Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2010

QUE SERAIS-JE SANS TOI ?

Qui vins à ma rencontre …. Vous vous souvenez sans doute de la chanson de Jean Ferrat. Eh bien, elle m’est venue à l’esprit en lisant le discours assez époustouflant dans son genre qu’a prononcé Alan Dershowitz, avocat démocrate, professeur de droit à Harvard, devant l’AIPAC.

 

L'American Israël Public Affairs Committee,  ce puissant groupe de pression pro-israélien, tenait son congrès à Washington en début de semaine. 7 500 personnes étaient présentes, dont une délégation du CRIF. Netanyahou avait fait le voyage depuis Israël, et l’on a pu entendre à la tribune Hillary Clinton et Tony Blair.

 

Le discours que vous allez lire est long mais très révélateur des lignes de force de la politique israélienne et de l’image que ce pays entend imposer au monde. Avec de plus en plus de difficulté, il est vrai. Ce qui ressort surtout, et fait froid dans le dos, c’est le degré aigu de paranoïa de sa classe dirigeante et de ses soutiens à l’étranger.

 

 

images.jpg« Discours du Professeur Alan Dershowitz à l'AIPAC

(Traduction et adaptation par Hanna pour sionisme.xooit.com)


« Merci. Merci. "Wow", quelle merveilleuse conférence. Quel grand spectacle de soutien pour Israël, à un moment aussi critique (Applaudissements).

Le monde devrait être fier et devrait apprécier les réalisations incroyables et ce que fait Israël. Aucun pays au monde n’a autant fait pour le monde en 61 ans, comme l’a fait Israël – (applaudissements) – Les exportations des technologies israéliennes ont sauvé plus de vies musulmanes et arabes que l’ensemble des pays arabes et musulmans réunis. (Applaudissements).

Les réalisations de haute technologie d’Israël dépassent celles de l’ensemble de l’Europe et de la plupart des pays d'Asie. Israël a accompli plus pour l’environnement que pratiquement n’importe quel pays dans le monde. Israël a enseigné au monde comment mener des guerres contre le terrorisme sur le plan éthique en ayant le souci d’éviter les pertes civiles (Applaudissements).
Israël : Aucun pays dans le monde, face à des menaces comparables, a un meilleur bilan concernant les droits de l’homme que celui d’Israël. Et si vous ne le croyez pas, écoutez Richard Kemp, quand il décrit et compare Israël aux autres armées du monde, face aux menaces des terroristes qui se cachent parmi les civils.

Lorsque le juge Brennan, probablement le plus libéral des juges, ayant siégé à la Cour suprême, est allé en Israël il a dit ceci
 : "Si jamais, le terrorisme s'importe aux Etats-Unis, il n’existera qu’un seul pays, susceptible d’apprendre aux Etats-Unis, comment lutter contre le terrorisme de manière équilibrée afin de respecter les droits de l’homme". Au sujet d'Israël, il devrait être exprimé de la fierté et de la reconnaissance. (Applaudissements).

Mais, au lieu de cela, Israël, est le seul pays au monde aujourd’hui, dont la légitimité continue d’être remise en question, sans cesse mise en doute, constamment remise en question.

C’est, d’autant plus paradoxal, absurde, qu'étant donné qu'aucun pays n’a jamais été établi, sur des bases juridiques plus solides. Israël a été établi, après que les déclarations de la Société des nations ont été acceptées, par les Nations Unies, selon la loi internationale, malgré cela, sa légitimité demeure contestée. Comparez-le à d’autres pays, qui ont commencé avec les révolutions ou ont pris tout simplement une terre appartenant à d’autres gens, Israël a payé pour chaque centimètre, de son territoire, payé avec de l’argent, payé par le sang de ses enfants. (Applaudissements)

