Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2008

C’EST BEAU COMME L’ANTIQUE

Ah comme je regrette d’avoir été si mauvaise langue à propos d’un président que le monde entier nous envie ! Après les prix si mérités qu’il a reçus le mois dernier à New York, saluant en lui un homme aux dimensions quasi supraterrestres, voilà qu’il en reçoit un nouveau ici même, dans ce beau pays !

Et pas n’importe quel prix. Vous êtes bien assis, j’espère : il a reçu le prix du courage politique ! Parfaitement. Il s’agissait de récompenser le courage dont il a fait preuve par la pensée et par l’action.

 

Cette distinction, comme vous pouvez vous en douter, n’est pas décernée non plus par n’importe qui, mais par une revue qui se définit modestement en ces termes :  « la plus influente publication francophone consacrée aux questions internationales. Nos lecteurs ? Les principaux décideurs de la planète. Nos auteurs ? Tous les chefs d'État et de gouvernement qui font l'actualité, et les experts qui la décryptent. »

Alors, hein ! Cette revue s’appelle Politique Internationale et son directeur, lui, s’appelle – il est défendu de rigoler – Patrick Wajsman. Qui est également  - entre autres nombreuses fonctions – conseiller éditorial du président du groupe Figaro et responsable des affaires internationales de l’UMP, avec le titre de « Conseiller spécial pour les Relations Internationales ».

Nicolas Sarkozy ne se sentait plus de joie en recevant ce prix si mérité et du coup, il s’est un peu lâché. Il a fait preuve d’un immense courage politique en critiquant très méchamment Bush – maintenant qu’il est dans les choux, on peut. Mais bref, lisez plutôt la dépêche de l’agence AP, elle est très rigolote :

« Nicolas Sarkozy a critiqué jeudi l'attitude du président américain George W. Bush cet été face au confit en Géorgie, lors de la remise du Prix du Courage politique par la revue "Politique internationale".

"Qui a défendu les droits de l'Homme? Est-ce que c'est le président des Etats-Unis qui disait: 'Attention! C'est inadmissible!" ou "est-ce que c'est la France qui a maintenu le dialogue?", a-t-il lancé. "Nous y avons été avec (le ministre des Affaires étrangères) Bernard Kouchner (...) et un mois après, la guerre avait cessé".

Libération d'Ingrid Betancourt, des infirmières bulgares détenues en Libye, cessez-le-feu en Georgie, pacification au Liban: autant de succès que s'est longuement attribués jeudi Nicolas Sarkozy.

Il a ainsi rappelé qu'il avait invité le président syrien Bachar el-Assad à Paris le 14 juillet malgré les critiques. "Si on n'avait pas pris le risque de la paix et des droits des Libanais à vivre libres en invitant Bachar el-Assad, ce serait toujours la guerre au Liban", a lâché Nicolas Sarkozy.

Il s'est par ailleurs justifié sur le tapis rouge déroulé au leader libyen Moammar Kadhafi. "J'avais promis pendant la campagne électorale qu'on libérerait les infirmières (bulgares détenues en Libye). C'est la France qui les a libérées", a-t-il affirmé.

Quant à l'ex-otage franco-colombienne détenue par les FARC, "est-ce qu'il y avait une chance de la sortir si la France n'avait pas fait d'Ingrid Betancourt un objectif central de sa politique? Aucune!", a-t-il asséné. Pour cela, "j'ai dû recevoir le président Chavez. Original... » AP

On en a une de ces chances, je ne vous dis que ça. Encore que parfois, je me demande si nous non plus, pauvres Français si nuls, nous ne mériterions pas un prix spécial. Que voulez-vous, c’est si difficile à supporter, le voisinage des génies !

Commentaires

Rien de nouveau dans ce domaine: chez nous en Pologne, depuis a peu pres 20 ans, memes 25-30 personnes recoivent et donnent des prix et des statuettes differentes ayant les noms de plus en plus cons. Un veritable circle hermetique d'entre-adoration. C'est comme ca que sont crees et maintenues les "elites" dans toute l'Europe centrale. Faut-il ajouter que 70% d'entre eux sont par hasard des juifs ou ont un casus pascudensus d'avoir co-opere avec le KGB polonais jusqu'au 1989? Geremek, Kwasniewski, Mazowiecki, Michnik, les ecrivains, les "autorites" academiques, les intellos, les journalistes...

Écrit par : Maciej | 13/11/2008

Ah, je vous le dis, mes bien chers frères et soeurs, nous ne connaissons pas notre chance, et nous ne la méritons donc pas, nous à qui a été donné le privilège indu d'avoir LE PLUS GRAND PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANçAISE DU MONDE !! Et sincère, avc ça, not' Président ! Une seule parole, et en plus, il la tient !... Faudrait être de bien mauvaise foi pour dire le contraire ! C'est-y pas beau, peut-être, une telle HONNÊTETÉ INTELLECTUELLE ET POLITIQUE ?Tenez, j'en ai les larmes aux yeux rien que d'y penser, et j'en ai plus qu'assez des injustes sarcasmes qu'on lit sur ce site comme sur d'autres ! C'est décidé : je vais faire une retraite RÉPUBLICAINE, n'importe où, pourvu qu'il y ait le sigle UMP à la porte.

Écrit par : Martial | 13/11/2008

Les commentaires sont fermés.