Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2010

« Allemagne : une retraite pour des juifs ayant travaillé dans des ghettos »

« Soixante-cinq ans après la fin de la guerre, des milliers de Juifs ayant travaillé dans des ghettos sous l'occupation nazie vont peut-être pouvoir toucher une retraite, a annoncé jeudi la Fédération des caisses de retraite allemandes. En vertu d'une récente jurisprudence du Tribunal social fédéral, quelque 56.000 dossiers de ce type qui avaient été rejetés vont être réexaminés, et pourront le cas échéant ouvrir des droits à une retraite, a-t-elle précisé. »

 

 

Source : http://www.juif.org/antisemitisme-juif/124043,allemagne-une-retraite-pour-des-juifs-ayant-travaille-dans-des.php

 

 

J’avoue avoir un peu de mal à comprendre. Il y aurait donc actuellement 56 000 personnes encore vivantes qui auraient travaillé dans des ghettos ? La guerre s’est terminée il y a 65 ans. Mais quel âge avaient donc ces gens « en âge de  travailler » à l’époque ? Admettons qu’ils aient eu quinze ans, (difficile en dessous de parler vraiment de « travail ») il y aurait donc à l’heure actuelle 56 000 « travailleurs survivants » de 80 ans au moins ? Qui auraient travaillé combien de temps? Dans quels ghettos? Tout cela est bien étrange et donne plutôt l’impression que les Allemands sont totalement terrorisés dès qu’il s’agit de « la mémoire ». Et préfèrent obtempérer sans discussion.

08:57 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Soit 56000 travailleurs juifs survivants des ghettos de plus de 80 ans en 2010.

Cela fait combien de travailleurs juifs survivants des ghettos depuis 65 ans? ;)

Écrit par : Fredd | 19/03/2010

Tous les Allemands de cette époque étaient peu ou prou mobilisés pour du travail forcé, sans parles des Français au STO. Est-ce qu'on leur a aussi compté comme retraite ?

Non, parce que les traités de paix ont toujours une clause générale d'amnistie qui a pour effet d'éteindre définitivement touts les griefs et toutes les revendications futures. Sinon, le réclamations reprennent, la discorde s'installe, puis la guerre se rallume.

C'est un cas unique de l'histoire du droit de la guerre et des gens, comme la suspension définitive de la prescription qui permet perpétuellement aux héritiers des héritiers d'introduire de nouvelles demandes d'indemnisation. Voir à ce sujet l'action d'Alain Lipietz contre la SNCF pour le transport de ses parents depuis un camp de réfugiés de la zone sud vers Drancy, bien que ceux-ci y aient été relâchés (ce qui est une énigme intéressante).

Boudarel aussi avait eu des années de retraite accordées pour son emploi de commissaire politique dans les camps viet-kongs où il torturait les soldats français prisonniers de guerre. C'était du service public actif pour l'Éducation nationale.

Et puis il y a les membre des brigades internationale qui ont reçu de Chirac le statut d'ancien combattant français. (par exemple des Tchèques ou des Russes communistes qui sont volontairement allés en Espagne pour y faire la guerre contre les Catholiques, et ensuite contre les anarchistes catalan).

C'est typiquement communiste, et le communisme est typiquement ...

Écrit par : le défenseur de C L-S | 20/03/2010

Les commentaires sont fermés.