Ce processus de délégitimation a véritablement débuté en 1975, lorsque les Nations Unies ont pris tellement de temps, et tant d’énergie dans des discussions afin de savoir si le Sionisme était du racisme. Et, savez-vous, ce qui se passait au même moment, en 1975, moment où les Nations Unies se perdaient dans des discussions ridicules et fanatiques
 ? Un million de personnes étaient assassinées dans un génocide au Cambodge, sans que les Nations Unies n'y prêtent  la moindre attention. Ils étaient bien trop occupés à délégitimer et condamner Israël. Après 1975, ce fut par la Conférence de Durban en 2001, que la stratégie de délégitimation s’y est établie, et y a pris racine. Ce qui a été fait, s’est retourné contre Israël. Ils ont accusé Israël de racisme, ils ont accusé Israël d’apartheid, ils ont accusé Israël de génocide, en accusant Israël de créer un holocauste.

Ce qui a été fait est contraire à l’entière conception des droits de l'homme. A la suite de Durban, les campagnes de boycott ont été lancées à l’encontre des institutions israéliennes, des institutions universitaires, des institutions qui essaient de guérir le cancer et les maladies du cœur, ainsi que la maladie de Parkinson. Et, cela continue à ce jour – Au moment même où nous parlons, la Norvège et l’Angleterre poursuivent les campagnes de boycott à l’encontre des institutions universitaires israéliennes. Vous savez ce qui est arrivé la dernière fois qu'ils ont essayé de boycotter Israël en Angleterre ? Quelques-uns d'entre nous ont édité une pétition, qui a pour titre : " Si vous boycottez l'Israël, ce sont vos universités qui en souffriront, nous ne viendrons plus parler dans vos universités." Nous avons fait circuler cette pétition, pensant que nous n’aurions que 400 ou 500 signatures, or, ce sont 11 000 universitaires américains, des prix Nobel, des Présidents d’Universités, qui ont signé cette pétition – (Applaudissements)


Le message était clair
 : "Si vous essayer de boycotter Israël, à votre tour, c'est vous qui serez boycottés, et ce sont vos universités qui en souffriront". Les universités en Israël sont parmi les plus grandes de ce monde, aujourd’hui, personne ne devrait tenter de boycotter ces grandes universités, ces lieux de science.

Ensuite, est arrivé le concept que nous appelons "la guerre partisane, par le droit international", instaurant des campagnes pour délégitimer Israël, en utilisant la tactique juridique, des moyens légaux, en utilisant le droit international, en utilisant le droit humanitaire, en utilisant tout cela afin de le retourner contre Israël, les campagnes de désinvestissement, de distorsions des droits de l’homme. Quand l’année dernière, vint Durban II, et la tentative de recommencer de nouveau, nous étions prêts et nous sommes allés à Genève, et nous nous sommes défendus. Et, nous avons gagné à Durban II. Ils ont invité Ahmadinejad. Nous avons invité Elie Wiesel.

Nous avons dit : "Qui est la personne qui parle des droits de l'homme aujourd'hui ?" (Applaudissements).

-Un des moments forts- l'un des moments forts de ma vie, fut quand j'ai été arrêté par la police suisse pour avoir osé essayer d'affronter Ahmadinejad, pour avoir juste voulu lui poser une question : "Niez-vous l'Holocauste ? Avez-vous été à Auschwitz ? Quels sont les livres que vous avez lus sur l'Holocauste ?" Difficile pour lui de débattre sur sa négation de l'Holocauste. Il nie l'Holocauste, en essayant d'apporter l'opprobre sur le peuple juif d'Israël, pour cela j'ai été arrêté, seulement pour avoir oser l'affronter de manière pacifique. Mais, à Durban, les étudiants se sont soulevés contre Ahmadinejad et il a été hué, et les gens sont sortis, nous avons gagné à la seconde rencontre, à Durban. (Applaudissements)


Le message important est, "Nous ripostons. Nous ne nous asseyons pas sur ces genres d'abus". Et quand Richard Goldstone - (Applaudissements)



