Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2008

A LIRE (suite)

Comme j’aime le débat, j’introduis le commentaire suivant au lien que j’avais indiqué précédemment, commentaire qui nous vient d’un correspondant vivant aux Etats-Unis, justement.

Je précise quand même que ce ne sont pas « mes copains », mais j’ai trouvé le site intéressant et original. Le sujet est vaste et il s’agit d’un éclairage. C’est tout.

« Ils n'y vont pas de main morte, vos copains!! N'empêche que leur
niveau et qualité de langage laissent plutôt à désirer. ... Mais,
s'il faut que le message passe à tout prix, on ne doit pas lésiner,
j'imagine. Par contre ce faisant, on s'abaisse au niveau de la grosse
masse ignare; ce que les mondialistes (aux É.-U., ainsi qu'en U.-E.)
recherchent, justement. Alors, complicité quand tu nous tiens, ...
même par inadvertance.

Cette critique des É.-U. sera suivie, je l'espère, d'un complément qui
visera les mécréants-collabos qui pullulent dans la "vieille" et dans la
"nouvelle" Europe. - Pendant qu'il en reste quelque chose. Et ce,
malgré les "bouffons-de-Bruxelles", Kouchmer, Sarko/Carla, Barosso,
et "tutti quanti".

En ce qui a trait aux É.-U., j'ose espérer que le désordre qui
prévaut en cette année électorale sera suivie de lendemains un
peu plus "radieux". (Paraphrase de Mao) ... S'avère justement que,
malgré les efforts des grands médias nationaux, ici, il y a une très
forte proportion de militaires qui appuient ... Ron Paul. Les espoirs
les plus fous nous sont-ils permis?? "Qui vivra, verra!" »

Ensuite, je me fais un plaisir de répondre ceci à Yassou qui me souhaite tout le mal possible pour la campagne:  il s’agit d’une campagne municipale, pas régionaliste. Le régionalisme n’a strictement rien à y voir et pour ceux qui l’ignoreraient encore, je ne suis pas et n’ai jamais été régionaliste. Ce qui est vrai, c’est que j’ai participé à des campagnes de rassemblement avec des régionalistes, ce qui est sensiblement différent.

Aux dernières municipales de Strasbourg, notre liste de rassemblement a fait 9,5% et le FN a fait 7,5%. Résultat des courses : avec un électorat de 17%, personne n'ayant passé la barre des 10%, nous avons eu 0 élu. Voilà ce qui se passe lorsqu’on est obtus. Alors, cette fois-ci, l’idéal serait de s’entendre et de faire liste commune, vous ne croyez pas ? Je vous suggère donc d’en parler aux responsables du FN et vous verrez la réponse … Si vous avez plus de chance que nous, tant mieux...

Je suis un peu fatiguée d’entendre sans cesse des reproches, des récriminations, de la part de ceux qui se gardent bien d’agir et ont toujours la critique à la bouche. C’est si facile … Personne plus que moi ne souhaite l’union des énergies, le rassemblement de tous ceux qui essaient de lutter contre le système. Mais on ne peut pas faire l’union tout seul et en attendant, il faut bien continuer le combat, non ? A moins que vous ayez une meilleure idée, auquel cas je vous laisse très volontiers ma place.

Commentaires

Ma chère Anne, Je vais vous dire franchement, je vous aime bien, j'ai lu votre livre et je l'ai trouvé très utile. Je me plais (parfois) à croire que nous sommes dans le même camp. Seulement j'ai la conviction qu'en suivant la voie du régionalisme vous n'assumez pas vraiment vos opinions. Il transparaît de vos écrits une rancoeur contre le camp national et particulièrement le FN. Pourquoi? Je cherche encore. Peut être n'avez vous pas obtenu la considération que vous estimez mériter... Je ne sais. Seule une meilleure connaissance de votre passé militant pourrait me l'apprendre...

Par ailleurs, au sujet de ces élections je sais bien que ce ne sont la que des élections municipales, pourtant, tout laisse à penser qu’elles vous serviront de tremplin pour une lutte régionaliste et par conséquent anti-nationale. Ce qui explique le raccourci que j’ai pris lors de mes derniers commentaires. Je ne prétends pas interdire à un ressortissant de telle ou telle région d'aimer son pays, ses racines, mais je crois qu'il est indispensable de faire exister cet amour au sein du camp national qui est le seul support viable à de saines aspirations telles que celles ci. Le camp national est et sera le seul garant de l'identité régionale, par l'intégration de celui ci dans un ensemble solide, il en assurera la pérennité et en soutiendra les combats.

