Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2010

UN FRONT NATIONAL BIENTOT PRESENTABLE ?

55.jpgVous trouverez en lien une interview de Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’ « extrême-droite », ultra-sioniste s’il en est, politiquement à gauche, converti au judaïsme. J’ai lu dans le passé sous sa plume des diatribes enflammées contre le Front National, ce parti de fachos, d’antisémites, danger pour la démocratie, j’en passe et des meilleures. C’était la grande époque où, pour permettre à la gauche de parvenir puis de se maintenir au pouvoir, il fallait à tout prix empêcher les diverses sensibilités de droite de s’unir. La manoeuvre a formidablement réussi.

Aujourd’hui, ce n’est plus la peine de se casser la tête. Le système a gagné : droite, gauche, c’est devenu du pareil au même, tout le monde le sait ou le devine.

 

Ce qu’il faut maintenant, c’est récupérer autant que faire se peut un parti qui flirte avec les 10/12% de voix - ni trop, ni trop peu - et le neutraliser d’une autre manière que la diabolisation qui a fait son temps. Histoire d’empêcher ce qui serait vraiment fâcheux : l’émergence d’un mouvement véritablement radical qui irait au fond des choses et poserait les questions qui fâchent. Un parti véritablement anti-système. A éviter à tout prix.

 

C’est en tout cas la  lecture que je fais de cette interview au ton considérablement radouci, surtout en ce qui concerne Marine Le Pen. On sent qu’ « on » pourrait s’entendre avec elle pour taper de concert sur l’immigration sans aller chercher plus loin.

Evidemment, l’hypothèse Bruno Gollnish serait plus fâcheuse. Lui, il reste un vrai infréquentable. Camus se dépêche d’ailleurs de rappeler sa présence l’an dernier à un Forum à Lyon auquel participait également un monstre incarné, sous la forme de Georges Theil, « négationniste » de son état. L’horreur absolue. Celle qui ne pardonne pas.

 

Non, non, il faut que Marine Le Pen succède à son père. Du reste, elle n’a pas manqué de donner de sérieux gages toutes ces dernières années: en octobre 2004, elle condamnait les fameux propos de Gollnish concernant « les historiens qu’il faut laisser travailler » et évoquait  le martyre du peuple juif par les nazis. En 2005, elle rejoignait le groupe d’études France-Israël du Parlement européen. Elle envisageait même de participer avec ce groupe à un voyage en Israël pour 2006 et avait donné une interview à European Jewish Press dans cette optique.

 

Hélas, Israël refusa de la recevoir et le voyage du Parlement européen fut annulé. Je parierais que ce n’est que partie remise pour un proche avenir.

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=19645&artyd=11

 

Commentaires

Le FN est devenu à la droite nationale ce que la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X est en train de devenir à la Tradition catholique : une officine de fausse résistance et de vrai ralliement au consensus mou et mortel, c'est-à-dire à la socio-démocratie mondialiste d'une part, à la religion universelle d'autre part. C'est fâcheux, d'autant plus qu'il n'y a pas d'alliance plus naturelle qu'entre la vraie droite nationale et la vraie Tradition catholique, non plus - évidemment - qu'entre leurs ennemis respectifs. Demandons-nous pourquoi tout cela arrive en même temps, et attendons-nous à ce que cela déclenche une accélération spectaculaire du chaos...

Écrit par : Martial | 09/04/2010

Jean Marie Le Pen a défendu ses idées contre vent et marée toute sa vie en ne récoltant que des coups, il laissera son nom pourtant dans l'histoire. Sa fille, Marine est de la génération de l"Ici et Maintenant et à n'importe quel prix!" même a celui des compromissions et au besoin de la trahison. Mais après tout, tous les partis, sans exeption et quelque soit leur couleur, sont passés par là pour finir au parlement, c'est le système qui veut ça, c'est celui qui ment le mieux qui finit toujours par convaincre les électeurs naïfs et par être élu! Dans une société qui se voudrait honnète, le parlementarisme et les élections seraient interdites comme l'est le vol, l'escrocquerie ou l'abus de confiance. "Votez pour moi pour ceci ou cela" Allez votre compte bon, en prison.

Écrit par : NYH | 09/04/2010

Avec d'un côté le bordel qui a été mis aux USA par le milieu de la finance, et qui risque de déclencher sur les Juifs une haine de toute la population américaine,
avec d'un autre côté la discorde qui règle en Israël et la haine implacable que leur voue les populations palestiniennes et les musulmans fanatisés, il y a des gens qui trouvent que la France pourrait être une terre de repli parce que, ils commencent à le reconnaître maintenant, "les Français n'ont jamais été antisémites".

C'est vrai qu'ils n'ont jamais été antisémites, ou plutôt ça l'avait été depuis des siècles, mais je crois que c'est fini depuis fin des années 1980. Pour les Français de souche, c'est à cause de leur propagande accusatoire de tous les instants sur la shoah, le Régime de Vichy, la SNCF, l'antisémitisme, et contre racisme des Français, contre Dupont-Lajoie, contre le beauf. Il y aune nouvelle détestation qui est née, à cause de leur façon d'imposer inexorablement l'ouverture des frontières à des dizaines de millions de réfugiés qui nous submergent. À cause de leur façon de noyauter tous les médias, tous le partis politiques de gauche, tous jury critiques, tous les postes universitaires, de leur volonté d'empêcher les Français de s'exprimer et de débattre.

