Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2008

ET UN PETIT COUP DE REPENTANCE, UN ...

1247582820.jpg"La désinformation autour de l’esclavage

Parmi les grands sujets chers aux tenants de la repentance systématique, l'esclavage tient une place de choix. Il s'agit exclusivement, bien entendu, de l'esclavage des Africains par les Blancs. La vulgate qui veut que les méchants Blancs aient, et eux seuls, pratiqué l'esclavage sur les gentils Africains est, n'en déplaise à ses zélateurs, fort éloignée de la réalité.

La désinformation autour de l'esclavage, publié en 2006 par Arnaud Raffard de Brienne remet énergiquement les idées à l'endroit. Voici ce qu'en dit la quatrième de couverture :

"Ce petit livre n'a d'autre ambition que de replacer les traites esclavagistes occidentales, dites aussi transatlantiques ou triangulaires, à leur juste place. Pour ce faire, il n'est bien entendu pas question de minimiser et encore moins de justifier les pratiques esclavagistes de nos aïeux, mais nous n'avons pas vocation à nous frapper seuls la poitrine et si repentance il doit y avoir, nous invitons les nations qui furent pionnières de cet odieux trafic et le pratiquèrent sur une plus grande échelle et plus tardivement que nous, à nous rejoindre."

L'ouvrage évoque notamment les traites arabo-musulmanes, numériquement les plus importantes de tous les temps, l'esclavage des Africains par les Africains, antérieur de mille ans aux traites européennes, le grand silence sur la traite des Blancs, qui concerna plus d'un million de malheureux et quelques autres sujets qui fâchent l'intelligentsia.

A lire et à mettre entre toutes les mains, d'autant plus que le 10 mai précisément, c'est-à-dire aujourd'hui, la France commémore l'esclavage, comme chaque année depuis 2005. Cette manifestation publique de repentance est la conséquence directe de la loi Taubira, adoptée le 10 mai 2001, reconnaissant l'esclavage comme crime contre l'humanité. On y rappellera, plus ou moins insidieusement, combien l'Européen et le Blanc en général est foncièrement mauvais."

Commentaires

On ne peut plus esclavagiser l'homme noir, alors on essaie d'esclavagiser l'homme blanc. Ainsi les fils et petit-fils d'ouvriers ou de paysans blancs exploités par les capitalistes sont en plus coupables de crimes d'esclavage, et doivent payer pour les noirs. Une certaine caste (à laquelle appartenaient d'ailleurs les vrais esclavagistes) s'occupe des transactions et prélève son pourcentage, cela s'appelle "subventions pour une association reconnue d'utilité publique", et l'argent des blancs s'appelle "l'argent de l'État".
Une petite vidéo de Dieudonné :
http://www.dailymotion.com/video/x3cbd5_dieudonne-les-juifs-negriers
Un lien bien documenté :
http://www.africamaat.com/Les-Juifs-et-l-esclavage-des-Noirs,618?artsuite=0

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 10/05/2008

Bonjour,
je vous ai envoyé un article et il me semble avoir de l'intérêt dans celui-ci mais j'ai plutôt l'impression que votre blog se limite à des personnes qui vous convient ( c'est à dire à votre goût ) et d'autres, peut être comme moi, vous écartez systèmatiquement pour quelle raison je n'en sais rien. Il me semble que l'article que j'ai écris, est un complément d'information, surtout Israel et la traite des Blanches.

Écrit par : Olivier V | 11/05/2008

je réponds ceci à Olivier V:
je n'écarte systématiquement personne. je demande simplement à mes correspondants - outre d'employer un français clair - de comprendre que je suis responsable de leurs propos et que je ne souhaite pas, chaque fois que je me trouve face à des propos plus ou moins limites, rester là à me demander si oui ou non, ça passe ou ça casse. donc, dans ces cas-là, je zappe
sans rancune?