Toute approche identitaire des problèmes de la France est une consequence de l’impatience. En effet, on peut légitimement être pressé d’en finir avec les fléaux de notre société, on peut effectivement être tenté de considérer qu’après trente ans de combat le FN de JMLP n’a pas atteint son objectif, mais il s’agit là d’un piège. Que sont trente années dans l’histoire deux fois millénaire de notre pays ? Une goutte d’eau ! Contester à JMLP l’antériorité du combat est pure mauvaise foi, contester la légitimité du FN en tant que meneur de ce combat est non seulement malhonnête mais de plus, une telle approche fait les délices de nos ennemis les européistes qui s’appuient ainsi sur vous pour mener à bien leurs plans de dissolution de la nation. J’espère que la lumière se fera jour en votre esprit sur la véracité de ce que j’avance, J’espère que vous n’êtes pas délibérément engagée sur ces chemins en toute connaissance de cause, ce qui vous condamnerai irrémédiablement à la traîtrise ! Je veux encore croire qu’il ne s’agit que d’une réponse à l’impatience d’en finir. Et c’est d’ailleurs à c’est à cet espoir que je m’accroche afin que vous gardiez encore grâce à mes yeux fatigués de compter des ennemis dans mon camp ! Je ne doute pas du bien fondé de votre action, je ne peux que louer votre activisme, le même que vous me déniez alors même que vous ne savez PAS quel est mon engagement et ce que j’ai fait pour lui (dans le mesure de mes moyens), mais bon passons sur ces préjugés, nous ne nous connaissons finalement pas, tout reste à faire. Il est vrai, et je m’en excuse, je suis excessif dans mes réactions, mais c’est parce que je suis fatigué de voir que finalement nos buts communs seraient atteints si certains voulaient bien ouvrir les yeux et arrêter de se tromper d’ennemi. Ce qui m’a mis en colère ce sont les convergences de vue que vous avez avec Mr Spieler qui se permet de « déclarer la guerre » à Marine Le Pen! Je vous en prie, pour la France, pour votre âme et pour la valeur de votre combat, ne tombez pas dans ce piège ! Il est encore temps de resserrer les rangs, ne le perdez pas à faire exister une lutte intestine qui dessert nos objectifs communs. Je vous le répète, votre combat trouvera sa validité que dans une approche NATIONALE, privilégier le régionalisme n’est pas un mal en soi, mais l’opposer au nationalisme est un crime. C'est sur cette base que je considère que ce n'est pas au FN de vous rejoindre mais à vous de rejoindre le FN. Le véritable problème est là! Vous refusez la hiérarchisation que vous considérez à tort comme une soumission alors qu'elle ne fait que découler de la situation. Si vous compreniez la suprématie logique et indéniable de la nation sur la région, peut être arriveriez vous à comprendre pourquoi ce n'est pas au FN de vous rejoindre, mais à vous de venir à lui afin d'en grossir les rangs. Evidemment pour cela il faut savoir dépasser les rancoeurs personnelles, et c'est là que se trouve la vraie question: En serez vous capable?

Cordialement

Écrit par : Yassou07 | 12/01/2008

Pas de surprise, on retrouve le tempérament querelleur des Gaulois, qui a fait la fortune de César. Donc que Madame Kling fasse ce qu'elle estime devoir faire et et ne lui compliquons pas la vie en cette campagne électorale. Si le FN d'à présent (j'en fus membre autrefois et je ne m'estime nullement félon car moi je n'ai pas changé) a l'intelligence politique de conclure une alliance locale, (une alliance, pas une soumission du partenaire), la victoire de la droite nationale (à laquelle appartiennent les régionalistes alsaciens comme, en d'autres lieux, les amis de Bernard Anthony)) sera possible. Sinon, on verra bien...
A partir d'aujourd'hui je n'interviens plus sur le sujet, je ne veux pas contribuer à envenimer les choses, la gauche sait très bien y faire sans notre aide.

Écrit par : philistin | 13/01/2008

yassou vous êtes dans le vrai. il est bien dommage que Anne Kling ait ce ressentiment contre le front et le pen. on peut aimer sa région mais l'amour du pays doit passer avant toute chose. et cela est réellement bien triste de voir le talent et la force intellectuelle de cette femme admirable refusés au seul parti politique si proche de ses idées. j'aimerais voir Anne Kling figurer dans les instances dirigeantes du front. c'est là qu'est sa place.

Écrit par : esprit5 | 13/01/2008

Il faudrait filtrer les commentaires les plus bébêtes. C'est absurde de laisser dire que "le camp national est et sera le seul garant de l'identité régionale". La politique de la france est de faire disparaitre les langues bretonne, alsacienne, corse, tahitienne, etc, et de pomper les ressources du pays pour financer l'installation d'immigrés autour de Paris et des grandes villes.
Comment les étatistes français peuvent-ils se présenter comme des protecteurs alors qu'ils s'appliquent à démolir l'identité des gens? Pendant plus de 200 ans, Paris a mis en oeuvre une politique de francisation et de mélange forcé des populations à l'intérieur de l'hexagone. En favorisant le discours d'extrême gauche sur "la citoyenneté", cette politique a préparé le mélange forcé avec l'Afrique et la Turquie. Si Monsieur Yassou07 veut défendre l'état français, et non les Européens qui y vivent, alors il n'y a aucune raison de s'opposer au remplacement de population. D'ailleurs, Le Pen lui-même ne s'y oppose plus, comme l'ont montré ses affiches électorales en 2007.
C'est triste de voir que les représentants du FN débordent d'arrogance envers les régionalistes alors qu'ils n'osent même plus réclamer le rapatriement des immigrés ! Ce n'est pas très constructif.

