Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2009

QUAND CERTAINES VERITES SORTENT DU PUITS…

images.jpgIl n’y a pas si longtemps, Turquie, Israël et Etats-Unis formaient une sacrée bande de copains. L’harmonie régnait entre ces partenaires stratégiques et militaires qui tous n’avaient qu’un mot à la bouche : il était essentiel que la Turquie, ce grand pays à l’islam « modéré », intègre au plus tôt l’Union Européenne où elle avait absolument toute sa place et qu’elle enrichirait de ses multiples spécificités.

Une preuve entre mille: en 2005, l’ambassadeur d’Israël en Turquie, Pinhas Avivi, réaffirmait officiellement le soutien d’Israël à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne : « A mes collègues européens qui me demandent ce que deviendrait l’Union Européenne en intégrant la Turquie et ses 70 millions d’habitants, je leur dis de réfléchir en fait à ce que deviendrait le monde si la Turquie devait rester en dehors de l’UE. Partout dans le monde où il y a des ambassades d’Israël, il y a deux ambassadeurs qui servent la Turquie: le Turc et l’Israélien ».

Et tout le monde applaudissait des deux mains. Seulement voilà : tout se gâte et rien ne va plus entre les deux alliés d’hier, Turquie et Israël. Comble d’infortune, les Etats-Unis eux non plus ne sont plus vraiment au mieux de leur forme et semblent de moins en moins en mesure d’ imposer leurs vues comme au bon vieux temps. Le miracle Obama a l’air d’avoir du plomb dans l’aile.

Pour en revenir aux relations Jérusalem/Ankara, elles ont commencé à se dégrader sérieusement en début d’année, lors de l’opération dite Plomb durci. Reconnaissons aux Turcs d’avoir eu le courage de dire sans ambages ce qu’ils pensaient de l’offensive militaire israélienne et des tueries qui ont suivi. Depuis, rien n’est plus comme avant. Et le désamour s’est traduit concrètement par des actes tels que :

- l’éviction d’Israël de la liste des participants à des manoeuvres aériennes prévues de longue date. Ces manœuvres, auxquelles devaient également participer les aviations américaines, italiennes et les forces de l’OTAN, ont du coup été reportées.

- la diffusion d’un feuilleton « violemment antisémite » diffusé récemment par la télévision turque, qualifié de « nouvelle provocation » que le monde aurait découvert « avec effroi ». Ce « sinistre épisode » montre des soldats israéliens tuant délibérément des victimes palestiniennes innocentes.

-  l’injonction des responsables politiques turcs faite à Israël de « faire cesser la tragédie humanitaire à Gaza ».

Voilà où nous en sommes. Comme par ailleurs la Turquie poursuit une politique de rapprochement avec ses voisins, dont la Syrie et l’Iran, on peut se demander si elle ne s’éloigne pas en même temps de ses visées européennes, dont elle devine peut-être qu’elles n’aboutiront vraisemblablement jamais. Surtout maintenant. En tout cas, les Turcs doivent profondément – et à juste titre - mépriser les responsables européens qui n’ont même pas le courage de leur dire en face qu’ils ne souhaitent pas réellement leur intégration à une Europe dont ils ne font manifestement partie à aucun titre.

Ceci dit, il est fort intéressant de lire les réactions aux divers articles parus à ce propos sur des sites sionistes. Comme toujours, la vérité finit par sortir du puits et on peut lire ce genre de commentaires, impensables quand tout baignait :

Voilà messieurs les européens ce qui nous attend. Dés que les portes de l’Europe seront ouvertes, ce soit disant allié se retournera contre nous. A méditer

C'est un pays de plus de 80 millions de musulmans de plus en plus fanatisés que de nombreux pays d'Europe sont près à accueillir dans l'UE. C'est un pays, faisant partie de l'OTAN, qui dicte sa conduite aux Etats-Unis d'Obama qui ne disent rien de son rapprochement avec la Syrie et l'Iran et qui continue à écraser les Kurdes. C'est un pays de plus en plus anti israélien qui utilise sa position stratégique pour faire de la surenchère

Il faut purement simplement rompre avec la Turquie au niveau touristique , et commercial, car ce pays commence a se rapprocher des dictatures islamiques , et voilà un pays qui veut rentrer dans l'union européenne ils ont raison ceux qui sont contre

Allez encore un petit effort les Turcs! montrez à l' Amerique votre vrai visage et, elle cessera de faire pression sur l' Europe pour qu' on vous intègre avec vos esprits de négationniste pourris !
Tant que les turcs ne reconnaitront pas le GENOCIDE ARMENIEN j'éprouve un grand plaisir à ce qu' Israel n' ait plus de relations avec la Turquie car, comme j' aime à le repeter :" Il ne faut pas parler avec les cons, cela les instruit " !!!

Etc, etc, etc. Et j’ai choisi les plus modérés.

Source: Guysen.com

Commentaires

Tordant ! Qu'en pense la LICRA ? Il n'y a pas si longtemps, si je me souviens bien, cette Haute Inquisition ultra-communautaire n'hésitait pas à traîner en justice les mauvais esprits qui attiraient l'attention de leurs concitoyens européens sur le tsunami que représenterait l'arrivée de 80 millions de musulmans DE PLUS en Europe... Cette révision déchirante n'est pas sans rappeler celle de nos "élites" communautaires hexagonales, qui avaient toujours poussé à le roue comme des malades pour l'immigration (musulmane surtout) et qui ont viré de bord depuis qu'ils se sont rendu compte que leurs protégés n'étaient pas particulièrement philosémites, et surtout pro-sionistes ! Moralité : ce qui est bon pour Israël est bon pour le monde, et inversement. Qu'on se le dise !

Écrit par : Martial | 20/10/2009

Les commentaires sont fermés.