 - Lorsque Richard Goldstone, que la honte soit sur lui, a accepté de siéger dans une commission qui était tellement à sens unique, nous nous sommes défendus, "Inégal ?". Savez-vous qui sont les trois personnes qui siègent à la Commission ? L'un d'eux, est un colonel irlandais, qui avant même de siéger à la Commission, croyait que des soldats israéliens avaient capturé des soldats irlandais et les avaient tués de sang-froid, et qu'il allait pouvoir se venger. Il a estimé qu'Israël n'avait pas le droit légitime à se défendre. Il siégeait à la Commission. Une femme britannique, bien avant d'avoir entendu une quelconque preuve, a dit qu'Israël était coupable de crime de guerre. Elle siégeait à la Commission.
Une femme musulmane originaire du Pakistan a dit "Vous devez croire les Palestiniens, ils disent toujours la vérité". Elle siégeait à la Commission. Bien évidemment, pour donner un certificat de cacheroute, certifié casher, ils ont introduit Richard Goldstone, la caution symbolique  juive à la Commission, comme un gage, et quand les gens ont fait valoir leur mécontentement sur le contenu du rapport Goldstone ou ont essayé de débattre avec lui, comme j'ai essayé moi-même, sa réponse fut "Non, je suis un Juif, ma fille habite en Israël. Je suis juste, correct. Vous ne pouvez pas me poser des questions, parce que je suis un Juif".

Tout ce que nous avons obtenu, c'est un argument ad hominem qui n'a rien à voir avec les  contrefaçons du rapport Golstone. Et, nous avons la preuve enregistrée sur bande vidéo, montrant que Goldstone a eu tort. Israël a tenté désespérément d'éviter les pertes civiles alors que le Hamas - (Applaudissements)

- alors que le Hamas tirait depuis la population civile lui servant de bouclier humain. Le fait est, que les campagnes de délégitimation, jusqu'à présent, se limitent essentiellement à l'Organisation des Nations Unies et aux pays européens. Ils n'ont pas réussi aux Etats-Unis.

Pourquoi ? Parce qu’aux Etats-Unis, grâce à l'AIPAC et grâce au fait que nous avons un appui considérable parmi les gens du Congrès ainsi que parmi le peuple des Etats-Unis, Israël est connu pour être un grand ami de l'Amérique et Israël, obtient des cotes de popularité élevées à chaque sondage d'opinion publique et c'est la raison pour laquelle tous les efforts pour délégitimer Israël aux Etats-Unis ont échoué. Mais, je voudrais vous parler d'une nouvelle campagne qui pourrait réussir si nous ne nous défendons pas. La nouvelle menace, la nouvelle tentative d'importer la délégitimation aux Etats-Unis, provient de gens, comme Walton Mearsheimer qui a écrit un livre rétrograde.

Walton Mearsheimer, dans sa vision concernant l'AIPAC, dit évidemment beaucoup de choses. Il croit que vous êtes l'organisation la plus influente dans le monde, que vous contrôlez ce que font les Etats-Unis. Ce qu'il ne parvient pas à comprendre, c'est pourquoi l'AIPAC est forte, c'est parce que la force va à la force, parce que les Américains soutiennent Israël et parce que les Américains soutiennent Israël, les parlementaires soutiennent également Israël.


Il y a un lobby à Washington qui n'a pas de soutien public, Walton Mearsheimer aurait pu écrire à son sujet. Son nom, est le lobby saoudien - Sans soutien public, une grande influence n'a pas de pouvoir. C'est un paradoxe, mais ce n'est pas un paradoxe de la démocratie, d’une loi qui donnerait une certaine influence à Washington à un groupe populaire, soutenu par le public américain. Ensuite, vient Jimmy Carter, tentant de délégitimer Israël, en utilisant le mot "apartheid". Jimmy Carter, cet homme qui ne veut pas employer le mot génocide pour le Darfour, parce qu'il dit : "Il faut être prudent, il faut faire attention à la façon dont on utilise le langage", cet homme, utilise le mot "apartheid" pour décrire la seule démocratie du Moyen-Orient Israël.

