Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2008

AU REVOIR

 

Je vais suspendre le blog pour une durée indéterminée. Je souhaite en effet entreprendre de nouvelles recherches et la tenue régulière d’un blog est trop prenante pour tout mener de front. De toute façon, les archives restent à la disposition de ceux qui voudront les consulter.

 

Je tiens à remercier du fond du cœur tous ceux qui m’ont envoyé des messages sympathiques et pris la peine d’acheter mes livres. Ce faisant, ils m’ont fait énormément plaisir et bien souvent donné l’envie, malgré tout, de continuer.

 

 

 

Anne Kling

 

 

 

26/11/2008

UN SUJET : DEUX TRAITEMENTS

A titre d’exercice de style, je vous propose deux dépêches d’agence toutes récentes, traitant du même sujet : l’éventuelle intégration de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN.

Intéressant, n’est-ce pas ?

 

AP :   « Les Etats-Unis reculent sur l'intégration de l'Ukraine et la Géorgie à l'OTAN

Les Etats-Unis soutenaient la préparation à l'intégration de la Géorgie et de l'Ukraine à l'OTAN en avril dernier, mais ils font machine arrière face à l'opposition de l'Europe et de la Russie. L'alliance avait convenu en avril que les deux pays pourraient se voir proposer l'adhésion. Mais cette offre alors supportée par Washington avait été combattue à l'époque par certains pays européens. Le secrétaire d'Etat américain Daniel Fried estime désormais que "le débat sur le plan d'intégration n'est plus aussi important qu'il l'était". D'autres moyens d'associer ces pays seront envisagés au prochain conseil des ministres des affaires étrangères de l'Organisation la semaine prochaine.»

RIA Novosti : « OTAN-Géorgie-Ukraine : l’adhésion est possible sans passer par le MAP (ambassadeur américain)

Les Etats-Unis estiment que l'intégration de l'Ukraine et de la Géorgie au Plan d'action pour l'adhésion à l'OTAN (MAP) est une question dépassée et soutiennent l'adhésion de ces deux pays sans passer par le MAP, a indiqué William Taylor, ambassadeur américain à Kiev.

"Tout le processus d'adhésion au MAP n'est probablement pas d'actualité. Il est tellement politisé et contradictoire qu'il faudrait y renoncer. D'autres voies de passage à l'étape suivante existent. La Pologne, la Hongrie et la République tchèque n'ont pas intégré le MAP mais ont adhéré à l'OTAN après avoir atteint les critères", a annoncé l'ambassadeur américain dans une interview à la radio Voix de l'Amérique en Ukraine.

"Certains pays membres de l'Alliance ont fait comprendre de façon claire et nette que l'Ukraine et la Géorgie n'intégreraient pas le MAP en décembre. Si le passage par le MAP n'est pas possible, nous allons chercher d'autres voies pour accomplir ce que souhaitent les Ukrainiens, les leaders et le gouvernement. Nous soutenons l'Ukraine. Selon nous, elle est déjà prête à intégrer l'OTAN", a fait observer William Taylor.

Le secrétariat du président ukrainien avait cependant indiqué auparavant que la situation politique dans le pays ne contribuait pas à l'intégration de l'Ukraine au MAP.

L'examen d'entrée de Kiev et Tbilissi au MAP aura lieu les 2 et 3 décembre à Bruxelles lors de la rencontre des chefs de diplomatie des 26 Etats membres de l'Alliance. »

Ce que souhaitent les Ukrainiens ? Chiche qu’on va le leur demander ! Finalement, c’est comme pour la Constitution européenne : si on n’arrive pas à passer par la porte, suffit d’entrer  par la fenêtre. Et le tour est joué.

25/11/2008

LE SCENARIO SE PRECISE ...

miliband_0726.jpg

 

Le secrétaire d’Etat britannique aux affaires étrangères est en tournée dans les Emirats unis afin « d’inviter les dirigeants arabes à être plus fermes avec l’Iran ». Petit à petit, les pièces du puzzle se mettent en place.

