Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2009

BON SANG, CA LES DEMANGE ….

wsj.jpg

« Wall Street Journal: Israël risque d'attaquer l'Iran

Le Wall Street Journal a mis en garde le président américain Barack Obama, en déclarant qu'il devait impérativement stopper le programme nucléaire iranien "s'il ne voulait pas devoir subir les conséquences d'une offensive israélienne." Il a précisé qu'un affrontement militaire serait inévitable si l'Occident ne se décidait pas à agir rapidement.

Dans l'éditorial d'aujourd'hui, le journal a accusé Obama d'avoir gaspillé son temps, au cours des premiers mois de son mandat, à tenter de convaincre Israël de ne pas attaquer les installations nucléaires iraniennes au lieu d'essayer de persuader la communauté internationale de prendre des mesures plus efficaces pour stopper le développement du programme de Téhéran.

 

Et de souligner dans les colonnes du journal: "Les officiers américains et israéliens avec lesquels nous nous sommes entretenus sont certains qu'un raid israélien pourra porter sérieusement atteinte aux projets des Iraniens, même si certaines installations sont épargnées." Il a encore souligné que "Téhéran avait constaté la faiblesse des institutions internationales et savait en revanche que seul Israël saurait réagir s'il le faut."

 

Et de poursuivre: "Les Iraniens ont compris que l'ONU ne constitue pas pour eux une menace, pas plus d'ailleurs que l'Agence internationale de l'Energie atomique." L'Occident, pour l'auteur de l'édito, ne souhaite pas non plus intervenir et le président Obama "continue à supplier l'Iran d'entamer un dialogue."
Et de conclure: "Plus l'Occident et l'Onu feront preuve de faiblesse, plus il semblera évident qu'Israël attaquera."

 

 

Source : http://www.elnashra.com/news-2-332310.html

 

La lune de miel avec Obama tourne de plus en plus clairement à la lune de fiel. D’où grosses tempêtes en vue sous les crânes des éminences qui nous gouvernent. Sarkozy a eu aujourd’hui cette puissante réflexion : le peuple iranien mérite mieux que ses dirigeants. Et nous, qu’est-ce qu’on mérite ? Très exactement ce qu’on a. Contrairement aux Iraniens, les Français ont très précisément les dirigeants qu’ils méritent.

Pour en revenir à l’Iran, les responsables israéliens pousseront-ils la paranoïa jusqu’à l’agression "préventive"? Ce n’est pas l’envie qui leur manque et de toute façon, ce ne sera pas de leur faute, s’ils attaquent. Mais uniquement celle des Occidentaux qui n’auront pas agi avec assez de fermeté. C’est évident, non?

 

30/08/2009

« 81% DES EUROPEENS PENSENT QUE L'IMMIGRATION N'EST PAS BONNE POUR LEUR PAYS".

MAIS ON NE LEUR A PAS DEMANDE LEUR AVIS.

cad.jpg"Réflexions sur l'immigration en Europe

L'Europe est pour la première fois de son histoire un continent de migrants. 40 millions sont nés dans un autre pays. Plus de 10 % du total.

Comme le titre de son livre l'indique, Caldwell pense qu'une révolution est en train de balayer l'Europe. Dans un des passages les plus mémorables du livre, il se demande "si on peut avoir la même Europe avec un peuple différent", pour Caldwell "la réponse est non". Incidemment, au Québec, l'immigration et l'euphémisme de diversité croissante ont servi de prétexte pour modifier la charte des droits de la personne et imposer le cours d'éthique et de culture religieuse.

Caldwell rappelle qu'en 1950, il n'y avait pratiquement pas de musulmans en Europe à l'exception des Balkans. En l'an 2000, il y en avait entre 15 et 17 millions : 5 millions en France, 4 millions en Allemagne et 2 millions en Grande-Bretagne. Comme les immigrants aux États-Unis, ils sont jeunes, citadins, prolifiques et surreprésentés dans les prisons. 40% des enfants de Paris ont des parents immigrants, à Londres un huitième des habitants sont musulmans.  50% des prisonniers français sont musulmans. À Turin, les immigrants représentent 10% de la population mais seulement 0,2% des décès et 25% des naissances. Les musulmans qui arrivent en Europe font en moyenne plus d'enfants que ceux qui restent au pays, le même phénomène s'observe chez les Mexicains ayant émigrés aux États-Unis.

