Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2008

LE SCENARIO SE PRECISE ...

miliband_0726.jpg

 

Le secrétaire d’Etat britannique aux affaires étrangères est en tournée dans les Emirats unis afin « d’inviter les dirigeants arabes à être plus fermes avec l’Iran ». Petit à petit, les pièces du puzzle se mettent en place.

Oui, c’est embêtant de donner l’impression aux opinions publiques que seul le monde occidental veut absolument en découdre avec l’Iran. Elles pourraient finir par se poser certaines questions qu’il vaut mieux éviter. Tandis que si ce sont les pays arabes eux-mêmes qui sont demandeurs, ça change tout …

L’offensive a en réalité démarré au début du mois, aux alentours des 9-10 novembre : l’ambassadeur égyptien auprès de l’Union européenne avait alors déclaré : « La shoah est une chose horrible et nous devons tous éviter qu’elle se répète. (…) Aucun de nous [les arabes] ne nie la shoah. Ahmadinejad est le seul à le faire et il n’est pas arabe » .

Et la veille, lors d’une réunion pour l’anniversaire de la conférence d’Annapolis, c’étaient les « pays arabes modérés » qui s’étaient ouverts aux Etats-Unis et à l'Union européenne de leurs grosses inquiétudes concernant l'influence croissante de l'Iran au Moyen-Orient.  Par « modérés », il faut entendre ceux qui vivent des subsides de Washington : l’Egypte ou la Jordanie notamment. « Selon un participant à cet échange de vues qui souhaite garder l'anonymat, le chef de la diplomatie jordanienne a surpris par sa vigueur en soulignant que, si le dossier du nucléaire iranien était devenu un problème pour les Occidentaux, "la quête hégémonique de l'Iran" dans la région constituait depuis longtemps aux yeux des Arabes la véritable "crise". », indiquait alors la dépêche d’agence.

Il s’agit-là de déclarations d’officiels. Il serait intéressant de connaître l’état d’esprit des peuples concernés, qui ne sont peut-être pas sur la même longueur d’onde.

Toujours est-il que hier, le ministre anglais en a rajouté une couche, invitant les dirigeants arabes « à s'opposer plus clairement aux ambitions nucléaires de l'Iran et à s'impliquer dans le processus de paix ». La perspective d'un Iran doté de l'arme nucléaire serait, de son point de vue, la menace "la plus immédiate" pour la stabilité du Proche-Orient : "L'Iran doté de l'arme nucléaire représenterait un coup décisif contre ceux qui cherchent des solutions plus pacifiques et pragmatiques aux problèmes de la région (…) Une course à l'arme nucléaire serait très dangereuse. L'acquisition d'une arme nucléaire renforcerait la position régionale de Téhéran, lui donnant plus de confiance pour ses tentatives de divisions et la promotion de l'instabilité".

 

Il a parfaitement raison, Miliband. L’Iran est vraiment un danger planétaire, tout le monde s’en rend compte. Et ça fait des années que ça dure. Sans compter la mauvaise foi de ces gens-là. Imaginez-vous que devant ce discours, ils ont osé accuser Miliband … de partialité ! Parfaitement, de partialité : "Nous avons entendu les déclarations de David Miliband affirmant que l'Iran est une menace pour la région, alors qu'il n'y a aucun doute sur la très forte dépendance de Miliband des sionistes", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

 

Très forte dépendance du ministre anglais par rapport aux sionistes ? On se demande où ils sont allés chercher ça ! Certes, il est le fils du marxiste Ralph Miliband et le petit-fils de Samuel Miliband, un juif de Varsovie qui avait rejoint l’Armée rouge et repose aujourd’hui à Londres au cimetière de Highgate auprès de Karl Marx et d’autres nombreux révolutionnaires. Mais où  est le rapport ?

Commentaires

Diviser pour régner est un classique de la politique anglaise qui ne leur a pas mal réussi jusqu'à récemment encore. Apparemment les conseillers israeliens du gouvernement américain, qui sont des gens très cultivés, ont invité leurs élèves à revoir les classiques dans le contexte actuel.

Écrit par : philistin | 25/11/2008

Ouaip !! Ici aux É.-U., ça repart. Les Grands Médias (NYT, WP, WT, LAT, Fox, ABC, NBS, CBS, ... und so weite) qui sont tous
soit pour/contre, soit contre/pour, BUSH-BAMA, commencent à
laisser tomber des perles qui rappellent (rime) les racontars sur
les ADM de Saddam (Hussein) [pas Barak (Hussein)]. On sait ce
que ça a donné!

Donc, en plus des fantaisies d'usage, on accuse l'Iran d'avoir
'facilité' le transit sur son territoire des méchants qui allaient
culbuté (version officielle) le WTC. Plus mécréant que ça, tu
meurs !! Ben tiens, justement.

Donc, ces Perses, honnis depuis Éschyle, (il savait lui, les AMD
et les centrales nucléaires, il s'y connaîssait) ces dramaturges,
tous un peu physiciens, depuis le temps. Mais cà, c'est la goutte! Pensez-yb un peu, ... surtout que ... ce "causus belli" sera un outil parfait pour recimenter l'unité nationale qui souffre de la crise économique. Faut surtout que le bon peuple pense à autre chose; c'est de bonne guerre.

Claude Jodoin Ing.,
Amérique Française

Écrit par : Claude Jodoin | 27/11/2008

Les commentaires sont fermés.