Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2009

C’EST LA JUSTICE OU LA VENGEANCE QUI SERAIT PASSEE ?

« Knobel : «Nous déplorons que le nazi Aribert Heim n’ait pas été découvert de son vivant, extradé, jugé et condamné.»

 

 

heimmmgg.jpg

 

La capture d’Aribert Heim, celui que l'on surnommait "Doctor Tod" (Docteur la Mort), responsable de l'assassinat de milliers de juifs et de résistants espagnols au camp de concentration de Mauthausen et au camp de Sachsenhausen, restait un enjeu majeur. Dernièrement, la chaîne de télévision allemande ZDF a enquêté conjointement avec le New York Times. Elle explique le 4 février 2009 sur son site Internet qu’elle a découvert que Heim avait passé près de 30 ans au Caire et que, converti à l’Islam dans les années 1980, il portait le nom de Tarek Farid Hussein. Heim serait mort en 1992.

 

Interviewé par RCF, Radio Chrétienne de France le 5 février 2009, Marc Knobel, chercheur au CRIF déclare : « Nous ne sommes pas encore en mesure de confirmer cette information. S’il s’avérait qu’Aribert Heim soit réellement mort en 1992, nous pourrons déplorer qu’il n’ait malheureusement pas été retrouvé de son vivant, extradé ou jugé. Il ne s’agit pas de vengeance, mais de justice. Lorsqu’un nazi ou un collaborateur est extradé puis jugé, ce sont des pans entiers des crimes contre l’humanité qui ont été commis sous le nazisme que nous retraçons. En ces temps de résurgence de l’antisémitisme, d’oubli, de relativisation des crimes perpétrés par les nazis ou, pis encore de négation de la Shoah, il est primordial de d’écrire et de parler de la Shoah. »

 

Aribert Heim avait disparu depuis 1962. La police allemande s'apprêtait alors à arrêter ce paisible père de famille, gynécologue à Baden-Baden. Il avait pu quitter à la hâte son domicile après avoir reçu un coup de fil d'un ami haut placé. Heim aurait été depuis aperçu en Egypte, travaillant pour la police de Nasser. En Uruguay, dans un sanctuaire d'anciens SS exfiltrés. En 1985, la police de Stuttgart croit savoir qu'il se serait réfugié en Amazonie. La chasse s'est poursuivie en Espagne, à Ibiza. En 2005, Heim était donné résident au Chili. La police criminelle du Land de Bade-Wurtemberg avait lancé la même année un nouvel avis de recherche assorti d'une récompense de 130 000 euros. En juillet 2005, l'Autriche, d'où est originaire Aribert Heim, avait promis une prime de 50 000 euros pour sa capture ».

Source: http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=13613&returnto=accueil/main&artyd=5

 

« Klarsfeld : les derniers criminels ont 90 ans, mais nous les chercherons jusqu’à leur dernier souffle

Libération publie, vendredi 6 février 2009, à la suite de l’annonce du décès en 1992 du « boucher de Mauthausen », une interview de Serge Klarsfeld, le chasseur des criminels nazis, qui s'attendait à ce qu'Aribert Heim soit déjà mort.

 

Comment réagissez-vous à l'annonce du décès d'Aribert Heim?
Je ne suis pas du tout surpris. Je pensais qu'il était mort depuis longtemps, notamment en raison de l'attitude goguenarde de son fils, qui semblait se réjouir des recherches du procureur allemand ou du centre Simon Wiesenthal. Pour lui, c'était une façon de se montrer solidaire de son père. Ce genre de recherches est très frustrant. Souvent, on débouche sur des impasses, comme avec Heim. Ou bien on retrouve des vieillards séniles, réfugiés dans des pays réticents à les extrader.

Comment Heim avait-il fui?

Il a bénéficié de complicités dans l'administration allemande. Beaucoup de criminels nazis ont mené une vie tranquille à partir de 1948 jusqu'en 1955, car la priorité était alors à la guerre froide. Les recherches ont ensuite recommencé. Mais Heim avait gagné de l'argent grâce à son emploi de médecin, il a pu prendre la fuite. C'était même facile de se dissimuler.
Heim faisait-il partie des derniers criminels nazis recherchés?

Heim n'était pas un grand criminel dans la hiérarchie des criminels nazis. Il ne faisait pas partie des maîtres d'oeuvre, comme Eichmann par exemple. Parmi les médecins nazis, il y avait des noms plus connus, comme Mengele ou Schumann. Heim était cependant le dernier criminel allemand réputé recherché. Les autres sont Croates, Hongrois, Lettons...

Y-a-t-il encore des criminels nazis en fuite?

On est dans la phase ultime des recherches. Les criminels encore en fuite ont plus de 90 ans. Mais il faut les chercher jusqu'à leur dernier souffle. C'est important et symbolique qu'il n'y ait aucune impunité. Mais aujourd'hui, on peut dire que dans l'ensemble, la justice est passée. L'essentiel des meurtriers nazis ont été jugés et condamnés.

 

Source : http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=13642&returnto=articles_display/detail&artyd=5

 

C’est important et symbolique qu’il n’y ait aucune impunité ? Oui, c’est parfaitement vrai. Raison de plus pour que les juifs commencent par balayer devant leur porte. Il ne se trouvera donc personne, au sein du Système, qui seul a le droit de s’exprimer aujourd’hui, pour leur rappeler leurs propres criminels monstrueux ? Le fait que ces derniers aient opéré sous le bolchevisme et non sous le nazisme ne les exonère en rien de leurs crimes.

 

Que la mémoire soit la même pour tous. Et pour ne parler que de ceux qui, comme Heim, rendirent leur âme au diable en ces mêmes années, rappelons juste :

 

Lazar Kaganovitch, l’Eichman soviétique, mort tranquillement dans son lit en 1991 la conscience chargée de crimes horribles. En particulier des six millions de morts de l’Holodomor.

 

Ou Gabor Peter, le chef de la police secrète de Hongrie aux belles heures du communisme triomphant. Son zèle fera disparaître, par la déportation ou l’assassinat, des dizaines de milliers de Hongrois. Ce qui n’empêchera pas ce rouage méritant du régime de se faire amnistier plus tard et de mourir lui aussi tranquillement dans son lit en 1993.

Commentaires

A l'heure où un pape acceuille en son sein un évêque négationniste il est regrettable d'avoir cette information que ce docteur de la mort ne soit pas jugé. Il y a en prison des tas de gens qui ne devraient pas y être (politique qui ne fait que du répressif) là ou l'on devrait plutot privilégier les travaux d'intêret général (d'autant que les prisons sont bien souvent un défi aux droits de l'homme). Et à l'autre bout de la chaine des grands criminels comme Heim échappent à la justice ou ont continué à bénéficier de postes honorables alors que ce qu'ils ont faient est proche de l'horreur la plus absolue.. qu'elle injustice!!

Écrit par : le guetteur | 06/02/2009

@ le guetteur (de Sion ?)
"négationiste": Révisionniste,!!! le propre de l'histoire est d'être révisée (revue ,étudiée)

Apportez une seule et unique preuve irréfutable des assassinats attribué à heim (à ce sujet consulter "l'holocauste des teigneux" en Israël)

Pouvez-vous expliquer comment il se fait que le PRINCIPAL collaborateur de Mengele (ce monstre judéophage) fut ACQUITTE lors du son procès.

Lazare Kaganovtich il était papou ou juif ?
Gabor Peter c'était un inuit ?

Écrit par : the goy | 07/02/2009

Les commentaires sont fermés.