Oui, c’est embêtant de donner l’impression aux opinions publiques que seul le monde occidental veut absolument en découdre avec l’Iran. Elles pourraient finir par se poser certaines questions qu’il vaut mieux éviter. Tandis que si ce sont les pays arabes eux-mêmes qui sont demandeurs, ça change tout …

L’offensive a en réalité démarré au début du mois, aux alentours des 9-10 novembre : l’ambassadeur égyptien auprès de l’Union européenne avait alors déclaré : « La shoah est une chose horrible et nous devons tous éviter qu’elle se répète. (…) Aucun de nous [les arabes] ne nie la shoah. Ahmadinejad est le seul à le faire et il n’est pas arabe » .

Et la veille, lors d’une réunion pour l’anniversaire de la conférence d’Annapolis, c’étaient les « pays arabes modérés » qui s’étaient ouverts aux Etats-Unis et à l'Union européenne de leurs grosses inquiétudes concernant l'influence croissante de l'Iran au Moyen-Orient.  Par « modérés », il faut entendre ceux qui vivent des subsides de Washington : l’Egypte ou la Jordanie notamment. « Selon un participant à cet échange de vues qui souhaite garder l'anonymat, le chef de la diplomatie jordanienne a surpris par sa vigueur en soulignant que, si le dossier du nucléaire iranien était devenu un problème pour les Occidentaux, "la quête hégémonique de l'Iran" dans la région constituait depuis longtemps aux yeux des Arabes la véritable "crise". », indiquait alors la dépêche d’agence.

Il s’agit-là de déclarations d’officiels. Il serait intéressant de connaître l’état d’esprit des peuples concernés, qui ne sont peut-être pas sur la même longueur d’onde.

Toujours est-il que hier, le ministre anglais en a rajouté une couche, invitant les dirigeants arabes « à s'opposer plus clairement aux ambitions nucléaires de l'Iran et à s'impliquer dans le processus de paix ». La perspective d'un Iran doté de l'arme nucléaire serait, de son point de vue, la menace "la plus immédiate" pour la stabilité du Proche-Orient : "L'Iran doté de l'arme nucléaire représenterait un coup décisif contre ceux qui cherchent des solutions plus pacifiques et pragmatiques aux problèmes de la région (…) Une course à l'arme nucléaire serait très dangereuse. L'acquisition d'une arme nucléaire renforcerait la position régionale de Téhéran, lui donnant plus de confiance pour ses tentatives de divisions et la promotion de l'instabilité".

 

Il a parfaitement raison, Miliband. L’Iran est vraiment un danger planétaire, tout le monde s’en rend compte. Et ça fait des années que ça dure. Sans compter la mauvaise foi de ces gens-là. Imaginez-vous que devant ce discours, ils ont osé accuser Miliband … de partialité ! Parfaitement, de partialité : "Nous avons entendu les déclarations de David Miliband affirmant que l'Iran est une menace pour la région, alors qu'il n'y a aucun doute sur la très forte dépendance de Miliband des sionistes", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

 

Très forte dépendance du ministre anglais par rapport aux sionistes ? On se demande où ils sont allés chercher ça ! Certes, il est le fils du marxiste Ralph Miliband et le petit-fils de Samuel Miliband, un juif de Varsovie qui avait rejoint l’Armée rouge et repose aujourd’hui à Londres au cimetière de Highgate auprès de Karl Marx et d’autres nombreux révolutionnaires. Mais où  est le rapport ?

24/11/2008

PAUVRE OBAMA !

La magnifique victoire d’Obama – pensez donc, un type qui n’est élu au niveau national que  depuis quatre ans et se retrouve président des Etats-Unis, quel talent ! – donne des envies, et des idées, à d’autres. Pour qui douterait encore des liens particulièrement étroits qui unissent les States et Israël, voici de nouveaux exemples de collaborations fructueuses pour les deux parties : deux stratèges ayant brillamment œuvré à l’élection d’Obama ont fait le voyage de Tel Aviv pour assister le dirigeant du Likoud, Netanyahou, dans sa campagne. Il s’agit de Bill Knapp et de Josh Isay, chargés de mettre sur pied une stratégie gagnante. Ces deux spécialistes ont par le passé déjà mis leurs talents au service du sénateur du Connecticut, Joe Lieberman ainsi qu’à celui de bien d’autres politiciens américains, comme Michael Bloomberg ou Charles Schumer. Un autre parti de gauche, un nouveau, a recruté, lui, deux conseillers de McCain : David Fenton et Tom Mazzei, des spécialistes d’Internet.

