Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2009

BIENTOT A LA SOUPE POPULAIRE ?

portrait-16.jpg

Non, quand même pas. En cas d’absolue nécessité, il pourra toujours revendre son superbe portrait, qui en dit infiniment plus long sur le personnage que bien des discours. Et qui en dit très long aussi sur l’époque. Fric, frime, tant que vous voulez. Culture, art ? Inconnus au bataillon. J'ai bien aimé en particulier Dieu juste un cran au-dessus, mais pas trop haut.

Ce milliardaire en difficulté s’appelle Lev Leviev et sa principale société, Africa-Israël,vient d’annoncer “des pertes spectaculaires de plus de 300 millions de dollars pour le second trimestre 2009. Suite à cette annonce, Africa-Israël a chuté avant-hier de 29% à la Bourse de Tel-Aviv. (…)

“Face à l’aggravation du déficit de la compagnie, le magnat Lev Leviev a averti dimanche qu’elle risquait de ne pas être en mesure de rembourser automatiquement les obligations qu’elles a émises. Nous avons l’intention de renégocier les modalités de remboursement avec les propriétaires des obligations”, a déclaré M. Leviev à la radio publique. Africa-Israël a émis ces dernières années des obligations pour un montant de deux milliards de dollars”.

J’aimerais que l’on m’explique un jour comment un type arrivé de Tachkent en Israël en 1971, à l’âge de 15 ans, et qui débute comme apprenti polisseur de diamants, arrive à fabriquer une fortune pareille. Qui faisait de lui en 2007 l’homme le plus riche d’Israël. Au détour d’une indiscrétion d’Internet (ah cet Internet de malheur !), on apprend qu’à ses débuts, il a converti la fortune familiale en diamants bruts. Ca a quand même dû l’aider un peu. Et ça nous rassure, aussi : en Ouzbékistan, en 1971, malgré l’antisémitisme ambiant comme partout ailleurs hélas, certains juifs ne se portaient pas trop mal.

Bon, je ne vais pas vous raconter toute la saga Leviev. Sachez simplement que cet apprenti prometteur, issu d’un milieu religieux ultra-orthodoxe, n’a pas tardé à faire la leçon à la De Beers soi-même et à changer à son profit la règle du jeu. Car j’avais oublié de préciser que sa première fortune, c’est dans les diamants qu’il l’a faite. Il s’est par la suite très largement diversifié, notamment dans l’immobilier.

Il est particulièrement implanté en Afrique, notamment en Namibie et en Angola où il est très copain avec le gouvernement issu de la guerre civile.

Mais vous le savez, le monde est méchant et bien qu’il soit d’une folle générosité et d’une philanthropie à vous tirer des larmes - pour certaines causes cependant - il s’est trouvé des organisations assez ingrates et envieuses pour refuser ses subsides. Oui, vous avez bien lu : refuser ses subsides.Ainsi l’UNICEF a sèchement coupé les ponts avec Leviev pour un motif des plus futiles : il finançait avec prodigalité les colonies en Cisjordanie. Et aux dernières nouvelles, il se chuchote qu’il y aurait également des pratiques pas très catholiques, si je puis dire, du côté de l’Afrique et du respect des droits de l’homme. Ah l’ingratitude humaine …

0918leviev.jpgL'original (du portrait)

Commentaires

Bonsoir Anne,
Notre assoce préférée fait à nouveau parler d'elle :
http://www.alterinfo.net/Gilad-Atzmon-Le-don-et-le-vol-d-organe-dans-le-folklore-juif-contemporain-article-supprime-a-la-demande-de-la-Licra_a36175.html?com#com_947877

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 01/09/2009

Oui, c'est exact, mais il a été repris dans son intégralité par Germain Le Gentil sur son site :

http://pascasher.blogspot.com/

Écrit par : Le passant ordinaire | 02/09/2009

Les commentaires sont fermés.