Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2010

LA MONNAIE DE LA PIECE

On se souvient du scandale déchaîné il y a quelques semaines par le traitement plutôt méprisant subi par l’ambassadeur de Turquie en Israël de la part du vice-premier ministre israélien. Les Turcs n’avaient pas apprécié et exigé des excuses. Qu’Israël avait dû faire. Il y a des pays qui ne s’aplatissent pas systématiquement, c’est tout à leur honneur.

 

Voici le second round de ce petit match entre ex-amis :

 

 

« La Turquie veut voir Israël se prosterner

 

Satellite.jpg

 

 

 

Israël ferme les yeux. Une affiche déployée dimanche, à partir d'une grue, dans une banlieue d'Ankara a pourtant de quoi alimenter les récentes tensions avec la Turquie. Sur le visuel, le président Shimon Peres semble s'incliner devant le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

 

Ni la résidence présidentielle ni le ministre des Affaires étrangères n'ont souhaité exprimer de commentaires sur le sujet. Pas plus que sur la légende qui accompagne l'affiche : "Erdogan : un leader devant qui le monde se prosterne."

 

A première vue, cette opération de communication semble être la réaction de la Turquie au scandale qui a marqué l'opinion publique en janvier dernier. Le vice-ministre des Affaires étrangères, Danny Ayalon, avait fait asseoir l'ambassadeur de Turquie sur une chaise plus basse, et récolté un flot de réprimandes.

 

Le véritable auteur de l'affiche n'a pas encre été clairement identifié. Quelques hauts responsables de la diplomatie de Jérusalem gagent toutefois qu'il s'agit des sommets de l'Etat, tandis que d'autres parient sur un acte indépendant qui n'a pas été orchestré par le gouvernent.

 

"Un incident scandaleux"

 

Les réactions sont toutefois virulentes et insistent sur le fait qu'il s'agit d'un manque de respect, tant pour Peres, que pour Israël dans son ensemble.

 

Les relations entre Erdogan et le chef de l'Etat israélien se sont énormément dégradées en janvier 2009, lors de l'opération Plomb durci. Elles ont atteint leur paroxysme lorsque les deux hommes se sont affrontés, lors du Forum économique mondial de Davos. Erdogan avait alors lancé à Peres : "Quand il s'agit de tuer, vous savez comment faire."

 

Dans une entrevue accordée au quotidien espagnol El Pais, qui a été publié lundi, Erdogan a confié que l'incident, qui a fait de lui un héros dans une grande partie du monde arabe, a inauguré une nouvelle approche de la politique étrangère de la Turquie. »

 

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1265631180654&a...

16:20 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Rien de mieux que ce genre de mesure pour donner envie à tout le monde de critiquer la choa, et ensuite provoquer des haines rentrées.

Après, tous ces faux juifs viendront se plaindre de l'anti-sémitisme.

Je dis faux juifs, parce quand on ne croit pas en Dieu et qu'on ne suit pas la loi de Moïse, on n'est pas juif, on a des prétentions au racisme.

Écrit par : Le défenseur de C L-S | 25/02/2010

Les commentaires sont fermés.