Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2007

L’ASSIMILATION, ETERNEL DANGER MORTEL

Un certain nombre de juifs de la diaspora, mais aussi d’Israël, achètent des sapins de Noël et les décorent. Eh oui, même en Israël, le marché des arbres de Noël – j’ignore s’ils sont naturels ou en plastique – explose, et il y a bien des gens pour s’en inquiéter vivement.

6b7234fd4543bbd1cdb5242f42b42a89.jpgNotamment la Conférence des rabbins orthodoxes et des dirigeants de communautés provenant de 32 pays qui s’est ouverte lundi dernier 24 décembre à Jérusalem à l’initiative de la World Zionist Organization. Dès l’ouverture, elle a exprimé ses plus vives inquiétudes quant à l’assimilation des juifs de la diaspora qui irait selon elle en s’intensifiant et qu’elle va jusqu’à qualifier d’ « holocauste silencieux ». Comment y remédier ? « Un enfant de la diaspora qui passe ne serait-ce qu’une semaine en Israël court moins le risque de s’assimiler », a notamment déclaré le rabbin Yuval Sharlo, ajoutant « Nous devons ramener le plus de juifs possible, quelles que soient leurs origines, en Israël (…) Je suis effrayé par le nombre de juifs qui installent des arbres de Noël dans leur salon ce soir ».

Il paraîtrait qu’on n’a jamais autant acheté de sapins de Noël en Israël que cette année. Alors qu’autrefois – il n’y a pas si longtemps - on ne les trouvait que dans les zones où vivaient des chrétiens, on les trouve partout à présent. Qui les achète ? Principalement des Israéliens originaires de l’ancienne URSS ou d’Europe de l’est, qui après avoir profité de la loi du retour, ont à présent le toupet de célébrer ouvertement l’anniversaire du sauveur chrétien. C’est du moins ainsi que les choses sont largement présentées.

Car on en arrive toujours à l’épineuse loi du retour dont le but est de réunir tous les juifs sur le sol de la terre-mère. Une loi unique pour des arrivants nettement hétéroclites. Dont certains justement se mettent à fêter Noël. Se pose alors la grande question : les « juifs » fêtant Noël ont-ils leur place en Israël ? Les Israéliens peuvent-ils accepter d’accorder leur nationalité à des gens allant régulièrement à l’église ? Intéressant comme interrogation, n’est-il pas ? 

Ce n'est cependant pas le seul motif d'inquiétude. Le Conseil des rabbins s'est élevé cette semaine également contre le nombre d'avortements pratiqués en Israël, rappelant qu'il s'agit-là d'un péché grave. Ne serait-ce que parce que ces naissances en moins retarderaient l'arrivée du messie. Il se pratiquerait environ 50 000 avortements par an dans l'Etat hébreu, dont seulement 20 000 dans le cadre de la loi.

Ce problème récurrent des « dangers de l’assimilation » me semble en tout cas aller fortement à l’encontre de l’opinion généralement admise (dans les milieux juifs) selon laquelle les juifs seraient partout et systématiquement en butte au mystérieux antisémitisme. Oui, il faudrait quand même savoir : quelle meilleure preuve d’ « anti- antisémitisme » que l’assimilation, par le mariage généralement ? Autrement dit, si l’assimilation constitue à ce point un danger, c’est bien que les sociétés d’accueil ne sont nullement antisémites. L’antisémitisme serait donc tout à fait autre chose, mais quoi ? Il servirait de tout autres buts, mais lesquels ?

Commentaires

Cet article illustre bien que l'Homme fonctionne essentiellement par identité territoriale : chassez le naturel il revient au galop. Ces israéliens fraîchement immigrés de zones slaves et germaniques sont essentiellement des européens sur le plan ethnique et infraculturel. Leur judaïté est essentiellement culturelle. Leurs racines profondes les attirent irrésistiblement vers la célébration typiquement européenne de la nouvelle clarté, la Noël, qui annonce le retour vers les beaux jours et à une verdure que l’on ne trouve guère, en plein hiver, dans nos pays, que sur le sapin et le houx (Aujourd’hui encore en Occident, le sapin païen passe avant la crèche chrétienne dans l’imagerie populaire de la fête de Noël).

Il semblerait d’ailleurs qu’au sein même d’Israël, ashkénazes et sépharades se mélangent comme l’huile et l’eau… Là aussi, les racines profondes parlent, et celles de la région européenne ne sont pas celles des terres sémitiques.

A vouloir aller contre Nature on se prépare des futurs douloureux. Chez nous, l’arrivée récente et massive de populations de racines extra-européennes augure d’une instabilité profonde et durable, si rien n’est fait.

L’harmonie ne pourra régner au sein de l’Humanité que si les lois naturelles, auxquelles l’Homme est assujetti comme tout le monde, sont respectées.

Écrit par : Erik | 30/12/2007

50 000 avortements pour 5 millions de juifs israéliens, ramené à la population française, cela fait 600 000 avortements, 2 à 3 fois plus que se qui se pratique chez nous...

ces chiffres sont affolants!

mais il est vrai que quand on a visité la terre sainte, et qu'on a vu des villes comme tel aviv, on ne peut être qu'horrifié par le comportement futile de la jeunesse de ce pays, et on se rend compte que la pétassisation pronée par les médias et le cinéma "américain" fait des ravages aussi chez eux...

Écrit par : rabbi_jacob | 31/12/2007

Sur le site dont "lilibobo" a donné le lien sans commentaires, on peut lire ceci :

"Interview d'Alon Ziv, qui dans son livre "Breeding between the lines" développe la thèse selon laquelle l'histoire du monde, la culture pop, etc. prouvent que les individus métissés ont des avantages physiques et mentaux sur les autres."

On en est donc maintenant à des tentatives de démontrer "scientifiquement" les hypothétiques avantages de l'abâtardissement ethnique. Ce Juif américain "sûr de lui et dominateur" (cf De Gaulle) ne fait rien d'autre, avec son livre, que de propager un mythe politiquement correct de plus en plus envahissant, dont le succès est dû en grande partie à la houtzpah de bon nombre de ses coreligionnaires. Il va jusqu'à prétendre - comme preuve de supériorité - que les métis ont plus de partenaires sexuels que les autres : avantage évident, surtout à une époque où l'on doit au vagabondage sexuel la terrible pandémie du sida qui, loin de reculer, continue à progresser !... Bref, les métis seraient des êtres en tous points supérieurs aux autres, plus beaux, plus intelligents, plus performants artistiquement, sportivement, sexuellement, etc.

Frères et soeurs entièrement blancs, noirs ou jaunes, apprenons à raser les murs devant la montée de cette véritable race des seigneurs, de ces Übermenschen que sont les métis, nos supérieurs en tout. Bien entendu, la judéité n'étant pas une race, les Juifs "qui pensent" pourront continuer à occuper le haut du pavé !

Écrit par : Martial | 31/12/2007

http://www.leava.fr/cours-video.php?id=342
et pour compléter le tableau, une vidéo sur les mariages mixtes qui est commentée par un rabbin Rav Ron Chaya et des propos sans demi-mesure.

Écrit par : Olivier V | 31/12/2007

L'assimilation, voilà l'ennemi :

http://www.infopalestine.net/article.php?id_article=7256

Écrit par : l'Eurasien | 10/09/2009

Rectification :

http://www.info-palestine.net/article.php?id_article=7256

Écrit par : l'Eurasien | 11/09/2009

Les commentaires sont fermés.