Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2009

LE VOTE HISTORIQUE SUISSE

Je vous donne à lire deux réactions au vote historique suisse. La première émane du journal Le Temps, de Genève, journal  libéral et « progressiste ». Peur, fantasmes, ignorance, vote avec « les tripes », tous les poncifs défilent :

« La peur et l’ignorance

Francois Modoux

Loin d’une majorité de hasard, le oui à l’initiative anti-minarets claque de façon retentissante. Les Suisses ont voté avec leurs tripes contre une disposition que leurs autorités et les élites politiques, économiques et religieuses leur demandaient à l’unisson de rejeter au nom de solides arguments rationnels.

La campagne a pourtant démontré que la réalité de l’islam en Suisse est en total décalage avec l’image maudite qui colle à cette religion depuis plusieurs années – un intégrisme qui se décline dans des formes aussi choquantes que le terrorisme, la charia, la burka, la lapidation des femmes, etc. Les musulmans de Suisse ne méritent donc pas l’injustice de ce vote sanction inspiré par la peur, les fantasmes et l’ignorance.

L’avenir dira si les rapports jusqu’à présent pacifiques entre Suisses et musulmans se détérioreront après ce brutal signal d’hostilité. Gardons toutefois à l’esprit que les Suisses ont voté contre les minarets et non contre les mosquées. Tous les votants ne sont pas contre l’islam mais contre ce qu’ils interprètent comme une surreprésentation de l’islam dans la vie nationale. Confédérés chrétiens et musulmans de Suisse sont mis au défi de renouer le dialogue en respectant la liberté de l’autre. Réussirons-nous à l’avenir à assurer encore la liberté religieuse et de conscience à tous? Et à quelles conditions? Le défi est immense.

Si l’on peut tranquillement parier que la même initiative aurait récolté un résultat similaire dans d’autres pays européens, le dégât d’image pour la Suisse n’en est pas moins spectaculaire. Avec la neutralité, le respect des droits de l’homme et leur promotion sur les scènes internationales sont au cœur de la politique étrangère helvétique. Or l’affront fait aux musulmans viole massivement ces principes cardinaux. Si fière de sa tradition multiculturelle, la Suisse a ce dimanche discriminé une religion minoritaire sur son propre territoire. Sa crédibilité risque de s’écrouler à la faveur d’un coup de gueule, certes de portée symbolique, mais aux conséquences incalculables. »

Vous admirerez l’arrogance tranquille et même inconsciente qui transparaît des mots « que leurs autorités et les élites politiques, économiques et religieuses leur demandaient … ».

Ce n’est pas la réalité de l’islam qui est en total décalage avec l’image qu’on en a en Suisse, c’est bel et bien ces pseudo élites totalement déconnectées des aspirations populaires. Les tripes contre le cerveau ? Lorsqu’on observe dans quelle impasse nous a menés la primauté du « cerveau », on a le droit de préférer à l’avenir les tripes. Et le courage qui va généralement avec.

Oui, cent fois oui, le résultat aurait été le même dans d’autres pays européens. La différence, c’est que les autres pays européens sont beaucoup plus avancés dans la voie de la démocratie que ces pauvres Suisses si retardataires. A qui on est encore obligés de demander leur avis. Au lieu de pleurnicher, si les « élites » suisses aiment tellement la démocratie, elles devraient se réjouir de ce qu’elle ait parlé dimanche.

Le second texte émane du site www.juif.org . Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il est très mesuré et pertinent. Et il met également l’accent sur ce décalage entre les pseudo élites et le peuple qui vit, lui, au quotidien, la réalité de l’islam. Evidemment, les « élites », du haut de leur Olympe, ne se rendent comptent de rien … Cet article permet également de percevoir le virage globalement pris par la communauté juive vis-à-vis de l’islam en Europe. Il est bien loin le temps où en pareille circonstance la LICRA aurait fait entendre à tous les vents les sanglots longs de son désespoir. Et aurait jeté le tabou sur le pays comme elle le fit à l’encontre de l’Autriche. Là, curieusement, à cette minute, elle est toujours aux abonnés absents.

