Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2009

L’ANTISEMITISME EST LE POISON DE NOTRE REPUBLIQUE

Parfaitement. Ce n’est pas le déficit public absolument abyssal que nous allons généreusement léguer aux suivants, l’éducation dite nationale qui s’en va en charpie, la pauvreté qui augmente, le communautarisme qui explose. Non, non, tout ça, ce n’est rien. Tout va très bien, madame la Marquise. Il y a UNE chose qui est intolérable aujourd’hui en France, et c’est l’ANTISEMITISME. Qu’on se le dise.

 

22.jpgD’ailleurs, la sommité qui a prononcé cette phrase historique sait parfaitement de quoi elle cause car il s’agit de Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur. Qui recevait dimanche le Prix de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme décerné par l’Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF). Et qui ne pouvait décemment pas les décevoir.

 

« Le ministre de l'Intérieur a annoncé dimanche 13 décembre au soir une forte hausse des actes antisémites au cours des neuf premiers mois de l'année 2009. "704 faits ont été recensés : 123 actions et 581 menaces, qu'il s'agisse d'agressions verbales, de dégradations de bâtiments ou d'inscriptions", a souligné Brice Hortefeux qui s'exprimait devant l'Union des patrons et des professionnels juifs de France.


Cela représente plus du double des manifestations d'antisémitisme recensées lors des neuf premiers mois de 2008 : "350, dont 99 actions et 251 menaces", selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur.

L'augmentation d'une année sur l'autre des manifestations d'antisémitisme (+101,14%), est principalement due à celle des menaces (+131,47%), les actes antisémites ont augmenté de 24,24%.

L'augmentation constatée en 2009 est «en partie clairement liée à la situation internationale», notamment l'exacerbation du conflit israélo-palestinien en janvier, selon le ministre.

Condamnant les dégradations découvertes dimanche à la mosquée de Castres, le ministre a rappelé qu'un "programme de subventions pour la sécurisation des lieux de cultes et des structures culturelles de la communauté juive portant sur 5 ans" avait par ailleurs été mis en place depuis 2004. Quinze millions d'euros ont ainsi été investis pour sécuriser, par alarme et videosurveillance 349 bâtiments, dont 107 écoles et crèches, 81 associations et centres communautaires et 161 synagogues.

Qualifiant de "poison pour notre République" l'antisémitisme, le ministre a annoncé la nomination prochaine d'un préfet, au sein de son ministère, chargé de coordonner la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. "Je crois utile qu'un haut fonctionnaire puisse, au sein du ministère de l'Intérieur, s'assurer de la coordination de nos actions" en la matière, a ajouté le ministre. Ce préfet aura "une autorité suffisante sur les acteurs de la sécurité pour, en lien avec le préfet de police et les directeurs généraux de la police et de la gendarmerie, préparer les décisions qui s'imposent chaque fois que nécessaire, pour prévenir et réprimer ces actes inadmissibles", a-t-il expliqué, précisant qu'il serait nommé "dans les prochains jours".


Brice Hortefeux a reçu des mains du Président de l'UPJF, Richard Portugais, le Prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Deux autres prix ont été remis ce même jour. Le premier à Mme Dominique Lunel pour les relations qu'elle a permis d'établir entre le gouvernement de Nicolas Sarkozy et  la communauté juive de France et plus particulièrement avec l'UPJF. L'autre prix a été remis à Eric Raoult, secrétaire national de l'UMP à l'Outre-mer, pour son action dans la lutte contre l'antisémitisme.

 

Source : http://www.guysen.com/topnews_Antisemitisme-Hausse-des-actes-antisemites-en-France_99.html  

 

Commentaires

Qui empoisonne qui ? N'y aurait-il pas inversion accusatoire ?

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 15/12/2009

En effet, le ministre se trompe, car l'antisémitisme n'est pas le seul poison de la République, et il faut parler aussi des autres poisons, qui lui sont d'ailleurs apparentés : la judéophobie, l'antisionisme, le négationnisme de la suprématie du Peuple Élu, le révisionnisme des quotas goyim à la télévision, l'allergie aux humeurs belliqueuses d'Israël, la dénonciation du lobby qui n'existe pas, la méfiance vis-à-vis du cosmopolitisme financier, la critique de l'omniprésence - dans les médias - d'une certaine élite intellectuelle autoproclamée, etc. etc. etc.

Écrit par : Martial | 15/12/2009

Hortefeuj a fait toute sa carrière comme cornac de Sarkon pour le compte du lobby. C'est pas maintenant qu'il va changer. Cette brave bête a la reconnaissance du ventre..

Écrit par : Fred | 16/12/2009

"L'augmentation d'une année sur l'autre des manifestations d'antisémitisme (+101,14%), est principalement due à celle des menaces (+131,47%), les actes antisémites ont augmenté de 24,24%.

L'augmentation constatée en 2009 est «en partie clairement liée à la situation internationale», notamment l'exacerbation du conflit israélo-palestinien en janvier".

Faut-il s'en étonner quand, depuis de longues années, la LICRA et le CRIF ont fait passer tous les Juifs de France pour des sionistes, soutiens inconditionnels de l'état d'Israël et de ses frasques? Qui se permettent de parler en leur nom, alors qu'ils n'en représentent que 10%? Leur aveuglement est en train de créer un antisémitisme post-Shoah allant à l'encontre du but recherché. Il ne faut pas chercher ailleurs la corrélation entre ce nouvel antisémitisme et l'exacerbation du conflit israélo-palestinien.
En surfant sur la vague de l'antiracisme des années 1980, la LICRA a voulu interdire qu'un lien entre l'immigration et la délinquance soit établi en le qualifiant de raciste. Malheureusement pour elle, c'est dans cette population que ce nouvel antisémitisme tire son origine. Aussi est-il intéressant d'aller sur le site de la LICRA qui se contente, a minima, d'un bref communiqué pour condamner la profanation de la mosquée de Castres. En revanche, pas la moindre allusion au débat sur l'identité nationale et idem pour le CRIF. Pourtant, à cette occasion, des propos racistes ou xénophobes ont été postés (pour être rapidement supprimés) sur le site du ministère d'Éric Besson ouvert à cet effet. Et pas de réactions des organisations "représentatives" juives! Or ce n'est un secret pour personne que ce débat tourne autour de la question de l'immigration . Du reste, on peut se demander si l'organisation de ce débat n'avait pas entre autres objectifs de dégager l'antisémitisme de ce piège de la discrimination abusivement assimilée à du racisme que toutes ces organisations sionistes s'étaient elles-mêmes tendues. La déclaration de Brice Hortefeux semble accréditer cette hypothèse, tant elle est centrée sur l'antisémitisme et quand il parle de la nomination d'un préfet chargé de coordonner la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, il faut ne retenir que l'antisémitisme. Alors, la LICRA va-telle redevenir la LICA?

Écrit par : Patrick Ferner | 16/12/2009

Les commentaires sont fermés.