Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2010

« Anne Frank aurait raconté des contes de fées aux enfants à Bergen-Belsen »

small_c80eaabb-1476-4b2a-bd89-31f942cea7c9.jpgEh oui, on en apprend tous les jours ! Cette formidable histoire, propre à vous arracher des larmes, paraît pile le jour où il devient urgent de détourner les regards de ce qui se trame du côté du Proche-orient. Ceux qui tirent ce genre de ficelles n’ont pas l’air de se rendre compte qu’ils finissent par faire rigoler. J’en veux pour preuve les commentaires de lecteurs qui ont suivi cette nouvelle, surtout les commentaires anglophones parus ici et là. Ils sont assez révélateurs.

 

Bon, comme j’aime bien les chiffres, je récapitule. Cette brave dame, qui a 71 ans, est née en avril 1938. Anne Franck est morte du typhus à Bergen-Belsen en mars 1945, après sept mois de détention. Si elle l’a entendue raconter des contes de fées aux enfants, c’était entre août 1944 et mars 1945. Elle avait six ans, c’était il y a 65 ans….Et elle s’en souvient justement ces jours-ci ?

 

Les réactions de la « communauté » à ce nouvel épisode de la saga sont quand même plutôt gênées aux entournures. Dame, raconter des contes de fées aux enfants, ça ne fait pas très sérieux pour un camp de concentration … On pourrait imaginer des choses … Et puis, ça prouve déjà qu’il y avait des enfants, jeunes en plus. Et qui ont survécu … Bref, à se demander si c’est tellement utile, de remuer tout ça ….

 

« AMSTERDAM - Une rescapée de la Shoah qui dit avoir vécu avec Anne Frank dans le camp de concentration de Bergen-Belsen raconte une histoire étonnante: l'adolescente juive, morte du typhus en déportation en mars 1945, racontait des contes de fées aux autres enfants du camp. Un récit qui suscite le scepticisme.

Dans ses mémoires publiées fin mars en néerlandais, "Ma vie après Anne Frank", Berthe Meijer, 71 ans, raconte qu'elle se trouvait à Bergen-Belsen, à l'âge de six ans. Elle se souvient qu'à l'époque, Anne Frank essayait d'égayer les autres enfants du camp en leur racontant des contes de fées.

"Cela semble trop beau pour être vrai", observe David Barnouw, de l'Institut néerlandais sur la guerre, qui a étudié Anne Frank pendant une trentaine d'années. Selon lui, l'adolescente juive était probablement trop affaiblie par la faim et la maladie pour raconter des histoires, peu avant sa mort. Et ce serait, ajoute-t-il, une étonnante coïncidence que Mme Meijer se souvienne de quelqu'un qui n'est devenu célèbre que bien des années plus tard.

Anne Frank avait commencé à écrire son journal intime peu avant de se cacher avec sa famille dans un appartement secret d'Amsterdam, en juillet 1942. Dénoncées, l'adolescente et sa famille ont été arrêtées par la police allemande en août 1944. Elle mourut du typhus à 15 ans avec sa soeur Margot, en mars 1945, sept mois après leur arrestation, deux semaines avant la libération du camp de concentration. Son journal avait été découvert après la guerre et publié.

C'est la première fois qu'une rescapée du camp affirme que l'adolescente racontait des histoires aux autres enfants. Mais Hannah Pick-Goslar, une amie d'enfance d'Anne Frank, qui l'avait également rencontrée à Bergen-Belsen, doute des souvenirs de Berthe Meijer. "Dans une telle situation, vous étiez presque mort. Vous n'aviez pas suffisamment de force pour raconter des histoires", confie-t-elle.

Même scepticisme de la part du réalisateur Willy Lindwer, auteur d'un documentaire sur Anne Frank. Il avait interviewé Mme Meijer pour son film et jugé son récit peu convaincant. "Berthe (...) n'avait qu'un très vague souvenir du camp de concentration. Elle garde l'image d'une fille plus âgée qui racontait des histoires à des enfants plus jeunes. C'était peut-être Anne Frank, mais peut-être pas non plus".

Dans ses mémoires, Berthe Meijer évoque la manière dont le traumatisme lié au camp, y compris la mort de ses deux parents en janvier 1945, a influé sur sa vie. Elle décrit sa rencontre avec Anne Frank dans un des premiers chapitres. "J'ai été claire dans mon livre: certaines choses sont vagues, d'autres sont parfaitement claires", souligne-t-elle. "Pour moi, les souvenirs vont de pair avec les émotions qui les accompagnent". Elle explique qu'Anne Frank était très malade, mais trouvait la force de raconter de petits contes de fées. Elle s'en souvient car ces histoires lui donnaient l'impression d'échapper à l'horreur qui les entourait.

Selon le Musée Anne Frank à Amsterdam, ses historiens ont interrogé Meijer et disent n'avoir aucune raison de douter de la véracité de son histoire. Même si elle est invérifiable.

Des archives de la fondation Yad Vashem montrent que Berthe Meijer se trouvait effectivement à Bergen-Belsen pendant 13 mois, jusqu'à la libération du camp en avril 1945. Elles montrent également que sa famille vivait dans la même rue que l'école élémentaire où Anne Frank a suivi des cours. La septuagénaire affirme que les deux familles se connaissaient. Pour les psychologues, si Berthe Meijer a rencontré l'adolescente avant la guerre, il est possible qu'elle en conserve le souvenir après Bergen-Belsen, même à un très jeune âge. »

 

THE ASSOCIATED PRESS

20 mars 2010

 

Source : http://www.juif.org/go-news-124171.php

09:01 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Une question importante se pose, que nul ne semble oser soulever (on le comprend un peu...) :

Comment se fait-il qu'étant donné leur volonté de génocide systématique, les nazis aient laissé vivre et nourri tant de Juifs (surtout des enfants non corvéables, donc inutiles à leurs yeux) pendant si longtemps avant de se décider à les exterminer ?

Écrit par : Martial | 21/03/2010

Chez certaines polpulations, c'est un fait établi et incontestable : plus le temps passe...et plus la Mémoire revient !!!!

Ce phénomène mémoriel est aussi énigmatique que miraculeux !

Il faut donc l'accepter comme tel, puisque les gens aiment énormément les "contes de fées" et les histoires à dormir debout.

Voila encore une postulante pour le Club Pïnocchio, dont il va falloir agrandir les locaux, tellement les membres sont innombrables.

Écrit par : ELSASSLAND | 21/03/2010

"Comment se fait-il qu'étant donné leur volonté de génocide systématique, les nazis aient laissé vivre et nourri tant de Juifs (surtout des enfants non corvéables, donc inutiles à leurs yeux) pendant si longtemps avant de se décider à les exterminer ?"

Et pourquoi se sont-ils donné la peine de tatouer leur bras de manière indélébile, s'ils étaient censés passer directement à la chambre à gaz? ;)

Écrit par : Fredd | 22/03/2010

"Anne Frank aurait raconté des contes de fées..."

Il n'y a pas qu'elle...

Écrit par : Koopa Troopa | 22/03/2010

Un thème qui n'a pas été exploité encore: l'intervention des djinns. Mais ça viendra.

Écrit par : candide | 26/03/2010

Les commentaires sont fermés.