L'effet de taille compte énormément, écrit Christopher Caldwell, éditorialiste au Financial Times. On dénombre 15 à 17 millions de musulmans en Europe. C'est unique dans l'histoire. Et cette immigration constitue le plus grand problème que rencontre l'Europe. Il est frappant de constater le manque de confiance de la démocratie, sa plus importante valeur morale, à le traiter, écrit-il.

Si l'Europe accueille davantage d'immigrants que ses citoyens ne le souhaitent, c'est une bonne indication que la démocratie fonctionne mal. Dans ce contexte de "confrontation avec l'islam", il dépeint des Européens de souche qui "se sentent exclus chez eux, victimes d'une OPA culturelle" et propose ses propres pistes.

L'islam a brisé bien des habitudes, structures et institutions de l'État. L'immigration, à travers sa main-d'œuvre bon marché, peut être bénéfique à l'économie privée. Pour l'État, c'est différent. Les prestations aux immigrés et à leurs familles dépassent leurs contributions. En Allemagne, les indigènes de 20 à 65 ans paient davantage de contributions qu'ils ne font appel aux prestations sociales. Les Turcs d'Allemagne ne le font qu'entre 28 et 57 ans. La tendance n'est pas encourageante. Entre 1971 et 2000, le nombre de résidents étrangers en Allemagne a explosé de 3 à 7,5 millions, mais le nombre d'étrangers actifs s'est maintenu à 2 millions !

"La Grande-Bretagne reçoit un demi-million de nouveaux immigrés extra-communautaires tous les ans" et déjà environ 80 "tribunaux islamiques" autorisés à résoudre des controverses par la charia, y sont à l'œuvre.

En Norvège, on a assisté à un cas d'intégration à rebours : toutes les élèves d'une école ont mis le voile, convaincues d'être plus mignonnes ainsi.

On soutient que les immigrés "sont une ressource" parce qu'ils font les travaux que les européens ne veulent plus faire. Au contraire, "avec leurs bas salaires, ils maintiennent souvent temporairement en vie des postes de travail de toute façon destinés à disparaître (...) à cause du progrès technologique et de la disponibilité de produits à coûts mineurs provenant de Chine".

De plus en plus, lorsque les immigrés se naturalisent, ils ne veulent plus faire certains travaux.

On dit aussi que ce sont les immigrés qui vont "payer nos retraites". Mais "en général, ils font des travaux peu rémunérés, leurs contributions sont donc relativement basses". Ajoutons que "eux aussi vieillissent et deviennent retraités. En outre, très vite, ils ont des problèmes de santé que les assurances sociales doivent prendre en charge". Sans compter que "en Allemagne et en France 70% des immigrés extra-communautaires ne travaillent pas - soit parce qu'ils sont trop jeunes, soit parce qu'ils sont au chômage donc ils ne payent pas de cotisations, alors qu'ils constituent un coût pour le système de protection sociale".

En somme, rien ne permet de conclure "qu'il soit moins coûteux pour l'Europe d'accueillir des millions d'immigrés extra-communautaires plutôt que de destiner les mêmes ressources à les aider dans leurs pays d'origine".

Cela vaut aussi pour les diplômés originaires du Tiers-monde : "en faisant ainsi, on soustrait aux pays d'origine justement ces élites qui leur seraient indispensables pour sortir du sous-développement".

En outre, l'Europe [et le Québec] "est tellement plongée dans le relativisme qu'elle n'a vraiment pas les idées claires sur la culture qu'elle veut défendre et proposer aux immigrés. Il semble que les réactions se produisent dans un seul domaine, qui comprend le féminisme et les droits des homosexuels".

