Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2008

GRIGNOTI …. GRIGNOTONS ….

1810674991.gif

Je relaie le communiqué suivant de l’UDC suisse (Union Démocratique du Centre) qui démontre comment on s’y prend, y compris chez nos voisins helvètes, pour contourner la volonté populaire, tout en ayant le culot de faire ça au nom de la …démocratie, comme de juste.

"NATURALISATIONS: LES COMMUNES DOIVENT DéCIDER

(UDC) Le Conseil fédéral soutient la procédure antidémocratique actuelle qui donne aux tribunaux le dernier mot en matière de naturalisation. L'initiative UDC sur les naturalisations exige cependant de revenir à la pratique qui a toujours prévalu en Suisse et qui donne la compétence de naturaliser aux communes et aux citoyens. Voilà pourquoi il faut voter OUI le 1er juin prochain à l'initiative "pour des naturalisations démocratiques".

Lors d'une conférence de presse tenue aujourd'hui à Berne, le Conseil fédéral a motivé son rejet de l'initiative "pour des naturalisations démocratiques". Le moins que l'on puisse dire, c'est que les arguments avancés par les orateurs présents ne sont pas pertinents.

Depuis le malheureux arrêt du Tribunal fédéral de 2003, la procédure de naturalisation suisse n'est plus démocratique. Si chaque étranger, dont la demande de naturalisation est refusée, peut faire recours contre la décision de la commune et si, de la sorte, le dernier mot appartient aux tribunaux, nous sommes de toute évidence confrontés à une grave atteinte aux droits populaires et à une violation des droits démocratiques.

Avec le nouveau régime, les tribunaux peuvent forcer les communes de naturaliser un demandeur; ils ne sont même pas obligés d'interroger en détail les instances locales à ce sujet. Cette situation est intolérable, car elle incite les communes à naturaliser même dans les cas douteux simplement pour éviter une procédure judiciaire. Dans la pratique, cet arrêt du Tribunal fédéral a massivement facilité la naturalisation alors que le peuple suisse a déjà rejeté trois fois cette idée dans l'urne.

Contrairement aux allégations du Conseil fédéral, on assiste effectivement à des naturalisations en masse en Suisse. Durant les 15 ans écoulés, le nombre de naturalisations a presque octuplé dans notre pays. De plus, aucun autre pays au monde ne naturalise autant d'étrangers que la Suisse par rapport à la population totale.

Avec son initiative sur les naturalisations l'UDC entend redonner aux communes le dernier mot dans cette procédure, donc rétablir la situation qui prévalait depuis toujours en Suisse jusqu'en 2003. Personne ne contestait autrefois cette pratique, pas même le Conseil fédéral. La position adoptée par le Conseil fédéral dans ce domaine prouve une fois de plus que le gouvernement préfère ignorer les graves dysfonctionnements qui marquent la politique actuelle de la naturalisation et, d'une manière générale, la politique des étrangers. Le Conseil fédéral ignore superbement une volonté populaire clairement exprimée à plusieurs reprises dans le passé."

08:38 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Nous n'avons pas voulu l'abolition de la peine de mort.
Nous avons eu l'abolition de la peine de mort.

Nous n'avons pas voulu le traité de la Pensée Unique Totalitaire Européenne (P.U.T.E.).
Nous avons eu le traité de la Pensée Unique Totalitaire Européenne (P.U.T.E.).

Les Suisses n'ont pas voulu des "naturalisations démocratiques".
Les Suisses ont eu les "naturalisations démocratiques".

C'est ça, la démocratie en marche, braves gens. Plus ses thuriféraires en parlent, plus ils l'idolâtrent, plus ils brûlent d'encens devant ses statues, plus ils font d'elle l'horizon indépassable de l'organisation de la chose publique, plus ils la sodomisent, et en rigolant, qui plus est, car l'invraisemblable bêtise de ceux qui croient en leur idole creuse a en effet de quoi les faire rigoler jusqu'à en crever.

Mais si tous ces salauds croient que ça va durer toujours, c'est qu'ils sont vraiment nuls en histoire.

Écrit par : Martial | 25/04/2008

Ah oui, j'oublais :

Les Français ne veulent pas de la Turquie en Europe.
Ils auront DONC la Turquie en Europe.

C'est au poil, la démocrasse : vous donnez votre avis, on n'en tient pas compte, on fait même exactement le contraire de ce que vous vouliez, mais au nom de la démocratie et du peuple souverain, on vous félicite de vous être prononcé. Et ceux qui trouvent ça débile sont des pelés, des galeux, des antidémocrates, bons à mettre dans les poubelles de l'histoire en compagnie de la bêtimmondauventreutoujourfécond.

Comme l'a écrit le dessinateur humoristique Loup :

"La dictature, c'est FERME TA GUEULE, la démocratie, c'est CAUSE TOUJOURS"

Écrit par : Martial | 26/04/2008

Les commentaires sont fermés.