduquée au sionisme? A-t-elle été responsabilisée ? Et si elle faisait partie d’un mouvement politique, comme ceux qui manifestent impunément aux côtes de l’ennemi, comment a-t-elle pu être employée dans ce service de pointe de Tsahal? Elle n’est pas la seule. Combien y en a-t-il comme elle dans le pays?

Ces journalistes qui ont collaboré à la trahison sont la preuve que la pieuvre déploie ses tentacules dans les plus hautes sphères de l’Etat.

Et pourquoi 2 poids 2 mesures? Des soldats qui refusent d’obéir aux ordres de démantèlement d’implantations sont sanctionnés gravement et le ministre de la défense monte au créneau. Il rompt le contrat que Tsahal a signé avec une des yeshivot Hahesder. Mais en même temps, une soldate qui a volé des documents « Secret Défense » est libre, et peu inquiétée. Le ministre négocie avec elle.

Mais alors, qui la protège? Pourquoi la protège-t-on? Serait ce du au fait que nombreux pensent comme elle ou auraient agi comme elle, sinon la comprennent? Il y a d’ailleurs des mouvements de solidarité et de défense d’Anat KAM ; C’est surealiste. Même la Cour Suprême fait montre d’une indulgence surprenante qui me fait penser qu’Israël court un suprême danger avec cette Cour Suprême.

A la veille du 62 eme anniversaire de la recréation d’Israël, ne sommes-nous pas en droit de nous interroger sur les faiblesses de cette supra-démocratie, cette extra-démocratie avec ses scandales à répétition, scandales sexuels, corruption, trahison ,etc..? Israël saura, je espère, se ressaisir . Je lui souhaite un joyeux anniversaire et une réussite éternelle. »

Source : http://www.juif.org/defense-israel/126524,encore-une-trahison.php

16:15 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

De la part d'un commissaire honoraire de nationalité française, voilà une dénonciation qui ne manque pas d'interpeller. Elle démontre en effet - s'il le fallait encore - l'intérêt sentimental démesuré que certains ressortissants juifs français éprouvent pour Israël. Flic un jour, flic toujours... Flic seulement honoraire dorénavant, mais toujours flic de la pensée... Pour que ce Français de papier se préoccupe ainsi de la correction politique d'Israéliens, il faut que la terreur anti-antisémite n'ait pratiquement plus lieu d'être dans notre pays. Autrement dit, il faut que celui-ci soit devenu plus sourcilleusement philosémite qu'Israël lui-même, dont les ressortissants semblent jouir encore chez eux d'un minimum de liberté d'expression.

Écrit par : Martial | 19/04/2010

Les commentaires sont fermés.