Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2010

L’AMBASSADEUR DE LA SHOAH

« Cérémonie commémorative de Yom HaShoah au Mémorial de la Shoah »

 

« Le dimanche 11 avril à 20h 30 François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l’Homme, en charge de la dimension internationale de la Shoah, participera à la cérémonie de Yom HaShoah, à la mémoire des victimes de l’Holocauste au Mémorial de la Shoah à Paris.

 

Pendant cette cérémonie et durant vingt quatre heures, seront lus les noms des enfants, des femmes et des hommes déportés dans le 25ème convoi. François Zimeray, aux côtés d’autres personnalités participera à cette lecture commémorative, placée sous le Haut Patronage du Président de la République. »

33.jpgBon, cela vous aura appris que nous possédons un ambassadeur pour les droits de l’homme, en charge de la dimension internationale de la shoah. C’est Sarkozy qui a créé ce poste tout exprès pour lui, en 2008. Il serait intéressant de savoir quel est au juste le coût de cette « création » pour le contribuable, mais dans ce domaine comme dans bien d’autres, il est défendu d’être trop curieux. La transparence, c’est seulement pour les discours.

 

L’Observatoire du communautarisme nous en dit un peu plus long sur ce rouage important de la vie politique française. L’article est daté d’avril 2004, donc bien avant qu’il ne soit repêché par Sarkozy, alors que le parti socialiste l’avait laissé tomber :

« Il faut sauver le soldat Zimeray!


« Sorti du néant il y a quinze ans par Laurent Fabius, avocat brillant de 42 ans, président (PS) de la communauté d’agglomération de Rouen, François Zimeray affiche un beau parcours professionnel et d'élu local. Mais il a une autre histoire. Cofondateur du Cercle Léon-Blum, parmi les premiers à monter au créneau contre la fameuse note de Pascal Boniface relative au positionnement du Parti socialiste sur la question israélo-palestinienne, l’individu s’est surtout illustré au Parlement européen, où il siège depuis 1999 à la Commission des affaires étrangères et de la défense. Selon Colette Grabli, « il est,très souvent, le seul des 170 (sic) députés socialistes français au Parlement européen,à prendre la parole pour s’opposer à toute initiative discriminatoire envers l’État d’Israël».

 

Grand pourfendeur des malversations de fonds européens dont est soupçonnée l’Autorité palestinienne, l’eurodéputé bataille pendant trois ans pour obtenir le nombre de signatures nécessaire à la création d’une commission d’enquête parlementaire et forcer la main à Chris Patten, hostile au lancement de telles investigations. À force de ténacité, Zimeray a pourtant gain de cause, pour un résultat qui fleure bon le discrédit, mais moins pour l'Autorité palestinienne que pour ce parlementaire trop zélé … Président du très influent groupe de pression Med Bridge, il a également organisé dans ce cadre la visite historique de 160 de ses collègues au Proche-Orient, belle opération de relations publiques du gouvernement Sharon.

 

En novembre 2003, il s’était également situé en première ligne pour dénoncer l’outrage que constituait le contenu d’un manuel scolaire français qui exploitait plus que maladroitement un sujet d'exercice situé en Cisjordanie. On pourra noter, pour compléter le portrait, que sa signature côtoie celle d'Alexandre Del Valle, alias Marc d'Anna, islamophobe acharné et compagnon de route de la nouvelle droite, dans une édition de l’ouvrage de Moïse Rahmani, L’Exode oublié. Juifs des pays arabes (Paris, éd. Raphaël, 2003).

Ainsi, pour résumer, François Zimeray, également membre du comité directeur de la très-engagée association France-Israël, se caractérise par un soutien inconditionnel à l’État hébreu — un « engagement équilibré » dans le jargon de la presse communautaire — qui, assorti d’une compassion contenue pour le sort des Palestiniens, lui vaut un statut d’icône dans les médias hyper-sionistes. Un profil un peu lourd à assumer pour le Parti socialiste. La section PS de Rouen a d’ailleurs demandé à la direction nationale du parti d’exclure l’encombrant élu, sans suite chez François Hollande... jusqu'à ce qu'arrive le moment de la formation des listes aux européennes.

Le couperet tombe le 17 avril : Zimeray est écarté de la liste Nord-Ouest, conduite par le fabiusien Henri Weber. Certains s’empressent d’y voir « un affront à toute la communauté juive qui voyait dans les initiatives de ce député européen courageux l’expression des valeurs défendues par Jaurès et Léon Blum » . On parle de « purge », on s’excite, on évoque naturellement le « syndrome Boniface ». Toute la presse communautaire se mobilise. Certains appellent à la pétition pour, si l'on extrapole à peine, « rétablir François Zimeray dans ses droits » à figurer sur la liste. Mais au nom de quoi ?

Quelques jours avant la décision du Conseil national du PS, on pouvait lire sur le site Desinfos.com (pro-israélien) cet avertissement :

« Dans quelques jours, le Parti socialiste prendra sa décision. Gageons que les électeurs proches du candidat, d'Israël et de la recherche d'une Paix digne de ce nom y seront très attentifs, et pèseront de tout leur poids lors des prochaines élections, notamment la présidentielle de 2007.
En 2002, il manqua à Lionel Jospin un peu plus de 2 % pour se qualifier pour la finale.
Que Laurent Fabius, membre du Bureau national, principal élu de la région Nord-Ouest et candidat (presque) auto-déclaré à cette élection, ne fasse pas la même faute que son prédécesseur. »


Le ton était déjà donné. Et cela ne fait que commencer.

 

En définitive, ces deux exemples apportent hélas la preuve que les partis politiques ne sont décidément pas à l’abri des offensives communautaires et que, notamment, l’antagonisme entre « Juifs » et « Arabes » (pardon pour cette grossière simplification terminologique), pourtant largement surestimé quand on considère la totalité de la population, y devient prépondérant. Résultat : le conflit israélo-palestinien, dont la classe politique semblait à tout prix vouloir éviter l'importation dans notre pays, s'est bel et bien invité comme prétexte au cœur des plus petites querelles de pouvoir.

Dans ce contexte tendu, le Parti socialiste, parce qu'il est idéologiquement plus que d'autres attaché à la notion de pluralité et parce qu'il occupe, pour des raisons structurelles (historiques, sociologiques, politiques) une position ambivalente dans ses rapports à Israël et au monde arabe, a trop longtemps laissé s'épanouir des François Zimeray — mais aussi des Frédérique Sprang — qui forment, entre les courants, des petits tourbillons où les esprits les moins oxygénés viennent se noyer. »

Source :

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:wUtzdX9RhVsJ:www.communautarisme.net/Le-PS,-territoire-occupe_a202.html+fran%C3%A7ois+zimeray&cd=13&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

 

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/droits-homme_1048/evenements_9254/evenements-2010_20175/ceremonie-commemorative-yom-hashoah-au-memorial-shoah-11.04.10_81523.htmlSource :

17:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.