Ainsi, nous le rappelle Caldwell, les Pays-Bas ont décidé "de proposer aux nouveaux immigrés les 'valeurs hollandaises' résumée dans une vidéo qu'ils doivent obligatoirement voir. On y voit, entre autre, deux homosexuels qui échangent des effusions en public et une baigneuse 'topless'. Il n'est pas certain que la majorité des Néerlandais se reconnaissent dans ces valeurs. Pour contre, il est très certain que la vidéo confirmera les immigrés musulmans dans leur sentiment de supériorité par rapport à l'Occident décadent. Dans d'autres Pays les cours sur la citoyenneté proposés aux immigrés exaltent le droit à l'avortement".

L'immigration et l'État social se marient mal. "Une fois que les immigrés comprennent le système d'État social, ils peuvent changer les objectifs des assurances sociales. Au lieu de dépenser les prestations sociales, par exemple en nourriture, l'argent peut financer l'islam. Les deux tiers des imans en France sont à la sécurité sociale", explique Caldwell.

Certes la gestion cohérente des flux de population n'est pas aisée avec une économie globale complexe et les conséquences culturelles qui en résultent. Il ne s'agit pas seulement d'importer des facteurs de production, mais aussi le changement social. Car avec l'immigration de masse, la diversité, la tolérance, le sécularisme sont mis à rude épreuve.

Ces 20 dernières années mettent en lumière l'absence d'assimilation. Caldwell observe même une détérioration avec les nouvelles générations. Des zones de non-droit émergent dans les banlieues. Nicolas Sarkozy est le seul chef d'État à condamner les responsables d'émeutes dans les banlieues et non pas le manque de générosité à leur égard. Ce n'est pas à des délinquants de déterminer l'agenda politique. Caldwell approuve avec force. Mais est-il trop tard ? Les lois sur la tolérance ont commencé à profiter aux intolérants, dit-il.

Caldwell s'en tient aux faits : 19% des Européens pensent que l'immigration est bonne pour leur pays. Les autres ne sont pas devenus moins généreux envers les immigrés. "Simplement, ils paient la facture". Beaucoup d'Européens sont à la recherche d'une vie meilleure, comme les immigrés. Mais, contrairement à ces derniers, "ils n'ont pas voulu le changement", explique l'auteur. Ils sont pourtant expulsés de la culture de leurs parents. Certaines de leurs traditions sont parfois rejetées sous prétexte que les immigrés musulmans pourraient se sentir exclus. La réciprocité des pays musulmans à l'égard de religion chrétienne n'est pourtant de loin pas garantie.

Pour l'auteur, l'histoire de l'Europe est, depuis la Seconde Guerre mondiale, une histoire d'émancipation à l'égard des États-Unis. La création de l'Union européenne s'inscrit dans ce contexte. La solution à l'immigration de masse risque toutefois d'obliger l'Europe à suivre l'exemple américain. Les États-Unis sont, en théorie, libres, ouverts et occidentaux. En pratique, "l'Amérique exerce des pressions dignes de Procuste sur les immigrés pour qu'ils se conforment à leur système. Ce sont ces pressions et non son ouverture qui font des Etats-Unis un peuple". "Si elle l'empêche de parler l'anglais ou d'être à l'heure au travail, il aura faim. Il rentrera dans son pays et personne ne le regrettera". Le modèle américain ne peut toutefois être transposé intégralement. Il résulte de conditions historiques particulières et d'une réforme du système pénal, sous Nixon, destiné à lutter plus férocement contre la drogue. De plus, l'Amérique compte seulement 2 millions de musulmans. L'immigré peut maintenir sa culture ancestrale, mais

"Le problème de base avec l'islam et avec l'immigration tient au fait que les communautés les plus fortes en Europe ne sont pas des communautés européennes", selon Caldwell. Ce problème existe malgré le multiculturalisme des Pays-Bas et la laïcité de la France. L'islam est une religion magnifique, mais ce n'est pas la religion de l'Europe et ce n'est en aucune manière la culture européenne. Il est certain que l'Europe sortira changée de la confrontation."

Source:  Theatrum Belli  http://www.theatrum-belli.com/archive/2009/08/30/02b50016...

