Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2008

PETITE GALERIE D’ORIGINAUX

7.  NATHAN LEOPOLD et RICHARD LOEB

 

Ces deux-là ne sont pas vraiment à leur place dans cette galerie d’originaux dont la plupart  sont quand même plutôt sympa. Eux ne le sont pas du tout, sympa. Ce sont d’ignobles assassins. Mais comme leur crime est d’un genre assez particulier, ils sont repêchés dans la série.

 

corde.jpgVous souvenez-vous du film d’Hitchcock, La Corde ? (The Rope). Deux étudiants snobinards et persuadés de leur absolue supériorité veulent s’offrir des sensations inédites : ils étranglent  pour le plaisir un condisciple, placent son corps dans un coffre sur lequel ils installent les plats qui seront dégustés lors d’une réception à laquelle participent, raffinement supplémentaire, les parents du sacrifié. Mais Hitch veille : les assassins finiront mal la soirée …

 

Eh bien, c'est un fait divers particulièrement sordide, qui avait eu un grand retentissement aux USA, qui a inspiré le film.

 

Nous sommes à Chicago en 1924. Deux étudiants issus d’un milieu juif très aisé, Nathan Leopold et Richard Loeb, amis et même un peu plus, ont lu Nietzsche avec énormément d’intérêt et en ont tiré certaines conclusions. Celle-ci, notamment : les surhommes - comme eux - peuvent tout se permettre. Ne sont-ils pas infiniment plus intelligents que leur entourage et bien sûr, que la police, tellement stupide comme chacun sait ? Souhaitant se prouver la chose à eux-mêmes et s’offrir des sensations fortes, ils décident de commettre ensemble un crime gratuit et parfait.

 

Ils commencent par quelques menus larcins, histoire de se faire la main, puis se lancent le 21 mai 1924. La victime froidement choisie est un jeune voisin de 14 ans qu’ils frappent à coups de burin avant de l’achever en l’étouffant. Pour rendre l’identification du corps plus difficile, ils le brûlent à l’acide puis vont le cacher sous un pont.

Comme ils sont très intelligents, du moins de leur point de vue, ils demandent une rançon afin d’égarer les soupçons.

 

loeb.jpgHélas, rien ne va se passer comme prévu pour nos surdoués. Le corps est très vite retrouvé, ainsi qu’une paire de lunettes malencontreusement oubliée. Et pour finir, ils sont confondus par une vulgaire machine à écrire, celle qui a servi à la demande de rançon.

Interrogés par la police, les deux surhommes s’effondrent et crachent le morceau, tout en s’accusant l’un l’autre des coups mortels.

 

Le procès fera sensation. Les accusés vont échapper à la peine de mort en raison de leur âge tendre, si l’on peut oser l’expression : 19 et 18 ans. Ils seront condamnés à la prison à vie. Richard Loeb va être assassiné à son tour par un codétenu en 1936. Nathan Leopold obtiendra une liberté conditionnelle en 1958, après 33 ans de prison.

 

 

En tout cas, tous deux  auront eu amplement le temps de méditer sur quelques failles dans la théorie du surhomme ….

Les commentaires sont fermés.