Mais c'est pas le problème parce que l'antisémitisme des Français n'est pas violent, ni meutrier, ni finalement très dangereux. Le problème, c'est que les 10 millions de proto-musulmans qu'ils ont fait rentrer en France, en empêchant de les éduquer et de les instruire, en les remontant comme des ressors pour cracher leur haine, sont devenus d'un antisémitisme violent.

Lorsqu'il y aura la grande crise financière qui ruinera tout le commerce international, et que les États seront affaibli, les français iront se réfugier à la campagne, et les populations des banlieues se transformeront en bandes guerrières, et elles se vengeront sur les Juifs qui les ont déracinés pour les dresser contre les Français, et les amener dans une impasse.

Comme ils en prennent conscience, il y a donc un renversement tactique à 180 degrés: avant, ils voulaient tous accroître l'immigration, et développer toutes les formes de cultures et de religions au dépend de la nôtre. Pour cela, ils condamnaient tous les partis patriotes et paralysaient toutes réactions d'immunité ou de défense avec la LICRA, la HALDE, les reproches incessants sur le Régime de Vichy.
Mais maintenant, ils se rendent compte que les hordes barbares qu'ils ont fait venir et dressées contre nous, vont s'en prendre à eux, qu'ils vont les massacrer, et que, contrairement à pendant la dernière guerre, nous regarderons nos tyrans se faire déchirer par leurs créatures, sans réagir, avec un sourire amusé.

Comme ils n'osent pas renverser ouvertement leur position face aux immigrés, ils vont le faire sournoisement en instrumentalisant les militants et les partis nationalistes, identitaires ou autres. D'où ce changement de position à leur égard: avant, ils risquaient d'empêcher l'immigration, maintenant, ils peuvent servir de rempart contre les immigrés.

Et puis une fois le danger écarté, ils se retourneront contre eux, les dénonceront à la vindicte populaire, et reprendront le pouvoir.

Et voici, chère Anne, pourquoi votre fille est muette.

Je dois préciser que par Juifs, j'entends ici les athées messianistes qui se revendiquent d'une race juive, pas les personnes de confession israélites qui n'embêtent personne et ne conspirent pas.

Écrit par : Le défenseur de C L-S | 10/04/2010

"converti au judaïsme. "

Quel est donc ce rite de "conversion" au judaïsme? Depuis quand se convertit-on au judaïsme?

À moins que J-Y Camus ait de la parenté dans la tribu, ce qui est fort possible...

Écrit par : Fred | 12/04/2010

« Sur la question de la conversion, mon attitude est simple : je suis un juif pratiquant, point. D’où je viens n’a plus d’importance depuis longtemps et personne ne me le renvoie jamais à la figure. J’ai eu la chance d’être “pris en mains” et soutenu, au Consistoire de Paris, par des rabbins d’une orthodoxie sans faille, qui m’ont appris qu’il ne fallait pas transiger sur les principes, quitte à en payer le prix. », Repli communautaire juif : 3 questions à Jean-Yves Camus [archive]
(sur Wikipédia)

Écrit par : anne kling | 12/04/2010

J-Y Camus est donc un juif "autoproclamé",et " pris en main", comme il le dit lui-même, probablement du fait de sa position médiatique. Je doute fort qu'un Juif le considère comme tel. Dans leur for intérieur, il restera le shabbat goy destiné uniquement à servir les intérêts du peuple élu au sein du microcosme journalistique, comme tant d'autres .

Écrit par : Fred | 13/04/2010

Bonsoir Madame,

Votre lecture de cette interview est inexacte au moins sur deux points. D'une part, je ne suis pas sioniste, à la fois par conviction religieuse et parce que je suis très heureux d'être français. D'autre part je considère comme parfaitement inacceptable une quelconque complaisance communautaire avec Marine Le Pen pour "taper" sur l'immigration. Je ne fais absolument pas partie des obsédés du "nouvel antisémitisme" supposément arabo-musulman.

Enfin, vous omettez de dire à vos lecteurs que je conclus en signalant que la nouveauté, dans le camp national, vient des radicaux.
A votre disposition pour en discuter, comme avec les animateurs de SN d'ailleurs.
Bien à vous

Écrit par : jean yves camus | 13/04/2010

A Jean Yves Camus:

Merci pour votre message. J'apprécie le débat. Je note que vous n'êtes pas sioniste, parce que vous êtes heureux d'être Français. Il me semble pourtant que les deux ne sont pas forcément incompatibles car je connais bien des sionistes, et même des "ultra-sionistes" incontestables proclamant leur joie d'être Français.

L'argument "religieux" me surprend un peu aussi car là non plus je ne vois pas d'incompatibilité: je lis sur un site des plus sérieux que le grand rabbin Gilles Bernheim "est un fervent sioniste plaçant Israël au cœur de son engagement juif ; il compte s'installer en Israël à l'issue de son (ses) mandat(s) pour rejoindre ses filles."

Tout ceci n'est pas bien grave, de toute façon. Et j'en tire une leçon en ce qui me concerne: toujours vérifier et revérifier encore ses infos. Et tâcher de rester le plus objective possible. Pas simple, mais c'est le but.

Écrit par : anne kling | 14/04/2010

Les commentaires sont fermés.