« Votations: les Suisses s’opposent aux minarets!

Enorme surprise en Suisse, où contre toute attente, et malgré les directives du Conseil Fédéral, des partis politiques et des communautés religieuses, le peuple a accepté l’initiative du parti de droite UDC visant à interdire la construction de minarets dans le pays. Selon les premières estimations, les Suisses auraient voté à 59% en faveur de l’initiative, et la majorité des 26 cantons (nécessaire pour faire passer le texte) a été facilement obtenue. La campagne électorale a été l’objet de vifs débats opposant les tenants de la liberté religieuse à ceux qui avertissaient du danger croissant (!) d’un Islam revendicateur en Europe. La question à trancher était en fait la suivante: l’introduction des minarets dans le paysage hélvétique (il en existe déjà quatre)permettrait-il une meilleure intégration des quelques 350.000 Musulmans vivant en Suisse, ou au contraire marquerait-il une avancée de plus de l’Islam dans sa lente conquête de l’Europe? Le peuple a finalement exprimé « ce qu’il a dans le ventre » en acceptant cette initiative qui n’était soutenue que par un seul parti politique, « seul contre tous », et qui se retrouve aujourd’hui plus renforcé que jamais. Les Verts ainsi que certains membres de la classe politique ont déjà annoncé qu’ils déposeraient un recours devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, considérant cette initiative comme anticonstitutionnelle.

De leur côté, les initiateurs de cette votation se disent « encouragés à poursuivre leur combat », et indiquent qu’ils vont « désormais s’attaquer au port de la Burqa, aux mariages forcés et aux excisions ». Ce résultat reflète aussi la déconnexion de plus en plus grande qui existe dans les pays occidentaux entre les élites – politiques, intellectuelles ou religieuses – qui se voilent (!) la face devant la perte de terrain de la civilisation judéo-chrétienne, et les « peuples », qui vivent chaque jour sur le terrain l’avancée de l’Islam politique radical. L’exemple suisse est-il une exception, ou exprime-t-il ce que des millions « d’Européens de base » ressentent?

par Shraga Blum

Source: http://www.juif.org/go-news-114734.php

Pour finir, et pour rigoler un peu, admirez la fine réaction de Kouchner. Ah, heureusement qu’on paie des ministres pour ça, on en a vraiment pour notre argent :

« Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner s'est dit "un peu scandalisé" lundi par le "oui" des Suisses au référendum contre la construction des minarets, estimant qu'il s'agit d'une "expression d'intolérance".

Disant chercher "un adjectif radiophoniquement correct" pour sa réaction, il a confié sur RTL être "un peu scandalisé par cette décision". "Je n'ai pas à qualifier cette votation" mais "je pense qu'elle est négative pour tout ce qui concerne les inquiétudes mêmes des Suisses, parce que si on ne peut pas construire de minarets, ça veut dire qu'on opprime une religion", a-t-il observé.

"J'espère que les Suisses reviendront sur cette décision assez vite", a plaidé le chef de la diplomatique française. "C'est une expression d'intolérance et je déteste l'intolérance. Est-ce que c'est une offense dans un pays de montagnes qu'il y ait une construction un peu plus élevée?" a-t-il lancé » . AP

Ben tiens, il se croit en France ?

Commentaires

La démocratie, ou ce qu'il en reste, est en train de vivre ses dernières années. On peut certes aller jusqu'à douter de son bien-fondé (d'aucuns l'appelleraient plus volontiers "démocrasse"), mais situons-nous dans la logique de ceux qui se prétendent démocrates pour mieux souligner leurs incroyables contradictions.

Qu'y a-t-il de plus foncièrement démocratique qu'un référendum, consultation directe du peuple réputé "souverain" ? Or, on sait quel cas les "démocrates" au pouvoir font du vote populaire. On l'a vu, notamment, avec le sort fait aux votes respectifs des peuples français, néerlandais et irlandais sur le traité de Lisbonne : tout s'est terminé par un gigantesque bras d'honneur adressé à ces peuples et l'adhésion au forceps des Etats en question audit traité.