Écrit par : anne kling | 12/05/2008

On ne rappellera jamais assez que la dame Taubira - outre qu'elle arbore sa race plurielle comme d'autres arborent la cravate de la légion d'honneur - est avant tout une marxiste grand teint, donc une salisseuse compulsive de tout ce qui est occidental. L'Occidental, voilà l'ennemi, le pelé, le galeux, celui qu'on ne diffamera jamais assez, qu'on ne chargera jamais assez de toutes les ignominies de tous les temps. En gros, l'Occidental archétypique est masculin, blanc, européen et "bourge", donc "de droite". Si, en prime, il est chrétien, voire (circonstance aggravante) catholique, taïaut, taïaut, haro sur l'increvable baudet !!!!

Le mois de mai (mois de Marie !) est devenu celui de toutes les repentances à la mors-moi l'astragale : celle - le 1er mai - des "patrons" vis-à-vis des "travailleurs/travailleuses" ; celle - le 8 mai - des "collabos" vis-à-vis des "résistants", désormais accrue de la repentance de tous les goyims vis-à-vis des Juifs et compliquée - cette année - par le soixantième anniversaire de la création si juste, si méritée, si indispensable de l'Etat d'Israël, ce ferment de paix universelle ; celle, enfin - le 10 mai - des "méchants blancs" vis-à-vis des "pauvres noirs".

Non seulement l'esclavagisme - pratique abominable, on en convient volontiers - n'a jamais été l'apanage des blancs, mais il a existé partout et toujours. Aujourd'hui encore, il est pratiqué en abondance par les musulmans du Soudan, surtout arabes, au détriment des chrétiens et des animistes, surtout noirs. Razzia et rezzou sont des mots arabes désignant les expéditions, toujours en honneur, qui consistent notamment à aller chercher là où elle se trouve de la main-d'oeuvre gratuite et non consentante, au besoin en tuant les récalcitrants. Quant à l'esclavagisme des pays musulmans du Golfe, il bénéficie de l'omerta pétrolifère... Et ce sont encore et toujours les "sanglots de l'homme blanc" qu'on entend retentir dans nos pays abrutis, châtrés, crétinisés, terrorisés par des décennies de culpabilisation aussi féroce que systématique.

Jusqu'à ce qu'un jour, ça pète un bon coup pour cause de ras le bol absolu...

Allez, soyons positifs, pour changer : je propose que le 23 mai (date non encore prise, mais cela reste à vérifier) soit décrété "Jour anniversaire de l'extermination du dernier dodo par l'exécrable homme blanc", car je vois là un manque coupable dans la liturgie repentancière de notre pays déjà mort de connerie sans le savoir.

Écrit par : Martial | 12/05/2008

sans compter que le dodo aurait pu permettre de résoudre le problème de la faim dans le monde . On ne le dira jamais assez.
D'accord pour la commémoration de la disparition du dodo.

Écrit par : Paul-Emic | 12/05/2008

L'idée que je suggèrais, c'est quand ils feront de la repentance en bon donneur de leçon, c'est de participer à leur défilé ou à leur cérémonie, si il y en a une, idéalement à PARIS, de brandir des jolies pancartes bien écrites sans oublier personne sur le plan historique ( il ne s'agit pas du nom de chaque personne mais des identifications historiques ) : arabo-musulmans, européens, africains, ....ect. Croyez moi à ce petit jeu là et surtout envers les idiots utiles ignorants ( en particuliers gauchistes, galliléens and compagny ), je ne suis pas sûr qu'ils vont faire "long feu" quand on rafraîchit la mémoires des autres. Pour vous donner un aperçu de cet état des lieux en matières d'esclavagisme et de nègriers, je vous invite à aller sur : http://www.fdesouche.com/?p=3160
mais aussi de lire le livre "historiquement correct" dont l'auteur corrige ce myhthe de "l'homme blanc exploiteur".
En amérique du Nord dont ils 70 millions environ contrairement en terre d'Islam qui sont quasiment inexistant, cette présence des africains relève la diffèrence en matière de degré de maltraitance dont personne ne semble voir ou en faire la remarque entre une trace et une sans trace.