 

Gagner, c’est bien. Mais le plus dur reste à faire. Obama va avoir besoin de tout son extraordinaire savoir-faire pour se sortir du guêpier moyen-oriental où il est attendu de pied ferme. Et sans délai. Même Kouchner s’en mêle, c’est tout dire. Il a tenu à avertir Obama « du danger potentiel que représenteraient des négociations directes avec l’Iran ».

 

C’est vrai, ça, des fois que ce néophyte irait se mettre en tête de discuter directement avec les Iraniens, comme il l’avait inconsidérément suggéré … Il est donc du devoir du bon docteur Kouchner – qui « assure » la diplomatie européenne jusqu’au 1er janvier 2009, vivement qu’on y soit ! – de veiller à ce que des démarches intempestives n’aillent pas se mettre en travers de projets déjà décidés. Il a donc exprimé sa vive inquiétude en ces termes: « Nous devons nous tenir à distance de toute forme de dialogue qui pourrait briser non seulement l’unité de l’occident mais également des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU (Russie, France, Royaume-Uni, Russie, Chine). »  Prions le Ciel qu’Obama n’aille pas briser « l’unité de l’occident ». Ce serait vraiment dommage.

 

Il faut reconnaître qu’il est bien encadré, Obama, et que ça devrait l’empêcher de faire trop de bêtises. Pendant la campagne pour l’investiture, la douce Hillary n’avait pas mâché ses mots, qualifiant de « totalement irresponsable et franchement naïve » l’idée obamienne d’aller discuter avec les dirigeants de pays hostiles comme l’Iran, la Syrie et Cuba.

Il ne faut pas discuter. Jamais. C’est beaucoup trop dangereux. Il faut cogner. C’est ça, la démocratie, mais il y en a qui ne comprennent jamais rien à rien.

 

Donc, Obama va avoir de quoi passer des nuits blanches et son beau sourire risque de fatiguer assez vite. Car les arabes ressortent un vieux plan de paix qui avait été proposé par l’Arabie saoudite en 2002 et soutenu à l’époque par la Ligue arabe. Ce plan demandait pour clore définitivement le conflit, qu’Israël se retire à l’intérieur de ses frontières d’avant 1967 et accepte le retour des réfugiés palestiniens. Il s’était heurté à un refus net de Sharon. En 2007, les arabes avaient assoupli leur position sur les réfugiés. Et voilà que le plan saoudien ressurgit.

 

Au hasard d’un commentaire sur Guysen à propos de ce plan, je relève ceci, assez instructif : « N’oublions pas que Barack s’appelle aussi Hussein et que, pour la première fois de l’histoire, le lobby juif n’a pas réussi à imposer son candidat, McCain évidemment, ce qui représente une défaite lourde de sens. (…) Israël a largement de quoi s’inquiéter pour l’avenir, les années de vaches maigres commencent bel et bien ! »

 

Wait and see …

 

http://www.guysen.com/articles.php?sid=8508&titre=B-O...  

http://www.guysen.com/articles.php?sid=8518&titre=B-K...

23/11/2008

Dimanche 23 novembre : TOUS A LA 2ème JOURNEE DE SYNTHESE NATIONALE !

2ème journée de la revue nationale et identitaire

 

Fin du Nouvel Ordre Mondial :

 RENAISSANCE EUROPEENNE !   

Dimanche 23 novembre 2008 

 de 11 h 00 à 18 h 00

 

Forum de Grenelle

5, rue de la Croix-Nivert 75015 Paris

Métro Cambronne

 

Avec (liste actualisée d’intervenants) par ordre alphabétique :

Pierre Descaves, ancien député, conseiller régional de Picardie, Président de France Résistance

André Gandillon, rédacteur en chef de Militant

Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale

Pieter Kerstens, chef d'entreprise

Anne Kling, écrivain

Henry Nitzche, député au Bundestag (ex CDU – Pro Deutschland)

Frédéric Pichon, président de Europae Gentes

Arnaud Raffard de Brienne, écrivain

Philippe Randa, éditeur et écrivain

Jean-Claude Rolinat, écrivain, élu local en Ile-de-France

Rüdiger Schrembs, président de Pro Munich

Robert Spieler, ancien député, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire

Nicolas Tandler, écrivain et journaliste

 

Invité d'honneur :

Filip DEWINTER,

député d'Anvers,

porte-parole du Vlaams belang

 

De nombreuses associations et organisations politiques seront présentes. Restauration rapide sur place...

