Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2008

LA FETE A GUY

Moi, l’ « affaire Siné », je la trouve drôlement instructive. Ce psychodrame dans un bocal avec ses flèches tirées dans tous les sens par des gens en principe de la même paroisse, il faut reconnaître que c’est un drôle de cadeau. Car forcément, quand on tire sans sommation en voulant se montrer plus percutant que le voisin, on finit par raconter un tas de bêtises. Des bêtises qui laissent des traces écrites et qui ne sont pas tombées dans l’oreille de sourds, pas vrai ?

 

Si vous avez envie d’en savoir (encore) un peu plus sur ce passionnant règlement de comptes entre gauchistes du système (pléonasme) et de vous marrer, allez sur www.gloupgloup.be . Vous y trouverez à peu près tout ce qui s’est dit, écrit, pensé - enfin, quand je dis pensé … - sur ce puissant révélateur.

 

Vous entendrez Siné gémir et en appeler à la liberté de la presse ! La liberté de la presse ! A mourir de rire. C’est fou ce que ces gens-là adorent la liberté quand il s’agit de défendre leurs opinions à eux. Parce que, quand il s’agit de celles des autres…

 

Vous y lirez des plumes tout ce qu’il y a d’autorisé nous rappeler doctement que faire le lien entre les juifs, l’argent et le pouvoir, c’est antisémite. Ainsi, le directeur de Libé : « Les défenseurs de Siné clament que son texte n’a rien d’antisémite. Je tiens qu’il l’est : tout est là, l’association du juif, de l’argent et du pouvoir dans une phrase qui stigmatise l’arrivisme d’un individu (il s’allie à une juive riche pour parvenir) fait partie des clichés les plus classiques de cette littérature. Voilà mon raisonnement. Il existe de nombreux livres sur la question, les pétitionnaires peuvent s’y reporter avec profit. » 

 

Justement, peut-être que les pétitionnaires se sont reportés – avec profit – au bouquin d’Attali intitulé Les juifs, le monde et l’argent. Il y est dit, notamment, que le peuple juif a « un rapport tellement privilégié à l'argent qu'on pourrait parfaitement restituer son devenir à partir de ce seul fil directeur. » Encore un antisémite. Ah, je vous jure, à qui se fier ! 

 

bedos.png

 

 

Mais ce qui m’a fait le plus rigoler, c’est ce que Bedos s’est pris sur le coin de la figure de la part de ses ex petits copains pas d'accord avec lui sur ce coup-là (il a eu le malheur de soutenir l'"antisémite"). Là, je dois dire que nous, on n’aurait jamais osé… Mais eux, si. Alors, ça donne :

« Bedos, ce brave type indigné qui sautille de bonne cause en bonne cause, ce prophète souffrant du “plus-jamais-ça” qui cumule avec aplomb les doux privilèges de l’appartenance à l’establishment et les bénéfices symboliques de la résistance à un fantasmatique oppresseur !

… le spécialiste incontesté de la bonne conscience, “le barde du politiquement correct de gauche”… l’antifasciste éternel … Bedos est une grande conscience. Il ne fait pas dans le détail … Il y a quelques années, il aurait suffi d’une mauvaise blague, bien plus innocente encore que celles de Siné, pour que Guy Bedos s’époumone entre Bastille et République contre le retour de la bête immonde … “Avec certaines choses, on ne plaisante pas”, aurait déclaré Bedos, la voix grave et l’œil mouillé. Aujourd’hui, il mouille sa chemise pour qu’on ait le droit de déconner sur tout. Fort bien. Tant qu’on n’est pas forcés de rire. »

Etc, etc.

 

Ah, il est bien loin, le bon vieux temps - fin avril 2002 - où tout ce beau monde bras dessus bras dessous partait fièrement casser de la bête immonde et restaurer la démocratie menacée !  Six ans, un siècle !

 

Pour terminer la fête à Guy en feu d’artifice, allez vite voir :http://www.lorgane.com/index.php?action=article&numero=651  Vous ne serez pas déçus.

 

Un dernier mot pour finir : sans vouloir faire de peine à tous ces enragés de la pétition pro et anti, il faut quand même qu’ils sachent que la France profonde se contrefiche royalement de toutes ces péripéties dans un verre à dent. J’ai eu la curiosité de demander à mon mari ce qu’il pensait de l’affaire Siné. Il m’a répondu, le plus sincèrement  du monde : « C’est quoi, ça ? ».

Alors, faut relativiser, comme toujours dans la vie.

 

09:14 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : siné, bedos, kling

Commentaires

hé ouais, franchement on vit dans une époque tellement pitoyable et je vous avoue d'avoir l'impression parfois d'être dans ce monde à une asile de fou. Que peut on faire quand chaque jour on est en face de toutes sortes de gens ( à la télé, travail, rencontres publiques, .... ) ayant une régression de l'esprit critique ( sous l'influence d'une liberté dirigée ) et même du raisonnement tout court, à tel point que je me demande si nous ne sommes pas dans un maboulisme ambiant.

Écrit par : OlivierV | 16/08/2008

Dieu sait que les identaires n'ont pas souvent l'occasion de rire. C'est dire que je profite de l'instant présent. Reste à savoir quel sera l'impact sur la gigantesque population des veaux.

Écrit par : l'Eurasien | 16/08/2008

Excellent billet d'humeur.

Écrit par : Yann | 28/08/2008

@ olivier:


vous avez effectivement raison sur tous les points, tant sur le constat que sur l'hypothèse finale.

quant à comprendre l'origine de la pathologie, je vous conseille vivement les ouvrages ainsi que le site internet d'un certain M. Hervé RYSSEN.

Écrit par : rachid | 04/09/2008

Les commentaires sont fermés.