Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2010

DES NOMS, DES NOMS !

Aussi étonnant que cela puisse paraître, en 2010, soit tranquillement soixante-cinq ans après la fin du conflit, il manque encore à l’appel plusieurs millions de noms de victimes juives. Le mémorial de Yad Vashem lance donc un appel angoissé :

 44.jpg

« Un nom pour le devoir de mémoire

 Février 2010 ou demain, il sera trop tard… 

“Nous avons déjà réuni presque 4 millions de noms. Mais des millions  restent encore inconnus, oubliés. Le temps presse. Appelez nous. Nous viendrons vous aider à déposer ces feuilles de témoignage“. Depuis quelques jours cette publicité du Mémorial de Yad Vashem est diffusée sur les radios israéliennes“.

 

 

"Les survivants de la Shoah sont de moins en moins nombreux explique Avner Shalev, le président de Yad Vashem. Nous avons déjà réussi à donner une sépulture  à des millions de victimes. Mais il nous manque beaucoup de noms. Voilà pourquoi cette nouvelle opération, parce que demain il sera trop tard.”

 

 

Préservés dans la Salle des noms de Yad Vashem à Jérusalem, numérisés, fichés, accessibles sur Internet depuis quelques années, ces noms sauvés de l’oubli représentent un des grands acquis du Mémorial de la Shoah. Une œuvre pourtant inachevée. Des centaines de milliers de noms manquent, des contradictions, des erreurs dans les orthographes, les identités, les dates, les lieux se sont multipliées.  Cette nouvelle campagne de mobilisation contre l’oubli a comme but de laisser aux nouvelles générations un  véritable mémorial éternel. Toutes ces nouvelles données seront numérisées, rectifiées, mises à jour, les orthographes approchantes comparées, les traductions du  yiddish, du polonais, de l’hébreu, du français affinées.

 

 

”L’espoir est surtout de sauver ce qui bientôt ne pourra plus être sauvé explique un des chercheurs de Yad Vashem. Beaucoup de survivants, âgés aujourd’hui de 80, 90 ans, ont des données et même des documents qui ne sont pas encore arrivés à Yad Vashem. Le problème est particulièrement aigu pour les familles qui ont été totalement exterminées, ne laissant aucun survivant. Des connaissances même lointaines sont appelées à témoigner. Il s’agit d’une ultime tentative de restituer aux victimes leur identité. C’est notre devoir de mémoire”

 

Le prophète Isaïe l’avait déjà écrit il y a plus de 2000 ans.  

« Et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs un mémorial et un nom“( Yad Vashem.) qui vaudra mieux que des fils et des filles; je leur accorderai un nom éternel, qui ne périra point qui ne seront pas effacé.” Isaïe, 56, 5

וְנָתַתִּי לָהֶם בְּבֵיתִי וּבְחוֹמֹתַי, יָד וָשֵׁםטוֹב, מִבָּנִים וּמִבָּנוֹת: שֵׁם עוֹלָם אֶתֶּן-לוֹ, אֲשֶׁר לֹא יִכָּרֵת ישעיהו

Site des feuilles de témoignage en anglais et en hébreu

 

Source: http://endirectdejerusalem.com/wordpress/?p=1025&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+endirectdejerusalem%2Ffmzl+%28En+direct+de+Jerusalem%29

14:33 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Chère Anne,

On pourrait peut-être demander au Père DESBOIS de nous dresser des listes.

Il a déjà retrouvé plus d'un million de victimes juives , rien qu'en Ukraine ! Je suis certain qu'il va étendre ses recherches à la Biélorussie, aux Pays Baltes; là aussi, il y aura d'innombrables nouvelles victimes de découvertes (encore 1 ou 2 millions sans doute, si on prend les trouvailles ukrainiennes en référence).

Et les noms, me direz vous ? Là aussi, je fais entièrement confiance au Pére DESBOIS. Dans un documentaire très émouvant, je l'ai vu ranimer la mémoire des vieux ukrainiens hors d'âge, qui, subitement, se souvenaient DE TOUT, avec une précision chirurgicale qui tenait du Miracle...

Donc, cher Père DESBOIS, nous comptons sur votre aide toujours précieuse.

Sinon, je pense aussi à Misha Da Fonseca, si toutefois elle n'est pas retournée en forêt, au milieu de ses chers loups.

Écrit par : ELSASSLAND | 23/02/2010

Les commentaires sont fermés.