 

Participation : 7,00 €

07:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2008

LES JUIFS ET LEUR AVENIR

steinsaltz_G.jpg

 

Tel est le titre du dernier livre publié par un maître du judaïsme contemporain : le rabbin Adin Steinsaltz. Ce dernier, né en 1937 à Jérusalem, est essentiellement connu pour ses monumentales traductions du Talmud. Ainsi que pour ses commentaires de ce pilier de la foi juive dont il est un connaisseur incontesté.

 

Dans ce dernier ouvrage, il s’interroge sur les questions existentielles liées à l’identité juive : Qu'est-ce qu' être juif ? Quel est le lien qui unit les juifs ? Sont-ils une nation ou une religion ?

Le commentateur qui présente le livre* rapporte qu’à cette  question centrale, le rabbin répond que « le peuple juif n’est pas à proprement parler une nation, mais une famille ». Une famille idéologique et non biologique. Cette famille, c’est la Maison de Jacob, la Maison d’Israël ».

 

Je ne m’étendrai pas sur les divers chapitres de ce livre, à l’évidence fort intéressant. Si ce n’est sur un point souligné par le commentateur et qui concerne un élément essentiel de la tradition juive : l'idée du messianisme. Il nous est expliqué que oui, il existe bien, selon Steinsaltz, « un complexe messianique juif avec une volonté renouvelée de vouloir, envers et contre tout et tous, sauver le monde, la « mission juive » qui n’est autre que le « rêve messianique » ancestral, la contribution disproportionnée des juifs à la civilisation et au progrès du monde : « Aussi bien dans les sciences naturelles que dans les sciences sociales, la littérature, les arts, la vie politique et économique de chaque nation, la contribution des juifs est surprenante ». De Marx à Einstein en passant par Freud, la chose est connue et reconnue. »

 

Dans ce petit paragraphe, il y a quand même bien des choses intéressantes qu’il convient de relever:

 

-  Tout d’abord, la volonté de vouloir, envers et contre tout, sauver le monde, la « mission juive ». Bigre, rien que ça. Sauver le monde, c’est bien beau, mais de quoi, au juste ?  Et qui leur a demandé de se charger d’un paquet pareil ? Dieu ? Qu’est-ce qu’ils en pensent, les Chinois ? Ou les Indiens ?

 

-   Et ensuite, la contribution « disproportionnée » des juifs à la civilisation et au progrès du monde.

Sans vouloir être trop mauvaise langue, s’agissant de la civilisation, des pyramides aux cathédrales en passant par l’Acropole, les non juifs ne se sont pas trop mal débrouillés non plus. Et quand au progrès du monde … les trois noms cités (toujours les mêmes, on se demande pourquoi) sont effectivement des lumières qui ont extraordinairement fait progresser l’humanité. Surtout Marx. Tous les peuples qui ont fini par réchapper du marxisme n’arrêtent pas de le remercier à genoux. Je ne discuterai pas du chapitre économique, là, effectivement ... certains en ont bien profité, c'est vrai. Mais pas tous.

 

Bon, on ne va pas épiloguer sur ce sujet qui remplirait des encyclopédies. Mieux vaut admettre que beaucoup de peuples et de cultures très divers se sont succédés et ont contribué au progrès de l’humanité, sans pour autant en parler matin, midi et soir.

 

Et quand à cette volonté affichée de sauver des gens qui ne leur ont rien demandé – surtout pour les « sauver » à la sauce marxiste – elle est même quelque peu agaçante à la longue. Et si on préfère ne pas être sauvés par le messianisme juif, nous ? 

