Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2010

COMPTAGE – SUITE

 

 

J’évoquais hier un correspondant qui s’était livré aux fameuses recherches qualifiées d’ « infâmes » par le Saint-Just en cagoule. Ce correspondant m’adresse aujourd’hui les précisions suivantes :

 

« Je viens de lire votre article du jour sur http://france-licratisee.hautetfort.com/ .

 

Je vous renvoie vers ce site : http://www.mortsdanslescamps.com/indexfr.html

 

Ici, aussi, on s’ « amuse » depuis des années à compter les déportés morts en déportation.

Le site liste 56 810 noms dont un étonnant très grand nombre de doublons.

Le Ministère  des Anciens Combattants indique estimer ( ???) le nombre à 115 500. On s’étonne que ce vénérable organisme public soit incapable de donner un chiffre plus précis 65 ans après les faits (erreur donc OFFICIELLEMENT estimée à 100% !!!!! )

 

Le 12 mars 2010 le journal officiel a encore ajouté une centaine de noms environ. 65 ans après les faits !

JORF n°0059 du 11 mars 2010

Texte n°51

 

Le fichier concerne NON les déportés FRANÇAIS mais les déportés partis DE France ce qui est bien plus qu’une nuance quand on regarde le « détail » en remarquant le nombre d’Espagnols (combattants « républicains » réfugiés en France après la guerre civile espagnole) ou de Polonais (juifs migrants certes mais aussi communistes combattants des « brigades internationales ») par exemple.

 

Rien dans le fichier ne permet de dire si le déporté était juif ou non mais le lieu de naissance est le plus souvent mentionné avec la date.

 

Mais il n’est pas trop difficile de conclure du nombre GLOBAL officiel (56 810) qu’il sera difficile d’y trouver 11 000 enfants juifs !

 

Il est intéressant de voir comment Yad Vachem a le droit de « s’amuser » à compter les morts, comment le Ministère  des Anciens Combattants se prend au même » jeu », les uns pour réclamer et l’autre attribuer des « compensations » 65 ans plus tard.

 

Et comment le moindre regard critique sur ces comptages est aussitôt qualifié d’infamie !

 

Rien de neuf sous le soleil ! »

 

16:17 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Sur le site en question

"52 884 actes de décès portant la mention «Mort en déportation» alors que le Ministère concerné indiquait, en décembre 2006, avoir enregistré 87 248 dossiers
Parmi ces 52 884 actes de décès dont certains sont dits «rectifiés», il subsiste d'innombrables erreurs de toutes sortes, ainsi que des mentions incompatibles avec les dispositions de la loi n° 85-628. On trouve, par exemple, des dizaines d'actes de décès indiquant, aux lieu et place de la date et du lieu de décès, la mention «sans autres renseignements»"

;)

Écrit par : Fred | 06/04/2010

Les commentaires sont fermés.