Écrit par : Olivier V | 12/05/2008

le blog de fde souche est suspendu. C'est à mon avis ce qui pend au nez de tous. Vous avez certainement été victime ou vous serez certainement victime comme moi du ménage fait dans votre liste de favoris. Depuis quelques mois je peux comme d'autre l'ont certainement constaté : la traque de tout ce qui n'est pas complétement dans la ligne. il est a noter que la ligne devient de moins en moins épaisse. et que bientôt seront suspendus introuvables les sites parlant de l'esclavage autrement que l'on l'a décidé. Faites donc comme moi faites vous des dossiers que vous transfererez sur un ordinateur n'ayant pas de lien avec internet.

Écrit par : un chouan | 13/05/2008

"le blog de fde souche est suspendu"
Depuis hier soir c'est vrai il m'est impossible d'y avoir accés. Un message en anglais s'affiche. Bizarre. Pourtant il n'y avait rien de bien incorrect.

Écrit par : esprit5 | 13/05/2008

Ne vous inquiétez pas, fdesouche change d'hébergeur actuellement, selon leur dire est dû à leur succès trop important ( nombre de connexion à ce site ) donc logiquement on retrouvera au plus tard dans 10 jours. De plus, j'ai appris que le site est hébergé aux USA. Soyez patient.

Écrit par : Olivier V | 13/05/2008

Je suis d'accord avec l'avis exprimé plus haut : de jour en jour des blogs disparaissent. Bien sûr il faut distinguer la censure de la suppression volontaire du blog par son auteur. Mon avis est qu'Internet est un bon outil mais rien ne remplacera jamais les bons livres que l'on lit et relit. Qu'on garde toute une vie et qu'on transmet. Sur lesquels on peut travailler.
On sait que tout ce qui est numérique a une vie brève (plantage informatique, disque dur, changement des formats, etc.). Il faudrait recopier et graver tous les deux ou trois ans. Personne ne le fait.
Autre point : le livre peut être fait à petite échelle et de façon indépendante alors qu'on sait que le pouvoir de censure d'Internet est centralisé. Qu'un fournisseur d'accès ou de plateforme de blogs vous radie et vous vous retrouvez chez vous à la case départ. Regardez ce qui est arrivé à Hervé Ryssen.

Écrit par : Antoine | 13/05/2008

@Antoine. Le livre dépend aussi des réseaux de distribution, demandez donc à Anne. Les blogs peuvent se sauvegarder, j'ai d'ailleurs celui d'Hervé Ryssen sur mon disque dur, et il se porte très bien ;-) Quand vous fermez une porte sur Internet, des tas d'autres s'ouvrent. Internet est un phénomène impossible à contenir, à moins d'utiliser les méthodes chinoises, ce qui obligerait nos gouvernants à montrer leur vrai visage et nous autoriserait du coup à faire la révolution.

Écrit par : Hervé (pas Ryssen un autre) | 14/05/2008

Hervé j'ai un sytème simple pour conserver les blogs et articles qui m'intéresse je les enregistre sur un DVD et je change le disque dur de temps à autre.
Ainsi tous les articles d'Anne sont enregistrés mois par mois.

Écrit par : Le passant ordinaire | 14/05/2008

Très bonne initiative, passant ordinaire ;-)

Écrit par : Hervé (pas Ryssen un autre) | 14/05/2008

Relisons donc nos bons vieux manuels scolaires!

---------------------------------------------------------------------------------------
LA FRANCE ET SES COLONIES

Classes de Première
(Etienne Baron, Éditions Magnard, 1937)

CHAPITRE XXXI
L'AFRIQUE OCCIDENTALE FRANÇAISE (A.O.F.)