19/08/2009

ENCORE UN FALSIFICATEUR DE L’HISTOIRE

images.jpgCette fois-ci, c’est le prince du Liechstenstein qui est dans le collimateur. A juste titre car il a tenu tout récemment des propos consternants d’antisémitisme. Dans une interview au journal Volksblatt, Hans-Adam II a en effet osé déclarer en toutes lettres « que le secret bancaire que son pays pratique avait permis à de nombreux Juifs d’être sauvés de la mort durant la 2e Guerre mondiale. » Positivement incroyable.

Il a déclenché illico les foudres de l’Union des communautés juives d’Allemagne qui l’a accusé carrément « de se moquer de la Shoah et des Juifs qui ont réussi à survivre, de falsifier l’Histoire et présenter le Lichtenstein comme protecteur ou sauveur des Juifs durant la Shoah ». Et puis, avoir l’air de prétendre qu’il y aurait eu des juifs assez riches pendant la guerre pour avoir des comptes en Suisse ou au Liechstenstein, c’est d’un déplacé … 

C’est vrai que cette histoire de secret bancaire lui reste sur l’estomac, au prince. La petite principauté est sous pression depuis que le G20 a vertueusement décidé au début de l’année de s’occuper des paradis fiscaux et de les rayer de la surface du globe. Oui, enfin bon, pour ce qui est de les rayer de la surface du globe, soyons clairs, ça peut attendre. Disons qu’il y a des priorités. Il y a des mal- pensants, qu’il convient de punir dare-dare. Suivez mon regard du côté de la Suisse ou du Liechtenstein. C’est qu’il a une lourde hérédité, le prince. Allez savoir, il est peut-être bien lui aussi le fils d’un traître génétique. Ca ne vous rappelle pas une affaire récente?

Ouvrons une parenthèse pour rappeler le magnifique film Vent d’Est, dont voici l’histoire (grâce à Wikipedia) : « Ayant combattu pour une cause qui leur semblait juste (la lutte contre le bolchevisme), et s'étant ralliés aux forces allemandes pour mieux y parvenir, un régiment de l'armée de libération de la Russie alors en déroute se réfugie par la force des choses au Liechtenstein pour ne pas subir les foudres des soviétiques vainqueurs.

Venus chercher asile et salut dans cet État neutre, ils sont accueillis avec bienveillance par le gouvernement en place. En effet, bien que rentrés en force dans le pays, le prince se montrera compréhensif et acceptera les réfugiés avec le respect dû à leur rang de combattants.

Le général Smyslowsky, alors à leur tête, n'aura de cesse d'essayer de préserver ses soldats (qu'il considère tous sous son entière responsabilité) et s'emploiera à les conduire en Argentine, un pays où ils ne seront plus pourchassés.

Dissuadés par le gouvernement en place d'employer la force, les soviétiques proposent alors aux soldats de rentrer chez eux sans être trop lourdement punis. Selon leurs dires, quelques travaux d'intérêt général leur suffiraient pour accomplir leur peine et, dès lors qu'ils les auraient accomplies, tous les soldats pourraient reprendre une vie "normale".

Ceux qui choisiront de rentrer seront fusillés lors du trajet. »

Fin de la parenthèse, mais qui peut expliquer bien des choses, même 60 ans après.

Pour en revenir aux soucis actuels, le Liechstenstein figure sur la liste noire de l’OCDE. Mais il y a bien d’autres paradis fiscaux qui n’y figurent pas, eux. Par exemple, les paradis américains, bien discrets. Ce qui avait d’ailleurs amené le premier ministre luxembourgeois à déclarer à l’époque : «Le G20 est une entreprise sans crédibilité si sur la liste dite “noire” des paradis fiscaux, il n'y a pas le Delaware, il n'y a pas le Wyoming, il n'y a pas le Nevada…».

C’est vrai qu’on ne parle pas beaucoup du Delaware – mais les gens heureux n’ont pas d’histoire. « A peine plus grand que la Haute-Marne, il est devenu un géant mondial en tant que terre d'accueil des sociétés. Plus de 40 % des entreprises cotées à la Bourse de New York y sont domiciliées.»

Je suppose que voilà un paradis fiscal et juridique qui ne sera pas trop inquiété par les grands inquisiteurs du G20. Dernier point de détail le concernant : son gouverneur est le premier gouverneur juif élu aux States : Jack Markell.

17/08/2009

SORTEZ VOS MOUCHOIRS !