Écrit par : Nominoé | 13/01/2008

Nominoé, vos confondez État et Nation. La Nation possède deux paramètres essentiels : l'identité et la souveraineté, et le FN défend les deux.
Il est toutefois vrai qu'avoir imposé l'usage du français à des écoliers alsaciens, bretons, ou corse est une chose monstrueuse tant est grande la culture scientifique, littéraire ou philosophique disponible dans ces langues régionales.
Dans l'une de vos phrases, on peut lire que "les Européens vivent dans l'état français" : (...Si Monsieur Yassou07 veut défendre l'état français, et non les Européens qui y vivent...), et un peu plus haut vous vous indignez du fait qu'on ait mélangé "de force" les populations à l'intérieur de l'hexagone. Comment dans ce cas pouvez-vous tolérer des Européens à l'intérieur de l'hexagone, ou même des habitants de Bledsheim-le-haut chez des habitants de Bledsheim-le-bas ? (noms de villages inventés).
Je ne suis pas un spécialiste du programme du FN, mais je sais que Marine Le Pen a réclamé le regroupement familial des étrangers dans leur pays d'origine. Sur le FN, vous dites n'importe quoi, vous feriez mieux de vous renseigner, y compris pour l'affiche "beurette" à laquelle vous semblez faire allusion, et qui comportait un texte. En tout cas vous savez choisir des adversaires faciles. Être ennemi du FN, c'est aussi facile que de faire du vélo en descente. Ce n'est pas tant les institutions françaises, même si elles sont perfectibles, qui sont responsables du chaos que nous connaissons, que les imposteurs qui les détournent et les contournent à des fins criminelles contre les Français. Mais cela vous feignez de l'ignorer.
Le verrou qui doit sauter, c'est la Nation (Edmond de Rothschild).

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 13/01/2008

" avoir imposé l'usage du français à des écoliers alsaciens, bretons, ou corse est une chose monstrueuse tant est grande la culture scientifique, littéraire ou philosophique disponible dans ces langues régionales. "

Voilà l'idéologie du Front National dans toute sa splendeur: faire de l'ironie, tout en approuvant l'épuration linguistique. C'est une attitude extrêmemement arrogante et très peu fédératrice. En plus, on sent une certaine acrimonie chez Hervé, comme si c'est lui qui se sentait agressé !

Ça doit faire environ 2000 ans qu'on parle une langue germanique en Alsace, et il faudrait arrêter parce que ça fait de l'ombre aux militants FN ? À l'heure de l'immigration massive en provenance d'Afrique, on aurait espéré que les nationalistes français renoncent à démolir l'identité des Alsaciens et des Bretons, et qu'ils cherchent plutôt leur coopération. Sinon, vous n'avez qu'à créer vos Français sans racines en utilisant de la matière première africaine.

Écrit par : Nominoé | 14/01/2008

Un peu de calme chers amis.

S'il est vrai que le FN a pris des positions très ambigües voire hostiles à l'identité régionale (Aliot qui parle de "communautartisme alsacien"!), on ne peut pas imputer ces prises de position à l'ensemble des sympathisants du Front National.

L'heure est au rassemblement des énergies, car pendant ce temps l'ennemi avance sur notre territoire. Que chacun prenne ses responsabilités et ses dispositions pour rendre possible ce rassemblement. La première des dispositions est de renouer un dialogue serein et de se rappeler que ce qui nous unit doit être plus fort que ce qui nous divise.

Écrit par : Nicolas | 15/01/2008

Si le FN entend vouloir faire prédominer l’usage de langue française sur les autres, c’est parce que ce projet est indispensable a la cohésion nationale. C’est un combat charnière dans la lutte contre le mondialisme. Ce combat est justifié et il est aisé de comprendre que c’est le seul qui puisse sauver les identités régionales des dangers que font courir les euro régionalistes à votre attachement charnel pour vos terroirs.

Dans une approche nationale des problèmes d’identité auxquels nous avons à faire face on a pas de mal a comprendre pourquoi c'est le cadre de la nation qui s’avère être le plus performant. Dans votre propre intérêt vous devriez avoir à l’esprit que pour protéger votre intégrité territoriale vous devriez défendre l'intégrité linguistique de la langue française.

Et je vais vous démontrer pourquoi.

Tout d'abord, nous convenons que toutes les langues, qu’elles soient régionales ou pas sont l'instrument de la cohésion sociale. Par le truchement des conventions linguistiques, elles véhiculent les us et coutumes, elles sont un ciment indispensable à la cohésion d'une communauté de destin.

