Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2010

LES FRANCS-MACONS SE DEVOILENT

 

images.jpgEnfin, je veux dire par là qu’ils dévoilent clairement ce qu’ils sont en réalité : des lobbys parmi d’autres qui tâchent de faire leur trou dans le domaine public en enrôlant les huiles qui permettront de mieux faire glisser leurs thèmes et anathèmes. Et qui donneront les coups de pouce requis pour grimper quelques degrés supplémentaires sur l’échelle de réussite du système.

On est à des milliards d’années-lumière de la recherche spirituelle, faite de cheminement intime et de passages par des portes de plus en plus basses et de plus en plus étroites vers la recherche « de soi », et de « l’éternel en soi », que devait être au départ la franc-maçonnerie « initiatique ».

Aujourd’hui, on « initie » à bien d’autres techniques, nettement plus performantes, plus rapides et plus ... rentables.

Songez qu’on a même proposé au prince Albert de Monaco de devenir de but en blanc, comme ça, carrément … grand maître ! A mourir de rire. Voilà qui en dit plus long que des discours sur la dégénérescence de cette noble institution.

 

Voyez ce que raconte L’Express, qui semble très intéressé par la chose :

 

« La Grande Loge nationale française rêvait d'initier le prince Albert comme chef de sa "filiale" de Monaco. Camouflet.

 

Rocambolesque. La tentative de François Stifani de créer une "obédience-fille" sur le rocher de Monaco, en proposant au prince Albert II d'en être le grand maître, a tourné au fiasco. La folie des grandeurs? Sur le papier, le plan de conquête apparaît presque parfait. Le catholicisme étant la religion d'Etat de la principauté de Monaco, les francs-maçons n'y sont, a priori, pas bienvenus. Pour lancer son projet, la GLNF va bénéficier de l'aide précieuse d'un de ses frères qui a de solides entrées au palais princier: Franck Nicolas, 50 ans, un poète et ami d'enfance du prince Albert, tous deux ex-partenaires de bobsleigh.

 

Grâce à lui, le 30 janvier 2009, le bulletin officiel de la principauté de Monaco annonce la création de la Grande Loge nationale régulière de la principauté de Monaco (GLNRPM). Dès le 7 mars 2009, au palais Acropolis de Nice, François Stifani donne patente à trois loges "à l'Orient de la principauté de Monaco". Dénommés la Sainte Grâce, la Porte neuve et Jean Monoïkos, ces ateliers ont pour vénérables Claude Boisson, ancien vice-président du Parlement monégasque, Jean-Pierre Pastor, consul de Monaco à Cuba, et Franck Nicolas en personne. Pourquoi un tel empressement? Selon les trois "véné", François Stifani voulait faire "barrage aux représentants à Monaco de l'American Canadian Grand Lodge et du Grand Orient d'Allemagne désireux aussi d'être les premiers à installer une obédience sur le Rocher.

 

Dans cette course de vitesse, François Stifani souhaite surtout initier le prince Albert II. L'Express a pu se procurer le courrier qu'il lui adresse le 3 mars 2009: "Je me permets de vous faire la proposition d'occuper la fonction de grand maître de la future Grande Loge régulière de la principauté de Monaco, lui écrit-il. Nous aménagerons les conditions d'une initiation secrète, où ne seraient présents que des officiers de votre choix et des hauts dignitaires de mon obédience dignes de confiance." Et le Français de proposer au prince Albert II une entrevue, en Principauté ou à Paris, au sujet de laquelle "nous respecterions la plus grande discrétion", souligne-t-il. Hic: le prince Albert n'a pas du tout envie de saisir cette "opportunité". "Vous vous doutez bien que sa réponse ne pouvait être que négative", affirme un conseiller du palais. François Stifani avait pourtant souligné dans sa missive que la GLNF prescrit la "soumission aux souverains et chefs d'Etat qui protègent la franc-maçonnerie" et que le grand maître de la Grande Loge unie d'Angleterre est le duc de Kent. Rien n'y fit. "Le prince n'a pas une bonne opinion des réseaux secrets", confie un de ses amis. »

 

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-prince-albert-ii-resiste-au-franc-macon_855710.html#xtor=AL-447