Maintenant, l'argument le plus récent et le plus sérieux, le plus grave, jamais porté contre Israël, dans les temps modernes, est celui qui circule, depuis peu, partout sur l'Internet, notamment, que les actions israéliennes mettent en danger les troupes américaines en Irak et en Afghanistan. Nous pouvons le lire partout sur Internet, dans les médias traditionnels. Les titres "Israël, est un danger pour les troupes américaines." Rick Sanchez de CNN : "Cela commence à devenir dangereux pour nous, Biden a prétendument dit à Netanyahu : "Ce que vous faites, porte atteinte à la sécurité de nos troupes," [inaudible].

Les Etats-Unis disent à Israël : " Vous nuisez à la sécurité de nos troupes américaines. Petraeus a déclaré " Israël accrédite Al-Qaeda, l'intransigeance d'Israël pourrait coûter des vies américaines". Diverses variations de cet argument faux et dangereux, ont déjà été reprises par Joe Klein du Time Magazine, par Roger Cowen du New York Times, Walton Mearsheimer, Brzezinski et d'autres. Le Vice Président Biden et le Général Petraeus ont apparemment désavoué cet argument, bien que leurs déclarations, viennent à l'appui de leurs conclusions.

Peu importe quelle est la source de l'argument qui a été reprise, malheureusement, leurs propres vies sont utilisées pour véhiculer la campagne de délégitimation aux Etats-Unis d'Amérique. C'est l'argument le plus dangereux jamais mis en avant dans la campagne en cours contre Israël, parce que son objectif a pour but de réduire le soutien à Israël parmi les Américains traditionnels, qui comme chacun d'entre nous dans cette salle, soutiennent nos troupes américaines luttant à l'étranger. (Applaudissements)

C'est un argument ironique et insidieux, essentiellement parce que l'axe de la politique israélienne à l'égard des troupes des Etats-Unis, est que : Israël n'a jamais voulu mettre nos troupes en danger. C'est la raison pour laquelle, il ne demande jamais aux soldats américains de se battre pour Israël, comme beaucoup d'alliés. En fait, cela tend à faire d'Israël, le bouc émissaire de la mort de soldats américains aux mains des terroristes islamiques. Cet argument est devenu une arme puissante dans la campagne pour diaboliser et délégitimer Israël dans l'esprit de la population américaine. Plus que tout, c'est un argument complètement faux dans les faits, entièrement faux. Il n'y a absolument aucun rapport entre les actions d'Israël et la sécurité des troupes américaines, aucune. Prenons l'année 2000-2001, que faisait Israël en 2001-2001 - en novembre, en décembre, en janvier ?

Il offrait la paix aux Palestiniens à Camp David et Taba. Ils offraient aux Palestiniens 100 pour cent de la bande de Gaza, 97 pour cent de la Cisjordanie, ils proposaient de diviser Jérusalem, ils offraient 35 milliards de dollars de réparation. Que se passait-il pendant ces mois ? Osama Bin Laden planifiait la destruction du World Trade Center.

Il n'y a aucune relation entre les actions israéliennes et la haine, et les actions des extrémistes islamistes contre les Etats-Unis. En 2005, Israël quitte Gaza - quitte unilatéralement Gaza - C'est exactement ce que tout le monde réclamait, et en même temps, il y a eu une légère augmentation de violence contre les troupes américaines en Irak. Durant l'opération "Plomb durci", et plus récemment quand Jérusalem a fait l'annonce de nouvelles constructions, aucune escalade de violence significative n'a eu lieu contre les troupes américaines en Irak. Il n'y a aucun rapport. C'est une invention. Je défie ceux qui avancent cet argument, de le prouver, ou alors qu'ils se taisent. Prouvez, votre point de vue ou cessez d'employer cet argument fanatique.