C’est l’acceptation commune de cet état de fait qui nous rend frères d’armes. C’est parce que ce constat nous est commun que nous sommes sur le même coté du clivage. Et surtout, c'est par l’acceptation de ce postulat que vous devriez être persuadé que le FN n’est PAS votre ennemi.

Ceci posé, faisons maintenant une analogie : Si le ciment c’est la langue, les briques sont alors les individus, on pourrait dire alors que le tout forme une communauté de destin. C’est le mur qui prend appui sur ses fondations. Fondations qui deviennent alors, dans le cadre de cette analogie, les forces d’enracinement qui se manifestent depuis peu dans le paysage politique et vous allez comprendre pourquoi un peu plus loin.

Mais aujourd’hui, et quel que soit le passé il faut reconnaître à la langue française son importance. Notre importance diplomatique en dépend et parce qu’elle s’est imposée, et parce qu’elle a acquis cette importance de par le monde, la langue française est devenue le chaînage du mur constitué par les régions.

Je vous accorde que la langue française n’a pas le statut de fondation !

Mais c’est le chaînage qui garanti la solidité de l’ensemble des murs, qui sont autant d’identités régionales, elle les conforte dans leur enracinement ( ce qui les maintient sur les fondations) et assure la rigidité de l’ensemble sachant pertinemment que c’est de cette cohésion que dépend la solidité de l’édifice national, héritage commun.

Et pour cause : sans le chaînage, et même avec de bonnes fondations, notre édifice ne vaut plus rien! Il est voué à s'écrouler et c’est ce qu’il fait aujourd’hui!

C’est une interdépendance exclusive et pas forcement évidente au premier regard sur l'édifice.

Vous me pardonnerez cette analogie mais elle a, je crois, le mérite de bien décrire la situation.

Alors évidemment, cette prédominance de la langue française ne s'est pas faite sur un lit de rose. Je ne conteste pas que cela a du se faire parfois avec violence et qu’a minima, cela a été perçu comme une violence… Mais il ne sert à rien de s'appesantir sur les choses sur lesquelles ont ne peut plus rien.

Il faut reconnaître quand même que cette uniformisation a eu un rayonnement exceptionnel sur le monde et je me verrais bien surpris de vous entendre le contester.

Il faut bien se l’avouer, l’édifice a commencé à bouger après que les premiers effets de la décentralisation se firent sentir, prélude au régionalisme sauce bruxelloise, elle à ouvert des horizons factices, de nouveaux espaces ou comptaient bien s’engouffrer les magnats de la finance internationale, et pas pour faire le bonheur de leur prochain.

C’est la décentralisation a mis le ver dans le fruit, cela a eu pour conséquence, pour reprendre mon analogie, de faire « gonfler » les briques et de fragiliser le chaînage, pour provoquer l'écroulement de l'édifice France, l’endettement particulièrement a crée les conditions d’un éventuel rachat des régions, rien de moins !

C’est pourquoi je suis persuadé que votre entêtement à poursuivre vos revendications régionales (pourtant légitimes) hors du cadre de la Nation est dangereux et je prétends que ce sera le pilier sur lequel le mondialisme va s'appuyer pour faire éclater notre pays et provoquer ainsi sa perte! Et la votre!

Car l’édifice bouge maintenant depuis un moment ! A tel point qu’étant conscients qu'un écroulement est imminent, de nouvelles niches électorales apparaissent en filigrane :

L’alter mondialisme qui a été confié à Bové n’a d’autre but que de récupérer le symbole d’attachement à la terre, vous étant opposé sur le clivage, il vous prive de son essence idéologique revendicative ! Et en réponse à cette véritable manipulation certains d’entre vous envisagent alors une autarcie linguistique, culturelle, et territoriale qui va les isoler et les faire devenir des « foyers de balkanisation »

On le voit, la déstabilisation de l’équilibre état/région engendre deux alternatives clairement identifiables et pourtant pareillement dissolvantes d’identités :

1/ L’autarcie dans le repli identitaire

2/ L’intégration dans l'euro régionalisme

Dans le premier cas il faut supposer que vous ayez réussi à faire sécession d’avec la Nation en restant autonome par rapport à l’européisme mondialisé, ce qui me parait illusoire. Quand bien même vous seriez arrivés à vos fins, et même si il est vrai que vous auriez un temps l’impression d’avoir gagné, vous serez en réalité condamnés à mort. La recherche de l’autarcie crypto identitaire ne peut conduire qu’à une extinction plus ou moins rapide! De plus, pour aboutir, elle présuppose l’activisme terroriste, qui on le sait sera un prétexte bien utile aux élites mondialistes pour expliquer comment et pourquoi la France sera devenu un foyer de balkanisation.

