Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2008

UN BILAN EN DEMI-TEINTE

bctoaxee.gif

La semaine dernière, à la veille des fêtes, l'Agence juive - organisation chargée de l'immigration vers Israël - a publié ses statistiques annuelles sur l'état de la population juive dans le monde. 

Le rapport, qui se base sur les recherches effectuées par une autorité en la matière, le professeur Sergio della Pergola, de l’Université Hébraïque de Jérusalem, fait état avec satisfaction de 13,3 millions de juifs vivant à l’heure actuelle, contre 13,2 millions l’an dernier à la même époque.

Ce chiffre en légère hausse recouvre une répartition qui a un peu bougé. Ainsi, en 2008, l’Etat hébreu a accueilli 70 000 immigrants venus de la diaspora. Un chiffre important, en cette année anniversaire, si l’on considère que les années précédentes étaient nettement à la baisse. 2007 fut même la pire année depuis longtemps en matière d’alyah (nom donné à l’immigration des juifs vers Israël). Toutes les alyah avaient sensiblement décru, sauf la française qui, bon an, mal an, s’est toujours maintenue aux environs de 2 600 à 3 000 olims annuels.

 

 

AlyahLyon1280x980.gif

 

La conséquence logique de cette « montée » vers Israël en 2008 est que la population en diaspora a légèrement diminué. Quoique cette diminution – et c’est là le drame – doive en réalité plus à l’assimilation, « véritable menace pour le peuple juif » selon les dires du président de l’Agence juive, qu’à l’alyah.

 

Israël reste la plus large communauté juive, suivi des Etats-Unis où vivent 5,3 millions de juifs (sur une population totale de  305 millions d’habitants). 

Ensuite viennent la France, avec une communauté forte de 490 000 personnes, puis le Canada (375 000), l’Angleterre (295 000), la Russie (215 000), l’Argentine (183 000), l’Allemagne (120 000), l’Australie (107 000) et le Brésil (96 000).

Les calculs du professeur della Pergola ont dû être soignés puisqu’il a même répertorié une communauté en Afghanistan forte … d’une seule personne.

 

Le Bureau israélien des Statistiques a lui aussi publié ses résultats à la veille des fêtes. Il  a établi le chiffre actuel de 7 243 600 habitants dans le pays, soit une augmentation de 1,8% par rapport à 2006. Sur ce total, 75,6% sont juifs (environ 5,5 millions), 20% arabes et 4,4% divers.

 

151 679 bébés ont vu le jour en 2007, soit une progression de 2,4%. Nul doute que les Israéliens n’aient manifesté – ainsi que nous sommes instamment priés de le faire en France – une grande joie d’apprendre que la fécondité des femmes arabes était de 30% supérieure à la moyenne du pays.

 

Cette forte croissance démographique arabe n’est pas sans inquiéter fortement les dirigeants israéliens. Toutes les projections indiquent que d’ici une vingtaine d’années, la population arabe d’Israël aura atteint les 30% de la population. Qu’en sera-t-il alors du projet sioniste ? Une perspective qui donne la migraine aux responsables politiques.

 

Même si l’alyah mettait les bouchées doubles, et même triples, comment compenser ? Après les juifs russes – dont bon nombre sont retournés en Russie – l’Agence juive essaie à l’heure actuelle de séduire par tous les moyens les juifs américains. Elle a mis sur pied un certain nombre de programmes à cet effet, surtout en direction des jeunes. Chaque semestre, quelque 10 000 jeunes juifs américains partent étudier dans une université israélienne. L’espoir étant qu’un certain nombre décident de rester.

 

Et des milliers de jeunes Israéliens, appelés « émissaires » sont régulièrement envoyés en camp d’été aux Etats-Unis pour faire la promotion de leur beau pays.

14:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : agence, juive, alyah, israel, kling

Commentaires

"Et des milliers de jeunes Israéliens, appelés « émissaires » sont régulièrement envoyés en camp d’été aux Etats-Unis pour faire la promotion de leur beau pays."

--> Mieux vaut les envoyer aux USA quand ils sont vraiment tout jeunes ; sinon, ils décideront d'y rester.

Écrit par : Nominoé | 06/10/2008

Les commentaires sont fermés.