 

Vous allez en avoir besoin, car la société Disney s’apprête à produire un film sur … Anne Frank. Oui, oui, un film sur le Journal d’Anne Frank et la pièce qui en a été tirée. On ne sait pas encore quels seront les interprètes, mais on connaît déjà le réalisateur : David Mamet.

 

Ce dernier est né dans une famille juive originaire de Russie. Wikipédia nous apprend qu’en plus de ses films, il a également écrit sur le judaïsme et la culture juive, sur la haine de soi juive et l’antisémitisme, « ses livres les plus récents dans le domaine étant The Old Religion, un roman sur le lynchage de Leo Frank, accusé d'avoir violé et tué une jeune fille dans son usine (en réalité, une version moderne de l'accusation de crimes de sang contre les Juifs ». Tiens, encore un Frank.

 

S’agissant de la « version moderne de l’accusation de crimes de sang contre les Juifs », c’est peut-être aller vite en besogne. L’affaire Leo Frank est évoquée dans ce blog, en date du 17/08/07. En réalité, elle n’a jamais été résolue, malgré le témoin de toute dernière heure, tombé inopinément du ciel … 69 ans après les faits ! Pile au moment où l’Anti-Defamation League demandait la réhabilitation de Frank. Mais est-ce que ça compte, ça, 69 ans, quand la Justice avec un grand J est en marche ?

 

Bon, ceci juste pour situer un peu le réalisateur qui va nous concocter ce nouveau film destiné à la jeunesse, qu’il convient d’éduquer dès le berceau, n’est-ce pas ?

 

Ah, il est loin le temps où le grand Walt ne songeait qu’à faire rêver, et y réussissait merveilleusement. Maintenant, la maison Disney fait dans le politiquement correct et le bourrage de crâne dès l’enfance. Vous ne serez pas étonné d’apprendre, je pense, que son PDG actuel, Robert Iger, est né dans une famille juive américaine. Tout comme son prédécesseur, qui l’a confortablement installé dans ce fauteuil avant de s’en aller, Michael Eisner.

 

Maintenant, histoire de faire plus encore rêver nos chères têtes blondes, on pourrait peut-être suggérer à la société Disney de consacrer un autre film aux millions d’enfants morts de faim et du typhus pendant l’Holodomor en Ukraine. Ca ferait un bon sujet également, et ça se passait juste douze ans avant les malheurs d’Anne Frank, morte aussi du typhus à Bergen-Belsen.

16/08/2009

UNE FORMIDABLE NOUVELLE POUR LA LICRA !

On doit être drôlement contents à la LICRA ! Pensez, ces Français qu’elle croyait racistes et antisémites, eh bien, pas du tout, elle se trompait de A à Z. Ils sont juste le contraire ! La preuve : elle s’étalait hier à la une du Journal du Dimanche, dont le rédacteur en chef n'est autre que Claude Askolovitch : les personnalités préférées des Français sont en n°1 Yannick Noah, en n°2 Dany Boon et en n°3 Gad Elmaleh. Alors, hein ! Ils sont quand même vachement sympa, ces braves Français. Du moment qu’on les fait rigoler, le reste …

 

noah.jpgYannick Noah, le grand chouchou, ne fait pourtant « rien pour être aimé, à part mettre tout son cœur dans ce qu’il fait. (…) Il est une « sorte de Français idéal, citoyen du monde, engagé mais pas trop, sympa et décontracté », nous susurre le JDD. Ce Français idéal, dont le cœur penche nettement à gauche, a fait ses valises pour s’installer à New York. Mais qu’importe ! On l’aime quand même.

 

images.jpgDany Boon est lui aussi un bon citoyen du monde qui vit à Los Angelès. Il est né Daniel Hamidou dans une famille mi kabyle-mi ch’timie et de catho qu’il était, il s’est converti au judaïsme. Par amour, parfaitement.

Pourvu que ça ne nuise pas à sa carrière, on tremble pour lui … En tout cas, dans ses interviews, il ne rate aucune occasion de souligner « le lien familial indéfectible qui le rattache à Israël, où vit sa belle famille qu’il visite régulièrement ».