Quand le résultat d'un référendum plaît à l'établissement, ce dernier applaudit en saluant une grande victoire de la "démocratie". Quand il lui déplaît, l'établissement fait la gueule en parlant de "dérive populiste". Je viens même d'entendre un politologue (interrogé par la pintade du 13 heures sur Rance 2) dire que le référendum devait être évité pour trancher des questions sensibles (c'était le sens de son intervention). Ah bon ? Donc, le référendum devrait servir uniquement à faire voter le peuple sur les adductions d'eau, par exemple ? Et il importerait à tout prix de ne pas faire voter le peuple sur des questions importantes, car la réponse risque d'être "populiste" (sous-entendu, étant donné l'imbécillité des peuples, mais chuuut !) ?

Ce référendum suisse touchait, en effet, à quelque chose de capital, et la grande majorité des votants ne s'y sont pas trompés : il s'agissait ni plus ni moins que de porter un coup d'arrêt à l'islamisation rampante du pays. Le résultat est acquis, et ça fait gueuler les dhimmis, âmes saignantes, droadlomistes et autres idiots utiles helvétiques, surtout ceux de Bâle-Ville, de Neuchâtel, de Genève et du canton de Vaud, où le cosmopolitisme béat se porte apparemment plutôt bien. Sont montrés du doigt les cantons "arriérés" de la "Suisse profonde" : toujours le même insondable mépris des peuples dans ce qu'ils ont de plus authentique et résistant... Bien entendu, il est déjà question de saisir la Cour européenne des Droâdloms, dont on connaît la haute clairvoyance, la lucidité sans failles et l'attachement indéfectible aux vraies valeurs, tel le mariage des invertis.

Il reste que les Strasbourgeois peuventt dormir tranquiles : grâce au changement de municipalité (une UMP bien pâlote, voire carrément collabo remplacée par un PS grand teint), on envisage désormais que la grande mosquée de cette ville, dont la coupole vient d'être posée (Allah akbar !!!), puisse s'accompagner d'un minaret. Ouf ! La tolérance a eu chaud à l'Est des Vosges ! C'est en tout cas ce que vient de déclarer Roland Ries, maire de Strasbourg.

L'Europe est pleine de Kosovos en devenir..........

Écrit par : Martial | 30/11/2009

la signataire du second article est une Blum; sans doute juive, euh...le recul "judéo", je ne vois pas, bien au contraire, medias, politique, finance etc. Par contre, le recul chrétien, certes !

Écrit par : moor | 30/11/2009

"J'espère que les ressortissants des pays du Golfe en tireront toutes les conséquences et retireront leurs avoirs des banques suisses."

Ce vote "xénophobe et scandaleux au coeur de l'Europe", et je suis inquiétant de ce "très mauvais signal pour ceux qui luttent pour la tolérance et le respect".

Ce vote est aussi le résultat ultime d'un débat débridé sur l'identité nationale. A l'heure où certains politiques, en France, agitent le chiffon rouge de l'identité nationale et de l'immigration, ce vote constitue un signal atterrant".

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Goulet

Écrit par : po Nathalie Goulet | 30/11/2009

Lorsque les mesures de boycott envers la Suisse prendront essor il sera très intéressant d'analyser les réactions de la droite zurichoise qui par sympathie pour Blocher et ses méthodes a délaissé le parti radical pour rejoindre l’UDC.

Le pouvoir de l'UDC est entre les mains des milieux économiques zurichois desquels le parti dépend financièrement. Pour le moment le poète/enseignant Freysinger et le poulaga Perrin ne sont que des faire-valoir destinés à implanter le parti en Suisse Romande.

Un débat aura lieu au sein de l'UDC. Il risque de laisser de profondes traces car pour ces gens seul l'argent compte et tout laisse supposer que certaines grandes gueules se retrouveront sur une voie de garage au fin fond d’une gare de marchandise désaffectée.

Écrit par : Le passant ordinaire | 01/12/2009

"respect-tolérence" faudrait encore que ce soit dans les 2 sens !!

Écrit par : ortmans | 29/11/2010

Les commentaires sont fermés.