(Applaudissements).

Ils se trompent. Et, pensez - pensez aux implications - pensez aux implications de cet argument. Les conséquences de cet argument, sont : La délégitimation d'Israël dans l'esprit de la population américaine, pourquoi ? Parce que pour les extrémistes musulmans, ce n'est pas ce que fait l'Amérique qui importe. Ce n'est pas ce qu'Israël fait. C'est ce qu'est Israël. C'est ce qu'est l'Amérique.

Les extrémistes islamistes ne peuvent accepter la notion d'une démocratie laïque, une démocratie qui accorde des droits égaux aux femmes, l'égalité des droits pour tous. C'est ce que nous sommes qu'ils détestent, pas ce que nous faisons. C'est pour cela que c'est une partie importante de la campagne de délégitimation d'Israël, Israël ne peut rien faire qui satisferait les extrémistes islamiques pour menacer les troupes américaines. Il n'y a rien qu'Israël pourrait faire. Si Israël faisait la paix demain en renonçant unilatéralement à tous ses droits, cela n'aurait aucun impact. Le grief des extrémistes islamiques, c'est l'existence d'Israël et Israël ne va pas s'arrêter d'exister pour satisfaire les extrémistes islamiques. (Applaudissements)

Pas plus que les Etats-Unis - Les Etats-Unis, ne peuvent rien faire pour arrêter les menaces des extrémistes islamiques à l'encontre des Américains, à moins de retirer toutes ses troupes au Moyen-Orient, ce que les Etats-Unis ne feront pas. La réalité est qu'il n'y a rien qu'Israël ou les Etats-Unis puissent faire pour arrêter les extrémistes islamiques. Par contre, il y a quelque chose que l'Autorité palestinienne puisse faire pour les Etats-Unis, c'est faire cesser les incitations quotidiennes des extrémistes. Il suffit d'aller sur Memory.org. Il suffit de regarder la télévision palestinienne quotidiennement, pour s'apercevoir que c'est l'incitation qui met en danger les troupes américaines, aussi ils peuvent arrêter d'enseigner à leurs enfants de nous détester, en cessant de donner des noms d'assassins d'Américains et d'enfants et citoyens israéliens, à des places publiques en Cisjordanie.

Une place porte le nom d'un assassin qui a tué une femme américaine et qui a tué de nombreux Israéliens. En faisant cela, en nommant une place publique, vous encouragez vos enfants à suivre le chemin de cet assassin et vous incitez à la violence contre les troupes américaines et contre les citoyens américains. Donc, concentrons-nous sur ceux qui haïssent l'Amérique, et ceux qui incitent au terrorisme contre nos troupes plutôt que se focaliser sur une courageuse nation, qui aide militairement et avec intelligence tout en ne demandant jamais aux troupes américaines de les protéger. Je veux mentionner deux propositions, à toute personne qui jette l'opprobre sur Israël, deux simples propositions.

Premièrement, si les ennemis d'Israël sont prêts à déposer les armes, sont prêts à arrêter le terrorisme et à arrêter les tirs de roquettes, il y aura la paix. Quelqu'un conteste-t-il cela ? Deuxièmement, si Israël venait à déposer les armes, il y aurait un génocide. Telle est la réalité. C'est la vérité et ces deux déclarations doivent être gardées à l'esprit.