 

elmaleh.jpgQuant à Gad Elmaleh, lui, il se déclare sans complexe fier de ses origines juive et marocaine : « Je suis Juif et Marocain. C’est ma réalité. J’ai une éducation judéo-marocaine. Je parle l’arabe comme je parle le français et l’hébreu », D’ailleurs en plus, il a aussi la nationalité canadienne. On ne sait jamais de quoi est fait l’avenir, une nationalité de plus, ça ne se refuse pas. Il est aussi un fidèle soutien de Tsahal puisqu’il a dédicacé en ces termes un album de l’Association pour le bien-être des soldats israéliens :

« Eh bien non, il ne s’agit pas d’un film de Spielberg où il faudrait sauver le soldat Abraham. C’est plutôt lui qui nous sauve et veille sur nous, nos idéaux, nos enfants, notre futur. Nous avons le choix ! Pas eux, donc pas nous ! Aidons-les à veiller sur eux… enfin sur nous. »

 

Telles seraient les personnalités préférées des Français … Amusant, non ? Bon, je ne me frappe pas plus que ça, ce « sondage » n’étant qu’une énième démonstration des efforts jamais relâchés en vue du bourrage de crâne et de la crétinisation à marche forcée du pays. Je croirais plutôt que ces résultats mirobolants reflètent davantage la volonté des initiateurs de la démarche qu’une quelconque réalité.

 

Questions autrement plus intéressantes: qui est à l’origine du sondage ? Qui a établi la liste des 50 « personnalités »  - et 50 seulement, toujours les mêmes - proposées au choix ?  Au choix de qui, d’ailleurs ? Où ont-elles été pêchées, ces 1041 personnes invitées à choisir leurs 10 préférés dans la liste ? Dans le lectorat du JDD ?

 

Il se trouve que j’aime bien lire Louis Pauwels. Il a beaucoup fréquenté Gurdjieff, ce qui fait que j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur ce personnage. Je suis donc en train de lire Fragments d’un enseignement inconnu, d’Ouspensky. Or hier, après avoir pris connaissance du sondage ci-dessus, je suis retournée à ma lecture du moment, juste aux passages qui suivent, et j’y ai vu une telle correspondance, que je vous en fais profiter. N’oubliez pas que ces propos ont été tenus en 1917 :

 

« Mais, comme je l’ai déjà dit, cette question est sans portée pratique pour nous. Pour nous, il importe seulement d’établir où commence l’évolution, et comment elle se poursuit. Et si nous nous rappelons l’analogie complète entre l’humanité et l’homme, il ne sera pas difficile d’établir si l’humanité est en évolution ou non.

 

Pouvons-nous dire, par exemple, que la vie soit gouvernée par un groupe d’hommes conscients ? Où sont-ils ? Qui sont-ils ? Nous voyons exactement le contraire. La vie est au pouvoir des plus inconscients et des plus endormis.

 

Pouvons-nous dire que nous observons dans la vie une prépondérance des éléments les meilleurs, les plus forts, les plus courageux ? – Nullement. Au contraire,nous voyons partout le règne de la vulgarité et de la stupidité sous toutes leurs formes.

 

Pouvons-nous dire enfin que nous voyons dans la vie des aspirations vers l’unité, vers une unification ? Certainement pas. Nous ne voyons que de nouvelles divisions, de nouvelles hostilités, de nouveaux malentendus.

 

De sorte que, dans la situation actuelle de l’humanité, rien ne dénote une évolution. Au contraire, si nous comparons l’humanité à un homme, nous voyons clairement la croissance de la personnalité aux dépens de l’essence, c’est-à-dire la croissance de l’artificiel, de l’irréel, de ce qui n’est pas à nous, aux dépens du naturel, du réel, de ce qui est bien à nous.

En même temps, nous constatons une croissance de l’automatisme.

 

La civilisation contemporaine veut des automates. Et les gens sont certainement en train de perdre leurs habitudes acquises d’indépendance, ils tournent de plus en plus au robot, ils ne sont plus que des rouages de leurs machines. Il est impossible de dire comment tout cela finira, ni comment en sortir – ni même s’il peut y avoir une fin et une issue. Une seule chose est certaine, c’est que l’esclavage de l’homme ne fait que s’accroître. L’homme devient un esclave volontaire. Il n’a plus besoin de chaînes : il commence à aimer son esclavage, à en être fier. Et rien de plus terrible ne saurait arriver à l’homme ».

