Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2008

L’ETAT AU SECOURS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Moi, je suis très admirative de ce que nos dirigeants sont capables de sortir de leur chapeau pour éviter au système de sombrer. Chapeau ! Le déficit de l’Etat n’arrête pas de se creuser, mais on trouve quand même des milliards pour renflouer les banques et autres pauvres industriels.

Dernière trouvaille : un Fonds stratégique (ça ne veut pas dire grand-chose mais c’est beau) vient d’être créé pour «  conforter des entreprises ne trouvant pas sur le marché l'argent nécessaire à leur développement, et sécuriser le capital d'entreprises stratégiques ».

Et Super-Sarko, grand seigneur, met cash 20 milliards d’euros pour doter ce fonds et  passer ainsi « à l’offensive économique ».

 

Bon, on ne va pas toujours critiquer. C’est sûrement une très bonne idée, encore qu’on puisse se demander pourquoi c’est toujours quand il y a le feu au lac que les bonnes idées  apparaissent. Pour disparaître en général assez rapidement au cimetière des idées géniales trépassées.

 

Affiche_Loco_OK.jpgMais là où je m’interroge  - sans doute parce que je suis un peu bête et qu’il faut bien m’expliquer pour que je finisse par comprendre – c’est pourquoi le premier bénéficiaire de ce Fonds stratégique sera la Compagnie Daher.

Sarkozy est justement allé visiter une usine Daher, sise à Saint-Julien de Chedon, avant de faire son discours officialisant la création dudit fonds.

La Compagnie Daher est un groupe exclusivement familial qui s’est créé au XIXe siècle à Marseille dans le secteur des transports. Il est devenu un équipementier en plein essor et a fondé deux filiales : Daher Aerospace et Daher International. Tout en restant entièrement aux mains de la même famille.

Le chiffre d’affaires du groupe a évolué de 329 millions d’euros en 2004 à 610 millions d’euros (prévus) en 2008. Il ne semble pas spécialement en difficulté. Quant à son PDG, Patrick Daher, il a vu sa fortune personnelle doubler carrément de 2007 à 2008, passant de 75 millions d’euros en 2007 à 150 millions d’euros en 2008. C’est le magazine Challenge qui nous l’apprend.

fortune daher.png

Tous ces chiffres, pas trop mauvais, il faut le reconnaître, ne vont pourtant pas empêcher Daher d’empocher 85 millions d’euros d’argent public pour se développer. D’argent sortant de la poche du contribuable. Pour aller financer un groupe strictement familial, ça ne vous étonne pas, vous ?

Quelqu’un peut-il m’expliquer ? Car il y a sûrement une explication à laquelle je n’ai pas pensé.

Commentaires

peut-être un cousin de Darty ?

Écrit par : Paul-Emic | 20/11/2008

et pendant ce temps là, je connais une érmiste avec 1 enfant, qui pour vaoir travaillé 3 mois, ne touche plus que 170 euros pendant 3 mois.

Pour le RSA, les caisses de naboléon étaient vides

Écrit par : JULIEN | 21/11/2008

Madame,

en effet le fond souverain vient d'entrer dans le capital de DAHER. Cela n'est pas un cadeau mais une prise de part !
Le groupe connait un fort développement depuis certaines années et il se porte bien, mais dernièrement l'intégration de Socata (filiale d'EADS) a bloqué certains investissements. Cet apport de capital est là pour permettre de maintenir le niveau de développement du groupe sur les autres secteurs.
Sachez que DAHER se développe à l'étranger mais que la majorité des installations sont en France avec des salariés français !

Concernant son dirigeant, étant actionnaire majoritaire à titre personnel du groupe, si le groupe se développe, il est logique que son patrimoine suive.

Cette société investie et créée des outils industriels, ce n'est pas une consommatrice de fonds publics.
Pour une fois où il n’y a pas de fonds d’investissements derrière.

Donc moi je dis merci à notre Président de faire confiance et d’encourager de telles sociétés !

Cordialement

Écrit par : JMV | 30/06/2009

Les commentaires sont fermés.