Dans le deuxième cas, vous êtes intégré « de fait », parce que la souveraineté française a été défaite au profit du régionalisme technocratique bruxellois. Votre refus éventuel de venir grossir les rangs de la droite nationale aurait condamné celle-ci électoralement ce qui aurait laissé libre champ aux mondialistes. On peut considérer, a ce stade, que le chaînage national a cédé ne garantissant plus, dès lors, votre cohésion, vous serez noyés sous l’immigration d’Attali! La maison France écroulée, ses pierres seront dispersée comme autant de reliques aux quatre coins de la planète. Je vous accorde tout de même que relique c’est une forme de survivance !

Et pour être convaincu qu’il s’agit là d’un piège contre la nation il faut simplement faire le constat que le repli dans l’activisme identitaire est dû à la perception du danger de dissolution dans l’espace mondialiste sans frontières. Le repli identitaire accélère l’écroulement de la nation et il n’est, à la réflexion, qu’un refuge de futurs martyres très courageux qui seront sacrifiés lors de la balkanisation à laquelle ils auront en quelque sorte donné un mobile.

Voila la composante du problème, et ce n'est pas se décrédibiliser ni s'avilir que de constater que sans la nation vous ne pouvez aller que de Charybde en Scylla !

Vos aspirations légitimes ne trouveront leur concrétisation que dans une délimitation nationale de la souveraineté. Les deux autres délimitations expliquées ici (repli autarcique ou intégration supra nationale) seront les cercueils de vos identités !

Alors si vous en êtes conscients, ne soyez pas de ceux qui vont se jeter dans le repli identitaire, car dans ce cas vous auriez le rôle de l’idiot utile sur lequel s’appuient les premiers en vous faisant croire que le FN c’est l’ennemi!

On vous fera croire que vous êtes des héros, pour vous envoyer vers un courageux suicide ! Dès à présent, vous creusez vos tombes dans un beau cimetière des martyres, un beau sanctuaire construit avec et sur les ruines de la France.

Nous en sommes là, il ne faut pas se voiler la face, On aura une porte de sortie quand, dans cette enclave identitaire, (que certains ne considèrent que comme une niche électorale), quelques uns (unes) ouvrent les yeux, en comprennent les vrais enjeux, je suis certain qu’alors vous pourriez donner de la valeur ajoutée à votre combat. Et ensemble, peut être même la victoire…

Écrit par : yassou07 | 15/01/2008

Pour ma part, je suis persuadé qu'il y a parmi vous une méconnaissance totale de ce qui motive le FN à faire barrage aux revendications communautaristes. Le FN, se faisant, ne cherche pas à combattre des hommes ou des femmes, il cherche à prémunir la Nation de l'éclatement.

Le FN, ne combat que POUR la nation et non CONTRE vous!

De plus, si vous pouviez adhérer à ce que je disais dans mon précédent commentaire, vous seriez convaincus que le FN, c'est votre garantie, la nation est votre assurance vie. Alors c'est vrai qu'électoralement, certaines personnalités telle que Anne Kling ont un poids non négligeable et c'est heureux, aujourd'hui encore, évidemment et nonobstant l’acidité volontaire de certains de mes écrits, volontairement provocateurs, je préfère voir madame Anne Kling faire plus de voix que l'extrême gauche, mais si les forces identitaires, régionalistes, ne s'inscrivent pas dans la droite nationale, elles deviendront alors un pôle d'attraction communautariste antagoniste d'avec l'altermondialisme, certes, mais ayant le même potentiel destructif de la nation. Il l’accélérera et en nourrira les tensions !

De toutes façon, nous savons tous bien que si la Nation cède, le repli communautariste aura lieu, mais il ne faut pas que ce soit lui qui ait participé à la démolition !! C'est cette dérive dangereuse que le FN veut éviter, j'en suis sur ! Et puis les choses étant ce qu’elles sont, on ne peut pas ne pas envisager que certains petits malins se cachent au nœud du problème pour agiter tout ça dans le bon sens….

Il s’agit de tirer des deux cotés : une corde sur l’altermondialisme, facile à manipuler, et une corde sur vous, de l’autre coté du clivage, le pôle opposé, mais comme le milieu est plus hermétique, on ne peut pas vous manipuler de la même manière, il ne s’agit alors que de vous pousser dans vos retranchements, d’exagérer tout ce qui émane de vous, le but étant de vous couper du FN, de vous priver de vos revendications, en vous coupant l’herbe sous le pied (pour aller verdir les prairies de Bové) vous êtes poussés vers un extrême de l’extrême qui, même s’il sauve votre honneur, vous condamne et consolide les plans mondialistes.

Personnellement, je pense que ce qui est en jeu dépasse complètement les querelles de personnes et les vieux procès.