14/08/2009

UN HOMMAGE TARDIF POUR KNUT HAMSUN

La Fondation Internationale Raoul Wallenberg a fait très clairement connaître son vif mécontentement devant l’hommage rendu actuellement en Norvège à Knut Hamsun. Un hommage plus que tardif, pourtant, comme on le verra.

« Nous ne comprenons pas que les Norvégiens puissent honorer quelqu’un qui était un criminel et qui incitait aux crimes. (…) Hamsun était un grand écrivain, et alors ? Qu’est-ce qui est le plus important : l’art ou l’intégrité ? » a déclaré Baruch Tenembaum, son fondateur.

 

Ce dernier, décidément très remonté, a adressé de surcroît une missive courroucée au ministre norvégien des affaires étrangères pour se plaindre du soutien ainsi indirectement apporté à « l’un des plus sinistres régimes de l’Histoire ».

 

On peut s’étonner de ce que les juifs norvégiens ne soient pas eux-mêmes à l’origine de ces protestations et de ce que celles-ci aient dû venir de l’extérieur. Il faut dire qu’ils sont tellement peu nombreux en Norvège – quelque chose comme 1 500, essentiellement à Oslo et à Trondheim – sur une population de quelque cinq millions d’habitants …

Apparemment pas de LICRA ou de CRIF chez eux pour faire monter la mayonnaise, quelle pitié !

 

Voilà pour les protestations. Pour l’hommage, il est en effet plus que tardif car Knut Hamsun a été traité en paria dans son propre pays dès la fin de la 2e guerre mondiale. On pourrait même dire qu’il a été traité honteusement.

 

images.jpgNé en 1859, il est l’un des grands écrivains norvégiens et son influence dans le domaine de la littérature s’est étendue bien au-delà de ses fjords natals. L’ensemble de son œuvre d’alors sera d’ailleurs couronnée en 1920 par le Prix Nobel de littérature.

 

Tout va se gâter à la seconde guerre mondiale. En avril 1940, l’Allemagne envahit la Norvège pour s’emparer de ses bases navales. Roi et gouvernement fuient à Londres. Vidkun Quisling, qui avait fondé en 1933 une organisation politique s’inspirant du NSDAP, s’autoproclame premier ministre. Knut Hamsun, qui a toujours été germanophile et qui de plus déteste la culture anglo-saxonne, commet alors le péché mortel entre tous: il soutiendra Quisling durant tout le conflit.

 

Ce dernier est condamné pour trahison et exécuté en octobre 1945. Hamsun a alors 86 ans. Que faire de ce personnage désormais encombrant mais qui reste quand même le grand écrivain du pays ? Il n’y en a pas tellement… Comme il n’a pas l’obligeance de se faire hara-kiri, ce qui aurait résolu le problème, on va élégamment régler son cas en le déclarant … gâteux. Il se trouvera des psychiatres pour le qualifier de « personnalité aux facultés mentales affaiblies de façon permanente ». L’Etat norvégien le condamnera en sus à verser une énorme somme afin de lui faire chèrement payer « le soutien moral apporté à l’occupant ».

 

Furieux du diagnostic des psychiatres – on peut comprendre ça – Hamsun va leur opposer le démenti le plus cinglant qui soit : en 1949, à l’âge de 90 ans, il publie Sur les sentiers où l’herbe repousse, où il règle magistralement quelques comptes. Sans gâtisme aucun.

 

Il mourra dans l’opprobre et la misère en 1952.

 

Voilà, très succinctement, le personnage auquel la Norvège se décide aujourd’hui, pour le 150e anniversaire de sa naissance, à faire l’hommage d’un timbre à son effigie, d’un musée en son honneur à Hamaroey et d’une pièce commémorative.

 

Pour la circonstance, son petit-fils, Leif Hamsun, a laissé tomber ce jugement très retenu : « C’était après tout un des meilleurs auteurs dont la Norvège ait accouché. Politiquement, il était inapte et toute la famille prend ses distances à cet égard ».

