Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2009

C’EST BEAU, LA LIBERTE

Le talent consiste aussi (et surtout pour beaucoup) à savoir palper le maximum de subventions. Ca marche même pour les théâtres dits « satiriques ».

Nous en avons un, très connu, ici à Strasbourg. Il s’appelle La Choucrouterie et son propriétaire s’appelle Roger Siffer.

 

Ce dernier est qualifié de chansonnier régionaliste, d’humoriste – maniant l’humour comme une arme -, voire d’électron « libre ».

Libre ? Je me demande comment on peut être libre dans un contexte de satire soi-disant politique - car les thèmes de la revue sont politiques - lorsqu’on se fait subventionner par:

- le Conseil régional d’Alsace

- le Conseil général du Bas-Rhin

- la Ville de Strasbourg

et cerise sur le gâteau : Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

 

D’ailleurs, ce théâtre librement et hautement satirique a un président. Pourquoi un président alors qu’il a déjà un propriétaire ? Mystère. En tout cas ce président n’est autre qu’Alain Howiller qui était jusqu’à une époque relativement récente … rédacteur en chef des DNA, justement.

 

Mais bon, je parie que Roger ne doit pas trop souffrir, finalement. Ses généreux contributeurs sont compréhensifs. Ils casquent parce que le bon peuple a besoin de quelques soupapes. Ils veulent bien se faire égratigner parce que ça fait partie de la règle du jeu, mais ils restent avant tout des copains. Et on n’est jamais trop méchant avec les copains.

 

Non, là où Roger devenait vraiment très méchant, c’est quand il fallait affronter la bête immonde, quand elle existait encore. Maintenant, évidemment, elle manque à tout le monde…

Et il était aux premières loges pour bien cogner puisque sa copine Trautmann, du temps où elle était ministre (mais si, rappelez-vous) avait inventé un Comité de vigilance contre l’extrême-droite. Dont il faisait partie, naturellement. Et avec quelle énergie ! Ah, c’était le bon temps ….

Commentaires

Roger Siffer est une des gloires "contestataires" locales avec le dessinateur anarchiste Tomi Ungerer. En clair, c'est un fidèle serviteur et haut-parleur de la pensée unique et obligatoire euro-hexagonale. Ces personnages cadrent parfaitement avec les DNA (Désolantes Niaiseries d'Alsace), qui est devenu au fil du temps l'organe attitré de tout ce que Strasbourg compte de ringauchards, c'est-à-dire pas grand monde dans cette belle province, mais du monde qui tient le haut du pavé un peu partout en Europe... jusqu'à ce que les peuples redevenus souverains le renvoient barboter dans le ruisseau d'où il n'aurait jamais dû sortir.

Écrit par : Martial | 09/02/2009

Comme il est loin le temps ou SIFFER n'appelait les DNA que " Les Dernières Poubelles d'Alsace" !

Il a échangé sa complicité avec les zélites bobo-gauchardes et caviarophiles, contre des Subventions, et des repas à l'Auberge de l'Ill ou au Crocodile...

Pas fou, le SIFFER ; il a compris d'ou viennent le vent..et les appuis !!!

De toute manière, il chante faux et avec une voix de crécelle pas huilée...(...)

Oui, SIFFER est à la langue et à la culture alsaciennes ce que
Patrick BRUEL est au chant Grégorien.

Écrit par : LOTHRINGER | 10/02/2009

Je n'ai jamais été client. Pas besoin d'être grand clerc pour se rendre compte très vite qu'à Strasbourg encore plus qu'ailleurs la culture est sous contrôle.

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 10/02/2009

Les commentaires sont fermés.