Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2008

LES JUIFS ET LEUR AVENIR

steinsaltz_G.jpg

 

Tel est le titre du dernier livre publié par un maître du judaïsme contemporain : le rabbin Adin Steinsaltz. Ce dernier, né en 1937 à Jérusalem, est essentiellement connu pour ses monumentales traductions du Talmud. Ainsi que pour ses commentaires de ce pilier de la foi juive dont il est un connaisseur incontesté.

 

Dans ce dernier ouvrage, il s’interroge sur les questions existentielles liées à l’identité juive : Qu'est-ce qu' être juif ? Quel est le lien qui unit les juifs ? Sont-ils une nation ou une religion ?

Le commentateur qui présente le livre* rapporte qu’à cette  question centrale, le rabbin répond que « le peuple juif n’est pas à proprement parler une nation, mais une famille ». Une famille idéologique et non biologique. Cette famille, c’est la Maison de Jacob, la Maison d’Israël ».

 

Je ne m’étendrai pas sur les divers chapitres de ce livre, à l’évidence fort intéressant. Si ce n’est sur un point souligné par le commentateur et qui concerne un élément essentiel de la tradition juive : l'idée du messianisme. Il nous est expliqué que oui, il existe bien, selon Steinsaltz, « un complexe messianique juif avec une volonté renouvelée de vouloir, envers et contre tout et tous, sauver le monde, la « mission juive » qui n’est autre que le « rêve messianique » ancestral, la contribution disproportionnée des juifs à la civilisation et au progrès du monde : « Aussi bien dans les sciences naturelles que dans les sciences sociales, la littérature, les arts, la vie politique et économique de chaque nation, la contribution des juifs est surprenante ». De Marx à Einstein en passant par Freud, la chose est connue et reconnue. »

 

Dans ce petit paragraphe, il y a quand même bien des choses intéressantes qu’il convient de relever:

 

-  Tout d’abord, la volonté de vouloir, envers et contre tout, sauver le monde, la « mission juive ». Bigre, rien que ça. Sauver le monde, c’est bien beau, mais de quoi, au juste ?  Et qui leur a demandé de se charger d’un paquet pareil ? Dieu ? Qu’est-ce qu’ils en pensent, les Chinois ? Ou les Indiens ?

 

-   Et ensuite, la contribution « disproportionnée » des juifs à la civilisation et au progrès du monde.

Sans vouloir être trop mauvaise langue, s’agissant de la civilisation, des pyramides aux cathédrales en passant par l’Acropole, les non juifs ne se sont pas trop mal débrouillés non plus. Et quand au progrès du monde … les trois noms cités (toujours les mêmes, on se demande pourquoi) sont effectivement des lumières qui ont extraordinairement fait progresser l’humanité. Surtout Marx. Tous les peuples qui ont fini par réchapper du marxisme n’arrêtent pas de le remercier à genoux. Je ne discuterai pas du chapitre économique, là, effectivement ... certains en ont bien profité, c'est vrai. Mais pas tous.

 

Bon, on ne va pas épiloguer sur ce sujet qui remplirait des encyclopédies. Mieux vaut admettre que beaucoup de peuples et de cultures très divers se sont succédés et ont contribué au progrès de l’humanité, sans pour autant en parler matin, midi et soir.

 

Et quand à cette volonté affichée de sauver des gens qui ne leur ont rien demandé – surtout pour les « sauver » à la sauce marxiste – elle est même quelque peu agaçante à la longue. Et si on préfère ne pas être sauvés par le messianisme juif, nous ? 

 

*source:http://209.85.129.132/search?q=cache:mux9fNEk7I0J:sionisme.xooit.com/t12877-Les-Juifs-et-leur-avenir.htm+adin+steinsaltz+avenir+du+peuple+juif&hl=fr&ct=clnk&cd=4&gl=fr

Commentaires

Jacques Attali se posait également la question de l'avenir des juifs récemment dans un discours intitulé "Les Juifs au XXIème siècle, un avenir incertain" Vidéo disponible ici : http://www.akadem.org/sommaire/themes/liturgie/11/2/module_2283.php?chapitre_courant=1
ou sur Youtube :
http://fr.youtube.com/watch?v=T2DQ22dShVI
Texte (1ère partie) :
http://www.toofiles.com/fr/oip/documents/txt/attali_discours1arepartie.html
Il est effectivement question du "génie juif" (allusion aux prix nobel), également des Chinois et des Indiens, mais on n'entend pas parler des Européens. Il semblerait que leur destin et leur histoire se confondent avec celui des juifs.

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 22/11/2008

"Aussi bien dans les sciences naturelles que dans les sciences sociales, la littérature, les arts, la vie politique et économique de chaque nation, la contribution des juifs est surprenante".
Cette assertion n'est vraie que pour les Juifs en milieu chrétien, c'est-à-dire en gros ashkenaze, et uniquement à partir du milieu du 19e siècle, dès que la législation leur a permis d'étudier et de travailler sans restrictions.
En revanche, la contribution des Juifs au monde arabo-musulman est quasi-nulle, par exemple dans l'Empire Ottoman, car l'Islam impose aux non-musulmans des restrictions qui les confine à des métiers particuliers et leur limite l'accès aux fonctions éminentes.
Sauf évidemment la période coloniale anglo-française, où les facilités offertes à l'épanouissement des juif ont sombré dès le début du nationalisme arabe, et une situation extraordinaire, celle de l'Algérie et du décret Crémieux, qui doit vous faire hurler de rage.

Écrit par : klodwain | 23/11/2008

C'est plutôt une réponse à klodwain qu'un commentaire: je ne sais pas qui est le "vous" qui est censé hurler de rage à propos du décret Crémieux, mais il est vrai que ce décret était profondément insultant pour les Arabes car on ne voit pas en quoi les Juifs d'Algérie étaient plus "français" que les Arabes. Ce texte désastreux portait en germe l'impossibilté de réaliser l'Algérie française. Ce n'est pas de la rage qu'il m'inspire mais de la tristesse devant la sottise des Français de l'époque et le racisme authentique des promoteurs dudit décret.

Écrit par : philistin | 25/11/2008

Les commentaires sont fermés.