Écrit par : yassou07 | 15/01/2008

Je suis entièrement et passionnément d'accord avec Yassou07. Il se trouve que nos ennemis communs ont un immémorial ennemi à détruire : LA NATION. Peu importe que les grands ancêtres des DROALOMS et de la DÉMOCRASSE aient brandi cette notion contre nous il y a déjà plus de deux cents ans : la nation est le dernier rempart qu'ils doivent abattre avant de pouvoir régner... Et de régner comment ? PAR LES RÉGIONS D'ABORD. Mais pas celles dont rêvent certains d'entre nous pour pouvoir ester, se marier et divorcer en alsacien, breton ou bas-lotharingien, oh non !... Il s'agit des régions selon leur coeur (en ont-ils un ?), selon leur âme (ils l'ont vendue). Il s'agit des régions qui leur permettront de diluer l'idée même d'appartenance, de famille, de cellule familiale, de religion fondatrice (le christianisme de Clovis). Et vas-y que je te crée une "euro-région" !!... Tenez, si vous croyez en ce bidule immonde, si vous êtes favorables à ce bidule immonde, je pourrais aussi bien me TIRER de ce blog et ne jamais y remettre les pieds :

http://www.interact-eu.net/download/application/pdf/1030866

Alors, HEUREUX ? Ben moi PAS !!

Écrit par : Martial | 15/01/2008

et à propos..."de religion fondatrice (le christianisme de Clovis)" en ce jour de st rémi rappelons la célèbre déclaration de ce grand saint:
"Courbe la tête, fier Sicambre; adore ce que tu as brûlé, et brûle ce que tu as adoré."...

Écrit par : esprit5 | 16/01/2008

Comme le soulignait fort justement Robert Spieler dans une interview accordée à Rivarol en juillet 2007, l'"euro-régionalisme" pratiqué par les technocrates bruxellois n'est ni européen, ni régionaliste, et ne correspond nullement à notre espérance.

La défense des intérêts et de l'identité de nos patries charnelles n'a rien à avoir avec les bidules bruxellois.

Écrit par : Nicolas | 16/01/2008

Oui, Nicolas. C'est pour cela qu'il faut prendre garde à ne pas alimenter cette dynamique. L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 17/01/2008

Le danger de voir l'Europe des nations se diluer dans une mosaïque de régions concoctée par Bruxelles n'est pas niable: il y a environ 25 ans, la Communauté eupéenne d'alors avait édité une carte de l'Europe où les nations avaient disparu, il n'y figurait que les régions françaises, allemandes, italiennes, etc.(je dis "régions" pour simplifier la question; je sais bien qu'il y a jusqu'à présent encore des différences de nature entre les communautés régionales des différents Etats européens, mais cela ne modifie pas le fond du débat). A l'époque cette carte avait été très mal accueillie en France (ailleurs, je ne sais pas) et elle avait disparu en douceur des bureaux d'information de la CEE. J'ignore si des cartes semblables ont été rééditées depuis lors. Tout ceci pour dire que je comprends parfaitement les réactions alarmistes de beaucoup de nationaux quant on leur parle de régionalisme. Il est évident que Bruxelles veut tuer les nations pour faire une "Europe" qu'on est incapable de définir autrement que par de confuses circonlocutions.
Néanmoins, je persiste à penser que la construction d'une Europe certes unie, mais formée d'Etats souverains, comme une confédération, au lieu du magma giscardo-sarkoziste qu'on veut nous imposer, n'est nullement contradictoire avec le respect ou le renouveau des authentiques cultures et identités régionales: c'est ainsi que les rois ont fait la France. Le jacobinisme fanatique (on a failli avoir des départements carrés, taillés au cordeau, le savez-vous?) n'était nullement nécessaire pour cimenter l'unité nationale. Pour reprendre une expression déjà utilisée, je ne crois pas qu'il faille passer les provinciaux au moule parisien pour qu'ils soient vraiment français. Je reconnais que la suppression du service militaire, inévitable, est dommageable à cet égard car c'était l'occasion d'un brassage social et national, cherchons d'autres moyens à ce brassage, il doit y en avoir, la jeunesse aime bouger..
Quant à dire:"alors pourquoi pas le ouolof ou le berbère?". La réponse est simple: les oulofs qui veulent garder leur culture n'ont qu'à le faire au Sénégal (à ma connaissance les Alsaciens par exemple veulent préserver leur culture dans leur province historique, l' Alsace, ce qui ne les empêche pas, étant Français, d'être partout chez eux en France). Idem pour les berbères: que la Kabylie préserve son identité, fort bien, d'ailleurs Bouteflika est d'accord, et je félicite donc les Berbères de préserver leur identité en Algérie, de même que les Bretons ou les Flamands veulent préserver la leur dans le pays dont leur province historique fait partie: la France.
On m'objectera que l'exemple des Flamands est mal choisi, ma foi, c'est à voir, la Belgique a ses problèmes et je laisse aux Flamands de Belgique et aux Wallons le soin de les résoudre. Je reconnais cependant le danger de voir le Pays basque et le Roussillon tentés par les régions espagnoles voisines mais on ne fera qu'exacerber cette éventuelle tentation séparatiste si on persiste à imposer un jacobinisme ultra-sectaire. Pour que les Français des provinces frontalières restent français, il faut que la France leur donne envie de rester avec elle. Est-ce le cas de nos jours? ... Les guéguerres entre nationaux, identitaires, régionalistes, etc, tombent au plus mauvais moment possible puisque Sarkozy et des élus opportunistes et sans pudeur veulent abandonner la souveraineté nationale. Et la dégradation généralisée de la culture et de la société françaises n'arrange rien.

