Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2010

BIEN FAIT POUR LEUR GUEULE

En 2003, Raffarin, alors premier ministre, faisait passer au forceps la fameuse réforme du mode de scrutin des régionales. L’objectif (in)avoué de l’UMP était de laminer tous les « petits » partis, de supprimer toutes les sensibilités "divergentes" et de marcher hardiment vers la bipolarisation, supposée guérir tous les maux et réconcilier les Français avec la classe politique.

 

La réforme, ou plutôt le tripatouillage, était en fait destinée à asseoir l’hégémonie de l’UMP, persuadée dans sa candeur en 2003 qu’elle allait vers son grand destin. On a vu ce qu’il en advint l’année suivante. Un retour de boomerang auquel elle ne s’attendait pas. C’est à la gauche qu’elle avait soigneusement préparé un nid douillet.

 

A l’époque, il y avait un ministre des affaires sociales qui s’appelait François Fillon et qui prononça ceci : «  La bipolarisation est nécessaire à la stabilisation de la vie politique française ». « A titre personnel, le ministre a même estimé que le projet de loi n’allait « pas assez loin » pour les régionales, se prononçant contre le scrutin proportionnel à deux tours que le gouvernement a choisi de conserver. « J’aurais aimé que pour le Conseil régional et le Conseil général on ait une élection unique avec un scrutin majoritaire » a-t-il dit, « je ne vois pas ce que la proportionnelle apporte au fonctionnement de ces assemblées. Je suis pour le scrutin uninominal dans toutes les élections, si possible à un tour », a-t-il précisé. »

 

Ce grand démocrate devant l’Eternel alla même plus loin, défendant vivement le relèvement à 10% des électeurs inscrits du seuil d’accès au second tour. « Ce n’est pas mettre un couvercle, c’est obliger toutes les forces politiques à se rassembler dans des partis de gouvernement pour dégager des majorités ».

 

Tiens donc … Que voilà une conception particulièrement démocratique du fonctionnement politique. Et s’il y a des partis sciemment diabolisés par le système et mis hors jeu, c’est la faute à pas de chance … On n’y peut rien. Tant pis pour eux et continuons entre nous comme si de rien n’était.

 

C’est à présent la deuxième fois depuis la « réforme » que le boomerang revient en plein dans la gueule de l’UMP. On ne pleurera pas. Ca profite hélas à la gauche, c’est moins réjouissant. Une gauche qui a tout intérêt à ce que le FN se maintienne à cet étiage, ni trop, ni trop peu… Juste assez pour bien emmerder l’UMP. Mais pas assez pour la menacer, elle.

 

A propos du FN, je me contenterai de remarquer qu’il me paraît loin de la résurrection annoncée. Les paroles s’envolent, les chiffres restent : 15,3% des voix aux régionales de 1998 et 275 élus ; 12,38% des voix en 2004 et 156 élus (la réforme était passée par là) ; aujourd’hui environ 10% des voix et 118 élus.

Avec le même mode de scrutin et un contexte de plus en plus « favorable » pour lui, c’est-à-dire de plus en plus désastreux pour le pays, le FN passe de 156 à 118 élus. Voilà la réalité des chiffres.

En fait, une bonne partie de son électorat a rejoint le camp de l’abstention et attend des jours meilleurs pour aller voter.

 

Dernière remarque à propos de l’abstention : elle est en réalité plus forte que les chiffres annoncés car je me suis amusée à relever dans toutes les régions, aux deux tours, le taux des votes blancs ou nuls. Il est assez impressionnant, tournant autour d’une moyenne de 4%, avec des pointes à plus de 6%. Ces gens-là sont pourtant comptabilisés dans les votants. Mais ils se sont en réalité abstenus. Abstenus de choisir parmi la marchandise avariée qu’on leur offrait. Mais déplacés quand même pour le faire savoir.

 

D’ailleurs, tous les résultats doivent être lus à cette aune. Et relativisés d’autant.

Commentaires

Je ne suis guère surpris des résultats du FN depuis que ce parti est devenu le Front familial et c'est pas demain l'aube d'un réveil triomphateur.

Écrit par : Le passant ordinaire | 23/03/2010

Les commentaires sont fermés.