Et puis, je voudrais parler très brièvement de trois leçons à tirer de l'Holocauste, que je connais et que j'ai apprises grâce à mon amitié avec Elie Wiesel. La première leçon est, que la morale sans la puissance militaire ne suffit pas. Nous avions de la moralité pendant la Seconde Guerre mondiale, mais nous n'avions pas la capacité pour défendre la communauté juive. Merci à Dieu pour Israël. Merci à Dieu pour ses forces militaires. Merci à Dieu pour la capacité que nous avons maintenant pour défendre notre moralité. (Applaudissements)

La deuxième leçon : La deuxième leçon est, que la puissance militaire sans morale est dangereuse. C'est la raison pour laquelle l'armée israélienne tire les leçons de l'éthique. C'est pour cela qu'il y a un concept de sainteté militaire. C'est pour cela qu'il y a des professeurs aidant à former éthiquement les militaires. Et, la troisième pour Israël, et peut-être la plus importante, est que nous devons garder à l'esprit, lorsque nous tous, nous traitons avec l'Iran, c'est que vous devez toujours croire les menaces de vos ennemis, plus que les promesses de vos amis. (Applaudissements)

C'est la raison pour laquelle, Israël doit rester totalement autonome. Et ainsi, - et donc, pour terminer, je tiens à vous remercier pour votre soutien à cette grande nation assiégée. Je tiens à vous dire que l'alliance israélo-américaine est bonne pour l'Amérique. C'est bon pour Israël, c'est bon pour la démocratie, c'est bon pour les droits de l'homme, c'est bon pour la paix, c'est bon pour le monde.


Faisons en sorte que, entre ces deux grandes démocraties, cette relation, cette alliance aille de succès en succès. Merci beaucoup.
(Applaudissements)"

 

Source : http://sionisme.xooit.com/t18300-Discours-du-Professeur-Alan-Dershowitz-a-l-AIPAC-2010.htm

Commentaires

C'est grave d'être inconscient à ce point du ridicule, du mépris et du dégoût que l'on suscite avec le déluge d'insanités contenues dans ce discours

Écrit par : Fred | 29/03/2010

On dirait un sketch qui voudrait se moquer d'une bande de mégalos.

Il y a des gens qui ne peuvent pas se présenter à égalité dans une relation sociale: il veulent absolument être créanciers. Soit des bienfaiteurs auxquels on est redevable, soit une victime auquel on doit une réparation.

C'est ça l'aberration, de base, laquelle se décline de mille manières. Tout le reste, ce sont les modalités particulières.

J'avais un professeur de maths qui passait son temps à dire que la plupart des inventions et des progrès de l'Humanité étaient dûs à des juifs (dont il faisait partie). Le chauvinisme n'est pas antipathique. Mais il disait cela avec un tel air de reproche qu'on se sentait obligé de le contredire. Mais on avait beau lui montrer dons un livre d'histoire des mathématiques qu'il n'y en avait pas plus de Juifs que d'autres, et que dans des tas de domaines utiles, il n'y en avait aucun (l'agriculture, le bâtiment, la sidérurgie,..); Que d'ailleurs il n'y avait presque aucun juif en France entre le règne de Philippe le Bel et celui de Napoléon Ier, et que ça n'avait pas empêché le progrès dans tous les domaines. C'était quelqu'un d'intelligent, sur ce sujet il était complètement buté, et rien n'y faisait.

Depuis, les Juifs ont fait école: toutes les catégories d'immigrés s'y mettent pour nous expliquer que c'est grâce à eux que notre pays est devenu ce qu'il est encore: prospère et pacifique. Les arabes se sont mis à dire qu'ils avaient tout inventé, même les auteurs de la Grèce antique. Dernièrement ce sont les Noirs (voir le site kémite où l'on découvre que Louis XIV a construit le château de Versailles grâce aux profits qu'il a faits avec l'esclavage dans les plantations de Saint Domingues !).

Ce qu'il y a de curieux, c'est que toutes ces inventions n'ont pas du tout amélioré la condition des gens dans leurs pays (ou dans les ghettos où vivaient les Juifs jusqu'au XIXe siècle), mais uniquement dans certains pays occidentaux.

Maintenant, toutes ces communautés vont se disputer comme des chiffonnier pour contester à l'autre le mérite d'avoir tout apporté à l'Humanité. Laissons-les dire.

Écrit par : Le défenseur de C L-S | 31/03/2010

Les commentaires sont fermés.