Écrit par : philistin | 17/01/2008

Dans le même genre : http://www.eurominority.org/version/fra/

Enormément d'infos disponibles, notamment les organisations politiques des minorités... sauf les partis d'"extrême-droite" (expréssement mentionné sur le site)

Cherchez l'erreur

Écrit par : Nicolas | 17/01/2008

Je pense pour ma part qu'il est urgent que les régionalistes alsaciens rompent une bonne fois pour toute avec l'extrême droite française. Sinon ils disparaitront avec...
En France nous avons la gauche la plus sectaire d'Europe, la droite la plus bête du monde, et l'extrême droite la plus pitoyable...

Écrit par : Régionaliste | 19/01/2008

.....En France nous avons la gauche la plus sectaire d'Europe, la droite la plus bête du monde, et l'extrême droite la plus pitoyable...


heureusement que vous êtes là pour nous sortir de la merde...mais vous arrivez bien tard...

Écrit par : esprit5 | 20/01/2008

A titre de complément des commentaires échangés sur ce sujet, et dans l'espoir de dissiper un malentendu entre nationaux imputable au terme "régions", je conseille la lecture de l'article de Jean-François Touzé publié aujourd'hui dans le blog "Synthèse nationale". Touzé commente la seule proposition digne d'être discutée, du zozo Attali: la suppression des départements, écartée par Sarkozy, naturellement. Certes les motivations d'Attila sont claires: sous couvert d'économies et de rationalisation administrative, il s'agit de diluer la nation dans des régions qui deviendront les pièces maîtresses de la pseudo-Europe pâteuse que Sarkozy veut nous imposer. Cependant ce pourrait être l'occasion de rétablir des régions authentiques qui soient le vrai reflet de nos provinces historiques; ce ne sera pas facile comme nous le savons tous, et nous savons aussi pourquoi, mais, de grâce, pas de procès d'intentions entre nous, regionalistes ou non , identitaires ou autres sensibilités nationales, tentons de sauver d'abord la chose sur laquelle nous sommes d'accord, la patrie, et si nous y réussissons, (c'est vrai qu'il est bient tard, esprit5)nous pourrons recommencer entre nous nos querelles intestines (notre histoire démontre que nous sommes très doués pour la baston nationale). Bref, lisez Touzé tout de même...

Écrit par : philistin | 25/01/2008

Vous avez tout compris philistin. Attali veux offrir une magnifique occasion "de rétablir des régions authentiques qui soient le vrai reflet de nos provinces historiques", et c'est son opposant Nicolas Sarkozy qui vous en prive. Pathétique.

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 02/02/2008

En réponse à Philistin :

Bien sûr, les départements étant un pur produit de la Révolution, qui tenait d'une part à détruire la trame traditionnelle de la France au nom de la "tabula rasa", d'autre part à multiplier ses centres de contrôle et d'oppression, leur perte ne serait pas bien grande... à ceci près - justement - qu'elle se ferait au prix d'une régionalisation qui, loin de marquer un retour à notre "cher passé", irait dans le sens exclusif du broyage de la nation et de son découpage en appartements à répartir entre euro-régions, ells-mêmes constituées sur les ruines de toutes les nations europérennes. Il ne faut surtout pas s'illusionner et perdre de vue l'incommensurable inégalité des forces en présence : d'un côté, nous autres, nationaux et régionalistes "de tradition", qui ne sommes plus qu'une poignée honnie, marginalisée, pourchassée et qu'on prive par conséquent de tout moyen d'expression et d'action ; de l'autre, tous les "Attila" - mondialistes, hauts initiés et autres Illuminati - qui sont partout au pouvoir, qui savent pertinemment ce qu'ils veulent, qui y travaillent avec obstination depuis des siècles et qui ont désormais toutes les cartes en main pour l'obtenir. C'est pourquoi nous souscririons à un marché de dupes si nous acceptions d'un coeur léger - en nous croyant malins - la régionalisation qu'on nous prépare dans l'illusion qu'elle va nous rapprocher de nos terroirs et de nos racines tout en élminant la peste maçonnique. Le combat est désormais trop inégal, l'entropie trop avancée. Sauf miracle, les Attila ont d'ores et déjà gagné... Mais je crois aux miracles, sinon, je me flinguerais tout de suite !

Écrit par : Martial | 02/02/2008

les "régions" n'ont elles pas été créées par deferre ?
paca caca quel horrible terme !! comment aimer les créations de cet antipathique apparatchik socialiste !

