Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2007

ET VOILA, TOUJOURS ABANDONNES!

256fae8f48836344f03c5d291df4788d.jpgLe dernier National Intelligence Estimate (NIE) a été publié la semaine dernière à Washington et a fait du bruit: il estime en effet que l’Iran a cessé de poursuivre son programme nucléaire militaire depuis 2003.

Le NIE est un document sérieux, produit par 16 agences américaines de renseignements relatifs à la sécurité nationale et destiné à éclairer les décisions des responsables politiques. L’administration Bush en général, et Dick Cheney, le vice-président en particulier, ne souhaitaient nullement cette publication qui vient entraver les efforts des va-t-en guerre obsessionnels. Mais impossible de l’empêcher.

Les spécialistes du renseignement relatif à la sécurité du pays ont ainsi conclu que l’Iran ne constituait  pas à ce jour une menace réelle, ce qui semble réjouir les dirigeants du Pentagone, largement réticents à toute action militaire des Etats-Unis contre ce pays. Ne serait-ce que pour ne pas ouvrir un nouveau front, ultra dangereux, à un moment où les troupes américaines sont copieusement enlisées ailleurs.

9252275aa573a0d4a9b74cfd8a228f0c.jpgEn Israël, par contre, vive a été l’indignation à la parution de ce rapport, l’Etat hébreu y voyant une reculade de la part de son grand allié et ami indéfectible. Du coup, chose inhabituelle, le chef d’état-major des forces armées américaines, l’amiral Mike Mullen, a fait une visite éclair en Israël ce lundi pour tenter d’apaiser les esprits. Inhabituelle car il paraît que cela faisait dix ans qu’un chef d’état-major US en exercice ne l’avait fait.

Cette visite s’est passée dans un climat de grande nervosité, accru par le fait que les Israéliens redoutent un désengagement des Etats-Unis d’Irak et d’Afghanistan, qui les isolerait plus encore. Mike Mullen a bien sûr assuré ses hôtes de la profonde amitié des USA et de leur souhait de « renforcer » davantage encore l’armée israélienne. Mais côté israélien, on n’est pas dupe.

D’autant que Mullen a fait tout récemment aux Etats-Unis des déclarations plutôt alarmistes sur la situation … au Kosovo, qui pourrait dégénérer à nouveau, entraînant des réactions en chaîne. D’où éventuellement le risque d’un nouveau front qui impliquerait à nouveau les Etats-Unis. Rien que du bonheur en perspective…. Il faut savoir que Mullen était précédemment commandant des forces armées de l’OTAN dans les Balkans, il connaît en principe le sujet.

Bref, les officiels israéliens commencent à se sentir mal aimés ou plus exactement, plus tout à fait au centre de l’attention de Big Brother comme ils le souhaiteraient.

Leur réaction est très caractéristique de ce type de situation: puisque c’est comme ça, on ira tous seuls et on se débrouillera tous seuls. De toute façon, depuis toujours, on est seuls au monde, alors … Je schématise bien un peu, mais l’essentiel est là.

Ceci dit, des propos menaçants à l’attaque effective de certaines cibles iraniennes - sans l’aide des Etats-Unis - il y a plus qu’un pas. Un abîme. Pour l’heure, les responsables israéliens de la défense réaffirment haut et fort leur détermination inébranlable à « assurer la survie du pays ». Ils ont commencé à passer en revue tous les moyens de restructurer, de réorienter et d’adapter leurs moyens militaires à cette nouvelle donne. Car eux aussi se trouvent confrontés au problèmes des fronts multiples : Gaza, Liban, Syrie, etc.

Là où l’on voit à quel point sont manipulées ou occultées les données, dans le but de poursuivre envers et contre tout le dessein que l’on s’est fixé, c’est qu’il y a deux ans, en août 2005, un autre rapport NIE avait déjà conclu que l’Iran était bien loin de pouvoir atteindre l’arme nucléaire. Qu’il lui faudrait au moins dix ans pour y parvenir. Alors même que l’administration Bush, pressée d’aller en découdre, soutenait mordicus que l’Iran était à deux doigts d’y arriver et qu’il fallait se dépêcher. Depuis, elle avait agi en conséquence, faisant continuellement monter la pression, avec l’aide d’Israël.

Apparemment, les choses ont quand même évolué et des voix américaines plus raisonnables - ou  simplement plus lucides - semblent se manifester davantage.

15:07 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : licra, anne, kling, mullen, NIE, iran, isarel

Commentaires

Il n'y a pas plus de bombe atomique en Iran que d'armes de destruction massive en Irak.

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre) | 13/12/2007

l'histoire du siècle écoulé semble démontrer qu'il vaut mieux être un ennemi des USA que leur allié, exception faite du Royaume Uni et d'Israël.
Wait and see

Écrit par : Paul-Emic | 13/12/2007

Ces péripéties se déroulent sur fond de guerre à présent ouverte entre l'appareil militaro-industriel américain et les néo-cons. Ces derniers n'ont plus le vent en poupe, et l'armée - notamment - en a plus qu'assez de voir ses boys se faire dézinguer par milliers pour les beaux yeux de Tel Aviv, entre autres mauvaises (mais juteuses) raisons de rester en Irak. La publication du rapport en question a été provoquée par les militaires américains, et elle est en tout cas utilisée par eux. Il règne aux Etats-Unis un climat de pré-coup d'Etat et de véritable totalitarisme. En fait, la situation y est désormais explosive. Les néo-cons n'ont évidemment pas dit leur dernier mot. Souvenons-nous des affaires du Lusitania, de Pearl Harbor et des "couveuses de Koweït City", ou encore - comme le rappelle Hervé - du mythe invraisemblable des "armes de destruction massive" : l'hypocrisie puritaine a toujours eu besoin de prétextes - n'importe lesquels - pour se créer un casus belli aux yeux de l'opinion. Ensuite, on fait partir les boys la fleur au fusil. Et puis, forcément, on déchante très vite, mais l'essentiel est que quelques-uns (suivez mon regard) y aient trouvé leur compte. Tenez, par exemple, vous ne voyez pas qu'un appareil non identifié détruise un porte-avion américain dans le Golfe ? Quel magnifique motif ce serait de vitrifier l'Iran, n'est-ce pas ? Le tout étant d'avoir conservé dans sa manche quelques militaires bien abrutis par la propagande néo-cons et prêts à jouer les Lee Harvey Oswald, mais dans la cour des grands !

Écrit par : Martial | 13/12/2007

Les commentaires sont fermés.