Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2009

IL Y A 64 ANS, LE 14 FEVRIER 1945

 

Dresde.jpg

 

La ville de Dresde, la Florence de l’Elbe, était réduite en cendres par un bombardement anglo-saxon délibérément ciblé sur la population civile.

 

En hommage aux victimes occultées de ce conflit terrifiant, voici un texte paru en février 1946 dans le mensuel américain The Atlantic Monthly, sous la plume du journaliste Edgar L. Jones. Ce dernier avait combattu en tant que soldat et avait en outre servi durant un certain temps comme correspondant de guerre sur le front du Pacifique. C’est de ces victimes-là qu’il parle, mais quelle différence ?

 

« Nous, Américains, avons une dangereuse tendance au point de vue international à prendre une attitude de supériorité morale à l’égard des autres nations. Nous considérons que nous sommes plus nobles et plus moraux que les autres peuples, et par conséquent, mieux placés pour décider ce qui est juste dans le monde et ce qui ne l’est pas. Quelle espèce de guerre les civils supposent-ils donc que nous avons faite ? Nous avons massacré des prisonniers de sang-froid, nous avons pulvérisé des hôpitaux, coulé des bateaux de sauvetage, tué ou blessé des civils ennemis, achevé des blessés, entassé les mourants dans un trou pêle-mêle avec les morts, et dans le Pacifique nous avons dépecé les crânes de nos ennemis en les faisant bouillir pour en faire des garnitures de table pour nos fiancées et nous avons sculpté leurs os pour en faire des coupe-papier. Nous avons couronné nos bombardements au phosphore et nos assassinats de civils en jetant des bombes atomiques sur deux villes à peu près sans défense, et nous avons atteint ainsi un record incontestable d’assassinat en masse à cadence instantanée.

 

Comme vainqueurs, nous nous sommes arrogés le droit de faire passer en jugement nos ennemis pour leurs crimes contre l’humanité ; mais nous devons être assez réalistes pour concevoir que si nous étions mis en jugement pour avoir violé les lois de la guerre, nous serions déclarés coupables sur une douzaine de chefs d’accusation. Nous avons mené une guerre sans honneur, car la morale ne vient qu’en dernière ligne parmi les préoccupations du combattant. Plus la bataille est dure, moins il y a de place pour les beaux sentiments. Et dans la guerre du Pacifique, nous avons vu l’humanité atteindre le plus sombre degré de bestialité.

 

On ne peut dire que chaque soldat américain ni même un sur cent ait commis délibérément des atrocités injustifiées : mais la même chose peut être affirmée des Allemands et des Japonais. Les exigences de la guerre nous ont souvent contraints à ce qu’on appelle des crimes et d’une façon générale la masse peut être blâmée pour l’espèce de folie que la guerre a provoquée. Mais nous avons fait beaucoup de publicité autour de tous les actes inhumains de nos adversaires et nous nous sommes opposés à tout aveu de nos propres défaillances en des moments de désespoir … Nous avons mutilé les corps des morts ennemis, nous avons coupé leurs oreilles et arraché leurs dents en or pour avoir des souvenirs, nous les avons enterrés en leur fourrant leurs testicules dans la bouche, mais de telles violations de tous les codes de la morale font partie des zones encore inexplorées de la psychologie de l'homme au combat ».  

 

C'était en tout cas une époque où la pensée unique, obligatoire et totalitaire était apparemment moins prégnante qu'aujourd'hui. Le texte original complet de Edgar Jones figure sur le site de l'Atlantic Monthly:

http://www.theatlantic.com/unbound/bookauth/battle/jones....

 

 

Il est intéressant de constater que la télé n'a pas cru utile de consacrer une seule émission à l'acte de guerre peu reluisant que fut le bombardement de Dresde. Motus sur toute la ligne. La chaîne Histoire diffuse ce soir Chasseur de baleine et Toute l'Histoire, ... Eichmann, le fugitif nazi. Un inoxydable, cet Eichmann. Et Arte s'est réfugié prudemment dans l'Antiquité.

 

16:05 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Magnifique lucidité ET repentance aussi sincère que justifiée. Les Américains ne sont pas meilleurs ou pires que quiconque, TOUS, dans certaines circonstances, nous sommes capables du PIRE, de même que TOUS, dans d'autres circonstances, nous sommes capables du MEILLEUR. Cela tient à la nature humaine, originellement blessée, jusqu'à la fin des temps.

Les procès pour "crimes de guerre" ne sont institués et jugés que par les vainqueurs, à qui la victoire octroie une impunité parfaitement indue (voir les "procès" intentés à Saddam et Milosevic). Le problème est que l'histoire, ELLE AUSSI, est écrite par les vainqueurs... D'où les lois liberticides qui musellent les historiens trop curieux ou trop bien informés. Gare à Israël si, d'aventure, cet Etat AVENTURIER venait à connaître la défaite...

