Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2009

QUELQUES DONNEES DEMOGRAPHIQUES ECLAIRANTES

Le 11 février, je faisais état d’un sondage sur l’ « antisémitisme européen » commandité par l’Anti-Defamation League.

7 pays européens étaient interrogés. En fait, à la relecture, je me rends compte que pour apprécier valablement les réponses, il est important de connaître l’importance de la population juive de ces pays.

 

Voici donc ce complément d’information. Tout en gardant à l’esprit que ces chiffres ne sont que des ordres de grandeur, qui peuvent varier en fonction d’un certain nombre de paramètres. Dont le plus important est le différentiel entre le nombre des membres officiellement répertoriés au sein des communautés juives, et la population réelle. Ce différentiel peut être très important.

 

Environ 1,6 millions de juifs vivent en Europe, soit 12% de la population juive mondiale.

A tout seigneur, tout honneur : c’est la France qui vient très largement en tête – elle constitue  la 3e communauté mondiale – avec environ 600 000 personnes (sur 62 millions d’habitants).

 

Arrive ensuite le Royaume-Uni, avec environ 275 000 personnes (sur 61,3 millions). Les juifs de ce pays appartiennent avant tout au monde anglo-saxon qui regroupe les très fortes communautés américaine et canadienne.

 

Puis l’Allemagne : 103 000 personnes environ (sur un total de 82,2 millions d’habitants).

La Hongrie : 55 000 environ (sur 10 millions d’habitants).

L’Espagne : 12 000 (sur 46 ,5 millions)

L’Autriche : 9 000 (sur 8,4 millions)

La Pologne : 3 500 (sur  38,1 millions)

 

L’Italie, qui était citée dans un précédent sondage, mais pas dans celui-là, compte quelque 30 000 juifs (sur 59,9 millions d’habitants).

 

 

Source : http://www.jafi.org.il/education/100/french/CONCEPTS/demography/demographie2.html

 

17:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

il y en a beaucoup plus en Pologne - notamment les juifs qui sont parti de la Pologne en 1956 et 1968; leur descendents peuvent aussi appliquer pour la nationalite polonaise. La meme chose s'est passe chez les allemands d'origine polonaise (et qui sont partis en 1970). Une fois qu'une personne fait preuve qu'elle (ou ses parents, ou grands-parents) ont ete forces d'abondonner la nationalite polonaise, elle peut en postuler sans grand probleme. Ca se voyait surtout en Israel juste avant que la Pologne est devenu le membre de l'UE.

Écrit par : Maciej | 16/02/2009

Maciej: « les Juifs qui sont partis de Pologne en 1956 et 1968; leur descendants peuvent aussi appliquer pour la nationalite polonaise. »

C'est bizarre. Je sais que les Juifs sont juifs car fils de Juifs. Mais pour les nationalités européennes, on m'a expliqué que c'est différent, et que la francitude et la polonitude ne se transmettent pas par filiation. Par exemple, un Noir qui débarque du Cameroun peut parfaitement être polonais, ou en tout cas, le devenir: ce n'est pas une question de race. Donc, je me demande comment des Juifs peuvent réclamer la citoyenneté polonaise sous prétexte de filiation. Il y a un gros payage de tête quelque part.

Écrit par : Nominoé | 16/02/2009

Les commentaires sont fermés.