 

*source:http://209.85.129.132/search?q=cache:mux9fNEk7I0J:sionisme.xooit.com/t12877-Les-Juifs-et-leur-avenir.htm+adin+steinsaltz+avenir+du+peuple+juif&hl=fr&ct=clnk&cd=4&gl=fr

20/11/2008

L’ETAT AU SECOURS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Moi, je suis très admirative de ce que nos dirigeants sont capables de sortir de leur chapeau pour éviter au système de sombrer. Chapeau ! Le déficit de l’Etat n’arrête pas de se creuser, mais on trouve quand même des milliards pour renflouer les banques et autres pauvres industriels.

Dernière trouvaille : un Fonds stratégique (ça ne veut pas dire grand-chose mais c’est beau) vient d’être créé pour «  conforter des entreprises ne trouvant pas sur le marché l'argent nécessaire à leur développement, et sécuriser le capital d'entreprises stratégiques ».

Et Super-Sarko, grand seigneur, met cash 20 milliards d’euros pour doter ce fonds et  passer ainsi « à l’offensive économique ».

 

Bon, on ne va pas toujours critiquer. C’est sûrement une très bonne idée, encore qu’on puisse se demander pourquoi c’est toujours quand il y a le feu au lac que les bonnes idées  apparaissent. Pour disparaître en général assez rapidement au cimetière des idées géniales trépassées.

 

Affiche_Loco_OK.jpgMais là où je m’interroge  - sans doute parce que je suis un peu bête et qu’il faut bien m’expliquer pour que je finisse par comprendre – c’est pourquoi le premier bénéficiaire de ce Fonds stratégique sera la Compagnie Daher.

Sarkozy est justement allé visiter une usine Daher, sise à Saint-Julien de Chedon, avant de faire son discours officialisant la création dudit fonds.

La Compagnie Daher est un groupe exclusivement familial qui s’est créé au XIXe siècle à Marseille dans le secteur des transports. Il est devenu un équipementier en plein essor et a fondé deux filiales : Daher Aerospace et Daher International. Tout en restant entièrement aux mains de la même famille.

Le chiffre d’affaires du groupe a évolué de 329 millions d’euros en 2004 à 610 millions d’euros (prévus) en 2008. Il ne semble pas spécialement en difficulté. Quant à son PDG, Patrick Daher, il a vu sa fortune personnelle doubler carrément de 2007 à 2008, passant de 75 millions d’euros en 2007 à 150 millions d’euros en 2008. C’est le magazine Challenge qui nous l’apprend.

fortune daher.png

Tous ces chiffres, pas trop mauvais, il faut le reconnaître, ne vont pourtant pas empêcher Daher d’empocher 85 millions d’euros d’argent public pour se développer. D’argent sortant de la poche du contribuable. Pour aller financer un groupe strictement familial, ça ne vous étonne pas, vous ?

Quelqu’un peut-il m’expliquer ? Car il y a sûrement une explication à laquelle je n’ai pas pensé.

BRAVES PETITS FRANCAIS: TOUJOURS PRETS!

070124_liban_demolitions.jpg

 

 

On a un premier ministre. Si, si. Il s'appelle François Fillon et il entame aujourd'hui une visite de deux jours au Liban. Pour préparer sa venue, il a accordé des interviews à des journaux libanais et savez-vous ce qu'il leur a promis? Je vous le donne en mille! J'en ai été si estomaquée que, quoique cela sorte un peu de nos sujets habituels, je n'ai pu résister à l'envie de vous faire partager ça.
 
Donc, il leur a promis ... que la France s'engageait à aider à la relance de l'économie libanaise! En voilà une idée qu’elle est bonne!
J'espère qu'en échange, les Libanais vont s'engager à aider à la relance de l'économie française. Sinon, c'est pas de jeu!
 
La crise, peuh, on est au-dessus de ça, nous. Fillon a réaffirmé solennellement aux Libanais qu'elle n'empêcherait nullement la France "d'honorer la promesse d'une aide de 500 millions d'euros faite en janvier 2007".
Ben, tiens. Normal, ce n'est pas l'argent qui manque en France, tout le monde le sait. Quoique les promesses ... Enfin, sur cette somme promise, le gouvernement a quand même déjà lâché 150 millions en avril dernier. Le reste devrait suivre.