 

Voilà qui devrait mettre un peu de baume au cœur de Baruch Tenembaum.

Hamsun.jpg

13/08/2009

LA VENGEANCE EST UN PLAT QUI SE MANGE FROID. ET MEME CONGELE.

Guysen News nous informe que:

0,,4555309_1,00.jpg« Josef Scheungraber, 90 ans et ancien soldat nazi, a été condamné mardi matin à la prison à perpétuité pour crime de guerre par le tribunal de Munich en Bavière.

Après la justice italienne qui l’avait condamné par contumace (une condamnation prononcée à l'issue d'un procès pendant lequel le condamné n'était pas présent) à la prison à perpétuité en 2006, le tribunal de Munich l’a lui aussi condamné à la prison à vie.

Bien que l’ancien officier ni toujours les faits en bloc, il est accusé d’un massacre qui avait fait 14 morts, des civils italiens en 1944 en Toscane dans le village de Falzano di Cortona.

Un témoin du massacre, Gino Massetti, alors âgé de quinze ans à l’époque raconte ce qui s’était passé le 26 juin 1944. «Le bataillon de chasseurs alpins commandé par M. Scheungraber a enfermé les futures victimes dans une maison villageoise avant de la faire exploser ». 

Le Centre Simon Wiesenthal de Jérusalem a tenu à rappeler toute l'importance de ce dernier procès : « Le jugement d'aujourd'hui confirme que le temps qui nous sépare des faits n'atténue en aucune manière la culpabilité des criminels et que le grand âge ne doit pas permettre aux meurtriers de se soustraire à la loi ». 

images.jpgC’est bien vrai, ça. On se demande vraiment dans ces conditions pourquoi et comment Solomon Morel est mort tranquillement dans son lit, à Tel Aviv, en février 2007, à l’âge respectable de 87 ans. La Pologne avait pourtant demandé à plusieurs reprises son extradition à Israël pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Mais évidemment, Israël a toujours fait la sourde oreille (voir archives du blog en date du 22/11/07). Pour sa défense, Morel avait clamé qu’il s’agissait d’un complot antisémite. Dans ces conditions, évidemment, ça changeait tout …

22.jpgEt Helena Wolinska ? Encore une grande humaniste devant l’Eternel qui n’a pas répondu de ses crimes. Son extradition avait également été réclamée par la Pologne. Mais à la Grande-Bretagne, cette fois, où cette ancienne juge de la belle époque bolchevique, s’était installée avec son mari, l’économiste marxiste Wlodzimierz Brus, né Beniamin Zylberberg. Elle s’était plainte, en 2007 à l’âge de 88 ans, lors de la 3e demande d’extradition, de voir resurgir ces spectres du passé. Deux fois auparavant, les autorités britanniques avaient rejeté la même demande d’extradition pour des « motifs humanitaires », dus à l’âge notamment, et aussi en raison de l’éloignement des faits. Bizarres comme arguments, vous ne trouvez pas ? (voir archives du blog en date du 21/11/07).

On vous rassure tout de suite, Wolinska était restée tranquillement à Oxford où elle est morte de sa belle mort en novembre 2008. Le juge anglais n’avait pas eu le cœur de la faire traduire devant les tribunaux. Pensez, à son âge …

Source : Guysen News

11/08/2009

REVOILA SACHA BARON COHEN

On avait parlé de cet immense artiste le 18 juillet dernier. Si vous voulez vous marrer, faites un tour sur le site de L’Organe Magazine – lien ci-dessous -, vous ne serez pas déçu. N’oubliez pas de faire également un tour du côté des commentaires …

Et pour finir en beauté, ne ratez pas La peine de mort pour Fofana.

 

Pub gratuite, je ne sais pas qui est derrière le site, mais ils ont un sacré talent!

 

 

 

 

http://www.lorgane.com/SACHA-BARON-COHEN-POUR-CATHOS-MASOCHISTES_a840.html

 

http://www.lorgane.com/LA-PEINE-DE-MORT-POUR-FOFANA-!_a836.html