247. La zone équatoriale, au climat chaud et humide, néfaste à l'Européen, est couverte par la forêt dense et bordée par une côte marécageuse.

La zone équatoriale couvre la région côtière sud et S.-O. (parties voisines de la mer, du Dahomey, du Togo, de la côte d'Ivoire, de la Guinée française). Elle se caractérise :

a) ......
b) ......
c) ......

d) Par l'existence de populations nègres arriérées. La population se compose de noirs groupés en petites tribus disséminées dans la forêt. A peu près nus, habitant des cases rudimentaires, vivant de la cueillette des fruits, de chasse, de pêche dans les fleuves ou les lagunes côtières, ils travaillent peu et se contentent de peu. Ce sont des Bantous, nègres qui comptent parmi les plus arriérés. Ils étaient autrefois anthropophages. Ils restent fétichistes, soumis à l'influence souvent néfaste des sorciers. Il est bien difficile de leur interdire complètement les pratiques de l'esclavage et des sacrifices humains.

---------------------------------------------------------------------------------------

Écrit par : BOGOMIR | 15/05/2008

Le socialisme étant un esclavagisme sans précédent dans l'histoire de l'humanité, on ne peut évidemment pas croire que la gauche soit le moins du monde hostile à l'esclavage.
Pourtant, on la voit dénoncer l'esclavagisme. Comment expliquer cet incroyable paradoxe ?
On résout la contradiction lorsqu'on note qu'elle ne fait mine de dénoncer l'esclavage que lorsque celui-ci était le fait des blancs.
Le paradoxe est donc résolu : il demeure confirmé que la gauche n'est pas du tout contre l'esclavage et qu'elle ne peut pas l'être, puisqu'elle est socialiste.
Elle est seulement contre les blancs.

Écrit par : Claurila | 16/05/2008

Retour en force de F. Desouche avec son serveur bien à lui :
http://www.fdesouche.com/

Écrit par : Sebaneau | 18/05/2008

http://www.menapress.com/article.php?sid=2059
"... L’esclave noir en terre d’Islam était systématiquement émasculé. C’est pourquoi il y a relativement peu de « Noirs » dans le Golfe persique, en Egypte, etc., surtout en regard des quantités effroyablement gigantesques d’esclaves capturés en Afrique noire et traînés vers le Nord. De tout cela, puisqu’on enseignera l’histoire de l’esclavage, en parlera-t-on ?

"Eh ! non, pardi ! Si l’on essayait, une levée de boucliers, un tollé, comme on dit, soulèverait instantanément les « chercheurs » de l’université française, qui vous traiteraient d’islamophobes, puisque l’histoire se doit de respecter les tabous auto érigés par des « historiens » chargés d’entériner les mythes, de confirmer les positions politiques bien en cours, et de protéger le politiquement correct des atteintes de la réalité.

"Ce que l’on va enseigner, quelles que soient les bonnes intentions de M. Sarkozy, c’est l’histoire politiquement correcte de l’esclavage, c’est-à-dire une fiction, un mensonge d’auto-flagellation marxo-socialiste sur la culpabilité éternelle de l’Occident. Mais touche pas à mon Islam ! Il castre, il lapide, il démembre et il excise qui il lui plaît.

"Et pour bien montrer que l’ « intelligentsia » parisienne ne tolère pas qu’on touche à son pote l’Islam, arrive tout à propos l’ « Affaire Gougenheim», manifestation stalino-crapuleuse des mœurs de l’université française, laquelle se « mobilise » (lire : prend son téléphone et prend le risque terrible de s’ébrécher un ongle en le manipulant), se « mobilise », donc, le mot est à pleurer, tant il reflète la prétention et la vanité des « mobilisés », contre un livre, émet des oukases vengeurs et se livre à un autodafé, en un mot, brûle un livre et un auteur..."

Écrit par : Claurila | 18/05/2008

Les commentaires sont fermés.