Écrit par : esprit5 | 03/02/2008

Hum, il y a du malentendu quelque part. Je suis bien d'accord pour reconnaître que les régions administratives actuelles sont elles aussi, bien souvent, des découpages artificiels ou/et électoraux et non le reflet de nos authentiques provinces. C'est pourtant le cas de l'Alsace (puisque le débat a été ouvert à son sujet) et de quelques rares autres. Si on élimine les départements, il faudra simultanément redessiner les régions de façon plus conforme à notre réalité historique. Il est évident que ce n'est pas l'idée d'Attila ni de son disciple Sarko. (Soit dit en passant il paraît qu'on continue d'éditer à Bruxelles des cartes de l'Europe ne faisant apparaître que les régions mais elles ne sont pas encore diffusées...). Mais enfin il ne faut pas jouer toujours perdant d'avance, ce que des élections ont fait d'autres peuvent le défaire et une droite nationale vraiment unie au moins pour un combat électoral pourrait y parvenir malgré le matraquage médiatique. A condition, toutefois, de jouer vraiment (je me répète),le jeu de l'union . Or le FN a su le faire autrefois mais a commencé à se désagéger lors de la façon désastreuse dont Le Pen a géré la crise avec les mégrétistes (qui ont eu bien des torts dans l'affaire, c'est vrai, mais enfin un vrai chef politique aurait dû s'en tirer un peu mieux ,relisez donc "Jean-Marie m'a tuer" de Brigneau) ...
Se vanter ensuite devant les gourmands du "Monde" des éliminations successives, avec les qualificatifs ironiques et blessants de rigueur dans ce cas, n'a rien arrangé. Par exemple, rebaptiser publiquement "Présent" en "Absent" était bien une trouvaille digne d'un rassembleur national. Chacun connaît la suite. L'OPA de Sarko sur les électeurs frontistes aurait été moins facile si le terrain n'avait été favorable à une telle imposture, beaucoup de frontistes étant déroutés par les avatars de leur parti. Enfin, les conditions dans lesquelles ont été envisagées (si même elles l'ont été sincèrement) les alliances avec les autres mouvements nationaux, qu'ils soient régionalistes ou autres ,(j'exclus le MPF qui n'est qu'un supplétif de l'UMP) ne pouvaient qu'aboutir à l'échec constaté aux législatives (et aux municipales précédentes aussi, d'ailleurs). J'ai voté FN pendant 30 ans, j'ai adhéré un certain temps, puis je n'ai pas renouvelé mon adhésion lassé par les calembours suicidaires qui faisaient la joie de nos ennemis (que Le Pen en ait été réduit à un débat télévisé avec Tapie, quelle tristesse!). Et à la veille des municipales on en est encore à une attitude fermée à toute alliance, les exemples de Strasbourg et de Nice sont affligeants. Pourtant Le Pen a repris du poil de la bête, ses dernières déclarations sont excellentes,il ne s'est pas laissé embobiner par le fait d'avoir été reçu à l'Elysée comme tout le monde, on retrouve le fondateur du FN, que n'aille-t-il pas au bout de sa logique d'union nationale sur le plan électoral?

Écrit par : philistin | 06/02/2008

L'un des gros problèmes en France, c'est que les nationaux considèrent les identitaires et régionalistes comme étant des partisans de l'Europe actuelle, c'est à dire de l'Union Européenne. C'est faux, les identitaires et régionalistes sont certes plus européens que les nationaux, mais ils ne sont pas pour autant en harmonit avec cette conception de l'Europe. Ils dénoncent autant que les nationaux cette Europe là. Cependant, suite aux déclarations de certains élus nationaux sur les langues régionales par exemple, il est logique que certains régionaux soient de plus en plus hostile au FN, car cela s'apparente à du jacobinisme républicain classique. On ne peut brasser tous les français comme certains veulent le faire, chaque région a son histoire, son identité qui, pour certaine région, parfois très différente que le reste des régions française. Ca revient à uniformiser au point de vue national.

Écrit par : Werwolf spirit | 10/02/2008

Werwolf spirit:
C'est exact à ceci près que nous sommes tous partisans d'une Europe unie formée d'Etats nationaux souverains. Il y là, probablement, un problème de définition et d'organisation interne à régler entre les patriotes français quand ils auront su d'abord s'unir sur l'essentiel: sauver la Nation française (dans sa diversité historique et culturelle) et prendre en mains le destin de notre patrie. Hélas les discordes nationales (donc familiales )sont précisément les plus redoutables. Ca fait le bonheur des européistes fanatiques qui sont aussi des immigrationnistes enragés, mais si on pouvait déjà s'entendre sur l'essentiel, au moins lors des élections, en laissant de côté les querelles subalternes et les guerres de succession, on arriverait peut-être à redresser la barre.

Écrit par : philistin | 11/02/2008

Les commentaires sont fermés.