Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2010

QUAND CE SONT EUX QUI LE DISENT ….

images.jpgDaniel Bensaïd, malade du sida depuis de longues années et décédé il y a quelques jours, a eu droit à la « nécro » suivante sur le site d’extrême-gauche juive, Hapoel. L’occasion de rappeler l’une ou l’autre vérité, toujours intéressante, quoique généralement occultée.

« Hier matin, Daniel Bensaïd nous a quittés, « des suites d’une longue maladie » comme disent les médias.

Le saviez-vous ?

Daniel Bensaïd, c’était le fameux « Bensa » de Mai 68, qui a été jusqu’au bout la figure intellectuelle de la LCR puis du NPA de Besancenot.

Né en 1946 à Toulouse, il était monté à Paris pour ses études à la fac de Nanterre, qui sera l’un des bastions étudiants du mouvement de mai – juin 1968.

Là, il était devenu l’un des cadres dirigeants de la Jeunesse Communiste Révolutionnaire, aux côtés notamment des frères Krivine (juifs ukrainiens) et d’Henri Weber (juif du Tadjikistan).

La JCR était une organisation trotskyste créée en avril 1966 après l’expulsion des trotskystes de l’Union des Étudiants Communistes. Mais en réalité, la JCR était issue de 40 ans de trotskysme français, quoi qu’en dise son historiographie officielle…

Le 12 juin 1968, le ministre de l’intérieur Marcellin dissout de nombreuses organisations révolutionnaires, dont l’UJCML maoïste et la JCR trotskyste. En avril 1969 sera donc fondée la Ligue Communiste, issue de la fusion avec le parti trotskyste dont la JCR dépendait officieusement.

À la création de la LC, son bureau politique était composé de 12 cadres dirigeants, parmi lesquelles… 11 personnes juives !

Il existe d’ailleurs une blague à propos de cela, classique dans l’extrême-gauche des années 1970 : « Pourquoi on ne parle pas yiddish au bureau politique de la Ligue ? Parce que Bensaïd est séfarade ! »

La Ligue Communiste mettait en avant une identité anti-impérialiste, guévariste, révolutionnaire, soutenant même quelques guérillas des pays opprimés. Daniel Bensaïd a ainsi eu un rôle dans l’organisation internationale des trotskystes, voyageant au Brésil, en Argentine, dans l’État espagnol, etc.

Le 21 juin 1973, l’organisation fasciste Ordre Nouveau tient un meeting à la Mutualité, intitulé « Halte à l’immigration sauvage »… Meeting qui sera très violemment attaqué par les révolutionnaires !

Contre la police qui protège les fascistes, c’est la panoplie « classique » qui est de sortie : casque, manche de pioche, cocktails molotov. Bilan : plus de 150 flics au tapis !

De cette attaque antifasciste sous la direction de Michel Recanati (encore un !!!), le service d’ordre de la Ligue a tiré une réputation mythique.

Une réputation mythique… précisément car elle s’est construite sur un mythe !

Car dans la foulée du 21 juin 1973, la Ligue sera dissoute par l’État (après le saccage de son siège par la police et l’arrestation d’Alain Krivine), puis reconstituée en 1974 sous le nom de Ligue Communiste Révolutionnaire… mais avec une ligne complètement différente !

En effet, la LCR bazarde alors toute référence guévariste, anti-impérialiste, pro-guérilla, et adopte la ligne classiquement trotskyste de noyauter les syndicats étudiants, le « mouvement social » et la social-démocratie.

Bref, la LCR compte parasiter le PS et le P"C"F, pour monter une aile d’extrême-gauche du mitterrandisme.

D’ailleurs, toute l’aura de la LCR puis du NPA vient justement de l’époque 1966 – 1973, où la Ligue présentait une identité « motivée », qui donnait l’impression de vouloir réellement bouleverser l’ordre établi. Mais de fait, ce brusque virage à droite n’a été que la fin d’une supercherie politique.

Cependant, la liquidation totale des positions révolutionnaires de la Ligue a été vécue comme une véritable trahison par beaucoup de militants historiques, qui tombent dans la dépression, la drogue, ou pire…

Ainsi, suite au meeting d’Ordre Nouveau, Michel Recanati a dû s’exiler à l’étranger dans la clandestinité, puis a purgé plusieurs mois de prison en France… avant d’être marginalisé au sein de la nouvelle LCR pour « dérive militariste » !

Né en 1948, Michel Recanati se jette sous un train le 23 mai 1978. Le film « Mourir à trente ans » de Romain Goupil lui est dédié.

Pourquoi est-ce que nous racontons tout cela ?

Tout d’abord parce que l’héritage politique d’Hapoel puise dans ces années de bouillonnement révolutionnaire. Hapoel veut une vraie extrême-gauche réaliste et populaire dans laquelle les masses juives puissent se reconnaître – comme en partie à l’époque.

Mais aussi et surtout parce que le parcours de Daniel Bensaïd se confond justement avec l’histoire de la JCR et de la Ligue Communiste, puis de la LCR pour aboutir à ce qui est aujourd’hui le NPA de Besancenot.

La vérité, c’est que le NPA est né de la LCR, qui au fond est elle-même née… du suicide de Recanati.

Chez les trotskystes de l’après 68, il y avait essentiellement deux séfarades : Michel Recanati et Daniel Bensaïd (Benny Lévy étant quant à lui maoïste).

Le premier est « mort à trente ans », par refus de trahir.

Le deuxième est mort hier à 63 ans, après avoir accompagné la transformation de la Ligue en l’organisation totalement petite-bourgeoise qu’est le NPA de Besancenot.

Aujourd’hui, toute la social-démocratie rend hommage à « Bensa », en mettant en avant l’idée comme quoi Daniel Bensaïd n’aurait jamais retourné sa veste.

Cela est faux : Bensaïd n’a certes jamais abandonné la Ligue, mais c’est la Ligue qui a trahi la révolution. »

Source: http://209.85.229.132/search?q=cache:XAwfkZ4O1_oJ:www.hapoel.fr/+irmela+mensah-schramm&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

12:37 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Assez marrant... La grande presse ignorait la raison de la mort de Bensa...C'est uniquement grâce à un communiqué d'act up du 16 janvier qu'elle l'a su.

Maintenant il y a tout un débat sur le thème : Fallait-il la révéler au grand public ou non ?

http://www.rue89.com/2010/01/20/fallait-il-reveler-que-daniel-bensaid-etait-malade-du-sida-134634

Grâce à votre blog d'excellente qualité, vos lecteurs (dont moi) connaissaient dès le 13 Janvier la raison exacte du décès de ce dirigeant d'extrême gauche. Donc merci Madame pour vos infos toujours très fiables, et généralement célées par le grand media.

Écrit par : Cassandre | 21/01/2010

Les commentaires sont fermés.