2e épisode : Non, Jean Sarkozy ne veut pas être franc-maçon! GLNF et Grand Orient auraient tout tenté pour le convaincre.  (Où l’on retrouve le même François Stifani …)

 

« Jean Sarkozy, le "fils de", demeure depuis un an, dans les temples, l'objet de rumeurs insistantes véhiculées par des personnalités habituellement crédibles. Un élu des Hauts-de-Seine proche de l'Elysée aurait proposé au jeune président du groupe UMP du conseil général du département une initiation à la GLNF. "Je n'ai exprimé aucun souhait, mais il serait le bienvenu chez nous", déclare François Stifani, patron de cette obédience qui avait son siège boulevard Bineau, à... Neuilly-sur-Seine.

 

Jean Sarkozy aurait éconduit les émissaires de "Bineau". Et des membres du Grand Orient auraient alors cherché à approcher la "proie". Dans la loge parisienne Intersection, qui connaît une affluence record de hauts dignitaires, plusieurs frères croient savoir qu'un contact a été établi avec Jean Sarkozy, via un intermédiaire corse. Un lien avec le fait que sa mère possède une résidence sur l'île de Beauté? La rumeur était si insistante qu'Alain Bauer, lui-même membre d'Intersection, a sondé directement l'intéressé. Questionné par L'Express, Jean Sarkozy tord le cou aux rumeurs de prosélytisme maçonnique à son égard: "C'est totalement faux. Et je ne suis pas du tout intéressé par une initiation."

 

Source : http://fr.news.yahoo.com/78/20100317/tfr-jean-sarkozy-et-les-francs-maons-9e39cb8.html

15:08 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Les FM sont par essence à vomir...l'étude du Grand Architecte...On rêve !
Il était temps que vous billiez dans ceux-là aussi chère Anne. Ah, ah, ah !

Écrit par : Le Goff | 17/03/2010

La maçonnerie est sous controle :
http://www.youtube.com/watch?v=gMxy5gSzHE0

Écrit par : Céline Drumont | 20/03/2010

Superbe article, merci à vous de partager cette astuce et notez dans un 1er temps que je partage complètement votre positon. J'insiste, votre billet est excellent, je pensais à tout ça en + y'a pas longtemps. Ca fait du bien de vous lire !

Écrit par : cheval | 05/07/2010

Ne pas confondre un grand maître avec une obédience, ni une obédience avec la franc-maçonnerie.
Cette dernière est bien une voie de recherche spirituelle pratiquée par plus d'une centaine de milliers de citoyens français.
Il existe de multiples obédiences, surtout en France, dont se détachent les 5 plus importantes (GO, GLNF, GLF, GLFF, DH).
Parmi celles-ci la GLNF se caractérise par le fait d'être dans l'orbite anglo saxonne de la régularité, tout au moins c'est ce qu'elle revendique, ces notions étant assez complexes et controversées.
Enfin, à ce jour et à ma connaissance, il n'existe qu'un seul grand maître atteint par la folie des grandeurs et qui a suscité une très importante contestation tant à l'intérieur de sa propre obédience ou la quasi unanimité des frères le rejettent, que sur le plan international où il est considéré comme un dangereux psychopathe, ce qu'il est d'ailleurs.

Écrit par : adhoniram | 12/12/2010

Bon, en fait de noble institution, ça n'a jamais été dès le début qu'une moyen de faire carrière et d'acquérir du pouvoir et de l'influence rapidement par réseaux et corruption.

Du moins en ce qui concerne la principale obédience française, le Grand Orient.

La Grande Loge n'a jamais été autre chose que l'instrument du Foreign Office. Dire "instrument", c'est même une erreur. La Grande Loge, C'EST le Foreign Office, et le Foreign Office, C'EST la Grande Loge. La Grande Loge est même antérieure à la création du Foreign Office. Elle fut d'abord créée pour assurer la propagande justificatrice extérieure de la dynastie des Hanovriens, (dynastie usurpatrice et illégitime, faut-il le rappeler?), puis, de fil en aiguille, de promouvoir les intérêts de l'Empire britannique (ce n'est pas un hasard si "If" de Kipling est un poème maçonnique).

Écrit par : Fred | 13/12/2010

Les commentaires sont fermés.