Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2010

MANIP, INTOX ET CALEMBREDAINES A TOUS LES ETAGES

Vendredi 16 avril, je lisais :

 

« Sondage: 65% des Français ne veulent pas que Nicolas Sarkozy soit candidat en 2012 »

 

« PARIS (AP) — Deux tiers des Français (65%) ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy se représente à la présidentielle de 2012, selon un sondage BVA pour "La Matinale" de Canal+.

Ils sont 33% à plaider pour une candidature du chef de l'Etat, alors que 2% des sondés ne se prononcent pas.

Par ailleurs, 82% des personnes interrogées pensent qu'il sera candidat à sa succession. Seize pour cent pensent le contraire et deux pour cent ne se prononcent pas.

 

Interrogés sur les alternatives à droite pour 2012 au cas où Nicolas Sarkozy ne serait pas candidat, 33% des Français citent le Premier ministre François Fillon, devant l'un de ses prédécesseurs, Dominique de Villepin (31%). Le maire de Bordeaux Alain Juppé arrive en troisième position (21%), devant le chef de file des députés UMP Jean-François Copé (11%). Quatre pour cent ne se prononcent pas.

 

Sondage réalisé par Internet du 13 au 15 avril auprès d'un échantillon de 1.036 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. AP

 

Source :  http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20100416.FAP8828/sondage-65-des-francais-ne-veulent-pas-que-nicolas-sarkozy-soit-candidat-en-2012.html

 

 

Le même jour, de 65%, ça passait à 57% ailleurs (au Figaro, pour être précis, mais repris de France Soir qui avait commandité, et payé, un autre sondage, justement dans les mêmes jours):

     « 57% des Français ne veulent pas que Sarkozy se représente »

 

« Dix jours après la défaite de la majorité présidentielle aux régionales, la popularité du chef de l'Etat atteint sa cote d'alerte.

 

Sondage après sondage, l'image de Nicolas Sarkozy se dégrade dans l'opinion publique. Mardi, c'est une enquête Ipsos pour France-Soir qui indique qu'une majorité de Français est hostile à l'idée que le chef de l'Etat brigue un second mandat en 2012. Interrogés pour savoir si «personnellement» ils souhaitent que Nicolas Sarkozy se représente à la présidentielle, 57% des sondés répondent non. Seuls 32% disent oui et 11% ne se prononcent pas. Des résultats venant confirmer ceux d'une autre enquête Ipsos publiée la semaine dernière. Le président de la République semble toutefois conserver le soutien de son électorat de 2007, 72% des sympathisants UMP interrogés disant souhaiter sa candidature à la prochaine présidentielle.

 

Il n'en demeure pas moins que le chef de l'Etat semble payer au prix fort la défaite de son camp aux régionales. Dans un autre sondage Ipsos diffusé lundi, sa cote de popularité dégringole de sept points en un mois à 32%, son score le plus bas depuis son accession à l'Elysée. Même tendance dans le baromètre mensuel Ifop publié dimanche : Nicolas Sarkozy perd six points de popularité à 30%, enregistrant là aussi son plus mauvais résultat depuis son élection en mai 2007.

«Plus mal que de Gaulle, Pompidou ou Giscard»

Un recul également confirmé par un sondage LH2 diffusé lundi sur le site du Nouvel Observateur : la popularité de Nicolas Sarkozy baisse de quatre points sur un mois à 35% d'opinions positives, son niveau le plus bas depuis juin 2008. Sept Français sur dix estiment notamment que le chef de l'Etat n'a pas tiré les leçons des élections régionales des 14 et 21 mars, selon un sondage Harris Interactive pour RTL diffusé vendredi dernier.

Selon le politologue Jean-Luc Parodi, qui parle de «crise de confiance» atteignant «le pouvoir en place», Nicolas Sarkozy se rapproche des records d'impopularité de la Ve République. Il «fait plus mal que de Gaulle, Pompidou ou Giscard dans leurs moins bons jours, mais (…) il n'atteint cependant pas encore les records de Jacques Chirac (27% en novembre 1995, novembre 1996 ou juin 2006) ou de François Mitterrand (26% en novembre 1986 et 22% en décembre 1991)».

 

 

Source :  http://www.lefigaro.fr/politique/2010/03/30/01002-20100330ARTFIG00450-57-des-francais-ne-veulent-pas-que-sarkozy-se-represent-.php

 

 

C’était mal barré, mais les miracles arrivent. La preuve :

 

 

« Sarkozy en tête des prétendants de droite pour 2012, selon Ifop »

 

« PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy arrive en tête des personnalités de droite dont la candidature est souhaitée pour 2012, suivi par Dominique de Villepin, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche diffusé samedi.

 

Selon cette enquête, 20% des Français souhaitent la candidature le chef de l'Etat, contre 13% pour l'ex-Premier ministre Dominique de Villepin et 8% pour l'actuel chef du gouvernement François Fillon.

 

La candidature d'Alain Juppé, lui aussi ancien Premier ministre, est souhaitée par 5% des personnes interrogées, devant le président du MoDem François Bayrou (3%) et Marine Le Pen, vice-présidente du Front National (2%).

 

Ce sondage a été réalisé du 15 au 16 avril auprès d'un échantillon de 956 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. »

 

 

On ne prendrait pas un peu les Français pour de bonnes pommes ? On croit vraiment qu'ils n'ont pas d'autres soucis que ces sondages bidon? Peut-être qu’on ne se rend pas vraiment compte, là-haut, qu’à force de leur avoir fait avaler des tonnes de couleuvres, ils sont arrivés à la limite de l’indigestion ? De l’exaspération ? Du désespoir ? Et du désespoir à la révolution, il n’y a finalement plus tellement loin…

Je suggère un sondage sur le sujet. Chiche que le résultat serait décoiffant.

 

Les commentaires sont fermés.