L'Angleterre a battu TRÈS LÉGÉREMENT sa coulpe pour l'abomination de Dresde... Elle a pourtant mieux fait, à cet égard, que la Russie de Poutine vis-à-vis du GÉNOCIDE UKRAINIEN et que l'Amérique des Illuminati vis-à-vis d'Hiroshima et de Nagasaki.

Écrit par : Martial | 14/02/2009

Merci, Madame, de vous souvenir de cette abomination qui restera malheureusement impunie.

Chaque année, les 13 et 14 février j'ai une pensée pour ces centaines de milliers de victimes de la barbarie anglo-américaine, qui n'a pas hésité à employer des bombes au phosphore sur un ville sans objectifs militaires, remplie de 1,5 millions de réfugiés fuyant l'Armée Rouge et comptant de très nombreux hopitaux. Il n'y avait de plus, aucune défense aérienne ou DCA, ni abris anti aériens !!!!

Tout ceci rend ce crime prémédité contre des populations civiles sans défense encore plus abominable...

Aucune émission non plus sur la télé allemande, qui nous avait "gratifié", l'an dernier, d'un téléfilm très, mais alors très édulcoré ou il n'y avait que des bombes explosives et encore, des petites....

C'est vrai que voir des enfants ou des femmes transformés en torches par le phosphore ou bien disparaître dans l'asphalte fondu, ça n'est pas très télégénique....Et ça peut surtout induire des questionnements gênants.

Et pour couronner le tout, l'héroïne recueille un pilote anglais abattu et le cache, avant d'en tomber amoureuse...Rien que du véridique et du vraisemblable, on vous dit.
Il ne manquait que Spielberg ou Polanski pour la réalisation de cette oeuvre majeure.

Mais ce qui est le plus scandaleux, ce sont les chiffres des victimes qui sont sans cesse révisés à la baisse (oui, vous avez bien lu, Révisés !) . On parlait de 35 000 victimes et maintenant on parle de 25 000 !!!

Comme quoi, en matière de chiffres, il existe deux types d'inflation ; l'inflation exponentiellement ascendante (VIP Reserved) et l'inflation descendante, tout aussi exponentielle, réservée aux victimes du communisme ou les ressortissants des nations vaincues, avec une distinction spéciale du Jury pour l'Allemagne de 1945.

Les survivants interviewés (rarement sur ce point évidemment) sont scandalisés par le ridicule de ces chiffres, issus de l'historiquement korrekt.
Les évaluations sérieuses parlent de 135 000 à 250 000 victimes.

Il n'est que de voir les images prises par la RAF, lors de la 1ère vague ; une mer de feu. Or, il y a eu une 2e vague anglaise, puis une 3e, par l'US Air Force, le matin du 14/02.

Écrit par : LOTHRINGER | 15/02/2009

Encore une manipulation (...) . Dresde commémoration .
le (la)maire de Dresde a inauguré une plaque commémorative en souvenir de 35.000 victimes (civiles ) des bombardements.
Or précisons bien , Ce sont les 35.000 victimes "identifiées" ,et les dizaines de milliers d'autres non identifées elle passent aux poubelles de la propagande (...)?

Écrit par : the goy | 15/02/2009

http://www.youtube.com/watch?v=vP5Az_IJYDE

Écrit par : WAKE UP | 15/02/2009

Toutes les victimes du philosémitisme acharné réunies sur le même site (pas encore vous chère Anne mais ça viendra) :



http://frenchcarcan.com/

Écrit par : Louise-Marie | 15/02/2009

L 'Angleterre a vraiment TRES LEGEREMENT battu sa coulpe pour le bombardement de Dresde car il me semble bien qu'on a érigé (à Londres, je crois ) une statue en l'honneur du général anglais organisateur de cette abomination: "Harris Bomber". A ma connaissance, les Américains n'ont tout de même pas osé ériger un monument commémoratif pour les bombes de Hiroshima et Nagasaki. Quant aux Russes que certains chez nous commencent à trouver sympathiques, ils n'ont jamais exprimé aucun regret pour les massacres délibérés et crimes de guerre incontestables commis depuis la prise de pouvoir par les communistes en 1917 jusqu'à la chute de l' URSS.
Dans le cas de Dresde, ce qui me chagrine le plus, humainement parlant, c'est qu'aucun équipage des 2ème et 3 ème vagues n'ait eu la pudeur de ne pas lâcher son chargement alors que les effets de la 1ère vague étaient bien visibles. (évidemment, de la-haut, on ne voyait pas les détails...).

Écrit par : philistin | 15/02/2009

Il y eu même une 4ème vague dans la matinée du 15 février, mais qui se révéla être un échec total.
La chaîne Arte, si j'ai bonne mémoire, avait programmé une soirée sur la destruction de Dresde à l'occasion des 60ans de l'infâmie. Un reportage sur la reconstruction de la Frauenkirche avait été diffusé à cette occasion.
N'oublions pas non plus Hambourg, Brest, frankurt-am-Main, Rouen, Monte Cassino, Le Havre...

Écrit par : Arzhgwen | 16/02/2009

Les commentaires sont fermés.