Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2009

INDEPENDANCE DE LA JUSTICE ?

Le Comité français de l’Association internationale des juristes juifs (AIJJ) organise depuis hier un super voyage en Israël pour le dessus du panier de la magistrature française. Ce voyage de la « haute magistrature française », sans plus de précisions, si ce n’est que la délégation est conduite par le Premier Président de la Cour d’Appel de Paris, Jean-Claude Magendie, se place sous l’égide de la Fondation France-Israël.

Voyez plutôt son programme et vous comprendrez que c’est « au sommet » et non pas « à la base » que l’on se propose de rapprocher juristes français et israéliens :

Lundi 19 octobre : 9h– 10h « Le système légal et judiciaire israélien » par le Pr Claude KLEIN, ancien doyen de la Faculté de Droit de l’université de Jérusalem, à l’hôtel Mount Zion.
11h– 12h15 Tribunal de Grande Instance de Jérusalem : entretien avec Madame le Président Shulamit DOTAN

14h30 – 15h Visite de la Knesset.
15h – 15h30
Réception par le Président de la Knesset, Mr. RIVLIN
20h30 Dîner de gala avec le Ministre de la Justice, le Professeur NEEMAN, à l’Hôtel King David.

Mardi 20 octobre : 9h– 10h Entretien avec Daniel TAUB, Directeur des affaires juridiques au Ministère des Affaires Etrangères.
12h  – 13h Entretien avec Edna ARBEL.
20h30 Réception par le Barreau National d’Israël.

Mercredi 21 octobre : 10h– 12h30 Université de Bar Ilan :
Les démocraties face au terrorisme : « Le rôle du juge et la défense des Droits de l’Homme ».
18h Réception par Monsieur l’Ambassadeur de France en Israël.

Jeudi 22 octobre :
Petit-déjeuner à l’hôtel Renaissance Tel Aviv
« Une justice pénale avec ou sans juge d’instruction »

Le Comité français de l’AIJJ défend énormément les Droits de l’Homme ainsi que « les valeurs démocratiques, fondement des sociétés française et israélienne », comme chacun sait. Il est aussi à l’origine du jumelage des Barreaux de Paris et de Tel Aviv.

N’étant pas juriste, mais juste citoyenne de base, je me demande si ce genre de petite escapade est bien normal et déontologique, surtout dans le contexte politique actuel. Ne serait-il pas plus honnête et plus clair de s’abstenir systématiquement de participer à ces raouts ? Qui coûtent fort cher, quel que soit le payeur, alors que la justice crie misère et que ces mêmes fonds seraient sûrement mieux employés ailleurs ? Sans compter que ce n’est pas le boulot qui manque, ici.

Source : Fondation France-Israël

Commentaires

Nos juristes distingués ne manqueront sûrement pas de demander à leurs éminents homologues comment évolue le dossier de l'extradition des ressortissants israéliens s'étant rendus coupables de délits dans d'autres pays qu'Israël ...

Écrit par : Martial | 19/10/2009

Une information qui aurait pu nous échapper si vous ne l'aviez pas mentionné ! merci encore Anne !

Ps: Deux infos détaillées en 48h, vous allez nous rendre addict ;) Merci bis

Écrit par : Vespa | 20/10/2009

Les commentaires sont fermés.